[Rencontre] L’alimentation demain – 7 décembre 2016 – ISCC

A l’occasion de la parution du livre L’Alimentation Demain. Cultures et médiations (CNRS Éditions, collection les Essentiels d’Hermès), le Food 2.0 Lab présentera les enjeux de la recherche sur le futur de l’alimentation. Non pas seulement des « innovations » mais des réflexions de fond sur le statut des aliments issus de la Food tech californienne, sur le rôle des migrants dans la fabrique d’une alimentation métissée, sur les nouvelles valeurs de la viande et des protéines végétales, etc…

Le mercredi 7 décembre à 17h
à l’Institut des sciences de la communication
CNRS/Paris-Sorbonne/UPMC
20 rue Berbier-du-Mets – 75013 Paris

Entrée libre

[Rencontre] D’accord, pas d’accord. Dissensus et consensus dans l’espace public – BPI – 28 novembre 2016


debutIntroduction au débat par
Romain Badouard
debut2Thierry Paquot, Sylvestre Huet, Dominique Wolton,
Sophie Wahnich et Romain Badouard
huetSylvestre Huet évoque la controverse sur le réchauffement climatique vermeeshDimitris Alexakis et Laure Vermeersch rejoignent le
plateau pour parler de la situation grecque et du
mouvement Nuit debout
lectureLecture par Suzanne Doppelt et
Vincent Broqua :
Le serment du Jeu de Paume,
John Ashbery (Extraits)
broqua2Lecture par Vincent Broqua,
Archives pour un monde menacé,
Anne Waldman (Extraits)
rabauSophie Rabau propose à la salle de participer à un exercice d’interpolation
logo-bpi Impression vacarme_logo petit-logo-entnbhd

Dans le cadre du cycle « Place aux revues », la bibliothèque publique d’information (BPI) du Centre Pompidou organise, en partenariat avec les revues Hermès et Vacarme, ainsi que l’association Ent’revues, une rencontre sur le thème

D’accord, pas d’accord
Dissensus et consensus dans l’espace public

Lundi 28 novembre 2016 à 19 heures

Petite Salle, Centre Pompidou, Niveau -1
Entrée principale, rue Saint-Martin (Piazza)
 75004   Paris
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Contact :

Jérémie Desjardins
Service du Développement culturel
jeremie.desjardins@bpi.fr

Cette rencontre sera diffusée en direct sur le site web de la BPI à partir de 19h.
Elle sera prochainement disponible sur la Web TV/ Web radio de la BPI

Page facebook de l’événement 

Comment naît et se structure le débat dans la société ? Comment la controverse s’organise t-elle ? Comment amener des points de vue à se rencontrer, à dialoguer, à se confronter pour mieux faire avancer les idées ?
La revue est au cœur des formes, des lieux et des acteurs du débat dans l’espace public. Les revues Hermès (CNRS) et Vacarme proposent une soirée d’interventions critiques, de  performances et de tables rondes pour mieux réfléchir et… mieux débattre !

Débat avec :

Romain Badouard, Université de Cergy-Pontoise, coordonnateur du numéro 73 de la revue Hermès : « Controverses et communication« .

Sylvestre Huet, journaliste scientifique, blog {Sciences2}

Sophie Wahnich, historienne, membre de la revue Vacarme

Dominique Wolton, directeur de recherches au CNRS en sciences de la communication, directeur de la revue internationale Hermès

Thierry Paquot, philosophe de l’urbain

Suivi d’un dialogue avec :

Dimitris Alexakis, artiste, créateur et animateur de « l’atelier de réparation des télévisions » à Athènes, collaborateur de Vacarme

Laure Vermeersch, cinéaste documentaire, membre de Vacarme

Les débats seront ponctués par des lectures et interventions artistiques de :

Suzanne Doppelt, écrivaine, photographe et éditrice

Vincent Broqua, traducteur et professeur de littérature à l’Université de Paris 8

Sophie Rabau, auteure, maître de conférences à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

 

 

[Paru Hermès 76] Le renseignement, un monde fermé dans une société ouverte

 

Le renseignement, un monde fermé dans une société ouverte
Sous la direction de Nicolas Moinet et Franck Bulinge. 
h76couv

Vous pouvez d’ores et déjà commander la version numérique sur Cairn. La version papier est disponible sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Évoluant entre mythes et réalités, le monde du renseignement intrigue, inquiète ou fait fantasmer. Dans une société ouverte, les services secrets peuvent-ils encore faire l’économie de la communication lorsque l’on sait que ne pas communiquer, c’est déjà communiquer ? De la surveillance planétaire exercée par l’hyperpuissance étasunienne au renseignement dans la sphère privée, en passant par les nouvelles fonctions développées au sein des entreprises (intelligence économique, datamining), le renseignement a évolué et n’est plus seulement un métier de seigneurs destiné à une aristocratie d’État s’adonnant au « grand jeu » du bal des espions. Désormais, c’est toute la société qui est prise dans un système où un nombre croissant d’acteurs deviennent, parfois simultanément, producteurs et consommateurs de renseignements. Accessibles au plus grand nombre, les technologies de l’information et de la communication rendent même certains acteurs privés plus performants que bien des agences d’État…

Plus que jamais indisciplinée, la revue Hermès a fait le pari de questionner ce monde fermé dans une société ouverte. Ce numéro pose ainsi la question de la place du renseignement à une époque où la logique bureaucratique est bouleversée par l’abondance des informations, des interactions et des réseaux. En donnant au renseignement ses lettres de noblesse académique – à l’instar des intelligence studies anglo-saxonnes –, ce numéro fixe des points de repères dans une mutation anthropologique qui n’en n’est sans doute qu’à ses prémices. Comment parler de société de l’information ou de la connaissance sans réfléchir aux mutations du renseignement, qui redistribuent les rapports entre monde fermé et société ouverte, public et privé, secret et transparence ?

[Conférence-débat] La communication environnementale – 16 novembre 2016 – INSEEC

logo inseec logo la fabrique écologique logo hermes

À l’occasion de la publication du livre La communication environnementale
(CNRS Éditions, collection « Les Essentiels d’Hermès »),
sous la direction de Thierry Libaert,
La Fabrique Écologique vous invite à rencontrer et à débattre
avec plusieurs auteurs de l’ouvrage

Mercredi 16 novembre 2016
De 18h à 20h
à l’INSEEC | Amphithéâtre José Soubiran
27 avenue Claude Vellefaux
Paris 10ème

Inscription gratuite et obligatoire :
https://lacommunicationenvironnementale.eventbrite.fr

Le débat sera animé par Thierry Libaert
(conseiller au Comité Économique et Social Européen), en présence de
Gildas Bonnel
(président de la Commission Développement durable de l’Association
des Agences Conseil en Communication),
Yonnel Poivre-Le Lohé
(auteur du blog La communication responsable) et de :

Dominique Bessières |UNIVERSITÉ DE RENNES
La communication publique environnementale

François Allard-Huver |ESA ANGERS
Environnement et discours d’influence officiels

Nicolas Baygert|ULB / IHECS
Les partis verts face à la menace de l’éco-lassitude

Andrea Catellani |UCL
Sémiotique de la communication environnementale

Jean-Marie Charpentier |AFCI
Communication et environnement en entreprise :
du faux-semblant au vraisemblable

Le débat se poursuivra autour d’un verre

[Nouvelle parution] La communication environnementale

cv_communicationenvironnementaleLa communication environnementale
En librairie le 17 novembre

Collection « Les Essentiels d’Hermès »
Sous la direction de Thierry Libaert
CNRS Éditions, 2016, format poche, 8 euros

Commande en ligne

Conférences internationales, controverses scientifiques et débats médiatiques… l’environnement est devenu un enjeu de communication global. C’est à l’étude des différentes formes et évolutions de la communication environnementale, de sa naissance dans les années 1990, sous le coup de catastrophes écologiques à répétition, aux grandes déclarations officielles sans lendemain, que s’attache cet ouvrage entièrement inédit. Du « développement durable » à la « transition écologique », ce nouveau grand récit fédérateur s’intègre désormais dans la démarche marketing des entreprises et dans les politiques des institutions publiques. Il influe sur les positionnements stratégiques des partis politiques et incite à de nouvelles pratiques individuelles. Aux discours de crise axés sur la peur et la responsabilité répond le risque de l’éco-lassitude des uns et de « greenwashing » des autres…

Présentation générale
Communication et environnement, des approches en transition
Thierry Libaert
Environnement et discours d’influence officiels. L’exemple du Comité économique et social européen
François Allard-Huver
Les partis verts face à la menace de l’éco-lassitude
Nicolas Baygert et Cédric Hananel
Alarmisme et catastrophisme ? Rhétoriques de la peur dans les échanges en ligne relatifs aux changements climatiques
Baptiste Campion
Sémiotique de la communication environnementale
Andrea Catellani
Communication et environnement en entreprise : du faux-semblant au vraisemblable
Jean-Marie Charpentier
L’enjeu environnemental : une chance pour la communication
Gildas Bonnel
Encadré
« Pensez à éteindre la lumière en sortant ! »
Mickaël Dupré et Sébastien Meineri
Permanences et mutations dans la mise en récit médiatique du changement climatique
Ferenc Fodor et Valérie Brunetière
Communication et changements climatiques : le cas du GIEC
Jean-Pascal van Ypersele et Bruna Gaino
Encadré
Le renouveau de la conscience environnementale
Céline Hervé-Bazin
Les discours sur l’environnement, entre chiffres froids et récits brûlants
Béatrice Jalenques-Vigouroux
Perception des marques selon leur comportement environnementalement (ir)responsable
Iskra Herak et Nicolas Kervyn
Le greenwashing, contre-indice de maturité de la communication environnementale ?
Céline Pascual Espuny
Le greenwashing : phénomène organisationnel ordinaire, conséquences globales extraordinaires
Yonnel Poivre-Le Lohé
Encadré
La communication publique environnementale : un enjeu de développement durable pluriel et contingent
Dominique Bessières
Quatre questions à Dominique Wolton
Entretien avec Thierry Libaert

[Nouvelle parution] L’alimentation demain. Cultures et médiations

L’alimentation demain. Cultures et médiations
En librairie le 17 novembre 2016

Collection « Les Essentiels d’Hermès »
Sous la direction de Gilles Fumey
CNRS Éditions, 2016, format poche, 8 euros

Commande en ligne

Gastronomie, Food tech, santé, big data et génétique sont, entre autres, au menu de cet Essentiel entièrement inédit. Les chercheurs réunis ici nous éclairent sur les comportements alimentaires et les nouvelles pratiques ou tendances qui façonnent, à travers le monde, l’alimentation de demain.
Depuis quelques années, l’alimentation est un objet de controverses… La communication est devenue cruciale pour comprendre les crises alimentaires (scandales sanitaires, OGM, avaries dans la distribution ou la restauration). Le mécanisme est partout le même : pléthorique et contradictoire, l’information circule à la vitesse de la lumière, elle se déforme, affole ou séduit les mangeurs. Les individus, notamment les « millennials », sont pris entre renoncement et pratiques alternatives, nourris par une défiance croissante envers l’industrie agroalimentaire.
Ces médiations mettent les chercheurs au défi de comprendre comment les consommateurs construisent leurs systèmes de confiance et réinventent la façon dont nous mangerons demain.

raffard

Un exemple d’hybridation culinaire :
le kebab japonais au riz et à la sauce curry.
Source : P. Raffard, 2015

burger www.impossiblefoods.com
Sommaire
Présentation générale
L’alimentation comme médiation avec le monde
Gilles Fumey
Émergence de nouvelles pratiques alimentaires et controverses
François Allard-Huver
Culture gastronomique et alimentation de demain
Denis Saillard
Les Cités de la Gastronomie, lieux culturels, scientifiques et touristiques
Dominique Pagès
Encadré
Les nouveaux idéaux « récréatifs » de la gastronomie italienne
Daniele Zappalà
Encadré
La révolution Food 2.0 en Californie : cuisine, génétique et big data
Richard C. Delerins
L’Asie monte en puissance
Nicolas Baumert
La Méditerranée culinaire : diffusion, succès, politique
Pierre Raffard
La viande : définition, statuts et controverses
Michaël Bruckert
Les protéines végétales : un nouvel eldorado nutritionnel
Christophe Lavelle et Karen Uriot
Le buveur, miroir des pratiques alimentaires du mangeur
Céline Hervé-Bazin

[Parution] Hermès 75. Langues romanes : un milliard de locuteurs

Le n° 75 est en librairie

herm_075_l204Langues romanes : un milliard de locuteurs
Sous la direction de Michaël Oustinoff et Louis-Jean Calvet. 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

 

 

4° de couverture

Avec un milliard de locuteurs, les langues romanes, issues du latin, constituent un potentiel impressionnant en termes d’espace communicationnel et conceptuel. Elles représentent un contrepoids à l’extension du « tout-anglais », dont les limites sont désormais connues au sein même du monde anglo-saxon. D’ailleurs, le British Council place parmi les dix plus importantes langues du XXIe siècle l’espagnol, le français, le portugais et l’italien. Les langues romanes, mais aussi slaves ou arabes, représentent un élément indispensable de la diversité culturelle telle qu’elle a été reconnue en 2005 par l’Unesco. Impossible en effet de vivre dans un monde ouvert, interconnecté, sans respecter les identités culturelles, au premier rang desquelles les identités linguistiques. On pense, rêve, crée, dans une langue, le plus souvent maternelle. Sinon, après quelques années de triomphe du globish (si pratique, si moderne), on assistera à la révolte des peuples pour préserver leurs identités culturelles.

Le défi de la mondialisation est au moins autant culturel qu’économique et politique. Le problème n’est pas l’existence d’une langue minimum commune, comme l’est aujourd’hui l’anglais, mais la sauvegarde de toutes les autres, condition de la diversité humaine. Oui à tous les apprentissages linguistiques, à tous les déplacements, à condition de préserver les aires linguistiques. La diversité est la condition de la mondialisation, la standardisation l’antichambre des conflits. Pas de mondialisation pacifique possible donc sans respect de la diversité culturelle. Les langues romanes, sans prétention hégémonique, en sont un élément déterminant, d’autant qu’elles sont mondiales. Elles sont aussi indispensables pour l’Europe, notamment pour éviter de croire que le monolinguisme anglais en simplifierait la construction… Les langues romanes ? L’avant-garde de cet immense chantier politique de la cohabitation culturelle à construire pour essayer de conjuguer paix et mondialisation.

 

[H72] L’artiste, un chercheur pas comme les autres / Programme Colloque RESCAM – 13 et 14 octobre 2016 – Toulouse

À l’occasion du colloque
Le doctorat recherche en création : enjeux épistémologiques et perspectives internationales
qui se tiendra de  9h à 18h le jeudi 13 et la vendredi 14 octobre 2016 
Franck Renucci interviendra autour du numéro Hermès qu’il a co-dirigé :
Colloque RESCAM
Amphi 1- Maison de la Recherche et de la Valorisation
Université Fédérale Midi-Pyrénées – 118 Route de Narbonne
31062 Toulouse Cedex – 9
(Métro Pharmacie, Ligne B)

[Rencontre-débat] Banlieues vues d’ailleurs – 16 septembre 2016

Rencontre-débat
Banlieues vues d’ailleurs
autour de l’ouvrage dirigé par Bernard Wallon
(CNRS Éditions, « Les Essentiels d’Hermès », 2016)

le vendredi 16 septembre 2016, de 16h à 18h

au Centre Wallonie-Bruxelles
Salle de spectacles, 46 rue Quincampoix, 75004 Paris

img_2143

img_2146

 

DOSSIER DE PRESENTATION

Voir d’un pays « éloigné » offre toujours des perspectives nouvelles et conduit à envisager autrement problèmes et solutions.
Cette rencontre fait appel aux regards d’observateurs étrangers généralement peu sollicités dans les travaux et les études sur les banlieues françaises. La banalisation du mot « banlieues » cache en effet des pièges et des maux, mais aussi des opportunités et des réussites que souvent nous ne voyons plus.

Les intervenants réunis ici contribuent à élargir notre réflexion et invitent à comparer pour imaginer différemment le lien social.
16h – Mots d’accueil par Anne Lenoir, directrice du Centre Wallonie-Bruxelles à Paris
Présentation par Bernard Wallon, directeur de l’ouvrage
Banlieues vues d’ailleurs

16h15 – 17h45
Tables rondes animées par Christian Dauriac, journaliste

16h15-17h – Clichés, stéréotypes et représentations
17h-17h45 – Politiques publiques et bonnes pratiques

Grands témoins :
Sylvine Thomassin, Maire de Bondy
Claude Capillon, Maire de Rosny-sous-Bois

Avec la participation de

Marc Berthiaume, responsable des relations politiques et parlementaires, Ambassade du Canada en France
Pascale Bourgaux, journaliste à TV5
Christina Horvath, enseignante-chercheure, université de Bath (sous réserve)
Vibeke Knoop Rachline, correspondante du journal norvégien Aftenposten
Manolo Mylonas, photographe
Ana Navarro Pedro, correspondante du journal portugais El Visão
Eduardo Valenzuelza, sociologue, association Dialogues Citoyens

17h45 – Conclusion par Dominique Wolton, directeur de la revue Hermès

Crise des réfugiés : les limites de la résilience libanaise

(Ce texte a été publié dans le numéro 74 d’Hermès (« La voie des sens », mai 2016), dans la rubrique « Le regard des correspondants étrangers d’Hermès ».)

Il y a eu beaucoup de guerres au Moyen Orient au cours de la deuxième moitié du xxe siècle, la région ayant été une des scènes les plus chaudes de la guerre froide entre les États-Unis d’Amérique et l’Union soviétique. Les deux géants qui s’affrontaient par peuples interposés ont divisé le « monde arabe », le réduisant en zones d’influences antagonistes. Ceci, en plus des dommages matériels et humains, a provoqué des exodes massifs et créé des frontières internes au sein des pays de la région, dispersant plus d’un peuple. Cette politique du clivage qui a créé une inimitié entre les populations de la région a généré aussi un sentiment d’injustice, de rejet et une grande frustration proche de la crise existentialiste. Impressions qui, en s’amplifiant, constituèrent un point de départ de ce que nous allons appeler plus tard « la rupture des civilisations », qui a culminé avec les attaques du 11 septembre 2001 et les guerres occidentales directes sur le sol oriental.

Les offensives américaines sur l’Irak, surtout celle de 2003 cautionnée par l’Organisation des Nations unies, ont provoqué des mouvements de population vers des zones confessionnelles chiites, sunnites et kurdes – ce qui s’inscrit dans le cadre de la politique américaine favorable à la fédération du pays. Cette période a connu aussi un exode massif des citoyens chrétiens fuyant les harcèlements des extrémistes musulmans : en quelques mois, l’Irak s’est littéralement vidé de ses chrétiens autochtones, les chaldéens, sous le nez des soldats américains, comme si leur place n’était plus là, trop peu nombreux pour avoir leur propre canton. Plus d’un million de chaldéens ont alors cherché refuge au Liban et en Syrie en attendant de trouver une voie d’émigration vers l’Occident, constituant les premières vagues de réfugiés de la « guerre contre le terrorisme ». Mais ces réfugiés-là n’ont pas créé de remous, comme s’ils étaient quantité négligeable ou comme si le monde avait fermé l’œil pour éviter tout débat autour de ce dossier gênant. Un responsable des affaires étrangères d’un pays européen m’a même rétorqué à l’époque que : « les mouvements de populations n’existent plus de nos jours, c’est un phénomène d’un autre âge. » Candeur ou hypocrisie ? Nul ne saurait le dire, mais cet épisode dramatique présageait le pire, pas seulement pour l’Orient mais aussi pour l’Occident ; car l’élimination des chrétiens d’Orient n’est, aux yeux des extrémistes, que la première étape d’une stratégie qui vise à « islamiser le monde ». En fait ces chrétiens-là, que l’Occident dédaigne, sont sa soupape de sécurité.

Le pire est vite arrivé avec l’émergence du mouvement terroriste « Daech », qui est né de la guerre du Golfe. Il n’est plus à prouver que ses dirigeants sont le fruit des prisons américaines sur le sol irakien, et ses « sponsors » les alliés des États-Unis soucieux d’enrayer l’expansion chiite en Irak et en Syrie. Toujours est-il que l’évolution de ce monstre a été fulgurante, créant un « califat » moyenâgeux sur un vaste territoire chevauchant les deux pays. Les pratiques sanguinaires de « Daech » et la violence des combats contre l’armée syrienne ont poussé des millions de Syriens à fuir la vague de folie qui déferlait sur eux. Plus de quatre millions de Syriens ont trouvé refuge dans les pays environnants selon les statistiques récentes du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), auxquels il faut ajouter environ huit millions de déplacés internes. En définitive, « c’est plus de la moitié de la population syrienne (22 millions d’habitants) qui a dû fuir à cause du conflit[1] ».

Le Liban a eu la part du lion de cet exode massif, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) estime les réfugiés sur son sol à environ un million huit cent mille personnes[2], et ces chiffres sont voués à la hausse dans le proche avenir. Un chiffre qui fait du pays des cèdres celui qui accuse le « pourcentage de réfugiés le plus élevé du monde[3] » selon Mireille Girard, la représentante du HCR. Le nombre gigantesque des réfugiés syriens au Liban montre l’ampleur du désastre. Ils représentent un peu moins de la moitié des résidents du pays qui compte environ quatre millions d’habitants. Si l’on ajoute à ceux-là, près de six cent mille réfugiés palestiniens et les quelques dizaines de milliers d’Irakiens et d’autres pays arabes, nous sommes devant un phénomène unique en son genre à l’échelle de la planète. Si l’on compare le silence du Liban au tollé général des pays de l’Europe qui compte 300 millions d’habitants, refusant leur « quota » des 160 000 réfugiés, nous pouvons réellement parler d’injustice. Et si l’on observe comment l’Europe a réinstallé ses frontières de peur d’être « envahie » alors qu’elle a interdit au Liban le droit de refuser les masses intarissables de réfugiés, on comprend la frustration et le dégoût des Libanais.

Mais comment ce petit pays fait-il pour rester debout ?

La situation est dramatique et le traumatisme grand, surtout que le Liban n’en est pas à sa première expérience du genre. Le ministre du Tourisme libanais Michel Pharaon le dit clairement : « Dans les années 1970, le Liban a déjà payé le prix de la guerre israélo-palestinienne en devant accueillir des centaines de milliers de réfugiés palestiniens. Nous ne voulons plus payer pour les autres. Pour nous, le problème de ces réfugiés est encore sous contrôle, mais c’est une véritable bombe à retardement. Il nous pose des problèmes en termes d’accès à l’éducation ou à la santé[4]. » Les écoles libanaises – par exemple dans certaines régions à forte majorité de réfugiés comme le Nord et la Bekaa – font une double rotation : les étudiants libanais réguliers sont reçus le matin et les Syriens l’après-midi. Un rythme exténuant pour les équipes administratives et le corps enseignant, mais indispensable pour répondre aux besoins urgents, sans quoi les enfants syriens se retrouveraient sans éducation. De même concernant la santé, où les autorités libanaises assistées par des organisations internationales ont engagé un combat épuisant pour éviter la propagation des épidémies et la résurgence de maladies telles que le choléra et la gale. Ceci sans compter la pollution de l’eau, le squattage de l’électricité et autres problèmes écologiques et socio-économiques.

Mais il n’y a pas que l’éducation et la santé qui posent problème : les Syriens sont partout et vivent dans une précarité dramatique. L’étude récente « d’évaluation de la vulnérabilité des réfugiés syriens[5] » indique que « 70 % des réfugiés syriens vivent avec moins de 3,84 dollars par jour contre 49 % en 2014. Et près de 90 % des réfugiés syriens au Liban sont pris aujourd’hui dans un cercle vicieux de l’endettement[6] ». Ce qui présage du pire car la pauvreté extrême doublée de problèmes sanitaires favorise la délinquance et même la violence. Il est évident que l’accroissement exponentiel du nombre de personnes désespérées va permettre aux groupes terroristes d’y créer un vivier de djihadistes important, ce qui ajoute une couche sécuritaire gravissime, qui affaiblirait l’immunité du pays d’un côté et menacerait le monde d’un autre.

Une résilience mise à l’épreuve

La résilience libanaise est mise à rude épreuve une fois de plus, et le pays ainsi que ses habitants vivent dans l’angoisse d’une dégradation. « La situation au Liban est très critique voire explosive », souligne Roland Lombardi[7], qui ajoute : « Même si le Liban a l’habitude des situations de crise, la seule question qu’on est en droit de se poser est la suivante : combien de temps s’écoulera avant l’étincelle qui enflammera une nouvelle fois le pays[8]? » En observant la situation d’un œil critique ou scientifique, il est vrai que le danger d’éclatement est grand, et l’on arrive même à se demander comment ce pays ne s’est pas encore effondré. En fait, nous n’avons pas encore pu mesurer réellement les limites exactes de la résilience libanaise, et il s’avère que son taux d’élasticité est plus élevé que nous ne le croyons. La solidarité sociétale n’est pas le point fort du Liban, dont le capital social n’est pas très élevé, mais en temps de crise, nous voyons émerger une certaine fraternité dans la diversité, que nous pouvons mettre sur le compte du pluriculturalisme. Le Liban a en fait « une résistance aux chocs et un capital fondé dans l’inter-culturalité dont l’identité peut être un facteur de lien, pourvu qu’il réside dans le fait de forger des petits dénominateurs communs (sujets de société focalisés) qui évitent ou déplacent les fondements d’un affrontement frontal ou total[9] ». C’est dans cette résistance aux chocs que nous retrouvons le vrai secret de l’énergie régénératrice du Liban, mais c’est aussi par ce biais que les tensions extrêmes se créent surtout au niveau des clivages socioreligieux. C’est en définitive la notion de famille qui va combler les lacunes causées par la faiblesse du capital social « Plus on restreint le cercle du groupe et plus le capital social va s’amplifier pour devenir un atout majeur de résilience. Les exemples liés à la guerre du Liban sont nombreux dans lesquels le facteur “famille” a joué un rôle capital, aussi bien à l’intérieur du pays, qui a connu des mouvements de populations importants, qu’à l’étranger au sein de la diaspora libanaise à travers le monde qui a accueilli des milliers de familles et de jeunes, ce qui a permis à la société dans son ensemble de rebondir[10] ». N’oublions pas que le Libanais connaît bien la valeur de la solidarité, qui lui a permis de surmonter des épreuves énormes au cours de son histoire ; il est donc porté naturellement à secourir l’autre.

Sauvegarder le capital économique

Mais au-delà de l’accueil généreux et spontané des réfugiés sur son sol, le Liban risque de voir sa résilience gravement éprouvée, cette fois par la déficience du capital économique, qui est de loin l’un des facteurs les plus importants de sa survie. En effet, « le premier facteur qui a permis la survivance du Liban en proie à une guerre fratricide doublée d’une série d’ingérences politiques et militaires extérieures sur une période relativement longue entre 1975 et 1990, c’est bien évidemment cette capacité de résilience économique qui est considérée par beaucoup d’économistes internationaux comme un miracle inexplicable scientifiquement[11] ». L’économie libanaise encourt actuellement de graves dangers, qui mettent en péril la résilience du pays. En effet, « après quatre années, la résilience du Liban a atteint un point critique ; la croissance économique s’est ralentie, les services publics sont submergés et le chômage est en hausse. Dans un contexte complexe et avec de nombreuses communautés déjà vulnérables avant la crise, la fragile stabilité du Liban requiert un cadre d’assistance intégré qui inclut toutes les communautés affectées[12] ».

Nous faisons face aujourd’hui à une situation de crise aiguë, et il est impératif pour l’Europe d’éviter l’effondrement économique du Liban qui se traduira vite en un chaos favorisant le terrorisme d’un côté et l’exode massif vers l’Europe d’un autre. Comme le dit si bien la directrice d’Amnesty international au Canada, Béatrice Vaugrante : « Il faut un financement adéquat au niveau mondial pour pouvoir répondre à la crise mondiale des réfugiés. C’est nouveau, c’est une crise mondiale qui nécessite une réponse mondiale et qui demande, surtout, beaucoup de solidarité[13]. » Une solidarité mondiale indispensable, pas seulement pour faire face aux dangers liés au terrorisme, mais aussi pour trouver des solutions durables au problème des réfugiés, qui se transformera très rapidement en phénomène explosif à tous les niveaux, socio-culturels et socio-politiques, mais aussi sanitaires et sécuritaires.

Ce n’est pas uniquement du Liban qu’il s’agit. Il faut se rendre à l’évidence : aucune nation n’est trop éloignée ni suffisamment puissante pour éviter ce péril galopant.

Joseph Moukarzel

Université Antonine, Beyrouth

[1] Voir : <www.lefigaro.fr/international/2015/07/09/01003-201 50709ARTFIG00195-le-nombre-de-refugies-syriens-depasse-pour-la-premiere-fois-les-quatre-millions.php>, consulté le 26/02/2016.

[2] Voir : <www.unhcr.fr/pages/4aae621d5d1.html>, consulté le 26/02/2016.

[3] Voir : <reliefweb.int/report/lebanon/70-des-r-fugi-s-syriens-au-liban-vivent-en-dessous-du-seuil-de-pauvret-onu>, consulté le 26/02/2016.

[4] Voir : <www.lefigaro.fr/international/2015/10/18/01003-201 51018ARTFIG00046-les-refugies-syriens-sont-une-bombe-a-retardement-pour-le-liban.php>, consulté le 26/02/2016.

[5] Publiée en décembre 2015 par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) et le programme alimentaire mondial (WFP).

[6] Voir : <fr.annahar.com/article/296401-liban-plus-des-23-des-refugies-syriens-vivent-dans-une-pauvrete-extreme>, consulté le 26/02/2016.

[7] Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste chez JFC-Conseil. Il est par ailleurs docteur en histoire et chercheur associé à l’IREMAM, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman d’Aix-Marseille Université

[8] Voir : <www.atlantico.fr/decryptage/autre-crise-refugies-syriens-risques-explosion-au-liban-tensions-en-turquie-et-situation-controle-en-jordanie-2337155.html>, consulté le 26/02/2016.

[9] Boutin, E., Moukarzel, J., Amato, S., Gadioi, E. et Durampart, M., « Résilience communautaire : le cas du Liban », Essachess [en ligne], 2013. Voir : <www.essachess.com/index.php/jcs/article/view/287/329>, consulté le 26/02/2016.

[10] Ibid.

[11] Ibid.

[12] Voir : <www.acted.org/fr/liban>, consulté le 26/02/2016.

[13] Voir : <www.lorientlejour.com/article/930631/-si-le-liban-a-pu-accueillir-12-million-de-personnes-il-est-certain-que-les-pays-riches-peuvent-en-accueillir-beaucoup-plus-.html>, consulté le 26/02/2016.

[RADIO] – La tête au carré – Camille Alloing

Le vendredi 1er juillet 2016, Camille Alloing, auteur de l’ouvrage
[E]réputation : médiation, calcul, émotion (CNRS Éditions, mai 2016, coll. « CNRS Communication ») était l’invité de Mathieu Vidard sur France Inter pour l’émission
« La tête au carré » (de 14 à 15h).

Écouter le podcast :
https://www.franceinter.fr/emissions/la-tete-au-carre/la-tete-au-carre-01-juillet-2016

 

Journée d’étude – Dialogue autour de Bande dessinée et numérique

14 juin 2016 – 9h30-17h – Enssib – Villeurbanne

programme-1Programme et inscriptions en ligne :
www.enssib.fr/JE-bande-dessinee-et-numerique
programme

Entrée libre sur inscription

Adresse de l’événement :
Enssib, amphithéâtre
17-21 bd du 11 novembre 1918 – 69100 Villeurbanne

Contact : Julia Morineau   julia.morineau@enssib.fr

Essentiel d’Hermès « Bande dessinée et numérique », dirigé par Pascal Robert (CNRS éditions, 2016).

Cette journée est organisée dans le cadre du séminaire
« La bande dessinée en question » de Pascal Robert.
On connaît la BD papier. On connaît moins ce que l’on pourrait appeler le mode d’existence numérique de la bande dessinée. Or, cela fait déjà quelque temps que la BD a investi le support numérique. Est-ce pour inventer de nouvelles formes ou pour mieux conserver, paradoxalement, les anciennes ? Quels sont les acteurs en jeu, quel est le rôle des éditeurs, celui des auteurs ? Quels sont les lecteurs de la BD numérique ? Peut-on en faire l’histoire ? Que pensent les créateurs ? Voilà quelques-unes des questions qui nous ont amenés à écrire, collectivement, un livre de synthèse Bande dessinée et numérique, avec ce « et »
qui, justement, marque une volonté de questionner, de problématiser tout en restant accessible. Le livre a le mérite de poser les choses, mais il n’a pas vocation à les épuiser, c’est pourquoi cette journée d’étude voudrait revenir, dans le cadre d’un dialogue entre ses auteurs mais aussi avec les participants, de manière ouverte sur ces questions.

[Rencontre] autour de Hermès 72 – 8 juin 2016

 

photo ok1 copie photo ok5 copie

Mercredi 8 juin 2016, de 17h à 18 h 30
Franck Renucci et Jean-Marc Réol, coordonnateurs du numéro,
ont animé une rencontre autour du numéro 72 de la revue Hermès,
« L’artiste, un chercheur pas comme les autres »
à la librairie Gibert Joseph, 26 Boulevard Saint-Michel, 75006 Paris.
Cette rencontre s’est déroulée en présence de Dominique Wolton, directeur de la revue Hermès, Bernard Valade, rédacteur en chef ainsi que Jean-Christophe Paré, chorégraphe et auteur.