Ecoutons ce qui ne fait pas de bruit

Par Frédérique Vianlatte, extrait de Pour résister au capitalisme faisons la sieste, Paris, L’Harmattan, 2019.

 

Nous étions confinés, condamnés à une communication à distance. Une communication numérique cacophonique sur nos réseaux numériques. Et si nous prenions le temps de nous éloigner des fausses informations, des truismes et des big data ? C’est à quoi nous invite ce texte de F. Vianlatte, auteur.e que nous a fait découvrir T. Paquot dans le dernier numéro d’Hermès.

 

« Tout le monde veut que tout le monde l’aime, mais personne, personne n’aime tout le monde » chante Luc De Larochellière. De même, tout le monde veut s’exprimer mais personne n’écoute tout le monde. C’est, au fond, une bonne définition de ce que l’on nomme l’Internet. Il n’y a pas de communication numérique, mais des expressions numérisées diffusées par des outils connectés. La communication est construction de sens, la connexion contagion de données.

Pour éviter de participer à la cacophonie généralisée, il faut donc apprendre à écouter. Non pas écouter l’expression du mal-être de chacun ou les contre-vérités qui circulent à longueur de journée sur les réseaux sociaux numériques. Non pas, bien sûr, écouter la voix de nos maîtres, l’idéologie des puissants relayée par les soi-disant experts médiatiques. Mais écouter, enfin, ce qui ne fait pas de bruit et pourtant nous fait tant de bien.

Commençons par nous écouter. Écoutons ce corps qui ne dort pas assez, que nous n’entretenons plus ou au contraire que nous vouons à la performance. Écoutons-le juste respirer. Chut ! Un peu de silence… Allongeons-nous sur le dos, les bras le long du corps et laissons notre ventre se gonfler à l’inspiration et se vider à l’expiration. Oui, c’est bien… Concentrons-nous sur nous-mêmes et nous percevrons alors la vie d’un organe dénigré, d’un organe qui ne calcule pas et qui constitue pourtant notre commune humanité : le cœur.

Si les battements du cœur nous rappellent à nous-mêmes, alors d’un coup nous écouterons aussi notre conscience. Le cerveau ne se réduit pas à cette froide machine à calculer son propre intérêt, glorifiée par les économistes libéraux. Non, le cerveau est relié au cœur, car le cerveau est aussi conscience. Conscience que nous ne sommes rien sans l’autre qui n’est pas grand-chose sans nous. Conscience que nous pouvons faire mieux. Conscience que si nous n’avons pas pu changer le monde, nous pouvons peut-être changer quelque chose dans nos vies.

Mais à trop s’écouter, on finit par se rendre sourd. Sortons. Prenons l’air. Partons écouter la nature. Au lieu d’écouter « pousser les fleurs au milieu du bruit des moteurs », comme le chante si joliment l’ami Francis (Cabrel), allons en pleine forêt écouter le chant des oiseaux, le claquement du vent dans les arbres, le bruissement des feuilles sous nos pieds. Allons au bord de l’océan et laissons-nous bercer par le grondement sauvage et doux des vagues qui viennent lécher le sable. Partons en pleine montagne et, au milieu de nulle part, écoutons. Écoutons profondément ce silence absolu, ce calme, cette sérénité. Écouter le silence, c’est entendre la paix.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search