Malaise dans la communication. Petit lexique des mots de l’incommunication et de l’acommunication

Ce numéro comprend trois parties. La première démontre en quoi les incommunications sont constitutives de la communication — ou, pour le dire autrement, que toute communication se nourrit d’incommunications. Nous reproduisons ici un extrait de l’article de Thierry Paquot, philosophe.

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le numéro 84 de la revue Hermès consacré aux incommunications, p. 19-27 (version numérique sur Cairn et version papier sur le site de CNRS éditions).

 

Une communication parfaite, directe, sans à-peu-près, ne reposant sur aucune ambiguïté, allant de soi, s’avère assez rare. Et si jamais elle se produit, le doute d’une compréhension partagée entre les participants s’invite et crée un malaise. Le vocabulaire se révèle particulièrement riche pour qualifier l’incommunication. Il mérite toute notre attention, car les termes qu’il revendique ne sont aucunement des synonymes; chacun porte en lui sa particularité, c’est pourquoi nous en proposons un petit lexique critique.

Dites « malentendu » lors d’un exposé : à peine prononcé, ce mot sera compris différemment par votre auditoire. Certains comprendront « désaccord » ou « équivoque », « ambivalence », « ambiguïté », voire « erreur », « imbroglio », « méprise », « quiproquo », « confusion », « brouillamini », « bévue », « intrigue », « inattention », « embrouillement », « incertitude », « obscurcissement », « désordre », « méli-mélo », « incongruité », « galimatias », « fatras », « maldonne », « incompréhension », « mésintelligence », « charabia », « amphigouri », « blablabla », « dialogue de sourds », « s’écouter parler », « jargonner », « baragouiner », « pataquès », « bourde », « gaffe », « lapsus », « impair », « maladresse », « litige », « querelle », « brouille », « fâcherie », que sais-je encore ?

Il ne s’avère pas inutile de clarifier le sens de ces mots afin de mieux circonscrire ce qu’on nomme « incommunication » et « acommunication », sachant que ces notions ne sont guère stabilisées et ne figurent pas toutes dans les dictionnaires usuels. Pour la commodité de la lecture, je procéderais par ordre alphabétique, sans m’interdire quelques va-et-vient…

 

Petit lexique

 

Ambiguïté

Ce terme provient du latin ambiguitas, qui dérive d’ambiguus, du verbe ambigere, qui est composé d’ambi (« de côté et d’autre ») et de agere (« pousser ») soit « pousser de côté et d’autre », « hésiter ». Un propos « ambigu » se révèle « équivoque », c’est-à-dire qu’il peut être différemment interprété. Le mot « équivoque » concerne d’abord la poésie : on parle de « rimes équivoques » au 13e siècle pour celles qui jouent sur les mots, puis cet adjectif caractérise l’homonymie et la polysémie avant de désigner quelque chose de « pas très clair ». Le verbe « équivoquer » qui correspond à « se tromper » n’apparaît plus que bien rarement… André Vernant, dans Les Notions philosophiques (Encyclopédie philosophique universelle, sous la direction d’André Jacob, Presses universitaires de France, 1990), fait le point sur l’ambiguïté. Il nous rappelle qu’Aristote ne confondait pas l’amphibolie et l’ambiguïté, au contraire de Cicéron pour qui l’amphibolie est ambiguïté, c’est-à-dire le « double sens » ou l’équivoque. Puis, il explique comment la linguistique s’empare du terme en reprenant l’exemple d’Aristote : « la peur de l’ennemi » où « l’ennemi » est tour à tour sujet et objet, il a peur ou il fait peur. Enfin, il s’attarde sur le « paradoxe sémantique » qui use de l’affirmation bien connue d’Épiménide — « un Crétois me dit que tous les Crétois sont des menteurs », l’ambiguïté résidant dans le fait qu’il s’agit de Crétois ; si l’on sépare les deux propositions de cet énoncé, l’ambiguïté disparaît — et sur « l’ambiguïté pragmatique », avec la célèbre phrase « Georges désire une épouse », qui peut être comprise comme « Georges ne drague que des femmes mariées » ou comme « Georges veut se marier ». Il y a également une dimension existentielle qu’examine Simone de Beauvoir dans son essai Pour une morale de l’ambiguïté (Gallimard, 1947) où, en accord avec JeanPaul Sartre, elle attribue à chacun la capacité d’être ou non libre : en cela, l’existence est ambiguë. Le choix de la liberté ne conduit pas nécessairement à elle, ce qui ne relève pas de l’absurde mais de l’ambigu : rien n’est jamais donné et acquis, tout est en acte. Si l’homme est une fin pour les existentialistes, personne ne décide d’elle : pourtant l’émancipation, même inachevée, participe de la lutte contre toute oppression.

 

Amphigouri

Le grec amphi signifie « autour de », « des deux côtés », donc aussi « double » et par conséquent « ambigu ». Le second élément provient peut-être du verbe grec agoreuein, « discuter », l’ensemble voulant dire « discours embrouillé ». Pierre Larousse propose une autre étymologie à partir du grec amphi (« autour ») et gurbs (« cercle »), ce qui d’une manière figurée indique un discours volontairement alambiqué, au sens obscur. Il donne comme exemple la plaidoirie de Petit-Jean dans les Plaideurs de Racine ou le compliment de Thomas Diafoirus dans le Malade imaginaire de Molière et aussi une petite pièce de vers de Charles Collé : « Qu’il est beau de se défendre Quand le cœur ne s’est pas rendu ! Mais qu’il est fâcheux de se rendre Quand le bonheur est suspendu ! Par un discours sans suite et tendre Égarez un cœur éperdu ; Souvent par un malentendu L’amant adroit se fait entendre. » Il mentionne un jeu de société portant ce nom et consistant à se répartir les rôles (chacun représente un métier, par exemple) et l’orateur les met en scène tour à tour non sans torsion, jeu d’esprit et surprises comiques. Dans ce cas, l’orateur parle amphigouriquement, cultivant un style amphigourique. Plus simplement, pour Émile Littré, l’amphigouri est un « écrit burlesque, qu’on remplit de galimatias. » Quant au Dictionnaire étymologique de la langue française d’Oscar Bloch et Walther von Wartburg (Presses universitaires de France, 1932), il se contente d’indiquer une origine inconnue…

 

Blablabla

Cette onomatopée récente désigne des « propos creux, sans aucun intérêt », elle a donné le verbe « blablater » pour « bavarder », c’est-à-dire parler pour parler sans porter attention à la qualité de l’échange. Le blablaba s’avère l’illustration parfaite d’une communication incommunicative ou de l’incommunication : X blablate avec Y juste pour occuper le temps, il ne lui confie rien que des banalités dont, au demeurant, Y se moque totalement. Pourtant, ce non-échange appartient à la communication, du moins à la relation entre X et Y, une relation faite de hauts et de bas, le haut étant la confidence, le secret et le bas, le rien, le banal.

 

Charabia

Le Dictionnaire historique de la langue française suggère deux origines, l’une provençale (charrà, « faire conversation », d’où proviendrait également « charade », « charivari » et « charlatan »), l’autre lyonnaise (avec charabarat, « marché aux chevaux », avec barat, « tromperie », « tumulte », qu’on trouve dans baratin). Pour Balzac, le charabia est le parler des Auvergnats. C’est également l’opinion de Littré (« le patois des Auvergnats et, par extension, tout autre parler que l’on ne comprend pas »). D’où vient cette expression ? Mystère et boule de gomme ! Une hypothèse mérite d’être évoquée : charà, voudrait dire « acheter » et bai’, « vendre », d’où une formule attribuée aux vendeurs à la sauvette… Le charabia apparaît comme une langue étrangère à celui qui en ignore les mécanismes, il provoque alors une incompréhension et s’apparente au galimatias. Le Dictionnaire étymologique de la langue française d’Oscar Bloch et Walther von Wartburg fait dériver ce mot également du verbe provençal charrà (« bavarder »), mais en y ajoutant l’idée du bégaiement. Le charabia fait donc partie de la communication, sans la satisfaire entièrement, il désire y contribuer en parlant en vain. Il est comme un essai non transformé au rugby.

 

Confusion

Du latin confusio, « désordre, trouble », qu’on retrouve dans le langage psychiatrique comme équivalent à l’expression « confusion mentale » : Émile Littré indique que « l’homme confus est en proie à la confusion, c’est-à-dire à un trouble intérieur qui confond son esprit. L’homme déconcerté a perdu le concert de sa manière d’être, l’arrangement de sa tenue, l’équilibre de son attitude. » L’on doit également évoquer l’épisode babélien dans la Bible : Dieu, mécontent que ses créatures le narguent en édifiant une tour et une ville les punit en confondant leurs langues afin de confondre leur orgueil… Ainsi la confusion favoriserait la dispersion et la division : les audacieux Babéliens ne s’entendraient plus, ne parlant pas le même idiome, et s’opposeraient. Un propos confus ne facilite guère la bonne entente et devient source de malentendu. La confusion alimente l’incommunication et conduit à l’acommunication. En effet, si rien ne sort de notre échange, il me devient indifférent, je n’écoute pas, je suis ailleurs…

 

Dans cet article, les notions suivantes sont définies : ambiguïté, amphigouri, blablabla, charabia, confusion, désaccord, fatras, galimatias, imbroglio, incompréhension, lapsus, malentendu, pataquès, quiproquo.

Dans une dernière partie, l’auteur revient sur la trilogie communication/incommunication/acommunication.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search