De la conversion interdisciplinaire

Depuis sa création, Hermès étudie de manière interdisciplinaire la communication dans ses rapports avec les individus, les techniques, les cultures, les sociétés. Mais qu’est-ce donc que l’interdisciplinarité ?

Nous reproduisons ici un extrait de l’article de Bernard Valade, de l’Université Paris Descartes, paru dans Hermès, n° 85, 2019, p. 87-91.

Retrouvez l’intégralité de cette page d’histoire dans le numéro 85 de la revue Hermès (CNRS éditions et cairn.info). 

 

Quel(s) sens l’interdisciplinarité revêt-elle ? Quelles en sont les attentes « cognitives » sous-jacentes ? Quand, comment et par qui la « conversion interdisciplinaire » a-t‑elle été opérée ? La diversité des réponses à cette dernière question manifeste les ambiguïtés qui sont attachées à ce qui est à la fois une conception du savoir et un type de recherche, une forme de connaissance et un mode opératoire.

Comme volonté d’ouverture, l’interdisciplinarité est prise en charge par des institutions et orientée par des politiques scientifiques. Comme représentation philosophique d’une science unifiée, elle se présente comme une salutaire mise en communication de domaines d’études que des cloisonnements disciplinaires ont durablement séparés. De façon incantatoire, de nombreux appels à sa mise en œuvre ont été lancés ; des réserves ont été parallèlement exprimées, en raison de ce que peuvent avoir d’hasardeux les recherches qui s’en réclament.

Ces indéterminations invitent à revenir sur le premier programme qui, sous l’appellation de « Synthèse », en a été tracé ; à revenir aussi sur ce que l’on pourrait nommer le « moment » de l’interdisciplinarité – des années 1960 aux années 1980. Ces retours à une histoire récente qui prend elle-même place dans la longue durée, ainsi que l’on va d’abord le rappeler, permettront peut-être de mieux jalonner la marche vers l’interdisciplinarité.

 

Contre la « science en miettes »

L’interrogation sur la mise en communication des savoirs, s’est développée dans le contexte de ce que l’on s’est plu à nommer « la science éclatée ». Elle est solidaire d’une protestation contre « la science en miettes » engendrée par les excès de la spécialisation scientifique. Ce qui l’a conditionnée n’est pas libre d’équivoques : la prise de conscience des dommages qu’inflige l’enfermement disciplinaire y voisine avec la volonté de renouer avec un savoir unitaire. La perte de ce dernier a été consécutive à la relève du géocentrisme par l’héliocentrisme, c’est-à-dire, pour reprendre l’image de Koyré, au passage « du monde clos à l’univers infini ».

C’en est alors fini du modèle astrobiologique du cosmos, du clair ordonnancement encyclopédique (enkuklios paideia) effectué par Aristote ; c’est aussi la faillite de la synthèse scholastique et l’afflux désordonné d’objets de connaissance sortis du cadre mental où ils prenaient sens. La formation, avec les académies, de communautés de savants, d’une part, et la confection de dictionnaires encyclopédiques, d’autre part, ont été les instruments de la lutte contre le morcellement et la dispersion du savoir.

Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (tome XI, 1778), page de titre.
Pierre-Olivier Girard, 2009,© Ministère de la Culture et des Communications

On peut tenir l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des Métiers (1751‑1772) pour la première entreprise interdisciplinaire des temps modernes. Diderot et d’Alembert se sont en effet souciés, dans la confection des articles, d’établir des corrélations entre les concepts et les notions propres à chaque sujet traité. De l’entrée en communication de différents secteurs du savoir, plus ou moins éloignés les uns des autres, devaient naître à leurs yeux de nouvelles problématiques.

Toute autre est L’Encyclopédie méthodique qui a pris la suite. Elle est composée d’une série de dictionnaires par matières dont la publication des 206 volumes s’est étalée sur un demi-siècle (1782‑1832). Elle a consacré la prééminence de l’ordre disciplinaire qui a prévalu pendant tout le xixe siècle, et celle aussi du spécialiste sur le philosophe qui fait figure d’amateur éclairé. La désintégration du savoir unitaire d’antan s’est ainsi poursuivie, et la division du travail scientifique accentuée. Avec A.-M. Ampère, A. Comte, H. Spencer, le problème de la classification des sciences mobilisa infiniment plus l’attention que celui de leur connexion.

 

L’article d’origine « De la conversion interdisciplinaire » comprend trois parties :

– Contre la « science en miettes »

– La synthèse d’Henri Berr

– Le moment interdisciplinaire


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search