Sauver la démocratie d’un virus mortel : la soumission

Éric Dacheux, professeur des universités à l’université Clermont Auvergne

Co auteur (avec Daniel Goujon) d’un livre consacré à la délibération en démocratie :

Défaire le capitalisme, refaire la démocratie : les enjeux du délibéralisme (Eres, 2020).

 

Enfin le déconfinement ! Va-t-on enfin cesser de nous prendre pour des cons finis ? Il serait temps ! Nous ne sommes pas un troupeau à guider. Nous sommes des citoyens d’une société démocratique. Or, la démocratie est mortelle. Un virus l’a affaiblie. Mais ce qui menace vraiment la société démocratique, c’est l’absence de débat. La soumission à des ordres qui viennent d’en haut. La sécurité peut nécessiter une réduction des libertés, mais à la condition expresse que ce choix soit délibéré, c’est-à-dire accepté suite à un large débat. Tel ne fut pas le cas pour le confinement, tel n’est toujours pas le cas pour le 11 mai.

 

Il n’y a pas de démocratie de masse sans média de masse. À condition de faire vivre le débat public. Ce n’est pas ce qu’ils font majoritairement. Pour l’essentiel, les médias nous disent ce qu’il convient de faire (applaudir les soignants à 20 heures) et ne pas faire (sortir faire la fête) ; les médias nous transmettent des consignes gouvernementales, relaient les avis des médecins, spéculent sur l’avenir, évaluent les conséquences économiques du Covid-19. Ils relaient une information centrale : nous sommes dans une crise sanitaire sans précédent. Ce rôle est essentiel. Mais comme le rappelle D. Wolton, « informer n’est pas communiquer ».

Les médias ont, dans nos démocraties modernes, un autre rôle, plus essentiel que celui d’assurer la publicité de l’information : favoriser le débat. La démocratie, en effet, ce n’est pas uniquement l’obéissance à la loi ; c’est, plus profondément, participer librement à la discussion donnant naissance à la loi comme le rappelle Habermas (Droit et démocratie). Pour le dire autrement, avec J. Dewey cette fois-ci (Le public et ses problèmes), nous sommes en démocratie quand les personnes concernées par un problème peuvent trouver ensemble les solutions à ce problème.

Nous sommes tous concernés par ce virus, personne pourtant ne nous a demandé notre avis. Notre seul droit est celui de nous taire et d’appliquer les consignes. A-t-on demandé aux étudiants leur avis sur la meilleure façon d’organiser les cours à distance ? A-t-on écouté les associations de femmes battues sur les conséquences du confinement dans le foyer ? A-t-on discuté avec ces personnes âgées qui préféraient risquer de mourir entourées de leurs proches plutôt qu’avoir une meilleure chance de survie enfermée dans leur solitude ? Non.

Aujourd’hui, demande-t-on leur avis au directeurs et directrices d’école sur l’opportunité d’ouvrir ou pas les classes ? Est-ce que l’on a discuté avec ceux qui doivent reprendre leur boulot pour savoir si se déplacer dans un rayon maximum de 100 km était une bonne idée ? A-t-on demandé aux voyageurs franciliens leurs idées pour prendre le train et le métro ?

Une logique descendante s’est installée. Les experts disent, les autorités décrètent, tous les habitants appliquent. Ce n’est plus de la démocratie, mais de l’aristocratie (le gouvernement des meilleurs). La démocratie est autonomie, comme le disent des penseurs aussi différents que C. Castoriadis pour la gauche ou M. Gauchet pour la droite. La démocratie ce n’est pas se soumettre aux ordres, c’est participer à la construction des normes (auto-nomos) qui nous gouvernent.

Est-ce que la soumission aux décisions des élites est efficace ? Rien ne le prouve de manière certaine : les experts médicaux français se déchirent, les autorités décident que les caves à vin sont plus nécessaires que les libraires, les masques hier inutiles deviennent demain obligatoire dans les transports en commun, etc. Où est la logique ? Quels sont les débats qui ont présidé à ces décisions ? Les habitants appliquent les consignes ou paient des amendes, mais ils ne peuvent pas comprendre des décisions qui n’ont pas été débattues dans l’espace public médiatique.

Rien ne prouve aujourd’hui que l’idée d’ouvrir les écoles, parce que le gouvernement l’a décidé, soit bonne. Rien ne dit donc que la soumission aux autorités soit plus efficace que le débat démocratique. Mais même si l’efficacité était certaine, est-ce que la fin justifie les moyens ? Est-ce que la sécurité sanitaire justifie la restriction des libertés essentielles ? Peut-être si un large consensus se dessinait sur la question après un large débat. Certainement pas, si cette restriction émane d’une élite toute puissante.

En effet, une fois le principe accepté (restriction des libertés contre sécurité face à l’urgence), pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Pourquoi, du jour au lendemain, ne pas interdire toutes les voitures pour répondre à l’urgence climatique et demain, dans une France Bleu marine qui aura appris à se soumettre au chef, interdire toute immigration pour répondre à l’urgence identitaire ?

La logique démocratique est celle du débat contradictoire. Nous sommes entrés dans une logique de guerre où le haut commandement décide et les simples trouffions, vous et moi, obéissent. Or, nous ne sommes pas en guerre. Nous sommes en crise. Une crise sanitaire inédite.

Inédite ? Raison de plus pour tenter des solutions démocratiques inédites et non pas revenir aux veilles traditions autoritaires liberticides. Seules les solutions nées d’un débat démocratique ouvert peuvent être un espoir pour l’avenir. La guerre crée toujours des perdants. Le débat citoyen engendre toujours le même vainqueur : l’intelligence collective.

Ce texte actualise une version publiée le 16 mars sur le site de l’association PEKEA sous un autre titre.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search