Les regards des élus : un changement de perspective

Par Fiorenza Gamba

Institut de recherches sociologiques

Université de Genève

Fiorenza.Gamba@unige.ch

Un groupe de sept plus un politiciens élus (le Conseil fédéral suisse), sur un fond noir avec une silhouette blanche (les symboles suisses), qui prend en photo avec un smartphone des personnes (les citoyens) qui le regardent, éclairées par deux projecteurs.

 

 

Voilà la photo officielle du Conseil fédéral suisse pour l’année 2019 diffusé le 31 décembre 2018. Elle a été réalisée par sept apprentis médiamaticiens de l’Office fédéral de l’informatique et de la télécommunication en suivant la seule consigne donnée par le président Ueli Maurer : réaliser la photo avec un smartphone. Le titre de la photo, choisi par les apprentis est Un changement de perspective. Message officiel assigné par l’administration : le Conseil fédéral se focalise sur le peuple.

Représenter la politique

La photo envisage la thématique de la représentation de la politique et de la narration qui la soutient au prisme des dispositifs de la vision. Elle renvoie aussi à l’usage du dispositif, qui est à la fois enregistrement et production de sens.

La représentation officielle de la politique et des politiciens a longtemps été l’apanage exclusif des professionnels de la communication et de leurs outils également professionnels. Ce système visait à la réalisation d’un récit légitimé à l’intention d’un public dans le but de s’assurer une lecture hégémonique et de limiter autant que possible les effets d’une lecture oppositionnelle, selon le modèle et le processus identifiés par Stuart Hall (1973). Les smartphones, en tant que dispositif d’enregistrement et de production de sens, ont contribué à altérer cette modalité de représentation. Car si la tension entre passivité et activité des audiences est toujours de mise, le redoublement des éléments du régime scopique (Metz, 1975 ; Jay, 1998, 2011) qui entraine une multiplication des sources, des destinataires et des messages, n’est probablement pas tellement éclairé.

Dans le cas de la photo du Conseil Fédéral, la tâche de représenter par une image la politique du Conseil est confiée à un groupe d’apprentis qui utilisent un dispositif vidéo formellement non professionnel : le smartphone. Ceux-ci, qui sont aussi sur la photo, veulent signaler l’attention de la politique pour la population, comme le titre de la photo l’explicite. Le regard n’est plus exclusivement focalisé sur les politiciens, mais aussi de reflet, sur le public qu’on aperçoit au premier plan. Précisément, c’est le président qui dans l’image prend lui aussi une photo du public avec un smartphone.

Un changement de perspective qui a des précédents

De ce changement de perspective, on a eu d’autres exemples analogues : le selfie du président Obama avec le Premier ministre Cameron et la Première ministre Thorning-Schmidt à la cérémonie de commémoration de Nelson Mandela en 2013 (Miltner et Baym, 2015) ou le selfie collectif des supporters de Hillary Clinton en 2016 (Belden-Adams, 2018). Pour le premier, cela exprime un moment d’autoréflexivité, voire d’inopportunité ; pour le second, un changement de perspective à visée marketing. Ils sont tous deux complétés par l’intervention d’un autre point de vue, qui est celui du regard qui enregistre la scène : celui des photographes professionnels.

Dans la photo du Conseil Fédéral les regards se croisent : le regard du système des médias sur les politiciens, le regard des politiciens sur le public (et celui hypothétique du public sur les politiciens). Finalement, il y aussi le regard des médias sur eux-mêmes, représenté par la brève vidéo des sept apprentis, tournée par un groupe d’anciens apprentis pendant la réalisation du cliché. Il n’y a ici rien de spontané ou d’occasionnel, puisque tout le processus de mise en vision et mise en valeur a été préalablement décidé selon les formats de la communication politique (Wolton, 2015). Pourtant, l’impression qui en découle est un processus non formel et participatif. Il y a ici ceux qui regardent et ceux qui sont regardés, ceux qui regardent le regardé et le regardant, et encore ceux qui enregistrent ce troisième regard. Ici, le smartphone joue son rôle de dispositif d’enregistrement et de diffusion d’images, aussi bien que de médium symbolique diffusant une narration (Manovich, 2001). Objet symbolique lui-même représenté dans la narration.

On les appelle regards en référence au régime scopique, mais ils sont aussi les sources des narrations qui se reflètent réciproquement comme dans un jeu de miroirs. C’est la narration d’une classe politique proche des citoyens, d’une classe politique ouverte au changement, et de surcroît, la narration des médias comme système transparent et non centralisé.

Quel impact a eu ce croisement de regards et de narrations sur l’audience ? Difficile à dire, mais sans doute cet ensemble prime à une (auto)représentation de la politique qui est spécifiquement suisse, multicentrique, où l’apport des différentes idées et forces participe à la construction de l’image d’une politique interlocutrice, porteuse d’une démocratie active et attentive.

 

Pour aller plus loin :

Belden-Adams, Kris (2018). « Redefining the “Document”: Social-Media Photographs as Narrative, Performance, Habitude », in Cammaer, Gerda, Fitzpatrick, Blake et Lessard, Bruno (dir.), Critical Distance in Documentary Media, Cham, Springer International Publishing, p. 195-208.

Hall, Stuart (1973). « Encoding and decoding in the television discourse. » CCCS-University of Birmingham.

Jay, Martin (1998). « Scopic Regimes of Modernity ». Discussions in Contemporary Culture: Vision and Visuality, Seattle, Dia Art Foundation.

Jay, Martin (2011). Essays from the Edge: Parerga and Paralipomena, Charlottesville, University of Virginia Press.

Le Temps (2018), « Sur sa photo officielle, le Conseil fédéral photographie le peuple » (lire en ligne)

Manovich, Lev (2001). The Language of New Media, Cambridge, Mass., MIT Press.

Metz, Christian (1975). « Le signifiant imaginaire.  » Communications, 23(1): 3-55.

Miltner, Kate M et Nancy K Baym (2015). « The selfie of the year of the selfie: Reflections on a media scandal », International Journal of Communication, 9(2015), 1701-1715.

Wolton, Dominique (2015). La communication, les hommes et la politique, Paris, CNRS éditions.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.