Alain Juppé : « La communication est un art extraordinairement difficile »

Le CNRS fête ses 80 ans en 2019. Dans ce cadre, le comité de rédaction de la revue Hermès a proposé que soient menés des entretiens sur la communication avec les acteurs de la cité.

Anne Lehmans et Vincent Liquète (Université de Bordeaux) ont interrogé Alain Juppé sur sa rencontre avec la question de l’information et de la communication, et l’évolution de son rapport à l’information. Nous reproduisons ici un extrait de son article « La communication est un art extraordinairement difficile », Hermès, n° 85, 2019, p. 173-182.

Retrouvez l’intégralité de cet entretien dans le numéro 85 de la revue Hermès (CNRS éditions et cairn.info)

 

Alain Juppé : J’ai rencontré l’information et la communication dès que je suis entré sur la scène publique, si je puis dire, en 1976, et surtout lors de ma première campagne électorale dans les Landes en 1977‑1978, dans la première circonscription des Landes, où là, bien évidemment, j’ai été immédiatement confronté à la nécessité d’informer et de communiquer, de me faire connaître, puisque j’étais certes un enfant du pays, mais je m’étais éloigné pendant plusieurs décennies. Le souci de l’information et de communication a donc été immédiat. Et puis au long de ma carrière politique et publique, je l’ai également ressenti, avec une évolution qui est presque un bouleversement, il faut bien le dire. Beaucoup de choses ont changé : d’abord parce que j’ai changé moi-même et que j’ai appris en termes de communication ; ensuite, parce que les attentes de nos concitoyens ont changé. Aujourd’hui, il y a une demande d’information qui ne cesse de croître, à laquelle il faut répondre. Et puis, le bouleversement majeur, c’est évidemment l’irruption des technologies de l’information et de la communication. Quand je communiquais en 1977‑1978 et au-delà, c’était uniquement à travers la presse écrite, la radio, et la télévision. Aujourd’hui, l’équilibre entre ces médias et ce qu’on appellera les réseaux sociaux au sens large du terme s’est évidemment totalement modifié, et ça bouleverse complètement la façon de communiquer, le contenu de la communication, les méthodes de communication…

 

Vincent Liquète : Si on met en perspective cette période, et celle de votre formation à l’ENA, vous aviez à l’époque une formation assez poussée autour de la question de la communication politique ?

Alain Juppé : Aucune formation. J’ai d’abord une formation littéraire, l’agrégation de lettres, où vraiment la communication était sur une autre planète. Et à l’ENA, dans l’enseignement de l’école, je n’ai pas le souvenir qu’on nous ait initiés à cette science ou à ces techniques. Forcément, on y a un peu été confrontés dans la mesure où le stage de préfecture à l’ENA est une étape importante dans la scolarité, et là on commence à être en contact avec le public, et on a évidemment – non pas sur le plan politique, mais sur le plan administratif – à prendre en compte la nécessité de communiquer avec les citoyens et de les informer sur ce qu’on fait. Mais c’était de l’apprentissage sur le terrain, ce n’était pas du tout une formation théorique, qu’on n’a pratiquement pas reçue.  […]

 

Retrouvez d’autres extraits de la revue Hermès

⇒ Cédric Villani, député et mathématicien, nous livre sa vision de la communication dans son article : “Communication humaine et masse d’information”, Hermès, n° 84, 2019, p. 140-145.

Violence des propos sur les réseaux numériques

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.