Archives par étiquette : société

[Rencontre-débat] Banlieues vues d’ailleurs – 16 septembre 2016

Rencontre-débat
Banlieues vues d’ailleurs
autour de l’ouvrage dirigé par Bernard Wallon
(CNRS Éditions, « Les Essentiels d’Hermès », 2016)

le vendredi 16 septembre 2016, de 16h à 18h

au Centre Wallonie-Bruxelles
Salle de spectacles, 46 rue Quincampoix, 75004 Paris

img_2143

img_2146

 

DOSSIER DE PRESENTATION

Voir d’un pays « éloigné » offre toujours des perspectives nouvelles et conduit à envisager autrement problèmes et solutions.
Cette rencontre fait appel aux regards d’observateurs étrangers généralement peu sollicités dans les travaux et les études sur les banlieues françaises. La banalisation du mot « banlieues » cache en effet des pièges et des maux, mais aussi des opportunités et des réussites que souvent nous ne voyons plus.

Les intervenants réunis ici contribuent à élargir notre réflexion et invitent à comparer pour imaginer différemment le lien social.
16h – Mots d’accueil par Anne Lenoir, directrice du Centre Wallonie-Bruxelles à Paris
Présentation par Bernard Wallon, directeur de l’ouvrage
Banlieues vues d’ailleurs

16h15 – 17h45
Tables rondes animées par Christian Dauriac, journaliste

16h15-17h – Clichés, stéréotypes et représentations
17h-17h45 – Politiques publiques et bonnes pratiques

Grands témoins :
Sylvine Thomassin, Maire de Bondy
Claude Capillon, Maire de Rosny-sous-Bois

Avec la participation de

Marc Berthiaume, responsable des relations politiques et parlementaires, Ambassade du Canada en France
Pascale Bourgaux, journaliste à TV5
Christina Horvath, enseignante-chercheure, université de Bath (sous réserve)
Vibeke Knoop Rachline, correspondante du journal norvégien Aftenposten
Manolo Mylonas, photographe
Ana Navarro Pedro, correspondante du journal portugais El Visão
Eduardo Valenzuelza, sociologue, association Dialogues Citoyens

17h45 – Conclusion par Dominique Wolton, directeur de la revue Hermès

[Parution] Hermès 74. La voie des sens

Le n° 74 sera en librairie le 2 juin 2016

09017-Hermes74La voie des sens
Sous la direction de Brigitte Munier et Éric Letonturier

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Que la communication engage les cinq sens tombe sous le sens… Ce n’est hélas pas toujours le cas. En effet, la civilisation occidentale a établi la prédominance de la vue et de l’ouïe, et la dévalorisation du toucher, de l’odorat et du goût, réputés « animaux ». La dictature des écrans et des casques confirme aujourd’hui cette mise en ordre en nous engageant dans des formes de communication de plus en plus désincarnées. Une réaction semble pourtant se produire, avec des initiatives tous azimuts pour valoriser les « sens de l’intime » : ateliers olfactifs, culinaires, œnologiques, thérapies manuelles, etc. Tout se passe comme si notre époque voulait remettre en question la vieille hiérarchie des sens et découvrir de nouvelles façons, plus chaleureuses, d’expérimenter les relations avec autrui et avec le monde.

Par ailleurs, les sciences humaines, la médecine, la biologie et les neurosciences malmènent nos certitudes : la classification de nos sens ne serait qu’un choix culturel parmi d’autres, nous aurions plus de cinq systèmes sensoriels et nos perceptions fonctionneraient d’une façon globale, croisée et multimodale. De ce foisonnement de projets et de recherches, on attendrait une communication plus authentique et ouverte à l’altérité. Las, le besoin de sensualité a beau être exprimé de différentes façons, il échoue souvent face à des angoisses plus profondes. La vulnérabilité de la chair, par exemple, menacée par la maladie et la déchéance, nous terrifie, étouffant le désir de jouissance et refermant l’individu sur lui-même.

Pour rendre justice à ce domaine si complexe, ample et vivant et en dévoiler les multiples facettes, Hermès a choisi d’en diversifier les approches : à côté de contributions universitaires et pluridisciplinaires, on trouvera des témoignages et des récits. L’objet de ce numéro ? Dans une société ouverte et interactive, comment revaloriser les sens, à la hauteur de la difficulté de les vivre, sans céder ni au réductionnisme ni aux fausses évidences du sens commun ?

[RADIO] – 11 mai 2016

Fréquence protestante – Midi-Magazine – 12h05

Laurence Arven avec Bernard Wallon et Jean-Manuel SIMOES, photographe.

D’origine étrangère, universitaires, chefs d’entreprise jettent sur nos banlieues un regard original, ouvrant des perspectives nouvelles. Essentiel d’Hermès « Banlieues vues d’ailleurs  » sous la direction de B. Wallon, CNRS Editions, 2016.

[Rencontre] « Quels regards sur les banlieues ?  » – Mercredi 6 avril – 18h30 – Université Paris 1

À l’occasion de la parution de l’Essentiel d’Hermès Banlieues vues d’ailleurs,
dirigé par Bernard Wallon
l’équipe de l’Angle Alternatif* a le plaisir de vous inviter à la conférence-débats :

Quels regards sur les banlieues ?
Mercredi 6 avril de 18h30 à 21h,
90 rue de Tolbiac (Université Paris 1 – Tolbiac-Baudricourt), Paris 13
salle  B1408.

Cette rencontre entre étudiants, auteurs et acteurs sera animée par Adèle Mourelon
avec la participation de :
Marc Berthiaume (Canada), ancien journaliste, Responsable des relations politiques et parlementaires à l’Ambassade du Canada en France

Miguel Cerejo, étudiant

Nedjma Cognasse, éducatrice

Simon Massei, doctorant

Ana Navarro Pedro (Portugal), journaliste, correspondante à Paris de l’hebdomadaire portugais VISẤO.

Merci de confirmer votre présence à l’adresse suivante: langlealternatif@gmail.com 

*créée au début de l’année 2016 par quatre étudiantes en licences d’économie et de science politique à la Sorbonne, cette association a pour objectif d’apporter un regard critique et novateur sur des sujets socio-économiques qui paraissent familiers au premier abord.

[Parution] Banlieues vues d’ailleurs

CV_BanlieuesAilleurs.inddCollection « Les Essentiels d’Hermès »
Sous la direction de Bernard Wallon
CNRS Éditions, 2016, format poche, 8 euros
Commande en ligne

Presse : www.generiques.org

Voir d’un pays « éloigné » offre toujours des perspectives nouvelles et conduit à envisager autrement problèmes et solutions. Dans le contexte des événements tragiques survenus en 2015 et face à la désaffection du politique que connaît notre pays, ce volume fait appel aux regards d’observateurs étrangers généralement peu sollicités dans les travaux et les études sur les banlieues françaises.
Photographes, journalistes, universitaires ou encore chefs d’entreprise pointent ici les problèmes de fond que les exigences de l’actualité occultent souvent. La banalisation du mot
« banlieues » cache en effet des pièges et des maux,  mais aussi des opportunités et des réussites que souvent nous ne voyons plus.
Cet Essentiel, composé entièrement de textes inédits, présente des regards croisés qui contribuent à élargir notre réflexion et invite à comparer pour imaginer différemment le lien social.

 

© Jean-Manuel Simoes Usage réservé aux Essentiels d’Hermès
Sommaire
Présentation générale
Autres regards sur les « banlieues »
Bernard Wallon
Clichés, image et photographie
Jean-Manuel Simoes
Écrire la banlieue dans les années 2000‑2015
Christina Horvath
Bondy Blog – Des Français parlent aux Français
Ana Navarro Pedro
Banlieues, islam : une médiatisation qui dérange
Alec G. Hargreaves
Outer Cities : visions américaines de la banlieue française
Tyler Stovall
Le renouvellement urbain français vu des États-Unis
Clément Boisseuil
Le rôle des coopérations internationales : l’exemple de la France et du Canada
Marc Berthiaume
Les politiques urbaines d’Italie comme miroir pour la France : différences, réformes, circulations…….
Francesca Artioli
Entreprendre en banlieue – L’exemple de Toyota
Alain van Vyve
Banlieue Network
Christina Horvath – Encadré

[Parution] Hermès 70-71, Le 20e siècle saisi par la communication

H70La communication est de tous les temps. Pourtant, c’est incontestablement au 20e siècle qu’elle devient omniprésente sur la scène sociale. Souvent confondue avec l’information, elle est l’objet de réductionnisme technique et le support de bien des idéologies. Si certains y voient la promesse d’une libération des individus, d’autres n’y trouvent que rhétorique et instrumentalisation des masses.

Le premier volume est consacré aux « révolutions de l’expression » qui se manifestent tout au long du siècle par des mutations médiatiques radicales. La question des modes de transmission, des supports et des codages y devient centrale, tout comme la place de l’individu, du groupe et l’expression de l’opinion publique. La communication élit domicile dans l’espace public, véritable centre de gravité des sociétés modernes. Enfin, qu’il s’agisse de cinéma ou de musique, de design ou de littérature, les évolutions du champ artistique au 20e siècle offrent une porte d’entrée incomparable pour saisir les tensions et paradoxes de cette révolution de la communication. Pourquoi cette révolution n’est-elle jamais considérée comme légitime ? Pourquoi la communication est-elle omniprésente sans être assumée, centrale et néanmoins marginalisée ?

Le second volume analyse la communication comme une discipline et un objet propre ayant connu, tout au long de cette période, des ruptures et des filiations. À partir de terrains toujours plus vastes et nombreux, ses concepts, écoles de pensée et paradigmes théoriques témoignent de la diversité de ses préoccupations et orientations, mais aussi de problématiques communes et de thématiques récurrentes. Les conflits et controverses qui la traversent attestent de sa vitalité, sans pourtant exclure des impensés en des temps de sur-événementialité médiatique et d’idolâtrie technique.

Appelant une saisie interdisciplinaire, l’étude de la communication est rendue d’autant plus complexe que son objet engage, rencontre et bute sur une inconnue majeure : l’altérité. Diversité culturelle, mondialiH71sation et dynamiques identitaires locales ou globales en sont les marqueurs aujourd’hui évidents. La communication, prise entre injonction sociale et liberté d’expression de chacun, est-elle gage d’une meilleure compréhension de tous ? L’incommunication reste en tout cas son horizon. L’épreuve de l’autre est toujours au risque de soi. C’est sans doute dans cette réalité première que réside, sur fond d’incertitude croissante au 20e siècle, l’enjeu fondamental de la communication.

[Parution] Hermès 69. Sexualités

Le n° 69 sera en librairie le 28 août 2014

Sexualités
Sous la direction d’Etienne Armand Amato, Fred Pailler et Valérie Schafer

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

« Deuxième révolution sexuelle », « troisième vague féministe »… La question sexuelle n’est pas close et n’a pas fini d’occuper l’espace public, de s’inviter dans la sphère politique et sociale. En témoignent les affrontements récents en France autour du mariage pour tous, le manifeste des 343 fraudeuses en faveur de la procréation médicalement assistée ou encore les débats parlementaires sur la prostitution et la pénalisation des clients. Enjeu politique, religieux, éthique, économique ou encore culturel, c’est aussi, profondément, une question de communication, privée comme publique, qui, de la sphère la plus intime à l’arène la plus médiatique, engendre échanges, controverses, revendications, normativité et négociations.

C’est la communication dans tous ses états – de la plus ténue et silencieuse à la plus transgressive ou explicite – que les auteurs de ce numéro analysent, pour mieux comprendre non pas la sexualité, mais les sexualités, leur diversité de formes, de manifestations, de pratiques, leur altérité, leur incompréhension ou reconnaissance mutuelles comme leurs ajustements et entrelacements.

Mêlant des approches anthropologiques, sociologiques, historiques, littéraires, dans les domaines des sciences de l’information et de la communication, des études des médias ou de genre, ce numéro est l’occasion de croiser des recherches de terrain, des études de cas et des réflexions plus théoriques autour de ce champ éminemment interdisciplinaire. Au fil des pages se dévoilent la richesse et la diversité des approches communicationnelles des sexualités. Celles-ci permettent de dépasser les binarismes et clivages que l’on peut observer dans l’actualité et de replacer dans la longue durée une question, dont la simplicité de notre titre ne peut pas masquer la complexité des enjeux.

[Parution] Hermès 68. L’Autre n’est pas une donnée. Altérités, corps et artefacts

Le n° 68 sera en librairie le 24 avril 2014

L’Autre n’est pas une donnée. Altérités, corps et artefacts
Sous la direction de Franck Renucci, Benoît Le Blanc et Samuel Lepastier

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Au moment où vivant et artificiel convergent, les relations humaines prétendent se simplifier. L’ Autre ne serait qu’une donnée. Pourtant, le problème reste entier : la communication bute toujours sur les difficultés de la rencontre car l’ altérité est constitutive de la communication et de son horizon. Au début est l’ incommunication. Altérités et singularités humaines ouvrent des espaces de négociation, de cohabitation et d’ invention pour chacun : Cogitat ergo est. C’ est dans la rupture et le discontinu que s’ inscrivent l’ émergence du nouveau et, souvent, la communication.

Aujourd’hui, la vision occidentale qui connecte corps et dispositifs en réseaux vise donc à établir une continuité entre cerveau et esprit, tandis que la science biologique produit de nouveaux artefacts. L’ invisible « épaisseur organique » se transforme alors en « surfaces
numériques » objectivables. Un être informationnel apparaît, prétendant tout savoir, tout dire et prédire. De pulsionnel et érotique, le corps devient objet et information, résolvant d’ un coup l’ épreuve et l’ expérience de la communication.
La question traitée ici est celle de l’altérité à l’épreuve d’un être informationnel. Ce numéro d’Hermès ouvre de nouvelles perspectives pour les sciences de la communication.

L’ originalité est de mobiliser et de confronter des disciplines aux fondements parfois incommensurables : sciences cognitives, neurosciences, psychanalyse, sciences humaines et sociales. Loin d’ une communication transparente, sans butée et sans Autre, la rencontre de ces disciplines montre une nouvelle fois que la communication humaine est sans mode d’ emploi. Le corps, la relation à l’ Autre manifestent obstinément des points de résistance. La communication s’invente toujours, au-delà des systèmes, des réseaux, des interactions.