Le temps des anchois. Sur le mouvement des “Sardines” en Italie

Alfonso Pinto

Chercheur postdoctoral

École urbaine de Lyon

Tout est parti de Bologne, le 14 novembre 2019, à l’occasion de la venue de l’ancien ministre de l’Intérieur Matteo Salvini. Un flashmob est organisé par quatre jeunes pour contester le leader de la Ligue du Nord (LN). Le résultat dépasse toute attente. Des milliers de personnes se retrouvent sous l’inédit drapeau de la sardine, le petit poisson silencieux qui s’incruste partout grâce à sa petite taille et qui se déplace en bancs très nombreux. Les jours suivants, les succès se répètent. Ailleurs, les Sardines se multiplient en répliquant la formule gagnante de Bologne. Les médias en parlent. De la télé au Web, les Sardines occupent les premières pages de l’actualité politique en soulevant toute une série de questions plus que légitimes, vu la rapidité, la nature et le contexte de ce mouvement.

Depuis août, une “nouvelle vague” anime la politique italienne : mais si le gouvernement rassure Bruxelles et les banques, les naufrages continuent à Lampedusa et les ponts continuent de s’écrouler aux premiers signes de l’hiver. C’est dans ce contexte que les Sardines surgissent dans la mer bolognaise pour affoler les places de l’Italie entière. Mais qui sont-ils ? Que veulent-ils ?

Le premier regard suggère une forte charge anti-salvinienne, ce qui est certainement louable aux yeux de l’auteur de ces lignes. Mais il doit bien y avoir plus. La question préalable concerne la temporalité. Contester Salvini est toujours un Summum Bonum, mais le mieux aurait certainement été de le faire en masse pendant ses fonctions de ministre de l’Intérieur. Cela dit, les Sardines suscitent une curiosité qu’il faut impérativement satisfaire. Quelques jours après les performances de Bologne un manifeste se répand sur le Web. Il commence ainsi :

Chers populistes, vous l’avez compris, la fête est finie.
Trop longtemps vous avez tiré la corde de nos sentiments. Vous l’avez trop tendue et elle s’est brisée. Pendant des années vous avez versé mensonges et haines sur nous et sur nos concitoyens : vous avez uni vérité et mensonge, en mettant en scène leur monde dans la manière qui vous convenait le plus. Vous avez profité de notre bonne foi, de nos peurs et de nos difficultés pour kidnapper notre attention. Vous avez choisi de noyer vos contenus politiques dans un océan de communication vide. De ces contenus, rien n’est resté.

Voilà l’incipit – lequel, pour ce qui concerne notre démarche, est plus que suffisant. Il est important néanmoins de souligner le fait que les Sardines se déclarent, entre autres, en dehors de l’esprit des partis et apolitiques.

Les réactions, comme on peut facilement l’imaginer, n’ont pas tardé et se sont inscrites au sein de l’indépassable dichotomie qui inscrit d’office toute forme d’opinion dans les deux positions préétablies et sans possibilité d’une quelconque voie intermédiaire : si tu n’es pas avec l’un, tu soutiens l’autre.

Un mouvement apolitique?

Essayons d’analyser ce phénomène avec lucidité et surtout avec une ouverture d’esprit qui soit apte à ne pas nous inscrire automatiquement au sein de l’un des deux camps.

Les partisans des petits poissons parlent déjà d’un éveil des consciences, d’un tournant de la « société civile » italienne (j’aimerais vivement questionner la signification de l’expression « société civile »). Le parti démocrate (PD) cherche immédiatement à s’approprier ce mouvement : tout laisse à penser que cela se produira, vu les indéniables analogies en termes de communication et thématiques soulevées. De l’autre côté, le seul argument digne d’attention est justement le reproche fait aux Sardines de ne pas être hors des partis et apolitiques comme elles le prétendent. Il est peut-être trop tôt pour émettre un jugement définitif. Il est toutefois bon de rappeler que les débuts du mouvement 5 étoiles (M5S) sont tout à fait similaires : un soutien de masse et un rejet total des logiques classiques de parti.

Les détracteurs se trompent sur au moins un point. Je fais référence au caractère « apolitique », qui apparaît raisonnablement évident, notamment en suivant les lignes des déclarations émises et les mots du manifeste. Mon impression est que les Sardines ne font que répéter les erreurs du passé. Elles concentrent leur attention sur un individu, qui serait la source de la maladie incurable de la République née en 1946. Ce type de stratégie ad personam a déjà démontré toutes ses limites il y a quelques années avec Silvio Berlusconi. Le Cavaliere a été (justement) critiqué pour ses pratiques morales, pour ses conflits d’intérêts, pour ses conduites bien au-delà de la loi. Toutefois, ces critiques n’ont jamais été accompagnées par un discours vraiment politique, c’est-à-dire capable de convaincre les électeurs que Berlusconi, même en étant la personne la plus honnête et vertueuse de la planète, faisait uniquement le jeu des grandes entreprises italiennes et non des autres classes sociales. Le résultat, nous le connaissons. Le dernier gouvernement Berlusconi tombe en raison du spread et a conduit à Mario Monti.

Contre Salvini

Les Sardines, du moins dans cette première heure de vie, semblent vouloir répéter le scénario, mais cette fois avec Salvini. Le problème est toujours là. Le leader de la Ligue du Nord est critiquable sur quasiment tous les fronts, et doit être critiqué. Il est xénophobe, il est raciste, il ne respecte pas les institutions et, surtout, il a démontré son incapacité à assumer un rôle qui ne soit pas celui de l’agitateur des foules. Paradoxalement, il a été défaillant même les rarissimes fois où il avait dit des choses plus ou moins correctes : même là, il n’a pas été capable de mettre en acte ce qu’il a affirmé. Ce qui manque aux Sardines c’est justement la dimension politique. Quel type de monde voulez-vous ? Quel type de transformation proposez-vous ? La réponse à ces questions pourrait être : « Mais nous nous sommes déclarés apolitiques ». Encore une fois, l’histoire italienne devrait nous apprendre que sans politique, nous n’allons pas très loin, que sans idéologie nous sommes voués à accepter le monde tel qu’il est. Les données sur le chômage, sur la précarité, sur l’état des infrastructures, sur les jeunes qui continuent sans cesse de quitter le pays, ne sont pas encourageantes.

Incarner tous les maux en une seule personne est un jeu profondément dangereux, car il nous pousse forcément à ignorer la structure réelle de nos problèmes. Salvini arrive en 2018 au sein d’une Italie qui se précarise de plus en plus, et au sein d’une Europe qui impose un carnage social auquel on ne parvient pas à s’opposer sans être taxés de souverainistes ou encore pire de nationalistes réactionnaires et antieuropéens. Encore une fois, la déception ne se situe pas au sein de la vague contestatrice, mais dans l’indéniable stérilité « apolitique » de leur propos, de l’ignorance, volontaire ou non, des problématiques réelles d’un pays en crise profonde.

Il reste un autre aspect à analyser, peut-être le plus important. Dans les paroles et dans les gestes des Sardines, dans le fait de se focaliser sur un individu et non sur un système socio-économique, on a l’impression que Salvini est perçu comme un châtiment qui nous a été imposé par le haut, comme un dictateur qui a pris le pouvoir en marchant sur Rome au milieu d’une majorité silencieuse et complaisante. La question est cruciale. Les Sardines – et plus généralement tous les décombres de ce qui reste de la gauche italienne – oublient que derrière le méchant Salvini, il y a 34 % des électeurs qui, pour une raison ou pour une autre, le soutiennent. Pourquoi les classes les plus défavorisées, le bassin électoral historique de la gauche, la raison principale de l’existence même de la gauche, préfèrent croire aux fausses promesses d’un Salvini plutôt qu’aux soi-disant progressistes ? Les Sardines parlent de populisme, mot-valise parmi les plus odieux, catégorie vide dans laquelle on peut inscrire tout ce qui ne plaît pas à une certaine vision du monde.

En apparence, la question est simple, mais cruciale. Pour l’instant, l’esprit de la gauche social network s’oriente vers des considérations de ce genre : « ce sont des incultes, ces gens votent contre eux-mêmes », ou pire encore : « il faut enlever le droit de voter à ces gens ! ». La traduction pourrait bien être « pourquoi les pauvres doivent-ils voter ? ». C’est une exagération ? Peut-être, mais pas forcément. Pour résumer, les Sardines, en ligne avec la maladie endémique de la gauche italienne (et pas seulement italienne), s’écartent encore de la seule pratique qui pourrait vraiment nous montrer la lumière au fond du tunnel et surtout rapprocher les classes populaires : se remettre en question et, surtout, remettre en question les diktats politiques fondés sur le néolibéralisme extrême ; remettre en question l’instrumentalisation de la question des migrants à de pures fins économique ; remettre en question la soumission totale à l’OTAN et à ses pratiques ; remettre en question les dérives ultra-libérales de l’Union européenne, non pour la détruire, comme voudraient le faire Salvini et ses amis, mais au contraire pour essayer de lui rendre justice, de la soustraire aux exigences impitoyables des économies financières.

Pour conclure, un petit fait divers permettra de comprendre l’impasse des Sardines, l’inconsistance (voire la totale absence) de leur projet (non) politique, et peut-être pire, l’ampleur du flanc qu’ils sont déjà en train d’offrir aux différentes formes d’instrumentalisation. Pendant le flashmob de Florence, les Sardines, outre les cartons figurant les jolis poissons, outre les banderoles, ont affiché plusieurs drapeaux de l’Union européenne. Un drapeau rouge, tout seul, a fait son apparition dans la foule. Et alors, ce symbole par excellence de l’antifascisme (auquel les Sardines affirment appartenir), ce symbole de la Résistance italienne de laquelle est née notre République – fondée sur l’antifascisme par constitution – a été délog par les organisateurs.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.