Faut-il avoir peur des coups de com’ ?

Luciana Radut-Gaghi

Université de Cergy-Pontoise

 

Il y a quelques mois, le G7 se réunissait à Biarritz. À cette occasion, le chef de la diplomatie iranienne a fait une arrivée surprise au sommet. La presse française a unanimement salué ce qu’elle a considéré comme un « coup de génie », un « coup de maître », mais aussi un « coup de com’ » du président Macron. Que signifie cette expression ?

 

Essayons de comprendre. L’espace de la politique est consubstantiel à l’espace de la communication. La politique d’aujourd’hui a été rendue possible par l’ouverture qu’elle a accordée à la communication. Le réveil des masses, la possibilité apportée par les médias de masse et le besoin de transparence semblaient avoir rendu cette rencontre inéluctable.

Comment se fait-il alors qu’à l’issue du dernier G7, celui organisé en France et qui a mobilisé la côte basque, les médias de tout type et la gastronomie pimentée française, on arrive à mettre en opposition le « coup de com’ » et le génie ? Le Figaro titre le 26 août « Iran : la manœuvre de Macron, coup de com ou coup de génie ? » Le chapô de l’article parle de « coup de théâtre diplomatique ». La journaliste Isabelle Lasserre hésite entre l’illusionnisme et le réalisme pour cataloguer l’action. Il est vrai que la rencontre franco-iranienne avait surpris les journalistes, les politistes, et même le président américain. Ce fut comme dans les vieux temps de De Gaulle ou Mitterrand. La France et l’Europe avaient pris l’initiative et jouaient les acteurs principaux.

La presse française et le “coup de com” du président

Il est vrai aussi que l’image qui accompagne l’article montre Emmanuel Macron détendu, manches de chemise retroussées, à côté de Jean-Yves Le Drian concentré et de la délégation iranienne souriante. Comme une belle affiche publicitaire. Mais si l’on revient au titre, on se doit de souligner l’opposition : ce fut soit un coup de com’ soit un coup de génie. En aucun cas un coup de com’ génial. Car la com’ ne peut avoir rien d’intelligent, n’est-ce pas ?

Un regard rapide dans la presse française, sur ce même évènement, montre l’étendue de l’accusation de « com’ ». Le Point en ligne publie le 27 août : « Sommet Trump-Rohani : le gros coup de com d’Emmanuel Macron ». Dès le départ, on nous parle de la visite iranienne « unanimement saluée comme un “coup de maître” diplomatique de la part d’Emmanuel Macron ». Saluée par… tous.

Le Figaro encore publie le 27 août : « Macron au G7 : simple coup de com ou vrai succès ? ». La logique dichotomique est gardée, mais les termes changent : simple ou vrai, coup de com ou succès. Remarquons aussi l’absence de l’apostrophe qui rappelait le vieux terme « communication » auquel le mot fait référence. Désormais, c’est juste de la « com ».

Mais si « coup de com’ » il y a, comment aurait-on pu l’éviter? Ne pas inviter les médias, ne pas diffuser des images de la rencontre, émettre un communiqué de presse post-factum? Comme un vrai coup de bluff.

Maintenant, est-ce une vraie accusation ou une inertie journalistique? Un an après l’élection d’Emmanuel Macron, Arnaud Benedetti publiait Le coup de com’ permanent, une analyse par un spécialiste de la communication de l’emploi par le nouveau président des techniques actuelles en termes d’image, de narration. Mais si l’on fait une recherche dans les archives des grands médias, on tombe sur pléthore d’occurrences, dans les contextes les plus divers. Le plus souvent lié aux politiques. Le Monde publiait dès 2012 « La “normalité” de François Hollande, vrai changement ou coup de com’? ». Le Figaro semble le plus friand de cette expression : 6 496 résultats de la recherche pour la dernière année sur le moteur en ligne (toutes sections et tout type de contenu confondu, il est vrai). Et à chaque fois pour accuser le « coup de com’ ».

Et dans les autres pays ?

La com’ ne plait pas aux médias, c’est chose connue. Légitime. Et si on essayait de traduire « coup de com’ » en d’autres langues ? On serait déçu. Car la « com’ » française n’est que du vilain coup médiatique ailleurs. « Manovra mediatica » ou « strategia mediatica » en italien. Mais la presse de la péninsule parle en termes retenus de « succès de la diplomatie » et du « G7 de l’espoir » et aussi, un peu d’ironie à l’appui, de « Macron pompier » : « Macron ‘pompiere al G7 nel vertice senza alleanze » (La Repubblica). De manière plus belliqueuse, Corriere della Sera titre « Il blitz di Macron spiazza Trump: l’inviato iraniano atterra al G7 » (Le blitz de Macron déstabilise Trump : l’envoyé iranien débarque au G7). De la bonne guerre, dirait-on, mais pas de la mauvaise com’.

Outre-Manche, The Guardian est sobre : le ministre des Affaires étrangères iranien a fait une « apparition surprise à Biarritz », Macron souhaite (aims) améliorer les tensions Etats-Unis/Iran, et… c’est tout. Même pas la matière pour un vrai « publicity stunt », comme on aurait pu traduire notre coup de com’.

Un arrêt dans la presse allemande, sans « PR-Coup », comme on le dirait par là-bas, ni « Aufregung » d’aucun type, nous indique délicatement : « Wie Macron Iran und die USA an einen Tisch bekommen will » (Comment Macron veut rapprocher l’Iran et les États-Unis) dans le Süddeutsche Zeitung avec une photo plutôt flatteuse de Macron. Le Frankkfurter Allgemeine Zeitung parle de surprise et de grâce, « Irans Außenminister überraschend beim G-7-Gipfel » (c’est-à-dire : Le ministre iranien des Affaires étrangères surprend au sommet du G-7), et « Wie es Macron gelang, Trump gnädig zu stimmen » (Comment Macron a réussi à rendre Trump clément).

En roumain, on aurait dit « lovitura mediatica ». Mais je n’ai rien trouvé sur le coup de com’ de Macron.

Tout compte fait, le coup de com’ ne serait-il qu’une vieille histoire de connivence entre les médias et les politiques ? Sans aucun jugement de valeur, promis.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.