Charles Berling : « Le théâtre oblige à affronter ses émotions »

Le CNRS fêtait ses 80 ans en 2019. Dans ce cadre, le comité de rédaction de la revue Hermès a proposé que soient menés des entretiens sur la communication avec les acteurs de la cité.

Franck Renucci (Université de Toulon) a interrogé Charles Berling sur sa conception de la communication, du théâtre, sur le rôle des émotions, à l’occasion de la reprise de la pièce Art, de Yasmina Reza. Nous reproduisons ici un extrait de son article « Le théâtre oblige à affronter ses émotions », Hermès, n° 85, 2019, p. 69-74.

Retrouvez l’intégralité de cet entretien dans le numéro 85 de la revue Hermès (CNRS éditions et cairn.info)

Franck Renucci : Hier, le 11 septembre 2019, la pièce Art (Yasmina Reza, 1994) était présentée au théâtre Antoine à Paris. Vous vous êtes retrouvés, avec Alain Fromager et Jean Pierre Darroussin, dans le rôle de trois amis autour d’un tableau, presque blanc. À partir de cette expérience partagée avec un public, nous aborderons des questions de communication, d’incommunication et d’« acommunication », c’est-à- dire le moment où il n’y a plus aucune forme de communication.

Charles Berling : Je ne pense pas qu’il y ait aucun moment d’« acommunication » entre ces trois amis. La pièce est l’expression de la crise qu’ils vont traverser. Évidemment, à la fin de la crise, on peut se demander si leur amitié va y résister ou pas. D’ailleurs, la résolution de la pièce de Yasmina Reza dit qu’ils réussissent grâce à des arrangements, des compromis, à restaurer cette amitié. Comme ils disent : « il y a une période d’essai », ce qui est très intéressant. Mais je ne pense pas qu’à aucun moment, on soit arrivé à ce qu’on pourrait appeler cette « acommunication ». D’autant plus que pour moi, le problème que soulève la pièce, c’est la sphère d’influence des amis. À un moment donné, mon personnage, Marc, le dit très bien : « au fond, on ne s’est pas assez vus ces derniers temps, et du coup tu as échappé à ma sphère d’influence, ce qui fait qu’on ne partage plus les mêmes goûts pour l’art ». La pièce raconte comment ces trois êtres sont liés aussi parce qu’ils s’influencent les uns les autres. Et il y en a un qui se considère comme le mâle alpha, c’est le personnage qui est triste, furieux, blessé, extrêmement déstabilisé de perdre ce qu’il pense être son hégémonie. Et ça, c’est dit très clairement tout au long de la pièce. Mais je pense qu’au fond, typiquement, et c’est ce qui rend la pièce attirante pour le public je pense, on n’est justement pas dans l’acommunication mais dans une crise qui va permettre de remettre l’amitié en jeu, et de la renforcer. Mais c’est une crise dans le sens d’Edgar Morin, c’est-à-dire une crise dans le sens de nécessité, de rétablissement, de repenser les vérités qu’il y a entre les êtres. Cela arrive d’ailleurs précisément dans leur amitié par un fait extérieur, mais cette crise au fond est peut-être salutaire, et c’est pour cela que ce n’est surtout pas de l’acommunication. Parce que pour moi l’acommunication, c’est le moment où justement il ne se passe plus rien en termes de communication. Tant qu’il y a une dispute, une discussion, voire des conflits, il y a communication. Ces conflits sont moins présents aujourd’hui : c’est ce que je peux ressentir, parce que j’ai été élevé dans cette culture de la dispute, de la discussion. Je constate qu’il y a de plus en plus de milieux qui ne suscitent pas ces disputes et discussions. C’est-à-dire qu’il y a des endroits, des gens avec qui il ne se passe pas de disputes : au fond, on n’a rien à se dire. Là, pour moi, c’est de l’acommunication. Et à mon avis, c’est encouragé par cette construction de ce qu’on appelle déjà d’un point de vue commercial – mais qui est une vérité culturelle – les niches. Chaque communauté de pensée, d’intérêt, va se construire sa niche, sa bulle. Et va la construire de la façon la plus imperméable possible.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search