Une incommunication fondatrice et ambivalente : le cas de la franc-maçonnerie

Ce numéro comprend trois parties. La première démontre en quoi les incommunications sont constitutives de la communication – ou, pour le dire autrement, que toute communication se nourrit d’incommunications. Nous reproduisons ici un extrait de l’article de Céline Bryon-Portet, Université Paul Valéry – Montpellier 3.

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le numéro 84 de la revue Hermès consacré aux incommunications, p. 57-63 (version numérique sur Cairn et version papier sur le site de CNRS éditions).

 

Appelant autant à de fécondes rencontres avec l’altérité qu’à des tensions relationnelles, l’incommunication se trouve au fondement même de la culture maçonnique. Multidimensionnelle et ambivalente, elle a trait à la fois à des dissensions internes à la franc-maçonnerie, causées par un certain nombre de malentendus ; à une pratique du secret imposée par l’institution, qui interdit aux initiés de communiquer sur leurs activités et génère des incompréhensions au sein de la population ; et au parcours initiatique des francs-maçons, cette expérience-limite incommunicable où se côtoie une forme de sacré.

Ces divers types d’incommunication recouvrent différents enjeux, tant en interne qu’en externe, et ont des effets paradoxaux. En effet, l’incommunication peut favoriser des actions correctrices de communication, tandis qu’à l’inverse, la volonté de communiquer n’aboutit parfois qu’à de l’incommunication.

 

La concorde universelle des francs-maçons, une utopie communicationnelle ?

Dès ses origines, la franc-maçonnerie s’est constituée comme une sorte de société inversée, projetant de combattre les imperfections du monde (inégalités, injustices, etc.) et les sujets de conflit entre les individus afin de pacifier les relations humaines.

Arc franc-maçonnique. Marc Pascual.

Arc franc-maçonnique. Marc Pascual.

Au début du 18e siècle, en effet, partant du constat que les querelles religieuses et les différends politiques qui jalonnent l’histoire déciment les populations et affaiblissent les nations, les francs-maçons vont s’efforcer de construire a contrario un ordre transnational dont les membres se rassembleraient tous autour de valeurs humanistes et où pourraient ainsi régner la « concorde » et la « fraternité universelle ». Afin de réduire encore toute incommunication, la franc-maçonnerie met en place une langue commune aux accents ante-babéliens. Composée de signes, de mots et d’attouchements dont les non-initiés ne doivent pas avoir connaissance, elle a pour but de permettre aux francs-maçons de se reconnaître et de se comprendre en n’importe quel lieu ou circonstance. L’Apologie pour l’Ordre des francs-maçons, publiée par un anonyme en 1744, énumère les avantages qu’il y a à être franc-maçon :

V. L’agrément de reconnaître les frères, quoiqu’en pays étranger, dans un lieu dont on ignore la langue et sans les avoir jamais vus auparavant, et cela par un langage et des signes usités universellement dans l’Ordre […]

VI. La commodité d’apprendre en très peu de temps les signes et les expressions qui constituent cette espèce de Langage universel. Ressource qui, au défaut de la langue d’un pays, suffit pour se faire entendre et reconnaître dans quelque endroit du Monde qu’on trouvât des Frères de l’Ordre.

Au niveau local, les loges elles-mêmes vont se définir comme des hétérotopies au sens foucaldien. Elles constituent des lieux autres et coupés du reste du monde, des huis-clos où les francs-maçons, cultivant un entre-soi convivial, établissent des règles destinées à renforcer leur cohésion. La communication qui s’y établit est à la fois réflexive et phatique puisqu’elle associe, à des échanges verbaux et gestuels, le partage d’une culture et d’un espace-temps spécifiques dans le temple. Sont bannis des discussions les sujets sensibles, propres à engendrer la discorde, et les prises de parole individuelles sont soumises à un rituel très strict qui mobilise la médiation par un tiers afin de réguler les rapports interpersonnels, d’éviter les attaques directes, brouilles et quiproquos de toutes sortes.

Une des gravures du document de Léo Taxil, Les Mystères de la Franc-Maçonnerie, Paris, 1886. Gravure dessinée par Pierre Méjanel et gravée par François Pannemaker. Comme il s’agit de littérature antimaçonnique de la fin du XIXe siècle. François Gloglins, 2014.

Les premiers textes maçonniques sont déjà explicites sur ce point. Les Constitutions de James Anderson, publiées en 1723 et faisant office de charte fondatrice de la franc-maçonnerie, déclarent ainsi (p. 162) :

Il ne doit point être question d’aucune pique ou querelle particulière dans l’endroit où se tient la Loge, encore moins de disputes touchant la Religion, les Nations ou la Politique de l’État, parce qu’en qualité de Maçons, nous sommes tous de la religion universelle dont il a été parlé ; comme aussi de toutes les Langues et de toutes les familles. De plus nous sommes opposés à tous ceux qui parlent de Politique, parce que c’est une chose qui ne s’accorde et qui ne s’accordera jamais avec la prospérité de la Loge.

Malgré ces règles et ce cadre commun, l’idéal de concorde planétaire s’est lentement fissuré sous l’effet de dissensions internes qui ont abouti à la naissance de deux branches idéologiquement opposées (Galcéran, 2004) : celle de la franc-maçonnerie dite « régulière », d’inspiration anglo-saxonne, qui est tournée vers la spiritualité, refuse l’initiation aux femmes et affirme l’existence d’un Être suprême, et celle de la franc-maçonnerie dite « libérale » ou adogmatique, majoritaire dans des pays tels que la France et la Belgique, et qui accorde une place plus importante à l’engagement sociétal, admet la mixité et prône la liberté absolue de conscience. La raison n’en est-elle pas que le projet d’abolition de toute incommunication se révèle être une utopie ? Une telle abolition, d’ailleurs, est-elle vraiment souhaitable ?

 

 

 

L’article d’origine « Une incommunication fondatrice et ambivalente : le cas de la franc-maçonnerie » se compose de deux grandes parties :

Communication, incommunication et acommunication d’une « société secrète »

La concorde universelle des francs-maçons, une utopie communicationnelle

Secret et acommunication : cohésion en interne, incompréhensions en externe

Les fruits de l’incommunication : du rejet des francs-maçons à la communication maçonnique

L’initiation maçonnique, incommunicable et pourtant commentée

Quête absolue et indicibilité du sacré

De l’herméneutique comme effort d’explication au conflit des interprétations



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search