L’organisation métaphorique du Brexit

Par Johannes Angermuller – Professeur d’analyse du discours, des langues et de linguistique appliquée, Open University, Milton Keynes, UK; Centre for Applied Linguistics, Warwick, Coventry, UK; directeur groupe de chercheurs, CEMS, EHESS, Paris, France

 

Il y a trois ans, lors d’un référendum consultatif, 51,9 % d’un groupe d’électeurs composé de citoyens britanniques, du Commonwealth ou irlandais, ont coché une case sur leur bulletin de vote signifiant qu’ils voulaient « quitter l’Union européenne ».

Les partisans de la campagne pour le Brexit n’ont jamais présenté de plan. On n’a jamais su exactement ce que ces 17,4 millions de personnes voulaient transmettre ou réaliser. Personne n’avait prévu le chaos sans précédent au sein du gouvernement, de la fonction publique et du Parlement britannique, provoqué par la tentative de mettre le Brexit en pratique. Depuis 2016, tous les postes de pouvoir sont occupés par des sectaires nationalistes et des anarcho-fascistes, tandis que le Parti travailliste de Corbyn reste ambigu.

Le référendum sur le Brexit nous rappelle combien il est difficile de décrypter ce que cocher une case signifie. Comment « la volonté du peuple » a-t-elle été définie dans les pratiques de construction de sens des débats publics ? Les métaphores, utilisées pour projeter des significations complexes, ont joué un rôle majeur dans le débat.

Il faut s’interroger de manière critique sur la façon dont les métaphores ont accompagné le Brexit des deux côtés du débat, le Brexit ayant souvent été présenté comme un conflit entre un camp et un autre (externe). Les mots « Brexit », « Remain », « reprendre le contrôle », « deal/no deal », véhiculent des métaphores spatiales où un côté s’oppose à un autre.

Banksy does Brexit. CC by 2.0

Autre problème, il est souvent sous-entendu que le Brexit sera résolu par un événement final tel que « Sortie », « Proposition finale », « Bord du gouffre », « Implosion ». « La fatigue du Brexit » cède à ces métaphores. Elle est en proie à l’idée fausse que le problème pourrait être résolu en séparant deux entités par une « coupure nette », comme lors d’un divorce qui permet aux deux partenaires de continuer leur vie.

La façon dont les événements se sont déroulés nous montre que ce n’est pas ainsi que les choses se passent. Alors que les institutions démocratiques sont devenues dysfonctionnelles, ces trois dernières années ont lentement réduit à néant un certain nombre de réalisations majeures. Il y a eu un mouvement de délitement dans divers domaines, y compris certains dommages économiques (environ 3 % du PIB).

Si le Royaume-Uni quitte l’Union européenne, son déclin va s’accélérer. Ce serait une erreur de croire que le Brexit aboutira à une solution qui permettra à tout le monde de se réveiller d’un mauvais rêve et de reprendre une vie normale. Au contraire, si le Brexit n’est pas arrêté dans sa course folle, nous assisterons à la dissolution des institutions de régulation en Grande-Bretagne, en particulier dans les secteurs réglementés par l’Union européenne tels que l’alimentation, la santé, les transports, les finances, l’hygiène, les droits des consommateurs, les normes industrielles, la sécurité, etc. Et plus le Royaume-Uni s’engagera dans cette voie et détruira son tissu réglementaire interne, plus la route sera longue pour que les Britanniques se relèvent.

Puisque le Premier ministre britannique (et de nombreux autres membres de la classe politique britannique) a fait preuve d’un tel talent pour prendre les mauvais virages, brûler les ponts, aliéner des pans entiers de la population et créer une confusion maximale, c’est aux 27 chefs d’État européens qu’il appartiendra de décider de l’avenir du Royaume-Uni.

J’ai l’impression qu’il existe un fort sentiment de « fatigue du Brexit » de part et d’autre. « La fatigue du Brexit » a conduit beaucoup de gens à la lassitude… Elle explique pourquoi les sondages britanniques montrent un soutien incroyable (plus de 40 %) pour le « no deal », c’est-à-dire pour une rupture totale (alors qu’il y a eu une petite majorité, cohérente et croissante pour le Remain). Plus inquiétant, l’option « no deal » est actuellement discutée parmi les gouvernements européens menés par la France (dans l’espoir que le Royaume-Uni revienne immédiatement). Toutefois, s’il n’y a pas d’accord, les problèmes ne feront que s’aggraver et le retour à une situation normale sera plus difficile. Le Royaume-Uni risque d’échouer en tant qu’État-nation, la guerre en Irlande du Nord pourrait éclater, et l’île pourrait connaître une catastrophe humanitaire.

Il peut être tentant de souligner l’erreur ridicule qu’est le Brexit et d’ajouter à un sentiment généralisé d’humiliation, la honte et l’échec du Royaume-Uni. Les 27 gouvernements ne devraient pas percevoir le Brexit comme un conflit pouvant être résolu par un divorce, mais comme quelque chose qui pourrait transformer le Royaume-Uni en île laide et en faillite. Ils devraient réfléchir à des mesures appropriées pour éviter que le pays ne s’effondre complètement. Les Européens et l’Union européenne devraient continuer à se concentrer sur la création d’un environnement de confiance et de sécurité, de raison, de respect et d’argumentation civilisée, tout en étant conscients des limites et des intérêts légitimes de l’Union européenne.

Il est impossible que le Brexit réussisse. L’histoire a déjà rendu son verdict… Mais il peut encore se transformer en désastre si on ne l’empêche pas de s’aggraver plus rapidement encore.

(texte traduit de l’anglais par Axel Boursier)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.