Esthétique de l’incommunication

Ce numéro sur les incommunications comprend trois parties. La dernière s’attarde sur les arts et la littérature et tente d’expliciter les liens entre incommunications et pratiques artistiques. Nous reproduisons ici un extrait de l’article de Bernard Lamizet, de l’Institut d’études politiques de Lyon.

Retrouvez l’intégralité d’Esthétique de l’incommunication dans le numéro 84 de la revue Hermès consacré aux incommunications, p. 169-174 (version numérique sur Cairn et version papier sur le site de CNRS éditions).

 

Nous souhaitons mettre en œuvre une analyse esthétique et sémiotique du tableau de Michelino présenté pour illustrer l’appel à contributions du n° 84 de la revue Hermès. Il s’agit de fonder sur la sémiotique de l’image la formulation d’un ensemble de concepts de nature à rendre raison du concept d’incommunication, de ce qui fait obstacle à la mise en œuvre de la communication.

Cinq aspects du tableau seront analysés, donnant lieu à la formulation de six concepts fondant ce que l’on peut appeler une sémiotique de l’incommunication. Sans doute, en effet, la sémiotique peut-elle constituer une approche fondamentale pour penser l’incommunication, car c’est en posant la question de la signification et en élaborant une rationalité de l’interprétation et de l’intelligibilité du sens que l’on peut penser ce qui fait obstacle à la mise en œuvre de la communication.

Dante con in mano la Divina Commedia, Santa Maria del Fiore, Florence, 1465

Le tableau de Michelino peut se lire, d’abord, comme une sémiotique de l’incommunication. En effet, il représente l’auteur d’une œuvre qui constitue une critique de la communication et de la médiation. La Divine Comédie n’est pas seulement une œuvre littéraire, et Dante n’est pas seulement l’auteur d’une œuvre : il s’agit d’une œuvre qui met en scène les relations sociales et les logiques de médiation qui mettent les hommes et les femmes les uns face aux autres et d’un personnage – ici situé au cœur d’une image – qui s’est, en quelque sorte, donné un projet, celui d’observer les relations sociales, se situant ainsi à une place où il peut faire apparaître la complexité des significations qui font de ces relations des pratiques sociales et des activités symboliques.

D’ailleurs, dans le tableau, la figure de Dante est représentée comme donnant, d’une main, son livre à lire en l’exposant aux regards et, de l’autre, comme montrant le monde qu’il représente – ne le donnant ainsi pas seulement à lire mais aussi à voir. C’est toute la mise en scène de la « divine comédie » que le tableau montre de cette manière en représentant le personnage de Dante. Michelino va ainsi mettre en œuvre un projet sémiotique, celui de l’interprétation de l’œuvre de Dante.

 

Trois espaces d’incommunication

Mais on peut aller plus loin dans le questionnement de cette sémiotique de l’incommunication, en rappelant, au commencement de notre étude, que le personnage de Dante a, dans ce tableau, la bouche close et donne un livre à voir, et non à lire. Cela représente, dès la première approche du tableau, une situation d’incommunication. En effet, qu’il s’agisse de celui qui est à l’écoute de Dante ou de celui qui est le lecteur du livre, l’autre est absent de l’image. C’est, bien sûr, le propre des tableaux et des images que de placer l’autre hors de l’espace qu’ils mettent en scène. La sémiotique du tableau de Michelino commence, ainsi, par un constat : l’autre n’est pas dans l’image qui, de cette manière, fonde une situation d’incommunication – ou, plutôt, une situation dans laquelle on peut observer une rupture entre plusieurs espaces de communication, dont une lecture sémiotique permet de comprendre qu’ils sont extérieurs, étrangers, l’un à l’autre :

– le premier espace est celui du tableau lui-même, clos par ses limites qui bordent l’image ;

– le deuxième espace est celui de la scène représentée dans le tableau, dans lequel le personnage de Dante est représenté dans un espace clos par les monuments, les constructions, les sites, qui l’entourent ;

– le troisième espace est hors du tableau : c’est le nôtre, l’espace de celui qui regarde le tableau, qui le lit, qui lui donne des significations, mais, précisément, c’est sans doute parce que nous sommes à l’extérieur du tableau de Michelino que nous pouvons engager la mise en œuvre d’une sémiotique de cette image.

Si Lacan nous dit qu’il n’y a pas de métalangage, sans doute cela signifie-t‑il que, pour pouvoir entreprendre la lecture sémiotique d’un discours ou d’une image, il faut commencer par se mettre à distance de cet énoncé ou de cette image : la rationalisation de la communication ne peut se mettre en œuvre qu’en sortant de l’espace qu’elle instaure.

 

L’article d’origine comprend quatre parties :

  • L’espace de l’incommunication : la fragmentation
  • L’esthétique de l’incommunication : la représentation de l’absence de communication
  • L’absence de l’autre et la mise en question de la spécularité
  • Pour conclure : une forme de sublimation de l’incommunication

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search