Appel à contribution, Hermès, n° 87 (décembre 2020) : « L’érudition à l’heure de la mondialisation des cultures et de la connaissance »

Revue Hermès, n° 87, à paraître en décembre 2020. 

Numéro coordonné par Dominique Wolton, Franck Renucci et Bernard Valade

 

La revue Hermès se consacre depuis 1988 à l’étude du champ de la communication autour du triptyque Cognition, Communication et Politique. Elle explore les relations entre communication, incommunication et acommunication, et privilégie une approche globale de la communication qui ne se limite pas à sa dimension technique.

Fondée et dirigée par Dominique Wolton, la revue est publiée par CNRS éditions. Ses numéros sont thématiques, et la revue encourage une écriture libre et accessible, sans jargon. En 30 ans, elle a publié 86 numéros et 1 800 auteurs.

Ses travaux s’organisent autour du carré des connaissances : les relations entre information, communication, culture, connaissance.

 

Appel à contribution

 

1° L’érudition a longtemps été imaginée comme la figure la plus sophistiquée et la plus élégante de la culture. Elle représentait pour certains l’exemplarité du savoir et une certaine vision du monde. Indispensable, insaisissable, mais obligatoire. Le mot apparaît dans la seconde moitié du xviiisiècle. Depuis toujours, l’érudition cohabite avec les savoirs, les disciplines, les cultures, les archives. L’érudit est quant à lui souvent un peu mystérieux, curieux, vivant « ailleurs », avec des rapports parfois ambigus avec ses voisins, l’archiviste, le généalogiste, le bibliothécaire, l’encyclopédiste, le savant, le collectionneur et plus ou moins à côté des académies, des cabinets de curiosité, des sociétés savantes. Entre une réelle modestie et une certaine arrogance, il est lui-même mis en cause par d’autres métiers de l’esprit. Les différences entre lui et l’amateur éclairé, le professionnel, le savant, l’expert, le spécialiste, l’humaniste, le scientifique, sont à la fois nombreuses et souvent ténues.

Quels que soient les polémiques ou les débats, l’érudit reste une des figures incontournables de la culture européenne et d’ailleurs. Difficilement classable, il est indissociable d’une certaine esthétique de la culture et de la société.

 

2° Que reste-t-il de l’érudition et de l’érudit à l’âge du tout-numérique, de l’invasion de l’information, et de la puissance des Gafa maîtres des industries de la culture et de la connaissance ? Où sont les érudits à l’heure du triomphe et de l’abondance des bases de données et de l’apparente démocratisation de l’accès de tous à la culture ? Que reste-t-il de la patience, de l’accumulation des connaissances, de la gratuité et des cultures au moment où dominent les marchés de l’information, la rationalité des cultures, la vitesse des interactions et les « performances » des machines à apprendre et à traduire ?

Comment préserver et refonder le statut de l’érudit ? À quelles conditions peut-on être érudit, aujourd’hui et demain ? Comment éviter de se perdre dans les océans de la mondialisation sans verser pour autant dans la vision nostalgique d’un temps idéal ? Qu’apportent cette abondance et cette immédiateté de l’information, des connaissances et des cultures ? Que mettent-elles en cause dans la production, la diffusion, la réception de la culture dans le fonctionnement de l’espace public et, plus généralement, dans la mondialisation ?

 

3° Tels sont les aspects et enjeux de la question posée par ce numéro d’Hermès. Comment penser, adapter, revaloriser le monde de l’érudition, apparemment moins utile qu’hier et pourtant si indispensable, précisément par son inutilité apparente… L’érudition, la dernière des libertés ? L’érudit, celui qui vient d’ailleurs ? Quelles que soient les caractéristiques de l’érudit, celui-ci échappe finalement le plus souvent aux définitions et aux rôles, et il repose toujours la question de la communication, de l’incommunication et parfois de l’acommunication. On est là au cœur du carré des connaissances de la revue Hermès : information, culture, connaissance, communication. Et de différentes formes d’échanges et d’argumentation.

Ce qui change, ce qui ne change pas ? Les nouvelles perspectives, les menaces ? Les passerelles avec le monde de l’érudition d’hier et les nouvelles figures d’aujourd’hui ? Comment gérer les relations plus compliquées, avec la mondialisation, les rapports entre l’érudition et la diversité culturelle ? Qu’en est-il du côté des publics et de leurs rapports à la tradition ? Y a-t-il ici une modernité et de nouvelles formes d’érudition ? D’autant que l’intérêt de l’érudition est toujours finalement d’échapper aux définitions, statuts, représentations, ordres et catégories. Quid de l’hypertrophie des interactions et de la communication ?

Bref, comment se pose aujourd’hui la question de l’érudition, ses chances et ses menaces, en évitant l’idéalisation, voire la réification du passé.

 

4° Si vous êtes intéressé par les perspectives de ce numéro et si vous souhaitez y participer, pouvez-vous nous adresser un résumé concernant le thème ou la question que vous souhaitez aborder ? Condition : mettre en rapport votre réflexion sur le statut de l’érudition aujourd’hui avec la problématique de la communication telle qu’elle est mise en perspective par la revue Hermès.

 

Format des résumés : 5 000 signes maximum et une très courte bibliographie indicative.

 

Les résumés sont attendus pour le 3 avril 2020 et seront envoyés à l’adresse suivante hermes@cnrs.fr avec comme objet « proposition Hermès érudition » Les réponses aux propositions seront envoyées aux auteurs avant le 15 avril 2020.

 

Les textes qui auront été acceptés, d’une longueur de 10 000 à 25 000 signes, seront à remettre le 15 juin 2020.

 

Vous pouvez adresser ce texte, et cette ouverture à contribuer, à des collègues de votre choix susceptibles d’être intéressés.

 

Cet appel complète et prolonge le précédent, publié en décembre 2019. On pourra s’y référer, notamment pour ce qui concerne les indications bibliographiques.

[Appel à contributions] L’érudition. Connaissances et communication


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search