Archives mensuelles : août 2016

[Rencontre-débat] Banlieues vues d’ailleurs – 16 septembre 2016

Rencontre-débat
Banlieues vues d’ailleurs
autour de l’ouvrage dirigé par Bernard Wallon
(CNRS Éditions, « Les Essentiels d’Hermès », 2016)

le vendredi 16 septembre 2016, de 16h à 18h

au Centre Wallonie-Bruxelles
Salle de spectacles, 46 rue Quincampoix, 75004 Paris

img_2143

img_2146

 

DOSSIER DE PRESENTATION

Voir d’un pays « éloigné » offre toujours des perspectives nouvelles et conduit à envisager autrement problèmes et solutions.
Cette rencontre fait appel aux regards d’observateurs étrangers généralement peu sollicités dans les travaux et les études sur les banlieues françaises. La banalisation du mot « banlieues » cache en effet des pièges et des maux, mais aussi des opportunités et des réussites que souvent nous ne voyons plus.

Les intervenants réunis ici contribuent à élargir notre réflexion et invitent à comparer pour imaginer différemment le lien social.
16h – Mots d’accueil par Anne Lenoir, directrice du Centre Wallonie-Bruxelles à Paris
Présentation par Bernard Wallon, directeur de l’ouvrage
Banlieues vues d’ailleurs

16h15 – 17h45
Tables rondes animées par Christian Dauriac, journaliste

16h15-17h – Clichés, stéréotypes et représentations
17h-17h45 – Politiques publiques et bonnes pratiques

Grands témoins :
Sylvine Thomassin, Maire de Bondy
Claude Capillon, Maire de Rosny-sous-Bois

Avec la participation de

Marc Berthiaume, responsable des relations politiques et parlementaires, Ambassade du Canada en France
Pascale Bourgaux, journaliste à TV5
Christina Horvath, enseignante-chercheure, université de Bath (sous réserve)
Vibeke Knoop Rachline, correspondante du journal norvégien Aftenposten
Manolo Mylonas, photographe
Ana Navarro Pedro, correspondante du journal portugais El Visão
Eduardo Valenzuelza, sociologue, association Dialogues Citoyens

17h45 – Conclusion par Dominique Wolton, directeur de la revue Hermès

Crise des réfugiés : les limites de la résilience libanaise

(Ce texte a été publié dans le numéro 74 d’Hermès (« La voie des sens », mai 2016), dans la rubrique « Le regard des correspondants étrangers d’Hermès ».)

Il y a eu beaucoup de guerres au Moyen Orient au cours de la deuxième moitié du xxe siècle, la région ayant été une des scènes les plus chaudes de la guerre froide entre les États-Unis d’Amérique et l’Union soviétique. Les deux géants qui s’affrontaient par peuples interposés ont divisé le « monde arabe », le réduisant en zones d’influences antagonistes. Ceci, en plus des dommages matériels et humains, a provoqué des exodes massifs et créé des frontières internes au sein des pays de la région, dispersant plus d’un peuple. Cette politique du clivage qui a créé une inimitié entre les populations de la région a généré aussi un sentiment d’injustice, de rejet et une grande frustration proche de la crise existentialiste. Impressions qui, en s’amplifiant, constituèrent un point de départ de ce que nous allons appeler plus tard « la rupture des civilisations », qui a culminé avec les attaques du 11 septembre 2001 et les guerres occidentales directes sur le sol oriental.

Les offensives américaines sur l’Irak, surtout celle de 2003 cautionnée par l’Organisation des Nations unies, ont provoqué des mouvements de population vers des zones confessionnelles chiites, sunnites et kurdes – ce qui s’inscrit dans le cadre de la politique américaine favorable à la fédération du pays. Cette période a connu aussi un exode massif des citoyens chrétiens fuyant les harcèlements des extrémistes musulmans : en quelques mois, l’Irak s’est littéralement vidé de ses chrétiens autochtones, les chaldéens, sous le nez des soldats américains, comme si leur place n’était plus là, trop peu nombreux pour avoir leur propre canton. Plus d’un million de chaldéens ont alors cherché refuge au Liban et en Syrie en attendant de trouver une voie d’émigration vers l’Occident, constituant les premières vagues de réfugiés de la « guerre contre le terrorisme ». Mais ces réfugiés-là n’ont pas créé de remous, comme s’ils étaient quantité négligeable ou comme si le monde avait fermé l’œil pour éviter tout débat autour de ce dossier gênant. Un responsable des affaires étrangères d’un pays européen m’a même rétorqué à l’époque que : « les mouvements de populations n’existent plus de nos jours, c’est un phénomène d’un autre âge. » Candeur ou hypocrisie ? Nul ne saurait le dire, mais cet épisode dramatique présageait le pire, pas seulement pour l’Orient mais aussi pour l’Occident ; car l’élimination des chrétiens d’Orient n’est, aux yeux des extrémistes, que la première étape d’une stratégie qui vise à « islamiser le monde ». En fait ces chrétiens-là, que l’Occident dédaigne, sont sa soupape de sécurité.

Le pire est vite arrivé avec l’émergence du mouvement terroriste « Daech », qui est né de la guerre du Golfe. Il n’est plus à prouver que ses dirigeants sont le fruit des prisons américaines sur le sol irakien, et ses « sponsors » les alliés des États-Unis soucieux d’enrayer l’expansion chiite en Irak et en Syrie. Toujours est-il que l’évolution de ce monstre a été fulgurante, créant un « califat » moyenâgeux sur un vaste territoire chevauchant les deux pays. Les pratiques sanguinaires de « Daech » et la violence des combats contre l’armée syrienne ont poussé des millions de Syriens à fuir la vague de folie qui déferlait sur eux. Plus de quatre millions de Syriens ont trouvé refuge dans les pays environnants selon les statistiques récentes du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), auxquels il faut ajouter environ huit millions de déplacés internes. En définitive, « c’est plus de la moitié de la population syrienne (22 millions d’habitants) qui a dû fuir à cause du conflit[1] ».

Le Liban a eu la part du lion de cet exode massif, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) estime les réfugiés sur son sol à environ un million huit cent mille personnes[2], et ces chiffres sont voués à la hausse dans le proche avenir. Un chiffre qui fait du pays des cèdres celui qui accuse le « pourcentage de réfugiés le plus élevé du monde[3] » selon Mireille Girard, la représentante du HCR. Le nombre gigantesque des réfugiés syriens au Liban montre l’ampleur du désastre. Ils représentent un peu moins de la moitié des résidents du pays qui compte environ quatre millions d’habitants. Si l’on ajoute à ceux-là, près de six cent mille réfugiés palestiniens et les quelques dizaines de milliers d’Irakiens et d’autres pays arabes, nous sommes devant un phénomène unique en son genre à l’échelle de la planète. Si l’on compare le silence du Liban au tollé général des pays de l’Europe qui compte 300 millions d’habitants, refusant leur « quota » des 160 000 réfugiés, nous pouvons réellement parler d’injustice. Et si l’on observe comment l’Europe a réinstallé ses frontières de peur d’être « envahie » alors qu’elle a interdit au Liban le droit de refuser les masses intarissables de réfugiés, on comprend la frustration et le dégoût des Libanais.

Mais comment ce petit pays fait-il pour rester debout ?

La situation est dramatique et le traumatisme grand, surtout que le Liban n’en est pas à sa première expérience du genre. Le ministre du Tourisme libanais Michel Pharaon le dit clairement : « Dans les années 1970, le Liban a déjà payé le prix de la guerre israélo-palestinienne en devant accueillir des centaines de milliers de réfugiés palestiniens. Nous ne voulons plus payer pour les autres. Pour nous, le problème de ces réfugiés est encore sous contrôle, mais c’est une véritable bombe à retardement. Il nous pose des problèmes en termes d’accès à l’éducation ou à la santé[4]. » Les écoles libanaises – par exemple dans certaines régions à forte majorité de réfugiés comme le Nord et la Bekaa – font une double rotation : les étudiants libanais réguliers sont reçus le matin et les Syriens l’après-midi. Un rythme exténuant pour les équipes administratives et le corps enseignant, mais indispensable pour répondre aux besoins urgents, sans quoi les enfants syriens se retrouveraient sans éducation. De même concernant la santé, où les autorités libanaises assistées par des organisations internationales ont engagé un combat épuisant pour éviter la propagation des épidémies et la résurgence de maladies telles que le choléra et la gale. Ceci sans compter la pollution de l’eau, le squattage de l’électricité et autres problèmes écologiques et socio-économiques.

Mais il n’y a pas que l’éducation et la santé qui posent problème : les Syriens sont partout et vivent dans une précarité dramatique. L’étude récente « d’évaluation de la vulnérabilité des réfugiés syriens[5] » indique que « 70 % des réfugiés syriens vivent avec moins de 3,84 dollars par jour contre 49 % en 2014. Et près de 90 % des réfugiés syriens au Liban sont pris aujourd’hui dans un cercle vicieux de l’endettement[6] ». Ce qui présage du pire car la pauvreté extrême doublée de problèmes sanitaires favorise la délinquance et même la violence. Il est évident que l’accroissement exponentiel du nombre de personnes désespérées va permettre aux groupes terroristes d’y créer un vivier de djihadistes important, ce qui ajoute une couche sécuritaire gravissime, qui affaiblirait l’immunité du pays d’un côté et menacerait le monde d’un autre.

Une résilience mise à l’épreuve

La résilience libanaise est mise à rude épreuve une fois de plus, et le pays ainsi que ses habitants vivent dans l’angoisse d’une dégradation. « La situation au Liban est très critique voire explosive », souligne Roland Lombardi[7], qui ajoute : « Même si le Liban a l’habitude des situations de crise, la seule question qu’on est en droit de se poser est la suivante : combien de temps s’écoulera avant l’étincelle qui enflammera une nouvelle fois le pays[8]? » En observant la situation d’un œil critique ou scientifique, il est vrai que le danger d’éclatement est grand, et l’on arrive même à se demander comment ce pays ne s’est pas encore effondré. En fait, nous n’avons pas encore pu mesurer réellement les limites exactes de la résilience libanaise, et il s’avère que son taux d’élasticité est plus élevé que nous ne le croyons. La solidarité sociétale n’est pas le point fort du Liban, dont le capital social n’est pas très élevé, mais en temps de crise, nous voyons émerger une certaine fraternité dans la diversité, que nous pouvons mettre sur le compte du pluriculturalisme. Le Liban a en fait « une résistance aux chocs et un capital fondé dans l’inter-culturalité dont l’identité peut être un facteur de lien, pourvu qu’il réside dans le fait de forger des petits dénominateurs communs (sujets de société focalisés) qui évitent ou déplacent les fondements d’un affrontement frontal ou total[9] ». C’est dans cette résistance aux chocs que nous retrouvons le vrai secret de l’énergie régénératrice du Liban, mais c’est aussi par ce biais que les tensions extrêmes se créent surtout au niveau des clivages socioreligieux. C’est en définitive la notion de famille qui va combler les lacunes causées par la faiblesse du capital social « Plus on restreint le cercle du groupe et plus le capital social va s’amplifier pour devenir un atout majeur de résilience. Les exemples liés à la guerre du Liban sont nombreux dans lesquels le facteur “famille” a joué un rôle capital, aussi bien à l’intérieur du pays, qui a connu des mouvements de populations importants, qu’à l’étranger au sein de la diaspora libanaise à travers le monde qui a accueilli des milliers de familles et de jeunes, ce qui a permis à la société dans son ensemble de rebondir[10] ». N’oublions pas que le Libanais connaît bien la valeur de la solidarité, qui lui a permis de surmonter des épreuves énormes au cours de son histoire ; il est donc porté naturellement à secourir l’autre.

Sauvegarder le capital économique

Mais au-delà de l’accueil généreux et spontané des réfugiés sur son sol, le Liban risque de voir sa résilience gravement éprouvée, cette fois par la déficience du capital économique, qui est de loin l’un des facteurs les plus importants de sa survie. En effet, « le premier facteur qui a permis la survivance du Liban en proie à une guerre fratricide doublée d’une série d’ingérences politiques et militaires extérieures sur une période relativement longue entre 1975 et 1990, c’est bien évidemment cette capacité de résilience économique qui est considérée par beaucoup d’économistes internationaux comme un miracle inexplicable scientifiquement[11] ». L’économie libanaise encourt actuellement de graves dangers, qui mettent en péril la résilience du pays. En effet, « après quatre années, la résilience du Liban a atteint un point critique ; la croissance économique s’est ralentie, les services publics sont submergés et le chômage est en hausse. Dans un contexte complexe et avec de nombreuses communautés déjà vulnérables avant la crise, la fragile stabilité du Liban requiert un cadre d’assistance intégré qui inclut toutes les communautés affectées[12] ».

Nous faisons face aujourd’hui à une situation de crise aiguë, et il est impératif pour l’Europe d’éviter l’effondrement économique du Liban qui se traduira vite en un chaos favorisant le terrorisme d’un côté et l’exode massif vers l’Europe d’un autre. Comme le dit si bien la directrice d’Amnesty international au Canada, Béatrice Vaugrante : « Il faut un financement adéquat au niveau mondial pour pouvoir répondre à la crise mondiale des réfugiés. C’est nouveau, c’est une crise mondiale qui nécessite une réponse mondiale et qui demande, surtout, beaucoup de solidarité[13]. » Une solidarité mondiale indispensable, pas seulement pour faire face aux dangers liés au terrorisme, mais aussi pour trouver des solutions durables au problème des réfugiés, qui se transformera très rapidement en phénomène explosif à tous les niveaux, socio-culturels et socio-politiques, mais aussi sanitaires et sécuritaires.

Ce n’est pas uniquement du Liban qu’il s’agit. Il faut se rendre à l’évidence : aucune nation n’est trop éloignée ni suffisamment puissante pour éviter ce péril galopant.

Joseph Moukarzel

Université Antonine, Beyrouth

[1] Voir : <www.lefigaro.fr/international/2015/07/09/01003-201 50709ARTFIG00195-le-nombre-de-refugies-syriens-depasse-pour-la-premiere-fois-les-quatre-millions.php>, consulté le 26/02/2016.

[2] Voir : <www.unhcr.fr/pages/4aae621d5d1.html>, consulté le 26/02/2016.

[3] Voir : <reliefweb.int/report/lebanon/70-des-r-fugi-s-syriens-au-liban-vivent-en-dessous-du-seuil-de-pauvret-onu>, consulté le 26/02/2016.

[4] Voir : <www.lefigaro.fr/international/2015/10/18/01003-201 51018ARTFIG00046-les-refugies-syriens-sont-une-bombe-a-retardement-pour-le-liban.php>, consulté le 26/02/2016.

[5] Publiée en décembre 2015 par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) et le programme alimentaire mondial (WFP).

[6] Voir : <fr.annahar.com/article/296401-liban-plus-des-23-des-refugies-syriens-vivent-dans-une-pauvrete-extreme>, consulté le 26/02/2016.

[7] Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste chez JFC-Conseil. Il est par ailleurs docteur en histoire et chercheur associé à l’IREMAM, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman d’Aix-Marseille Université

[8] Voir : <www.atlantico.fr/decryptage/autre-crise-refugies-syriens-risques-explosion-au-liban-tensions-en-turquie-et-situation-controle-en-jordanie-2337155.html>, consulté le 26/02/2016.

[9] Boutin, E., Moukarzel, J., Amato, S., Gadioi, E. et Durampart, M., « Résilience communautaire : le cas du Liban », Essachess [en ligne], 2013. Voir : <www.essachess.com/index.php/jcs/article/view/287/329>, consulté le 26/02/2016.

[10] Ibid.

[11] Ibid.

[12] Voir : <www.acted.org/fr/liban>, consulté le 26/02/2016.

[13] Voir : <www.lorientlejour.com/article/930631/-si-le-liban-a-pu-accueillir-12-million-de-personnes-il-est-certain-que-les-pays-riches-peuvent-en-accueillir-beaucoup-plus-.html>, consulté le 26/02/2016.