Éternités numériques

Dans l’Essentiel [Im]matérialités de la mort, dirigé par Valérie Robin Azevedo, Fanny Georges (Sorbonne Nouvelle) s’intéresse aux identités numériques post-mortem et aux usages mémoriaux du web. Nous reproduisons ici un extrait.

 

Sur les réseaux sociaux, rien ne différencie formellement une page de défunt d’une page d’utilisateur non actif s’il n’est pas apposé de signe explicitant le décès.

Lorsqu’elle est publicisée sur Internet, l’annonce du décès peut être faite par mail ou sur un site dédié, mais pour toucher des destinataires inconnus de la famille, elle peut être diffusée également ou alternativement sur le réseau social privilégié par le défunt. Même si ce lieu peut paraître a priori incongru ou inapproprié, il répond au besoin urgent de la famille, en ces moments difficiles que sont les premiers temps du deuil, d’informer l’ensemble des personnes qui étaient chères au défunt, sans fouiller ordinateur et téléphone pour trouver leur contact.

 

Post-mortem, RIP et compagnie

Le premier signe apposé post-mortem, quelle que soit sa forme, prend en charge la double fonction de déclarer et manifester la mort, opérant ainsi socialement et symboliquement la transformation du profil de l’utilisateur en profil de défunt. Stigmate au sens propre et figuré de la mort, le premier signe est le plus sensible car il prend en charge l’annonce du décès à l’ensemble du réseau du défunt, et s’adresse possiblement aux personnes très intimes comme quasi-étrangères des divers cadres concernés par son identité numérique.

Photo : Skyla Design

L’annonce explicite et formelle du décès adopte généralement un style formulaire et neutre, reprenant celui des avis de décès et des annonces des funérailles dans la presse ou les faire-part. Certaines pages ne présentent à l’inverse qu’une sobre énonciation éditoriale : par exemple la mention « En souvenir de », insérée par Facebook suite à la procédure officielle de déclaration de décès. Mais dans la plupart des cas observés, l’annonce était faite beaucoup plus succinctement et indirectement, voire accidentellement, en commentaire de la dernière publication par un simple « Repose en paix » ou « RIP », qui déclenche lui aussi une vague de réactions en chaîne.

 

Des situations gênantes

Les enjeux de l’annonce du décès d’un usager sur son profil ne semblent pas toujours très bien appréhendés par les dépositaires de l’annonce, qui frôle dans certains cas les limites du grotesque. Des proches annoncent les funérailles en utilisant les identifiants du défunt, sans avoir conscience de produire ainsi une mise en scène macabre du défunt annonçant lui-même ses propres funérailles sur Facebook. Ou encore, alors que le mourant est sur son lit d’hôpital, une formulation malheureuse de soutien et de désespoir est faussement interprétée en expression du décès. Il assiste alors sur son mur à l’expression des condoléances contingentes à son propre décès.

L’annonce de la mort sur un RSN ne peut être que très difficilement dissociée du profil sur lequel elle est publiée et dont elle constitue, en quelque sorte, la continuité post-mortem. Le profil Facebook des jeunes adultes en particulier, peut contenir des publications qui, tout en étant accessibles à l’ensemble du réseau, ne sont néanmoins pas destinées à être si largement publicisées, comme par exemple des selfies impudiques d’adolescents s’embrassant ou encore une plaisanterie potache. Par pudeur, respect ou indifférence, les usagers n’abusent habituellement pas de la possibilité qui leur est implicitement donnée de consulter de façon détaillée les informations publiques du mur de leurs « amis ». Or, l’annonce de la mort a pour effet indirect d’exposer largement le profil sur lequel elle est publiée. Les utilisateurs qui ne connaissaient pas intimement le défunt se trouvent ainsi confrontés, en cliquant sur l’icône associée à l’annonce du décès, à des informations gênantes qui n’auraient pas été portées à leur connaissance dans ce contexte solennel.

 

Le chapitre d’origine “Éternités numériques” (p. 69-87) comprend six parties :

– Le surgissement grotesque de la figure du cadavre dans le monde des gratifications immédiates

– L’apposition du stigmate numérique de la mort

– Le basculement vers l’identité numérique post-mortem

– Le cortège funèbre des publications numériques et le travail collectif du deuil

– Le reliquaire numérique

– Éternités numériques ?



Citer ce billet
hermes (2020, 30 janvier). Éternités numériques. Revue Hermès - Cognition - Communication - Politique. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/pifc

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search