Sortez, adolescents !

Par David Galli, université de Toulon

 

Mantes-la-Jolie, un jeudi de décembre : quelques dizaines d’adolescents sont à genoux, mains sur la tête, entourés d’agents des forces de l’ordre. Des violences ont été commises, et l’interpellation spectaculaire a été filmée avant d’être relayée sur les réseaux numériques. Remontant jusqu’aux chaînes d’information et journalistes, l’événement fait polémique. Avec quelques mois de recul, ce n’est pas tant le traitement médiatique qui m’intéresse, mais plutôt la « participation à un attroupement violent » que l’on reproche aux 151 adolescents interpelés. Qui sont-ils ? Peut-être des lycéens, emplis d’énergie et de revendications face à des réformes qu’ils jugent injustes ? Des jeunes gens qui œuvrent en bandes ? Des corps qui se lient dans la proximité physique de la relation ? Être adolescent, c’est voguer au sein d’une période tumultueuse, un bouleversement dans son histoire.

Cette expression d’une forme de colère de ces adolescents fait écho à une recherche que je mène en immersion. Comme à Mantes-la-Jolie, les adolescents qui me font part de leur récit de vie dans le Var expriment des sentiments en mutation. C’est le cas de Maxime et Émilie, adolescents que j’interroge sur leurs relations humaines. En latin, adolescens signifie « grandir » : et on pourrait rajouter que cela ne se fait pas sans l’autre. Ils quittent les idéaux de l’enfance en tentant de se chercher une identité. Détachés d’un environnement parental sécurisant, de nouvelles émotions naissent et les dirigent vers l’extérieur. C’est une exploration, toujours risquée, mais nécessaire. L’enfant s’adapte à de nouveaux désirs auxquels les parents ne peuvent fournir satisfaction. C’est ce sursaut relationnel dont me parle Émilie quand elle laisse échapper : « ma mère, je la supporte plus ». Dépassant l’incommunication avec ses proches à la maison, l’adolescente va développer d’autres liens avec ses pairs, ailleurs. Mais cet ailleurs, est-il physique ou s’ancre-t-il dans des logiques numériques ?

Lycéens interpelés à Mantes-la-Jolie. Capture d’écran Twitter

L’adolescence pose la question du « devenir » dans un corps en changement. « Je suis bon à rien » lance Maxime à son père en présentant un énième bulletin de notes peu reluisant. Cette situation, classique, fait pourtant l’objet d’une communication humaine encourageante au cœur de la famille. Souvent, c’est plutôt l’acommunication qui domine : l’adolescent claque la porte et s’enferme dans sa chambre croyant évacuer les inconvénients de l’existence. C’est d’ailleurs à ce moment crucial qu’il échange des messages en ligne avec ses amis, qui vivent la même chose. L’adolescent ne sortirait-il plus, allant chercher les remèdes de ses maux dans le pharmaphone ? Ce dernier, en bon compagnon du quotidien, tend vers des poisons qui écartent la communication humaine, physique, affective.

La « colère » surgit alors contre les parents qui perdent le monopole de la figure rassurante. La communauté s’annonce plus attractive : c’est la recherche du « semblable ». Mais avec des réseaux fondés sur des algorithmes qui assèchent les écarts, advient la quête de « l’identique ». Or l’identique, à la différence du semblable, me semble laisser peu de place à l’individu. L’identique conduit vers la standardisation, terreau de la violence collective. Que reste-t-il de la communication humaine ? Avec son inattendu, ses embarras, ses incompréhensions ?

À Mantes-la-Jolie, la colère a fait vaciller le tonus musculaire et la dilatation des vaisseaux périphériques des adolescents. Tantôt réponse à une atteinte à leur système de valeurs, tantôt contagion émotionnelle, celle-ci s’ancre dans des fondements biologiques qui s’articulent avec la psyché et la société. Elle jaillit au moment où l’ordre intérieur, tourné vers l’avenir – vers le « grandir » de l’adolescence –, est perturbé. L’énonciation d’un mot, l’évocation d’un souvenir ou l’apparition d’un signifiant d’une apparente neutralité s’improvisent parfois comme de subtils déclencheurs. C’est l’histoire d’une vie. L’individu exprime sa colère par le corps, en un mouvement, par des formes de vitalité. C’est cet adolescent tout d’un coup qui fronce les sourcils, repousse son assiette et quitte la maison soudainement. La colère « se partage », comme toutes les émotions. Mais l’on ne parle pas ici d’un partage réduit par les plates-formes numériques. Les émotions impactent les corps, se vivent et se communiquent.

La colère rassemble les adolescents autour de rêves communs. Soudain, avec une énergie fulgurante, des voitures sont renversées, des poubelles incendiées. En pleine prise de risque, les adolescents pénètrent dans une forme de rite de passage moderne. Pour affronter les réformes du baccalauréat et de Parcoursup, trois cents lycées et collèges sont bloqués : l’acommunication devance la négociation. Or c’est l’incommunication qui permet d’envisager la communication. Cette communication humaine nécessaire aux mutations de l’enfance vers l’adolescence. L’enjeu est donc toujours ce besoin de l’autre, qu’il soit ami ou ennemi. Sortez, adolescents, l’autre est au-dehors !

 

 

 

Pour aller plus loin :

Damasio, A., L’Ordre étrange des chosesLa vie, les sentiments et la fabrique de la culture, Paris, Odile Jacob, 2017.

Galli, D., « L’embarras en communication », Hermès, no 82, 2018, p. 21-29.

Le Breton, D., Les Passions ordinaires. Anthropologie des émotions, Paris, Payot, 2004.

Le Breton, D. et Marcelli, D., Dictionnaire de l’adolescence et de la jeunesse, Paris, Presses universitaires de France, 2010.

Lelord, F. et André, C., La Force des émotions, Paris, Odile Jacob, 2003.

Renucci, F., « Le corps et ce besoin de l’autre », Hermès, no 80, 2018, p. 89-95.

Rimé, B., Le Partage social des émotions, Paris, Presses universitaires de France, 2009.

Vincent, J.-D., Le Cœur des autres, Paris, Plon, 2003.

Wolton, D., Indiscipliné. La communication, les hommes et la politique, Paris, Odile Jacob, 2012.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.