Psychanalyse, malentendu et communication

Cristina Lindenmeyer, psychanalyste et chercheuse, a interrogé Paul-Laurent Assoun (Université Paris 7) sur la place de la communication dans la psychanalyse. Nous reproduisons ici un extrait.

Retrouvez l’intégralité de cette interview dans le numéro 85 de la revue Hermès, p. 55-61 (CNRS éditions et cairn.info). 

 

Cristina Lindenmeyer : Paul-Laurent Assoun, peux-tu te présenter ?

Paul-Laurent Assoun : Je suis professeur émérite à l’université Paris 7 et je suis psychanalyste. J’ai écrit une quarantaine d’ouvrages, beaucoup de publications, mais toujours dans cette dynamique interdisciplinaire et je dirais que c’est naturellement à ce titre que j’ai rencontré la question de la communication.

 

Cristina Lindenmeyer : Comment l’as-tu rencontrée dans ton travail scientifique et clinique ?

Paul-Laurent Assoun : Rappelons d’abord ce qu’est la communication d’après le dictionnaire : « l’action de communiquer quelque chose à quelqu’un, et le résultat de cette action ». Donc c’est une action. Il y a un agir, ce que Habermas d’ailleurs appellera « l’agir communicationnel » (je reviendrai plus loin sur la position de Habermas par rapport à la psychanalyse). C’est aussi le fait de faire part, de donner connaissance de quelque chose à quelqu’un, par une relation plus ou moins directe avec le destinataire, ce qui déjà touche à la question de l’information. J’ajoute immédiatement, c’est toujours le dictionnaire qui le dit, que c’est une activité intentionnelle. Pour communiquer, il faut que j’aie l’intention de communiquer. Mais c’est aussi l’idée de transmettre quelque chose à quelqu’un, ce qui touche à l’idée de transmission. C’est aussi, il ne faut pas l’oublier, l’action d’aller d’une chose à une autre, par exemple de passer d’un espace à l’autre. Quand on passe d’une chambre à l’autre, d’une salle à l’autre, ça communique, on dit bien des pièces qu’elles communiquent. C’est important d’insister sur le signifiant, parce que ça va avoir toutes sortes d’effets sur la façon dont les divers champs accusent réception de ce signifiant – et naturellement, au premier titre, la théorie de la

Le divan de Freud.
Photo de Robert Huffstutter, Londres, 2004.

communication, qui est au centre de la problématique d’Hermès. La communication contient l’idée d’action, de mise en relation de deux pôles, d’un émetteur et d’un destinataire, avec les idées corrélatives de transmission et d’information, ce qui suppose, j’ajoute immédiatement à ce que dit le dictionnaire, un code commun. Pas de communication sans code, ce qui pose toute la question de la linguistique. Je le rappelle pour bien comprendre comment la psychanalyse va rencontrer la question de la communication. Cela suppose les paramètres suivants : les sujets de la communication, qui communiquent. Pour qu’il y ait communication, il faut au moins deux sujets. C’est un point évidemment important. Il y a toutes sortes de modèles épistémologiques de la communication et, sans vouloir préjuger du modèle communicationnel par exemple qui est proposé par les chercheurs de la revue Hermès, il me semble que tous les modèles de la communication sont obligés d’avoir une certaine version de la question du sujet. On peut parler d’emblée d’une théorie intersubjective, pas forcément au sens de l’intersubjectivité philosophique, intersubjectale on peut dire.

Mais ça suppose aussi évidemment un rapport à quelque chose qui échappe aux deux sujets qui communiquent, ce que j’appelle provisoirement l’instance de l’autre, et puis l’objet de la communication. On voit bien que la communication embraye sur l’information, nous sommes bien sûr dans une ère de l’information, le mot communication est devenu un mot-clé, il y a presque une incantation. Ce qui m’est venu, c’est que la modernité dit : « communiquons, communiquons » comme Guizot autrefois, au 19e siècle, disait : « enrichissez-vous ». Il me semble que toute la recherche se met en place avec cet imaginaire social. Essayer de comprendre ce que la recherche veut dire effectivement sur ce que c’est que communiquer. On pourra parler des sites de rencontres, on peut se demander ce que devient l’idée de rencontre dans ces sites de rencontres.

C’est ça qui paraît important, et du coup mon intervention se situe dans ce contexte très spécifique, partiel, mais qui me semble très important. Qu’est-ce que la psychanalyse peut dire en propre sur la communication à partir de sa pratique et de la théorie qu’elle en induit. Je remercie la revue Hermès et toi-même de faire un point là-dessus parce qu’il n’est pas évident que les analystes soient tellement prolixes sur la notion de communication. Peut-être même qu’il y a une certaine défiance envers l’idée de communiquer, si on la fait venir trop tôt. Mais la psychanalyse est de toute façon convoquée, comme tous les autres champs de recherche, dans la condition actuelle de la communication, au sens d’époque communicationnelle. J’espère que dans notre entretien, je vais avoir l’occasion de dire ce que la psychanalyse peut apporter, l’usage qu’elle fait de la communication. Mais c’est aussi dans le contexte d’une certaine interpellation des théoriciens de la communication à la psychanalyse, qui semble rester relativement en marge de ce communicationnisme effréné.

 

Festival international de la sculpture sur sable, sur le thème des découvertes. Ici, une séance de Freud avec un patient. Photo de RHaworth, Portugal, 2009.

Cristina Lindenmeyer : La communication s’inscrit dans la relation entre un sujet et un autre. Peux-tu parler un peu plus de cette question de la relation ? Tout à l’heure, tu as parlé d’intersubjectivité. Comment travaillent ces deux signifiants dans l’action de communiquer ?

Paul-Laurent Assoun : C’est une très vaste question, parce que ça suppose de savoir ce qu’est le sujet inconscient – ce qu’est le sujet de l’inconscient, plus précisément. La psychanalyse décrit un certain sujet, qui est en rapport permanent avec un autre sujet, et il n’est pas interdit – bien que Lacan par exemple se méfie beaucoup du terme d’intersubjectivité – de dire qu’au premier degré, descriptif, on a bien une conception intersubjectale (je ne dis pas ça par goût du jargon mais pour peut-être éviter le terme « intersubjectif », qui renvoie à toute une problématique extrêmement existentielle : s’enrichir par l’intersubjectivité, etc.).

Alors en quelques mots, qu’est-ce que c’est que l’inconscient analytique ? C’est l’idée que le sujet est en permanence confronté à un insu, plus exactement à un non-su, mais que par ailleurs il sait. C’est quand même un sacré problème de la théorie de la connaissance ; c’est pour ça que ma connaissance de théorie de la connaissance philosophique m’a permis de comprendre un peu mieux ce qui se passe quand il s’agit d’un sujet qui trouve le moyen, par exemple, de faire du symptôme. D’une part, il y a une vérité en lui qu’il ne sait pas, mais qu’il sait suffisamment pour faire un symptôme, et c’est là qu’il faut installer l’inconscient. L’inconscient ce n’est pas un inconscient collectif, c’est d’abord quelque chose qui se situe au niveau de la constitution même d’un sujet, un sujet qui a un certain savoir d’une vérité – je ne dis pas de LA vérité – dont il demeure en même temps séparé. Et d’autre part, il est indexé à l’autre, et d’abord au petit autre, avec lequel il est en relation. Qu’est-ce que c’est donc que deux sujets qui échangent leurs positions, intersubjectales pourquoi pas, mais, si je puis dire, avec leur inconscient ? Freud a croisé la conception de la télépathie, sur laquelle il était extrêmement sceptique – mais il y a des moments où ça communique à fond entre deux sujets, non pas télépathiquement (ça, c’est de la parapsychologie), mais métapsychologiquement. Cela peut paraître extrêmement intéressant qu’il puisse y avoir des rencontres d’inconscient. Il faut quand même rappeler que nous sommes, avant d’être dans l’ordre du cognitif, de l’informationnel (qui sont bien là et qui nous intéressent aussi), dans l’ordre du pulsionnel, avec tout ce que ça implique au plan du désir, de la jouissance et de l’amour.

Ce qu’il faut retenir, c’est que pour la psychanalyse, à partir du moment où j’entre dans le rapport avec l’autre, j’apporte mon inconscient. Donc on pourrait déjà dire : au fond, vous les analystes, ce que vous dites, c’est que s’ils sont dans l’inconscient, ils sont dans l’incommunicable, mais rigoureusement déchiffrable. Ça, c’est un point extrêmement important. Il y a toujours une part d’incommunication.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search