Visages du populisme

Dans « Europe, mondialisation et populismes », Joanna Nowicki revient sur l’émergence des courants populistes en Europe. Ce texte risque l’espoir qu’une autre modernité (ou post-modernité) européenne est possible, qui pourrait être fondée sur trois points : enracinement dans la culture européenne commune et pas dans un entre-soi national ; esprit de conciliation retrouvé à la place d’un consensus mou ; cosmopolitisme ouvert qui respecte l’âme nationale à la place de l’universalisme abstrait issu de la mondialisation.

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le numéro 85 de la revue Hermès (CNRS éditions et cairn.info)

 

Joanna Nowicki

Université de Cergy-Pontoise

 

Différentes analyses du populisme, parfois antagonistes, sont visibles. Il y a ceux qui parlent d’une situation pathologique de la démocratie, d’un anti-pluralisme dans une démocratie représentative qui conduit à l’affaiblissement de celle-ci. D’autres pensent qu’on est avant tout face au phénomène de démagogie qui, loin d’être nouveau, est amplifié par l’usage des nouvelles technologies et peut menacer un état de droit. Il a recours à un discours et s’appuie sur des méthodes qui menacent le fonctionnement de celui-ci. D’autre part, il y a ceux qui voient dans l’usage du mot populisme avant tout une injure à l’égard des adversaires politiques, qui sert à les discréditer.

 

Bertrand Badie (Badie et Vidal, 2019), adepte de la première vision, analyse le populisme comme une pathologie de la démocratie, une situation de défiance à l’égard des institutions plutôt qu’une politique ou une doctrine. Le populisme ainsi décrit voit son ennemi dans les élites en place, considérées comme responsables d’une situation d’humiliation, des incertitudes économiques et de la non-protection contre des menaces extérieures. Il peut aussi viser l’étranger, le migrant, l’immigré.

Pour ceux qui voient dans le populisme avant tout un discours démagogique[1] qui se sert de méthodes manipulatoires, le populisme n’est pas considéré non plus comme une idéologie mais avant tout comme une attitude qui consiste à se réclamer du « peuple » mythique, de ses aspirations profondes, de sa défense contre les torts qui lui sont faits. Ce peuple mythifié est perçu comme seul élément authentique de la société, capable de remédier à la corruption ambiante. Comme toute manipulation, ce discours joue sur les émotions et fait amalgame entre les faits et l’interprétation des faits. Il dramatise également les difficultés et se situe comme sauveur dans une situation dangereuse.

Ce n’est pas l’angle d’attaque de l’analyse du populisme de Chantal Delsol (2015), qui met ce mot entre guillemets pour signifier sa distance critique à l’égard de l’usage courant de terme. De son point de vue, c’est un courant d’opinion frappé d’ostracisme – on l’utilise comme une injure. Elle met au cœur de son analyse l’enracinement des peuples opposé à l’émancipation des élites mondialisées. Pour l’auteur de cette conception du populisme, il est « le sobriquet par lequel les démocraties perverties dissimulent vertueusement leur mépris pour le pluralisme » (Ibid.).

Problématique remarquée également par Jan Werner Muller (2019), qui voit le populisme avant tout comme un anti-pluralisme, à côté de la prétention à la représentation exclusive d’un peuple, d’une essentialisation de la communauté nationale et d’une moralisation d’un conflit politique. Le populisme analysé ainsi veut éliminer les pouvoirs intermédiaires, jugés comme corrompus et inutiles.

Penser le populisme en Europe

Ce survol rapide de différentes visions du populisme fait apparaître une très grande différence dans les interprétations de ce phénomène : pathologie de la démocratie, anti-pluralisme, une attitude démagogique qui utilise des méthodes contradictoires avec les règles d’un état de droit, injure à l’égard de ces adversaires. Nous sommes face à un phénomène complexe et multiforme, qui revêt des formes variées selon les pays. Par conséquent, il n’est pas aisé de l’analyser de manière générale. Selon les cultures politiques et des traditions culturelles variées, sans parler des expériences particulières auxquelles il peut renvoyer, il peut avoir un visage différent et s’expliquer autrement. Tout le monde s’accorde toutefois sur quelques constats : ce n’est pas une idéologie (car le populisme peut être de droite comme de gauche), et c’est un phénomène important qu’il faut essayer de comprendre, notamment dans le contexte européen pour ceux qui s’intéressent à l’avenir de l’Europe en crise. Ce qui est certain, c’est que ce n’est plus une affaire de spécialistes et du monde politique, mais un sujet qui intéresse des citoyens européens qui font des manifestations, qui signent des déclarations et des pétitions – en bref, qui se font entendre.

En effet, les dernières élections européennes ont montré le retour de l’Europe politique. Les sujets importants, longtemps effacés, sont désormais discutés – l’identité de l’Europe, les mythes et les symboles considérés enfin comme non négligeables, les différences de perceptions et de représentations dans l’interprétation de l’histoire de l’Europe, le sens du patriotisme local et européen, l’enracinement, la cohabitation avec l’Autre, le sens du multiculturalisme européen.

Au sein de ces nombreux débats, deux concepts me paraissent particulièrement révélateurs et signifiants pour comprendre l’atmosphère intellectuelle de notre époque dans le contexte européen : la question de l’enracinement et celle de l’émancipation. C’est le sens de l’affrontement entre David Amiel, auteur avec Ismaël Emelien d’un livre manifeste, Le Progrès ne tombe pas du ciel (2019) et de Paul-François Schira, auteur de l’essai La Demeure des hommes. Pour une politique de l’enracinement (2019)[2] .

[1] Comme le fait par exemple, en analysant la situation polonaise, Jolanta Kurska, présidente de la Fondation Geremek à Varsovie.

[2] Débat qui a opposé ces deux penseurs dans l’émission de France Culture, « Répliques », le 15 juin 2019.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.