[Rencontre-débat] L’information et la communication au cœur des connaissances – 10 septembre 2019 – CNRS

À l’occasion des 80 ans du CNRS, la revue Hermès propose une demi-journée de rencontre autour de cinq questions fondamentales pour saisir les enjeux politiques et scientifiques du xxie siècle.

Cinq chercheurs ont répondu à l’invitation des membres de la revue Hermès et dialogueront avec eux sur le rôle des algorithmes dans nos sociétés, la montée des populismes en Europe, la place de l’interdisciplinarité dans les sciences, la relation entre le scientifique et le politique, ou encore la révolution de la traduction automatique… De quoi donner matière à une réflexion critique sur les transformations du monde contemporain.

Chaque discussion sera suivie d’un échange avec la salle.

Enrichies des observations faites par les participants, les communications présentées seront publiées dans un numéro spécial de la revue Hermès qui paraîtra en novembre 2019.

 

Sur inscription uniquement : hermes@cnrs.fr

Réponse souhaitée avant le 6 septembre 2019.

Programme

Ouverture 14h30

1 –  Démystifier les algorithmes 
Gilles Rouet, université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et Jamal Atif, LAMSADE (CNRS/Université Paris-Dauphine), chargé de mission « Science des données et intelligence artificielle » à l’Institut des sciences de l’information et de leurs interactions (INS2I) du CNRS. 

Les algorithmes font désormais partie de notre environnement et sont en particulier intégrés à de nombreux dispositifs de prises de décision, au sein des sociétés. Les puissances de calcul et d’analyse, souvent articulées avec une compilation d’informations produites notamment par les citoyens/usagers eux-mêmes, permettent d’envisager des progrès en matière de prédiction ou d’efficacité d’allocation des ressources, par exemple. Mais les algorithmes restent des constructions humaines, et sont à envisager en tant que telles…

 

2 – L’interdisciplinarité en questions
Bernard Valade, université Paris-Descartes, Luc Trouche, Institut français de l’éducation, École normale supérieure de Lyon.

Conçue en termes de convergences, de collaborations, de « croisements » disciplinaires et mise en œuvre dans de nombreux secteurs de la recherche scientifique, l’interdisciplinarité est une pensée et une pratique. On s’interrogera sur les raisons pour lesquelles elle peine encore à s’institutionnaliser et les problèmes que pose toujours la communication entre disciplines.

 

3 – La communication aux frontières d’un dialogue science-politique
Éric Dacheux, LCS, université Clermont-Auvergne et Agathe Euzen, LATTS (CNRS/École des Ponts ParisTech/Université Paris-Est Marne-la-Vallée), directrice adjointe scientifique de l’Institut écologie et environnement (INEE) du CNRS.

Ce dialogue est un partage d’expérience à partir de deux positions différentes : celle d’un chercheur dont l’un des objets de recherche est le lien actuel entre communication politique et communication scientifique (É. Dacheux), celle d’une chercheuse qui est engagée, au travers de son rôle de directrice adjointe scientifique de l’Institut de l’écologie et de l’environnement du CNRS, dans différentes arènes politiques où l’on cherche à lutter contre le réchauffement climatique ou à mettre en œuvre les Objectifs de développement durable (A. Euzen). Deux approches différentes pour une même conviction : c’est en étant dans le monde que le scientifique peut le mieux contribuer à l’émancipation démocratique.

 

4 – Les machines remplaceront-elles les traducteurs ?
Michaël Oustinoff, Lirces, université de Nice Sophia-Antipolis (UCA) et François Yvon, Limsi (CNRS).

Nous assistons actuellement à une véritable révolution dans le domaine de la traduction automatique à l’heure de la mondialisation. Les machines supplanteront-elles totalement les traducteurs « humains » ?

 

5 – L’Europe à l’épreuve de la mondialisation et des populismes 
Joanna Nowicki, professeure à l’université de Cergy-Pontoise, vice-présidente déléguée RI,  et Catherine Wihtol de Wenden, Sciences Po CERI (CNRS).

Une autre modernité européenne est possible si on tire toutes les conséquences de la crise qui secoue le continent, due aux bouleversements géopolitiques et à la vague des populismes inédits. Quelques pistes sont proposées par les spécialistes des questions européennes.

 

Conclusion 18h – « L’information et la communication au cœur des théories de la connaissance »
Dominique Wolton, directeur de la revue Hermès (CNRS).

La journée se terminera par un moment de convivialité autour d’un verre.

 

Mardi 10 septembre 2019

14h30 – 18h30

CNRS

Campus Gérard Mégie

Auditorium Marie Curie

3 rue Michel-Ange – 75016 Paris

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.