Trump et les avatars du « virus chinois » : de l’anti-politiquement correct à la « réalité alternative »

Michaël Oustinoff

Université Nice Sophia-Antipolis (UCA), LIRCES

Membre du Bureau de la revue 

Trump s’est fait le champion de l’anti-politiquement correct : il parle « cash », pour reprendre l’expression de Thomas Legrand (2010). Pourquoi dès lors parler de coronavirus ou de Covid-19 ? Appelons les choses par leur nom : c’est le « virus chinois ».

Le terme est à double détente. D’un côté, il s’appuie sur une vérité incontestable : le virus s’est bien propagé à partir de la Chine dans le monde entier. De l’autre, il crée, par ses sous-entendus évidents, un « fait alternatif », pour parler comme Kellyanne Conway, la conseillère du président : la responsabilité de la pandémie incombe aux Chinois, et aux Chinois seuls. C’est remettre au goût du jour le fameux « péril jaune », et tous les clichés et stéréotypes les plus inquiétants qu’il recouvre.

Le récent G7, sous la présidence de Donald Trump, ne s’y est pas trompé : l’administration américaine a eu beau rebaptiser le « virus chinois » en « virus de Chine », puis en « virus de Wuhan », les partenaires des États-Unis (dont la Chine…) ont refusé, mercredi 25 mars, de parvenir à une déclaration commune dans la lutte contre la pandémie désormais « globale » en raison de l’insistance américaine à inclure ce terme. Une telle réaction était attendue, et n’a sans doute pas surpris Mike Pompeo, le Secrétaire d’État américain.

Elle va à l’encontre de la politique étrangère du président précédent, Barack Obama, mais dans le sens de celle du président actuel, qui prêche une politique inverse d’isolationnisme croissant – « America first » – que Sabine Jansen (2019) qualifie d’« hégémonie décomplexée ».

Il en va de même sur le plan intérieur. Trump s’adresse à sa « base » électorale et non à l’ensemble des Américains.

En cette période sombre que nous traversons, on se remet à lire La peste de Camus, ce qui se passe de commentaire. Mais on se remet également à lire 1984 d’Orwell, dont la novlangue prend aujourd’hui des formes de plus en plus diversifiées (Oustinoff, 2010) qui demandent à être actualisées en permanence : on est passé à l’ère des fake news, des « faits alternatifs » et de la « post-vérité ».

On aurait donc tort, comme on le fait souvent, de se moquer de Trump et de ses « dérapages », qui sont loin d’être incontrôlés. Cette stratégie lui est, actuellement, favorable : son taux de popularité est au plus haut. En littérature comme en politique, la « réalité alternative » demande à être analysée de près.

Références

Sabine Jansen, 2019, « Les États-Unis de Donald Trump : “America First” et hégémonie décomplexée », Vie publique, 3 sept. 2019. En ligne sur : https://www.vie-publique.fr/parole-dexpert/269992-les-etats-unis-de-donald-trump-america-first-et-hegemonie-decomplexee

Thomas Legrand, « Les langues de bois journalistique et politique se nourrissent l’une l’autre », Hermès, n° 58, 2010, p. 151-155. En ligne sur : https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2010-3-page-151.htm

Michaël Oustinoff, « Langue de bois d’hier et parler vrai d’aujourd’hui : de la novlangue aux “spin doctors” », Hermès, n° 58, 2010, p. 15-21. En ligne sur : https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2010-3-page-15.htm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search