Violence des propos sur les réseaux numériques

Intelligence artificielle, fake news, réseaux sociaux, communication politique : dans le n° 84 d’Hermès, Cédric Villani, député et mathématicien, nous livre sa vision de la communication. Nous reproduisons ici un extrait de son article : “Communication humaine et masse d’information”, Hermès, n° 84, 2019, p. 140-145.

Retrouvez la revue Hermès chez CNRS éditions et cairn.info

 

Le monde virtuel, informatique, informationnel, est devenu un monde d’insultes et de formules péremptoires, alors que le monde réel reste tout de même beaucoup plus policé, courtois, respectueux. Le monde virtuel vire littéralement au chaos et à l’injure permanente.

Pour prendre la mesure de ce phénomène, Mounir Mahjoubi proposait de façon amusante un comparatif entre ce que l’on dit dans un bus aux personnes autour de soi et ce que l’on est capable de tweeter, parfois en même temps. Si les deux flots de paroles en venaient à être permutés on entendrait à longueur de journée des « mais casse toi », « tête de con », « laisse-moi la place », « c’est pas possible », « non mais tu te fous de qui ? », etc. Twitter est un média très dur et en même temps c’est quelque chose à quoi on s’habitue. Quel que soit le tweet que l’on fait, il y a toujours un message d’injure quelque part en réponse.

 

Plus un propos est violent et plus il a de chance d’être « retweeté »

Toutes ces insultes sont inutiles, gratuites et souvent violentes. J’ai reçu un véritable choc le jour où j’ai découvert une photo de moi en train de grimacer avec pour légende : « consolez-vous si vous êtes laid, vous ne pourrez jamais être aussi laid que celui-là ! ». Quelqu’un, dont je n’ai jamais entendu parler, s’en prenait à mon physique, de façon publique, sans chercher à savoir le mal que cela pouvait générer. Alors que j’ai souvent été moqué pour mon style vestimentaire, ce genre d’insulte va bien au-delà.

Les réflexions que certains tiennent au comptoir d’un café se retrouvent sur les réseaux publics et peuvent prendre des tournures ou avoir des conséquences qui dépassent souvent l’intention initiale de leur formulation. Mais il est inutile d’attendre des excuses de la part de leur auteur. Car dans cet univers d’insulte, la faute est toujours rejetée sur celui qui cherche à se protéger, pas sur celui qui attaque. Dans le même temps, dans la vraie vie, les personnes rencontrées spontanément tiennent des propos bien différents. Lorsqu’il s’agit d’aller sur le terrain, par exemple pour distribuer des tracts pour un parti politique, le pire que l’on puisse entendre, ce sont des gens qui refusent : « oh non non », « je ne suis pas de votre bord », ou bien « cela ne m’intéresse pas »… mais jamais une violence verbale telle que celle qui inonde les réseaux sociaux numériques. Il y a, sur ces réseaux, comme un plaisir à tenir des propos extrêmement violents.

Je pense que ces réseaux subissent l’action d’un calcul sur la forme de ce qui est dit, pour satisfaire une quête jubilatoire d’être cité en retour.

Avant de publier un tweet, les gens cherchent à faire en sorte d’être lus par le plus grand nombre et donc d’être repris par des relais de diffusion. L’insulte permet cela et apporte ainsi une forme de plaisir. Plus un propos est violent et plus il a de chance d’être « retweeté ». Au niveau de notre rapport cognitif avec l’information, sur le fait de prendre la parole, il y a certainement là des sujets d’étude intéressants !

 

Ce recours à l’insulte n’est pas récent

Avec les outils de communication actuels, il y a une forme de généralisation et de banalisation de la mise en œuvre de la violence verbale. Cela tient à la fois à un certain anonymat du locuteur et à une satisfaction à voir l’importance produite sur les autres. Bien sûr, ce recours à l’insulte pour être entendu n’est pas récent. Il y a de cela presque trente ans, lorsque j’étais élève à l’école normale supérieure (ENS), nous avions déjà des forums de discussions électroniques. Cela était encore assez rare à l’époque mais il y avait là un véritable outil pour tenir des débats à l’échelle de l’école. Invariablement, ces expressions finissaient en bataille rangée entre les uns et les autres, avec production d’insultes incroyables.

Je me souviens de la réaction horrifiée d’une de mes amies à qui j’avais montré cela ; elle m’a dit « ne t’approche pas de cela, c’est une horreur » et a même ajouté « c’est satanique » ou quelque chose dans ce genre. Et je vois maintenant comment toutes ces expressions libres étaient un précurseur de ce qui allait arriver plus tard, à l’échelle mondiale. Il y avait là des profils d’authentiques geeks, timorés, qui parlaient tout bas en public et qui se déchaînaient sur les forums, utilisaient des pseudos délirants et racontaient n’importe quoi.

Je me suis souvent demandé s’il s’agissait d’une sorte d’exutoire, comme une manifestation de quelque chose qui avait besoin de se faire, ou bien si au contraire c’était la forme d’expression qui facilitait le déversement et produisait une violence très impressionnante.

Tout cela dit quelque chose sur notre relation à la communication virtuelle…

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.