Lettre du Liban

Par Lina Zakhour

Écrivaine

Consultante spécialiste de la communication et du droit

Le 17 octobre 2019, avec cet espoir, ce rêve d’un pays meilleur… dans un mouvement de révolte soudain, des centaines de milliers de citoyens et citoyennes libanais ont bloqué pacifiquement les routes et occupé les places, du nord au sud du Liban. Ils se sont réveillés au son d’une taxe, une goutte, qui aura laissé déborder leur ras-le-bol et leur colère. Sans vergogne, afin de renflouer les caisses de l’État déficitaire – car pillé –, le gouvernement de coalition rassemblant toutes le forces politiques et présidé par Saad Hariri a décidé l’imposition d’une taxe de 6 dollars sur la messagerie Whatsapp, sans par ailleurs mettre un terme à la mauvaise gouvernance et la corruption qui vident ces mêmes caisses et remplissent certaines poches. Avant de se rétracter. Trop tard. « Qu’ils s’en aillent, tous c’est-à-dire tous », scandent les manifestants. Tous, le pire et le moins pire de cette caste politique libanaise.

Inaudibles

« Refuser les compromis en tous genres. Dénoncer les escrocs, seraient-ils de la même appartenance confessionnelle, sans être accusé de mettre en péril “les siens”… Et ne pas se rendre complice du système clanique qu’ils ont tous, toutes religions confondues, instauré dans le pays, au détriment d’un État fort[i] » ; voilà le cri de cette révolte du 17 octobre 2019 ! En effet, cela fait plusieurs décennies que la corruption jusqu’à la lie ainsi que le clientélisme suivant une logique communautaire sont érigés en mode de gouvernance. Chacun s’étant instauré « curé en son église » et maître de ses ouailles, ils tiennent tous ensemble les rênes du pouvoir, dans un pays où règne le plus fort. Et où les citoyens honnêtes des 18 communautés religieuses se sentent de plus en plus faibles. En temps de guerre ou en temps de paix, des membres de l’oligarchie politique et financière ont ainsi accumulé des fortunes indécentes, en même temps que la dette de l’État augmentait, et que ses infrastructures périclitaient. Pour financer le déficit public, l’État s’endettait auprès de la banque centrale, dont les ingénieries financières fragilisaient des banques commerciales où sont déposées les épargnes des citoyens. Aujourd’hui, la dette publique atteint plus de 170 % du PIB et le Liban, en défaut de paiement depuis mars, connait la pire crise économique et financière de son histoire.

Les membres de cette oligarchie ont tiré si fort sur la corde qui maintenait des Libanais encore otages de leurs liens communautaires qu’après avoir mené le citoyen et le pays au bord de la faillite, c’est désormais la faillite de leur rhétorique, de leurs discours… qui est retentissante ! Résultat, une grande partie de la population ne peut, ne veut plus les voir. Les entendre. Et encore moins les écouter. Dans ces places où la révolution a élu ses quartiers, l’on chante. L’on danse. L’on cuisine. L’on dort. L’on boit. L’on se réveille. L’on discute… Et l’on demande la démission du gouvernement pour pouvoir en former un nouveau, composé de personnalités étrangères à cette caste politique qui a perdu toute crédibilité. Puis, la tenue d’élections législatives anticipées. La foule a surtout un vœu pieux : que soit rendu l’argent volé à l’État. Et donc aux citoyens libanais. Pour cela, elle revendique l’indépendance de la justice, seule garante d’un état de droit souverain à même de protéger les intérêts des citoyens spoliés. Seule capable de designer les responsables de ce naufrage, et de juger les coupables. Ce, avant que l’embarcation entière, n’aille à la dérive. Que le système bancaire qui jadis, faisait la fierté du Liban ne se noie. Que les économies des citoyens ne soient englouties à jamais sans espoir de récupération…

En cas de désaccord, donc d’incommunication, il est bon de maintenir des canaux de communication ouverts, dans le but d’atteindre un terrain d’entente. Pour avoir été maintes fois floués, ces citoyens qui se révoltent ont juré que l’on ne les y reprendra plus. Ayant un manque de foi en tous, ils jugent inutile de négocier avec une caste politique dont il n’y a plus rien à attendre. Ni espérer. Une certitude, voire une évidence : l’espoir, si l’on reprenait les mêmes, n’est pas permis. Ni possible.

 

Sourds

Ces citoyens n’ont pas confiance en cette caste politique ? Comme pour leur donner raison, de l’autre côté, les politiciens fidèles à leur habitude ne répondront pas à l’appel.

Depuis le 29 octobre 2019, date de la démission du gouvernement Hariri sous la pression de la rue, l’oligarchie politique conspuée gagne du temps. Plus de 60 jours après le début de la révolte, par un tour de passe-passe, les consultations ont enfin lieu et 69 députés sur 128 nommeront un universitaire inconnu du grand public au poste de premier ministre. Les manifestants demandaient un gouvernement de technocrates indépendants qui n’auront à cœur que l’intérêt général du pays et des citoyens ? Ils n’obtiendront qu’un gouvernement de consultants de façade, dont une partie de la caste politique tire les ficelles en arrière-plan.

La situation économique et sécuritaire au Liban s’effondre ? Eux continuent leurs tergiversations, à l’aune de leurs intérêts propres, du contexte régional et des calculs des puissances étrangères auxquelles chaque camp prête allégeance. Un bras de fer entre les États-Unis et l’Iran ? Les armes du Hezbollah en point de mire ? Le conflit israélo-palestinien encore et toujours d’actualité, cette fois à la lumière du plan de paix présenté par Donald Trump ? La Syrie de Bachar el-Assad et ses sbires libanais face aux sanctions américaines et la loi César ? Une guerre économique entre la Chine et les États-Unis dont les ramifications s’étendent jusqu’en Iran et au… Liban ? Comme toujours, les dirigeants libanais, bien loin de cultiver la neutralité, ont chacun choisi un axe. Et comme à l’accoutumée, le peuple libanais étranger en grande partie à ces marchés qui se nouent et se dénouent, à son détriment, est pris au piège. Ses économies acquises à la sueur du front sont pour l’heure confisquées. Volées à jamais ?

Les négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) s’enlisent. À cette heure, l’aide de cet organisme reste conditionnée à la présentation par le gouvernement d’une seule voix des chiffres solides évaluant la dette du pays ; ainsi que la promesse d’exécution des réformes structurelles garantissant que les fonds octroyés seront utilisés à bon escient sans que la corruption ne continue de sévir et qu’ils ne soient dilapidés, détournés ou pillés !

Eux rechignent. Face à leurs atermoiements, Jean-Yves le Drian, en visite à Beyrouth le 23 juillet, les a exhortés à « s’aider », afin que la communauté internationale leur accorde de nouveau sa confiance et puisse aider le Liban.

Hyperinflation galopante, faillite, chômage, pauvreté, misère, désespoir, suicides… Eux restes sourds. « En face, c’est le mur. Des blocs de béton s’empilent (pour barricader le parlement et protéger le sérail). Telle est donc leur réponse ? S’emmurer[ii] ?!! ». C’est « l’acommunication (qui) constitue la radicalisation de l’incommunication, on n’arrive plus à trouver les mots qui peuvent faires des ponts. Il n’y a plus que des murs[iii]. » Les manifestants qui tenteront de les escalader seront violemment réprimés. « Dans l’acommunication, il n’y a plus ce désaccord assumé, seulement des rapports de force et le poids de l’altérité. […] il y a souvent le non-respect de l’autre et il n’est pas interdit de vouloir le faire disparaître psychiquement, voire physiquement[iv]. »

En prison

Le pari ? Aujourd’hui, le peuple rêve de mettre fin à l’impunité qui sévit depuis des décennies. Depuis que cette même caste politique, toutes tendances confondues, se partage les cordons de la bourse, les maillons du pouvoir… et malheureusement s’applique à torpiller son propre pays. Néanmoins, dans ce pays où la corruption a gangrené tous les échelons du pouvoir, que le statut d’escroc soit reconnu officiellement, et par la justice par-dessus le marché, est une toute autre paire de manche ! Pour l’heure, à défaut de voire les responsables de cette apocalypse qui s’annonce enfin derrière les barreaux, c’est tout un peuple qui se retrouve prisonnier… dans son propre pays.

Un peuple prisonnier d’un étau économique, d’une inflation galopante et de l’incurie de cette caste politique corrompue, responsable de son triste sort d’otage sur l’autel de tous les intérêts régionaux, et marchés mondiaux… Ceux qui  le peuvent s’envolent vers d’autres cieux. Nombre de Libanais rêvent d’émigrer. Mais n’ayant plus accès à leurs dépots auprès des banques qu’au compte-goutte, et uniquement en livres libanaises, ils sont assignés à résidence. Malgré l’ouverture de l’aéroport, ils ne peuvent pas aller loin : la plupart des cartes de débit ou de crédit issues par les banques libanaises ne fonctionnent presque plus à l’étranger. Les monnaies étrangères, denrées rares, se vendent au marché noir à un taux volatile.

Le désespoir et la colère couvent dangereusement depuis que les manifestants ont dû mettre la « révolution du 17 octobre » en sourdine durant le confinement dû au covid-19. Cette désormais « révolte du 17 octobre » reste embryonnaire, noyautée, spontanée, sans chef déclaré… Les nombreux groupes sont disparates, et leur action sporadique, même s’ils s’activent et tentent d’organiser une feuille de route commune. Cette ambition folle de voir émerger une nouvelle classe politique sera-t-elle réalisable ? Une crainte : et si les assassinats politiques reprenaient ? Sont encore collées aux murs et ancrées dans les mémoires les photos des hommes qui, pour avoir eu le potentiel de mener le Liban vers de meilleurs rivages, ont tous été éliminés au fil des ans qui composent cette courte histoire du Liban. Par ailleurs, la date des prochaines élections prévues en 2022 sera-t-elle maintenue ? Il est permis de douter. Qu’attendre de la part d’une classe politique qui a auto-prorogé le mandat du parlement à deux reprises avant d’accepter enfin la tenue d’élections législatives sur base d’une loi électorale controversée, qui a assuré le retour de la même caste au pouvoir ?

Pendant que le pays s’enfonce, l’espoir s’essouffle. Le peuple, spolié, appauvri et fatigué, a déserté les places de la contestation. Mais la misère, le chômage, la faim, et la soif… de justice font rage ! Les esprits sont échauffés. La violence est-elle inéluctable ? À cet exercice, la caste politique, composée en majorité d’anciens chefs de guerre aujourd’hui reconvertis en hommes politiques, est rompue. Certains de ces politiques, dont les manifestants demandent le départ et le jugement si leur culpabilité était avérée, ont-ils intérêt à rallumer la flamme de la discorde sur fond communautaire, si jamais ils risquaient de tout perdre? Ou est-ce le peuple, las de ne pas se faire entendre, qui prendra les armes du désespoir pour tenter de se faire justice lui-même ? « Dans l’acommunication, c’est soit le silence soit la guerre[v]. » Après s’être gentiment révoltés, des Libanais acculés laisseront-t-il enfin, méchamment, exploser leur colère ? Ou, à l’inverse, se laisseront-ils dépérir en silence, volés, asphyxiés, affamés ?

 

100 ans après la date de proclamation du Grand Liban[vi], le pays est ouvert aux quatre vents. Et les questions sont nombreuses. « Le miracle libanais » est-il encore à l’ordre du jour ? Ou, au contraire, « ce pays est-il condamné à ne pas fonctionner ? » Car, tout simplement, « cette formule ne serait donc pas la bonne[vii] ? »

« L’histoire de ce pays est émaillée de révolutions inachevées »… La révolution du 17 octobre 2019 qui « rejette la citoyenneté communautaire au-delà de toute appartenance partisane et revient au fondement de ce pays-message, qu’est le vouloir vivre-ensemble[viii] » conduira t-elle un jour à l’édification d’un véritable état de droit, et d’une authentique citoyenneté libanaise aconfessionnelle ? Faudra-t-il pour cela se dissocier d’un contexte régional toujours plus complexe ? Sera-t-il possible, à cette fin, de prôner la neutralité du Liban?

[i] Zakhour, L., Imane, Paris, Hémisphère éditions, 2018, p. 182.

[ii] Ibid., p. 191.

[iii] Wolton, D., « Communication, incommunication et acommunication », Hermès, n° 84, 2019, p. 202.

[iv] Ibid.

[v] Ibid.

[vi] 1er septembre 1920, proclamation de l’État du Grand Liban par le général Gouraud.

[vii] Zakhour, L., Imane, op. cit., p. 217.

[viii] Sfeir, A., « Ils puent ! », Les cahiers de l’Orient, n° 120, 2015, p. 3-6.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30/07/2020

    […] A lire aussi sur 👉hermes.hypotheses.org […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search