La numérisation : une révolution métaphysique

Dans l’Essentiel [Im]matérialités de la mort, dirigé par Valérie Robin Azevedo, Jean-Michel Besnier (Paris Sorbonne) s’intéresse à l’immortalité numérique. Nous reproduisons ici un extrait.

 

L’homme est désir d’éternité : c’est une banalité de le rappeler. Cest la nature même du désir que de vouloir labsolu qui mettra un terme au désir. Le paradoxe de la nature humaine est tout entier dans ce désir qui cherche à se supprimer et qui nous différencie pourtant des animaux et des dieux. La métaphysique aiguise ce désir, mais ne parvient pas à y mettre un terme. Nous ne parvenons pas à équivaloir aux dieux.

Dans LExpérience intérieure (1943), Georges Bataille disait de Hegel, le philosophe du Savoir absolu qui est considéré comme « le comble de la métaphysique », que la preuve la plus convaincante de son échec, c’est qu’il est mort. La boutade est plus profonde qu’on croit, surtout si l’on songe que la technologie annonce qu’elle est sur le point de réussir ce que Hegel et la métaphysique ont manqué.

 

Progrès technologiques et retour des utopies

Comment en est‑on arrivés là ? Comment en sommes‑nous arrivés à renouer avec les illusions dénoncées par Kant et les adversaires des systèmes, qui savent bien que nous sommes condamnés au temps et voués à la mort ? Parmi les réponses que l’on peut donner, il y aurait celle‑ci : l’accélération des progrès technologiques, le sentiment de l’hyper‑puissance atteinte par nos machines, provoquent des régressions de nature animiste. Nous perdons ainsi la conscience de la différence entre l’animé et l’inanimé et de là, nous sommes prêts à considérer que la vie ne saurait se laisser arrêter par la mort. Plusieurs décennies d’innovations en matière d’intelligence artificielle (IA), à quoi il faut ajouter la prospective actuelle en biologie de synthèse, ont émoussé le rationalisme moderne qui s’attachait à préserver le « grand partage » (Latour, 1991) entre la matière et l’esprit, l’inerte et le vivant, le virtuel et le réel, la nature et l’artifice, etc.

L’immortalité est portée aujourd’hui par un ensemble de représentations qui relevaient jadis des utopies forgées par les visionnaires d’un monde qui aurait conjuré le changement, grâce à des institutions, des rituels et une sagesse tournée vers l’éternité. Les utopies sont par principe éternitaires : elles prétendent stabiliser l’ordre des choses. Mais on se croyait guéris des utopies. Au moins depuis les totalitarismes qui ont mis en évidence qu’en expulsant le temps, on supprime la liberté. Or, les voilà qui reviennent en force, à la faveur des technologies qui annoncent le remodelage de l’homme, son augmentation et, en définitive, sa relève par une autre espèce. Les utopies générées par les technologies nous invitent à rompre avec l’humanité à laquelle nous appartenons encore et justement pour cela, à envisager l’immortalité.

 

L’être humain numérique

Je reprends ma question : comment en est‑on arrivé là ? J’associe la découverte de l’immortalité comme ambition post‑humaine à l’ère du numérique – c’est‑à‑dire à l’extraordinaire levier qu’a constitué un procédé apparemment très simple : celui consistant à convertir toute chose en une suite de 0 et de 1. Ce procédé qu’on appelle « numérisation » est complètement banalisé aujourd’hui. On s’habitue à considérer notre monde comme un ensemble d’éléments discrets transformés en signaux (vidéo, image, audio, caractère d’imprimerie, gènes, impulsion, etc.), que l’on peut transporter, stocker, manipuler, etc.

Et pourtant ce procédé de numérisation exerce une influence considérable sur nos manières de penser le monde : il homogénéise et rend interchangeable tout ce qui existe, y compris les humains que nous sommes. L’homme numérique n’est pas seulement celui qui utilise les outils technologiques d’aujourd’hui, il est aussi celui auquel s’appliquent ces outils – scanner, séquençage génomique, quantification biométrique, prothèses électroniques, implants intracérébraux… Il devient dès lors facile d’imaginer l’immortalité d’un homme code‑barres.

La numérisation a constitué une révolution métaphysique, cette révolution dont les philosophes ont toujours rêvé (cf. la Mathesis universalis de Descartes ou le Système du Savoir absolu de Hegel) : on dispose avec elle d’un équivalent généralisé (les suites de 0 et de 1 et les algorithmes de traitement des données) permettant d’unifier et de stabiliser l’ensemble de la réalité – et, à partir de là, de maîtriser le monde.

 

Le chapitre d’origine « L’immortalité : nouvelle utopie de l’ère numérique » (p. 53-67) comprend trois parties :

– La numérisation : une révolution métaphysique

– L’imaginaire de la mondialisation et du cyber-espace

– L’émergence du post-humain


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search