Les Gilets Jaunes sur les murs

Par Christian Gerini
Université de Toulon

 

Les actes collectifs de résistance et les combats prennent, on le voit dans le cas des gilets jaunes, une forme nouvelle de mobilisation et de communication qui contournent et critiquent largement la presse classique, télévisuelle ou papier, en passant par les réseaux sociaux numériques (RSN) et la communication instantanée via les smartphones. Mais un autre type d’expression de cette « révolte », ou du soutien que certains lui expriment, passe par ce que l’on nomme aujourd’hui le street art, même si nombre d’acteurs de ce champ de l’art trouvent l’expression inappropriée et relevant d’une forme de récupération de ce qu’ils font sur les murs, ce qui peut être le cas dans le sujet qui nous occupe comme nous allons le voir.

C’est ainsi que sont apparus depuis le début de ce mouvement de contestation des messages sur les murs relevant soit du simple mais explicite graffiti, soit d’œuvres murales individuelles ou collectives que d’aucuns classeraient sous l’appellation « muralisme » s’il s’était agi de commandes officielles. Cette dernière phrase ne peut que nous renvoyer aux œuvres murales de Diego Rivera au Mexique à partir des années 1920 (et plus largement au muralisme mexicain). Mais ce contexte est différent, puisque les peintures murales de Rivera étaient officielles et font partie du patrimoine du Mexique. Elles exprimaient cependant en même temps des convictions politiques et idéologiques, comme nous le dit Monique Plâa, dans Aspects du muralisme mexicain publié en 2008 aux Presses universitaires de France : « Pour les muralistes, pour Rivera et Siqueiros du moins, il faut que les murs donnent à voir, à comprendre et poussent à l’action.» (Plâa, 2008, p.39).

Cette citation pourrait s’appliquer ici à la façon dont certains artistes du street art ont exprimé le mouvement des gilets jaunes sur les murs. La mobilisation qu’ils encouragent est par exemple fortement exprimée dans cette « Liberté guidant le peuple 2019 » à Paris, rue d’Aubervilliers le premier week-end de janvier 2019 :

 

Cette fresque inspirée de Delacroix a eu un impact considérable sur les médias classiques (télévisions et presse papier) et en ligne (en particulier sur d’innombrables pages des RSN). Mais c’est là que l’ambigüité liée aux technologies numériques et à la récupération par le marché de ce que l’on nomme le street art est frappante. Comme l’a souligné le quotidien Le Parisien  dans son édition papier et en ligne du 10 janvier 2019, cette œuvre de Pboy contient une énigme : « Non seulement l’œuvre, inspirée du célèbre tableau d’Eugène Delacroix  (…) puise dans l’actualité brûlante. Mais elle contient une énigme cachée dont la résolution peut faire gagner… près de 900 € en bitcoins, une monnaie virtuelle qui fête ses dix ans. ». En outre la fresque « a été sponsorisée par un entrepreneur britannique », et est considérée comme un « beau coup de pub pour l’artiste : très fort ! » pour reprendre les termes utilisés par un amateur de street art interviewé par le quotidien. Cette ambigüité est assumée par l’artiste sur son site et dans le même article du journal : « Mes fresques murales encouragent les gens à se faire leur propre opinion sans leur imposer un discours au préalable ». On est donc ici dans le cas d’une conséquence de l’artification du street art et de la dimension numérique qui y a participé, comme nous l’avons souligné dans le volume 72 de la revue Hermes intitulé L’artiste, un chercheur pas comme les autres.

Mais dans le sujet qui nous intéresse, les réseaux sociaux ont pu être simplement un moyen de véhiculer une contestation d’artistes des murs directement ou indirectement liés au mouvement des gilets jaunes. Dans le cas par exemple des Black Lines, collectif informel fondé par Itvan et Lask et qui rassemble au gré du vent les artistes urbains dont les œuvres sont essentiellement revendicatrices et engagées contre toutes les formes de domination économique, politique ou culturelle, la présence très importante sur le web via les RSN (Facebook, Twitter, Instagram, etc.) et les sites contestataires ou d’information n’est qu’un prolongement de ce qui est fait sur les murs. C’est le cas par exemple avec cette vidéo sur Youtube qui nous renseigne à la fois sur la création des Black Lines et leur implication pour les gilets jaunes. Internet est alors un outil majeur pour atteindre des publics qui ne vont pas forcément voir les œuvres in situ, comme pour assumer une mémoire de ces œuvres par définition éphémères – et particulièrement concernant les gilets jaunes lorsqu’un mur fait par les Black Lines est très rapidement effacé pour des raisons évidemment politiques, comme cela a été dernièrement le cas de celui de la rue d’Aubervilliers à Paris.

 

Ceci étant, les Black Lines sont donc un collectif, mais les individus qui le constituent ont leurs actions sur les murs indépendantes des œuvres collectives, à Paris mais aussi partout en France. On peut citer parmi eux MOZE du « crew » ODC (Old Dirty Crew, devenu par conviction et parallèlement Organisation démocratique citoyenne), DYLEM et bien d’autres gilets jaunes qui se sont exprimés sur les murs comme sur leurs propres gilets comme nous le montre de façon artistique autant que militante le site Plein le dos et leur page Facebook.

On ne peut pas s’empêcher d’établir un parallèle avec l’expression d’autres révoltes ou révolutions qui se sont en leur temps aussi exprimées sur les murs : les révolutions arabes, mai 1968, pour ne citer que les plus récentes. Et l’impact d’internet, des RSN et autres formes de diffusions numériques, comme des smartphones et de la rapidité de diffusion qu’ils permettent, reste un sujet à étudier et évaluer.

Pour en savoir plus :

Gerini C.,  « Le street art, entre institutionnalisation et altérité », Hermès, n° 72, dossier “L’artiste, un chercheur pas comme les autres”, 2015, p. 103-112.

Plâa, M., Aspects du muralisme mexicain, Paris, Presses universitaires de France, 2008.

Stewart, J., Graffiti kings, New York City Mass Transit Art of the 1970s, New York, Abrams, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.