[Compte rendu] Congrès mondial Orbicom 2019 – La liberté d’expression à l’heure du numérique. Entre infox et intelligence artificielle

Congrès mondial Orbicom 2019 – La liberté d’expression à l’heure du numérique. Entre infox et intelligence artificielle, université de Strasbourg, 13-15 mai 2019.

Organisateurs : laboratoire inter-universitaire des sciences de l’éducation et de la communication (Lisec) – Chaire Unesco « Pratiques journalistiques et médiatiques » de l’université de Strasbourg – Réseau Orbicom – Parlement européen – Ville de Strasbourg.

Orbicom est le réseau des chaires Unesco en information et communication. J’y retrouve ce que j’avais pu observer dans le champ des sciences sociales, à savoir le primat de la dimension régionale sur les rencontres nationales ou mondiales.
Anne-Marie Laulan

Résolument international (trente nationalités représentées), réunissant des spécialistes de l’information habitués à s’exprimer, ce colloque pourrait donner une impression de « désordre » : un thème vaste et non défini, « la liberté d’expression » ; un nombre incroyable d’ateliers dispersant en petits groupes la centaine d’intervenants ; sans négliger les majestueux lieux d’accueil, dont le Conseil de l’Europe si impressionnant, obligeant les congressistes à parcourir cette ville étendue autant que magnifique, pour entendre des conférences de haut niveau.

C’était répondre, par avance, aux propos de Dominique Wolton, lors de sa conférence inaugurale. Comme à l’accoutumée, il a réaffirmé l’impossibilité de communiquer, dénoncé l’illusion (fugitive) de l’échange, de l’acceptation d’un Autre différent.

Les comportements lui donnent raison, même si certaines figures séculaires tentèrent de protester. Dans les faits, se sont regroupés les chercheurs de même obédience culturelle et linguistique : les hispanophones, très actifs et remuants, les chercheurs venus d’Afrique confrontant leurs difficultés face aux inter-dimensions de l’expression, etc.

Le passage du flambeau présidentiel à Jamal Eddine Nadi, Marocain dynamique, longtemps responsable de la Haute autorité de la communication de l’audiovisuel en son royaume, marquera probablement un tournant. Ce souffle cosmique d’Orbicom traversant les océans, conduira l’an prochain au déplacement vers l’Asie, mais en terre musulmane.

Certes, les actes vont être publiés, certes des synthèses ont-elles été tentées, in fine celles et ceux qui venaient renforcer leurs convictions scientifiques en ce domaine resteront sur leur faim : pas de doctrine, des expériences, du vécu, de l’« aventure », bref, la liberté en train de naître. Ce Colloque, foisonnant, peu académique, mais si chaleureux, tenait plus de l’échange, du bonheur d’être ensemble que d’un lieu de parole magistrale. Outre la synthèse prononcée par Elizabeth Gardère, les actes  à venir, publiés par Yves Théorêt à Montréal, laisseront une trace durable d’une communauté vivante quoique « désordonnée ». Il y faudrait une fresque comme celle de la mairie de Strasbourg relatant la naissance de l’Europe suite à des amours divines…

En ma qualité de « doyenne », j’eus l’occasion de rappeler le jugement de Platon : « Le juste sur sa croix est plus heureux que le tyran en son palais », et de terminer sur le prix à payer pour la liberté d’expression, par l’exemple d’Antigone.

Anne-Marie Laulan
Université Bordeaux-Montaigne


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.