Covid-19 : Communication de crise et crise de l’information à l’heure du « village global »

Par Michaël Oustinoff

Université Nice Sophia-Antipolis (UCA), LIRCES

Membre du Bureau de la revue Hermès

À situation de crise, communication de crise : face au Covid-19, les opinions publiques tiennent plus que jamais à être informées « en temps réel ». Dans les pays à régime autoritaire, elles sont confrontées au filtrage des informations. Dans les autres, ce n’est pas au manque d’informations qu’elles se heurtent, mais à leur surabondance.

À quel saint se vouer ? Si l’on se tourne du côté de la science, on nous explique que la pandémie est sur le point de disparaître définitivement. A moins que ce ne soit l’inverse : selon l’OMS, le virus pourrait ne jamais être éradiqué. À force de nous dire tout et son contraire, comme avec l’affaire des masques, d’abord inutiles, puis indispensables, tout en continuant à détruire nos stocks (Davet et Lhomme, 2020), le risque est grand de transformer la communication de crise en crise de l’information, en la rendant inaudible.

L’accès à des sources d’informations claires et fiables existe : l’Institute of Health Metrics and Evaluation, Université de Washington, montre sur son site healthdata.org que partout les courbes sont en train de tendre vers zéro. Ce qui n’est pas incompatible avec d’autres « vagues ». On peut néanmoins parvenir à une vision informée des choses : c’est ce que l’on appelle le fact-checking (Legrand, 2010).

Mais cette vérification des faits n’est pas suffisante pour savoir l’attitude à adopter face à cette crise sanitaire doublée d’une crise économique. Au lieu d’attendre des scientifiques des solutions tardant à venir, les États prennent les devants, en adoptant la méthode par « essais et erreurs » et en transformant le monde en gigantesque laboratoire d’expérimentations (Fisher, 2020).

Le fact-checking n’en devient que plus essentiel, mais à l’heure du « village global », il n’est plus possible de se confiner à l’intérieur de ses frontières. Aux États-Unis, on s’intéresse à ce qui se passe en Géorgie ou en Californie, mais aussi à Hong Kong, au Danemark ou en Corée (Fisher, ibid.). Ce sont ces comparaisons qui permettent de préférer la politique mise en place par l’Argentine à celle du Brésil, ou de comprendre pourquoi, en Europe, le Portugal, la Grèce, l’Allemagne, les pays scandinaves ou l’Europe centrale et orientale ont été moins touchés que la France, l’Italie, l’Espagne ou la Grande-Bretagne.

Et d’en tirer les enseignements qui s’imposent. Sans langue de bois (Nowicki et Oustinoff, 2010) afin d’éviter le retour de bâton du time-checking.

Références bibliographiques

Max Fisher, 2020, « Reopenings Mark a New Phase: Global ‘Trial-and-Error’ Played Out in Lives », The New York Times, 8/05/2020.

Joanna Nowicki et Michaël Oustinoff, 2010, dossier « Les langues de bois », Hermès, n° 58.

Thomas Legrand, 2010, « Les langues de bois journalistique et politique se nourrissent l’une l’autre », Hermès, n° 58.

Gérard Davet et Fabrice Lhomme, « 2017-2020 : comment la France a continué à détruire son stock de masques après le début de l’épidémie », Le Monde, 07/05/2020.

.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search