L’Homme des confins. Pour une anthropologie interculturelle

Joanna Nowicki, 2008.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Le point focal de l’Europe a été, est encore, sa frange occidentale. Objet de désir et de convoitise, il fait les modes et les tendances. Pourtant, à y bien regarder, la partie médiane de l’Europe est depuis des temps immémoriaux un lieu privilégié d’échanges, d’apprentissages, d’ouvertures.
Dans cette histoire mouvementée, s’est développée l’expérience de l’exil, de l’existence plurinationale, celle de Kundera ou de Todorov, celle de Milosz ou de Gombrowicz, où l’on discerne à quel point l’ouverture aux langues et aux cultures de l’autre est une richesse. Par là même la garantie d’une entente et d’une paix durables.
De fait, cet « homme des confins », qu’il soit de Pologne, de Hongrie, de République tchèque ou d’ailleurs a une capacité à nous dire non pas ce qu’a été l’Europe, mais ce qu’elle saura devenir.

Un essai stimulant dans lequel Joanna Nowicki nous pousse à repenser l’Europe.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search