Refusons de nous noter les uns les autres

Nous passons notre vie à nous noter les uns les autres. Nous notons l’appartement loué le week-end sur des plateformes, nous likons (ou pas) les messages de nos amis sur les réseaux sociaux, nous donnons notre avis sur la propreté des toilettes dans les stations-services, nous donnons une note à l’accueil client de notre magasin de fringues ou de voitures, etc.

Quand, par hasard, nous oublions de le faire, nous recevons des courriels nous demandant d’évaluer notre accueil à la poste, de noter la qualité du produit acheté, de donner notre avis sur la qualité de la réponse téléphonique du service clientèle contacté la veille. Nous étions soumis aux notes des profs, nous sommes désormais soumis aux notations de tout un chacun !

Ce n’est pas une bonne nouvelle. Loin d’être une démocratisation du pouvoir (celui de noter), il s’agit en réalité d’une soumission généralisée à la dictature du nombre.

En effet, étymologiquement, le mot notation vient du latin notatio, « action de marquer d’un signe » nous dit le Trésor de la Langue Française. Il ne s’agit donc pas d’évaluer pour émanciper, mais d’imposer sa marque à l’individu, de le soumettre un peu plus à la servitude numérique. Nous rentrons doucement dans une société de surveillance où, à l’image d’un épisode de la série Black Mirror, la vie sociale d’une personne (le respect qu’on lui porte, les emplois qu’elle peut exercer, les lieux qu’elle peut fréquenter) est liée à la note que les autres lui attribuent.

L’enfer sera pavé de mauvaises notations ! Pure science-fiction ? Hélas non, c’est déjà une réalité ! À Roncheng (Chine) par exemple, en fonction de leur comportement civique (déblayer son trottoir, ramasser les crottes de chiens, etc.) les habitants reçoivent des bons et des mauvais points, système d’autant plus contraignant que les notes de chacun sont rendues publiques. Aux États-Unis, les salariés d’Amazon se notent entre eux, tandis qu’en France le salaire de certains commerciaux et les primes de nombreux employés de service dépendent des notes données par les clients.

Dans tous les cas, ce développement généralisé de notes individualisées augmente le contrôle qui s’exerce sur la personne, défait les solidarités collectives et affaiblit la résistance individuelle : comment lutter contre des données objectives ?

Le problème est que les notes, tous les enseignants le savent, ne sont que rarement des données objectives. Le contexte, la connaissance de l’individu, l’expérience de l’évaluateur rentrent en ligne de compte dans toute notation humaine. De plus, dans les notations de services à la personne ce sont souvent les plus mécontents qui prennent le temps d’évaluer. La note de satisfaction est ainsi une prime aux mécontents. De même, on sait que certains notent beaucoup alors que d’autres donnent très peu de notes. C’est donc l’avis d’une minorité qui passe ainsi pour l’opinion majoritaire.

Dans la même lignée, le biais de conformité (la volonté de ne pas se démarquer) fait que l’on donne plus facilement la même note que les autres que sa propre évaluation. Surtout, les manipulations se multiplient à l’infini : création de faux comptes, suppression de commentaires, rétribution financière d’avis favorables, etc. Les notes ne sont donc pas un outil fiable d’évaluation. Par contre, elles restent un outil redoutablement efficace de contrôle social. N’oublions pas que c’est Napoléon Ier, grand démocrate s’il en est, qui a initié la notation des personnes (en l’occurrence des enseignants par les inspecteurs).

La notation de chacun par tous est le contraire de l’émancipation. Cette dernière est définie par Kant comme la capacité à sortir de la minorité. Or, la notation est un moyen de nous y enfermer. La note donnée par autrui ne nous apprend pas à user de notre entendement sans la direction des autres. Tout au contraire, elle nous soumet au jugement d’autrui. La note est une sanction, pas une invitation à l’esprit critique.

La note socialisée augmente la conformité sociale et réduit l’autonomie qui est le fondement de la démocratie. C’est, en effet, l’auto-nomos, la capacité à faire et à défaire les lois qui nous gouvernent qui fonde la démocratie. En notant les autres nous nous soumettons à la notation d’autrui, en nous soumettant à la notation d’autrui nous détruisons l’autonomie. Ainsi refuser la notation généralisée, c’est défendre l’émancipation.

Accepter de noter l’autre, c’est affaiblir la démocratie.

 

Frédérique Vianlatte
https://frederiquevianlatte.fr/

Frédérique Vianlatte a fait publier, en 2019, Pour résister au capitalisme : faisons la sieste, aux éditions L’Harmattan.
“Frédérique comme Frédéric Dard (qui lui-même signait certains de ses livres San Antonio), Vianlatte comme Boris Vian et Alexandre Vialatte. Le prénom féminin est-il une ruse pour un homme souhaitant affirmer son féminisme ou bien d’une femme se dotant de deux parrains masculins écrivains ? Nous ne le saurons pas.”
Thierry Paquot dans Hermès 84

 

Précédente publication : “Écoutons ce qui ne fait pas de bruit


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search