Archives par étiquette : traduction

Traduire et communiquer à l’heure de la mondialisation

CV-OUSTINOFF-traduireTraduire et communiquer à l’heure de la mondialisation
Michaël Oustinoff, 2011.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Dans quelles langues communiquer à l’heure de la mondialisation ? C’est désormais une question centrale. La politique du tout-anglais est de plus en plus contestée, y compris dans le monde anglophone.
Le plurilinguisme choisi par l’Union européenne, l’Unesco ou l’Inde, présente des avantages économiques et politiques d’autant plus marquants que la défense de la diversité culturelle est un enjeu mondial.

Traduction et mondialisation

traduction-et-mondialisation-michael-oustinoffTraduction et mondialisation
Sous la direction de Michaël Oustinoff
CNRS Éditions, 2011

Commande en ligne

Pas de diversité culturelle sans traduction. La domination du tout-à-l’anglais n’est pas inéluctable.
Partout dans le monde, même en Grande-Bretagne, la mondialisation réclame une politique active de traduction. Celle-ci devient alors une donnée centrale du monde contemporain, un phénomène capital qui ne fait que s’amplifier par le biais des technologies de l’information et de la communication.
Comprendre quels sont, d’une culture à l’autre, les enjeux actuels de la traduction, tel est l’objectif de cet ouvrage clair qui combat avec force les idées reçues.

Sommaire :

    • Présentation générale – La traduction, enjeu central de la mondialisation
      Michaël Oustinoff
    • Intraduisible et mondialisation
      Barbara Cassin
    • La question des langues et de la traduction au coeur des politiques de l’Union européenne
      Leonard Orban
    • Sciences dites « dures » et traduction
      Jean-Marc Lévy-Leblond
    • Diversité culturelle : la mission de la traduction
      Xu Jun
    • La traduction de l’arabe et vers l’arabe à l’heure de la mondialisation
      Foued Laroussi et Ibrahim Albalawi
    • Traduction et plurilinguisme au Burkina Faso
      Lalbila A. Yoda
    • La traduction, passeport pour accéder à l’autre
      Dominique Wolton

Hermès 56. Traduction et mondialisation

Le n°56 sera en librairie 24 juin 2010


Traduction et mondialisation (vol. 2) 
Sous la direction de Michaël Oustinoff, Joanna Nowicki et Juremir Machado Da Silva 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Dans un rapport récent (2009), la British Academy met en garde les chercheurs britanniques aussi bien des sciences humaines et sociales que des autres sciences (physique, chimie, biologie, etc.) : ne maîtriser que l’anglais les condamne à être « mondialement connus… seulement en Angleterre ». Ce n’est pas la compétitivité de la recherche qui est seule en jeu : c’est également celle du pays entier. Et ce qui est vrai du Royaume-Uni vaut aussi pour les autres parties du monde.

Le tout-à-l’anglais, naguère présenté comme le nec plus ultra de la modernité, est désormais remis en cause par les anglophones eux-mêmes. C’est là un renversement de perspective spectaculaire, mais qui s’explique aisément à l’heure de la mondialisation. Le plurilinguisme et, par conséquent, la traduction – car on ne saurait apprendre toutes les langues – sont devenus des enjeux vitaux de la communication à l’échelle aussi bien planétaire que locale. La rationalisation est un appauvrissement.

Une telle évolution vient confirmer les analyses du volume précédent (H 49), qui mettait l’accent sur le fait que traduire n’est jamais une opération « neutre », « transparente » ou « à somme nulle » : c’est une recréation. Dans ce second volume, le projecteur est braqué sur la babélisation croissante du monde à laquelle on assiste aujourd’hui et sur ses enjeux, parallèlement au maintien de l’anglais comme langue dominante de la communication mondialisée.

La babélisation est cependant le contraire d’une solution : elle s’effectue en ordre dispersé et accentue l’ignorance de l’Autre. Pour qu’il y ait communication authentique, il faut une volonté politique de l’établir à travers la traduction. Ainsi s’explique la nécessité d’une approche pluridisciplinaire de la traduction. Seule celle-ci est capable de fournir les clés des recontextualisations culturelles et géopolitiques, indispensables pour comprendre la complexité du monde contemporain.

Hermès 49. Traduction et mondialisation

Le n° 49 sera en librairie le 2 janvier 2008


Traduction et mondialisation (vol.1)
Sous la direction de Joanna Nowicki et Michaël Oustinoff 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Un fait est devenu évident: la mondialisation s’accompagne d’un mouvement de traduction sans précédent dans l’histoire de l’humanité. C’est un phénomène capital qui ne fait que s’amplifier par le biais des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Contrairement à une idée reçue, les langues ne sont pas interchangeables, sinon une seule d’entre allas pourrait supplanter toutes les autres en tant que vecteur de communication intégral et universel.

D’ailleurs, l’évolution du monde annonce l’émergeance non d’un modèle « monolingue » (avec l’anglais) ou réduit à une poignée de langues internationales, mais au contraire d’un modèle très largement « multilingue ». Cela a été reconnu officiellement par la communauté des Etats grâce à l’adoption par l’Unesco, le 20 octobre 2005, de la « Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles ». Dans le même temps et paradoxalement, Internet a procuré de nouveaux outils de diffusion à des centaines de langues différentes.

Dans un monde où l’importance de langues en expansion comme l’espagnol, le chinois, l’arabe ou le hindi s’accroît de jour en jour, sans parler de l’essor de certaines langues régionales, les enjeux de la traduction occupent de plus en plus le devant de la scène. Ils ne sont pas uniquement d’ordre linguistique ou technique, mais également d’ordre politique, économique et « civilisationnel ». Les rapports de force, à l’échelon local ou international, n’en sont pas exclus.

C’est à l’analyse de ces différents problématiques que ce numéro de la revue Hermès – largement interdisciplinaire – est consacré. Il s’attache à démontrer que le « transparence » de la traduction n’est qu’une illusion d’optique. Toute traduction s’accompagne en réalité d’un ensemble de transformations qui s’insèrent dans un contexte bien plus vaste que la dimension purement linguistique, en reflétant une autre vision du monde.