Rires et malentendus

Détournons une phrase de Charles Baudelaire, dans Mon corps mis à nu (1887) : « Le monde ne marche que par le malentendu. C’est par le malentendu universel que tout le monde s’accorde. Car si, par malheur, on se comprenait on ne pourrait jamais s’accorder ».

Paru le 8.11.2018 aux éditions Métailié

La problématique du numéro sur Les incommunications se loge entre les deux premières phrases et la dernière. À présent, les dispositifs de traitement de l’information font croire que l’on s’entend alors que tout démontre le contraire. Ces dispositifs sont de plus en plus prégnants et la simplification, la réduction qu’ils imposent jouent sur les structures et les invariants symboliques propres à l’individu et à la société.

Nous reproduisons ici un extrait de l’article de David Le Breton, Université de Strasbourg, DynamE. Retrouvez l’intégralité de Rires et malentendus dans le numéro 84 de la revue Hermès, p. 179-186 (version numérique sur Cairn et version papier sur le site de CNRS éditions).

Le sérieux du malentendu

Le malentendu est un conflit d’interprétation ou un décalage de compréhension. Chacun suit sincèrement sa ligne propre, qui n’est pas celle de l’autre. Les significations de l’une ou l’autre des parties sont à leur insu en porte à faux. Elles bâtissent en toute bonne foi un accord provisoire ou une ligne de conduite sur le fond d’une radicale ignorance de leurs intentions mutuelles. L’écart de signification peut passer inaperçu, et l’interaction se poursuivre sans dommage, chacun prêtant à l’autre ce qu’il imagine de ses intentions. Dans Mon cœur mis à nu, Baudelaire donne une réflexion définitive sur le malentendu : « Le monde ne marche que par le malentendu. C’est par le malentendu universel que tout le monde s’accorde. Car si, par malheur, on se comprenait on ne pourrait jamais s’accorder ».

Fernando Pessoa lui réplique quelques dizaines d’années plus tard avec son style propre : « C’est par le jeu des petits malentendus avec le réel que nous construisons nos croyances, nos espoirs – et nous vivons de croûtes de pain baptisées gâteaux, comme font les enfants pauvres qui jouent à être heureux » (Pessoa, 1988, p. 39). Le bien-entendu est sans doute aussi un malentendu à un autre niveau, mais il satisfait en apparence aux attentes communes. Pourtant, on peut poser en principe anthropologique l’irréductibilité d’une culture à l’autre ou d’un individu à l’autre. Comprendre l’autre, c’est toujours de quelque manière le traduire. L’échange n’est jamais la transparence des consciences.

« C’est par le jeu des petits malentendus avec le réel que nous construisons nos croyances, nos espoirs – et nous vivons de croûtes de pain baptisées gâteaux, comme font les enfants pauvres qui jouent à être heureux ».

(Pessoa, 1988, p. 39)

Toute interaction est sur le fil du rasoir dans la mesure où la communication n’est jamais le décalque des consciences, mais un échange de significations soumis à l’interprétation mutuelle des protagonistes et donc au risque du malentendu. Le monde est toujours le fait de l’interprétation d’un acteur puisant dans la boîte à outils de ses références sociales et culturelles selon les circonstances. Les significations plus ou moins partagées au sein d’un groupe délimitent un univers de comportements connus, elles classent les objets en catégories compréhensibles pour ceux qui connaissent les codes. Même si toute signification est affaire d’un contexte précis, chaque individu acquiert dans l’enfance la faculté de passer du général au particulier pour attribuer une signification à un fait. Jusqu’à un certain point, il est apte à s’identifier à l’autre pour essayer de comprendre ses attitudes, même s’il se trompe parfois. Il puise les motifs de ses actes à l’intérieur de son groupe de référence, celui auquel il est affectivement attaché et qui nourrit son regard sur le réel. En élaborant la signification de sa conduite l’individu est aussi élaboré par elle. En interprétant la situation, ou en la définissant, pour reprendre la formule de W. Thomas, l’individu en pèse les implications et agit en conséquence, de même que les autres à son entour.

Pour le meilleur ou pour le pire, le lien social découle de ce processus permanent de traduction mutuelle, avec toutes les équivoques possibles. S’il n’y a pas de soi sans l’autre, l’autre n’est pas soi. Certains malentendus demeurent sans doute ignorés de leurs protagonistes toute leur vie, d’autres alimentent le conflit, mais certains sont propices aux rires.

L’article d’origine « Rires et malentendus » comprend six parties :

  • Le sérieux du malentendu
  • Le malentendu à la source du burlesque
  • L’humour à l’épreuve de l’Autre
  • Le rire sur le fil du rasoir
  • La face tragique de l’humour
  • Nécessaires malentendus ?


1 réponse

  1. Heiser dit :

    Superbe. Une invitation à la pensée complexe au quotidien. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search