L’incommunication comme résistance

Ce numéro comprend trois parties. La première démontre en quoi les incommunications sont constitutives de la communication — ou, pour le dire autrement, que toute communication se nourrit d’incommunications. Nous reproduisons ici un extrait de l’article de Jean-Michel Besnier (Sorbonne Université).

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le numéro 84 de la revue Hermès consacré aux incommunications, p. 28-30 (version numérique sur Cairn et version papier sur le site de CNRS éditions).

 

La communication signifie au moins que ce qui est séparé parvient à se réunir. Ce sens minimal est à l’œuvre dans le moindre programme métaphysique : réaliser l’alliance de l’homme et de la nature, atteindre la synthèse du sujet et de l’objet, intégrer l’autre dans le même, rendre raison du mal et du corps par définition passifs et séparés, voire « coupables »… Toutes les modalités caractéristiques de la métaphysique relèvent d’une problématique concernant la communication.

 

Communication et philosophie

Kant ou Fichte résumaient cela en soutenant que la philosophie est fondamentalement recherche des conditions de l’intersubjectivité. Philosopher sur la communication conduit la plupart du temps à se demander si les termes en relation ont la vertu de subsister à l’état séparé — auquel cas, il faut interroger la raison qui les contraint à être réunis — ou bien si leur relation est constitutive de leur être — en ce cas, on devra comprendre comment la communication obtient ce pouvoir de créer ce qui n’est rien sans elle. Ontologiquement première ou seulement contingente, la communication est un véritable enjeu pour la réflexion philosophique. Du platonisme à la critique de l’hylémorphisme (de la communication entre matière et forme, par laquelle il y a quelque chose plutôt que rien), qui domine la pensée de Gilbert Simondon, la philosophie n’a pas fini de trancher…

 

Communication et technologie

Est-il permis d’inscrire l’aventure technologique dans le sillage de la métaphysique ? Sans doute. Heidegger ou Anders ont argumenté la chose. De fait, on peut admettre que les technologies sont aujourd’hui hantées aussi par le souci de la connexion. Autre façon de dire qu’elles cherchent à réaliser la continuité (celle entre l’inerte et le vivant avec la biologie de synthèse, celle entre les individus atomisés dans le cerveau planétaire, par exemple). Le passage de l’un dans l’autre trouve quantité de figurations (l’hybridation de l’organisme et de l’électronique, la communication cerveau-machine, la pensée intégrale ou la communication cerveau-cerveau, la télépathie universelle, etc.). Ainsi les technologies de l’information et de la communication (TIC) promettent-elles la mise en continuité (la transparence) et elles entendent supprimer l’interruption (l’opacité) qui signifierait solitude et enfermement.

Continuité et discontinuité dans la communication

Cette conception d’une technologie en voie d’organiser une intersubjectivité et une maîtrise intégrale du réel est néanmoins simpliste. Elle achoppe sur l’expérience existentielle aussi bien que sur l’analyse phénoménologique qui la révèlent « impossible », à la fois irréalisable et insupportable. On sait très bien qu’il est nécessaire à l’échange intersubjectif qu’il y ait de la discontinuité : le « tour à tour » et le silence sont indispensables à la parole. Il faut s’interrompre pour s’entendre. Maurice Blanchot (1969) a écrit de belles pages sur la nécessité de l’intervalle dans L’Entretien infini (chapitre VIII « L’interruption. Comme sur une surface de Riemann »). Celle-ci, par exemple : « Quand deux hommes parlent ensemble, ils ne parlent pas ensemble, mais tour à tour ; l’un dit quelque chose, puis s’arrête, l’autre autre chose (ou la même chose), puis s’arrête. Le discours cohérent qu’ils portent est composé de séquences qui, lorsqu’elles changent de partenaires, s’interrompent, même si elles s’ajustent pour se correspondre. » De sorte que, ajoute Blanchot, « L’interruption est nécessaire à toute suite de paroles ; l’intermittence rend possible le devenir ; la discontinuité assure la continuité de l’entente » (Ibid., p. 106-107). Pour s’entendre, il faut pouvoir s’interrompre. Si l’on ne pouvait interrompre le flux des mots, on créerait une situation d’incommunication absolue.

Samuel Beckett (1952) donne une idée de cette incommunication avec le personnage de Lucky, l’homme « qui travaille du chapeau », dans En attendant Godot. Lacan aurait pu décrire la « jaculation » verbale de Lucky par référence au processus primaire de l’inconscient dépourvu de points de capiton, consacrant à sa manière le triomphe anomique du continu. La continuité est, au fond, un facteur de déstructuration (Bataille l’apparentait justement à la mort, n’excluant pas cette « petite mort » qu’est l’orgasme et qui relève bien d’une communication réussie…). De sorte que les technologies qui veulent la continuité seraient proprement mortifères : sous couvert de réaliser l’immortalité, le transhumanisme travaillerait à la défaite de la vie, en tant qu’elle ne laisse pas réduire le hasard dont elle procède ni n’abdique l’improvisation qui en est inséparable.

 

Références bibliographiques de cet extrait

Beckett, S., En attendant Godot, Paris, Minuit, 1952.

Blanchot, M., L’Entretien infini, Paris, Gallimard, 1969.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search