[Appel à contributions] L’érudition. Connaissances et communication

L’érudition. Connaissances et communication.

Numéro coordonné par Dominique Wolton et Bernard Valade.

 

« Pratique d’une méthode consistant à rassembler des documents nombreux et souvent exhaustifs autour d’une recherche », « Connaissances accumulées par l’emploi de cette méthode » (TLF), l’« érudition » fait son apparition dans la seconde moitié du xve siècle. Tout au long des siècles suivants, elle est l’objet d’observations et de précisions sur la place qu’elle occupe dans la constitution du savoir, les disciplines qu’elle mobilise (philologie, diplomatique, histoire entre autres), les relations que l’érudit entretient avec l’« antiquaire », le collectionneur, l’archiviste, le généalogiste, l’encyclopédiste. Ces interrogations portent, avec le « libertinage érudit », sur la « curiosité », le statut des connaissances, le rejet sans appel des systèmes dogmatiques. Associée à des lieux et à des formes de sociabilité – académies au début de la Renaissance, cabinets de curiosité à l’époque des Lumières, sociétés savantes au xixe siècle –, l’érudition est alors sacralisée. Des réserves et des critiques ont été cependant exprimées, qui manifestent une mise en question de l’érudition. C’est, par exemple, Sainte-Beuve qui écrit, dans ses Cahiers en 1869 : « Ce qui distingue le soi-disant érudit de l’amateur éclairé, c’est que le premier hérisse ses pages de notes et ses notes de signes bizarres Cf, rétablit les fautes d’orthographe dans les passages qu’il cite, copie les noms propres estropiés en écrivant sic entre parenthèses, et s’abstient soigneusement de tout agrément ». Par ailleurs et surtout, le déclin des « humanités », la célébration de la « science » et la promotion des « scientifiques », experts et ingénieurs se sont accompagnés d’un recul, sinon d’un discrédit, de l’érudition.

Rembrandt, Rembrandt Harmenszoon van Rijn, dit ; Leyde 15.7.1606
– Amsterdam 4.10.1669. – “Portrait d’un érudit”, 1631. Huile sur toile,
H. 1,045 ; L. 0,920.
Saint-Pétersbourg, Musée de l’Ermitage.

Cette évolution invite à revenir sur une série de points plus ou moins majeurs ou mineurs, comme la différence entre savoir et culture, le règne du spécialiste, le problème de l’édition des « livres d’érudition », les types de vulgarisation scientifique, etc. Elle incite aussi à s’interroger sur le rôle des « intellectuels » et des médias dans ce déclin de l’érudition. Aussi bien s’attachera-t-on, dans une seconde partie – après « l’âge de l’érudition » suivi de celui de sa défaite –, à baliser les voies, non d’une restauration mais d’un renouveau et d’une renaissance des valeurs qui étaient naguère associées à la production de cette forme de savoir – comme le temps de la réflexion, le souci d’exactitude, le contrôle des sources.

Ainsi distribués en deux parties, les textes appelés à être publiés dans une prochaine livraison de la revue Hermès, devront traiter d’une série de questions portant notamment sur : la pratique de l’érudition comme démarche épistémologique, son identification et sa reconnaissance, la figure de l’érudit, et les lieux d’érudition, les rapports existants entre cette dernière et le « savoir », la « culture savante » et la « science » dans différents contextes nationaux – allemand et anglo-saxon, en particulier – et à différentes époques. Les domaines historiques et littéraires, ordinairement privilégiés, ne seront pas seulement visités. Qu’en est-il de l’érudition dans un monde où les GAFA impriment de plus en plus fortement leur marque ? A-t-elle encore sa place dans le fonctionnement des industries de la connaissance ? De nouvelles formes d’érudition émergent-elles au sein des sociétés contemporaines ? Telles sont quelques-unes des principales interrogations auxquelles devra répondre ledit numéro d’Hermès.

Modalités Les textes proposés doivent s’inscrire dans les domaines de recherche étudiés par Hermès. Le catalogue (en ligne : https://hermes.hypotheses.org/1817) et l’ensemble des numéros (en ligne ici : https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue.htm) permettent d’en avoir une vue d’ensemble. La revue encourage une écriture libre et accessible, sans jargon.

Format des résumés : 5 000 signes maximum et une très courte bibliographie indicative.

Les résumés sont attendus pour le 15 janvier 2020 et seront envoyés à l’adresse suivante hermes@cnrs.fr avec comme objet de cet email « proposition Hermès érudition »   Les réponses aux propositions seront envoyées aux auteurs avant le 25 janvier 2020. Les textes qui auront été acceptés, d’une longueur de 20 000 signes, seront à remettre le 15 avril 2020.

 

 

 

 

 

Indications bibliographiques :

BARRET-KRIEGEL, B., La défaite de l’érudition, Paris, PUF, 1988.

CHALINE, J.-P., Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France XIXè-XXè siècle, Paris, éditions du CTHS, 1995.

(Coll.) Représentations, n° spécial (56), « The new erudition », University of California Press, automne 1996.

(Coll.) « Spectres de l’érudition », Colloque international, Université de Lausanne, Dorigny, 2018.

(Coll.) « Reconnaître l’érudition », Actes de la journée d’études des doctorants du Centre des sciences des littératures de langues françaises (CSLF), Paris-Nanterre (2018), Paris, 2019.

GRAFTON, A., Les origines tragiques de l’érudition. Une histoire de la note en bas de page, Paris, Seuil, 1998.

MECHOULAN, E., Érudition et fiction, Paris, Garnier, 2011.

PIEGAY-GROS, N., L’érudition imaginaire, Genève, Droz, 2009.

PINTARD, R., Le libertinage érudit dans la première moitié du XVIIè siècle (1943), Paris-Genève, Slatkine, 1995.

WAQUET, F., Le latin ou l’empire d’un signe XVIè-XXè siècle, Paris, Albin Michel, 1998.

YATES, F.A., Les académies en France au XVIè siècle (Warburg Institute, 1947), Paris, PUF, 1996.

ZEKIAN, S., L’invention des classiques : le siècle de Louis XIV existe-t-il ?, Paris, CNRS Editions, 2012.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.