Archives par étiquette : sciences

Information et communication scientifiques à l’heure du numérique

information-et-communication-scientifiques-a-l-heure-du-numerique-sous-la-direction-de-valerie-schaferInformation et communication scientifiques à l’heure du numérique
Sous la direction de Valérie Schafer
CNRS Éditions, 2014

Commande en ligne

Communiquer la science : une activité désormais centrale, aux formes diverses et engageant de multiples acteurs, compétences et supports. Cet Essentiel propose des regards croisés interdisciplinaires pour explorer les enjeux et les évolutions récentes de l’information et de la communication scientifiques à l’heure du numérique. Science ouverte, science 2.0, déluge informationnel, communication institutionnelle des laboratoires et instituts de recherche, blogs de chercheurs, plateformes participatives et collaboratives, accès pour tous à la culture scientifique… autant de thèmes émergents qui concernent les chercheurs et professionnels de l’information et de la communication, et interrogent également les relations science/société et leurs transformations actuelles.
Sommaire : 

  • Présentation générale – Renouveau de la science et science du renouveau à l’heure du numérique
    Valérie Schafer
  • Abondance et gratuité : pour quoi faire et jusqu’où ?
    Dominique Wolton
    Entretien avec Joëlle Farchy, Pascal Froissart et Cécile Méadel
  • Sciences, réseaux et cognition après le déluge
    Jean-Gabriel Ganascia
  • Interroger les données en SHS à partir de leur écosystème
    Clément Mabi, Jean-Christophe Plantin et Laurence Monnoyer-Smith
  • Science 2.0 : recherche et enseignement
    Olivier Ertzscheid
  • Une nouvelle ère pour les sciences participatives
    Marc Lipinski
  • La communication scientifique directe : un nouveau champ éditorial
    Guylaine Beaudry
  • Science et communication : promettre ou éclairer
    Dominique Namur et Sandrine Paillard
  • Un demi-siècle de communication scientifique à l’Inria (1967-2013)
    Benjamin G. Thierry
  • Le journalisme scientifique face aux nouveaux environnements de diffusion de l’information
    Viviane Thivent
    Entretien avec Valérie Schafer
  • Les savoirs profanes et l’intelligence du Web
    Cécile Méadel
  • Wikipédia, nouvel outil de médiation des savoirs en sciences
    Lionel Barbe

Hermès 67. Interdisciplinarité : entre disciplines et indiscipline

Le n° 67 sera en librairie le 21 novembre 2013

Interdisciplinarité : entre disciplines et indiscipline
Sousla directionde Jean-Michel Besnier et Jacques Perriault

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Nul n’ignore plus aujourd’hui combien les découvertes scientifiques et les innovations technologiques se produisent souvent à la marge des disciplines constituées. Lorsqu’on en retrace la genèse, c’est souvent moins la logique épistémique que l’audace et l’indiscipline qui apparaissent. Les exemples de sérendipité témoignent de la fécondité du hasard, et du génie des francs-tireurs qui savent s’en emparer. Il est d’ailleurs des périodes de l’histoire des sciences et des techniques où l’on n’hésite pas à célébrer le chaos organisateur qu’autorise le franchissement des frontières disciplinaires.

Et pourtant, les autorités universitaires et de recherche veillent à préserver l’intégrité des disciplines comme autant de formats nécessaires aux sciences. Elles pénalisent souvent les chercheurs atypiques, inclassables ou trop portés à marauder chez le voisin. Les préjugés académiques se ferment souvent aux travaux scientifiques audacieux, mais aussi à ceux des sociologues, anthropologues, historiens… qui ont pu montrer, depuis longtemps, que les disciplines sont aussi des constructions culturelles et qu’il y a des raisons d’en contester la complète rationalité et le désintéressement. D’ailleurs, on se méfie souvent de l’interdisciplinarité dans les instances de programmation et d’évaluation scientifiques, même si celleci est l’objet par ailleurs d’une nouvelle langue de bois. La complexité des problèmes – qu’ils soient environnementaux, ethnologiques, sociopolitiques ou cognitifs – requiert pourtant une synergie des compétences intellectuelles et des méthodes, devenues peu compatibles avec la rationalité analytique, cloisonnée dans les limites d’un savoir discipliné. Les pressions mises par nos sociétés sur les chercheurs et tous ceux qui innovent imposent que l’on s’interroge sur la portée et les limites des disciplines, sur les vertus et les obstacles de l’interdisciplinarité, sur l’exemplarité des indisciplinés. C’est ce qu’entreprend ce numéro d’Hermès.

Jean-Michel Besnier et Jacques Perriault

Hermès 66. Classer, penser, contrôler

Le n° 66 sera en librairie le 29 août 2013

Classer, penser, contrôler
Sous la direction de Vincent Liquète et Susan Kovacs

 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Classer est souvent la première opération intellectuelle. Mais catégoriser, classer, déclasser, classifier ne sont pas de simples activités de mise en ordre du monde. Ces opérations représentent également des modes d’exercice de pouvoir de nature intellectuelle, culturelle, politique. Le classement contribue certes à mettre de l’ordre, mais aussi à rigidifier les distinctions, à naturaliser des hiérarchisations, à justifier la marginalisation de groupes sociaux et culturels, souvent à imposer une logique marchande. Qu’il s’agisse de classifications documentaires et disciplinaires ou de palmarès très médiatisés comme celui de Shanghai pour les universités, les outils de classement prennent diverses formes, matérialisent des valeurs et des stratégies, orientent notre regard sur le monde.

Avec l’émergence des réseaux numériques, la mise en place des normes et l’essor des «Big Data», les outils de classement se transforment et gagnent en puissance. Quel pouvoir est exercé par les acteurs du classement, et selon quelles logiques ? Si l’universalisme a pu favoriser l’univocité des classifications, celles-ci s’ouvrent désormais au dialogue, engendrant négociations, suscitant contestations et débats. Cette dimension délibérative se perçoit à travers les activités de groupes de pression, de lobbys, de réseaux constitués autour d’enjeux majeurs qui d’ailleurs nous concernent tous : comment désigner et classifier le handicap, les maladies mentales ou les sujets scientifiques prêtant à controverse comme le développement durable ? Quelles normes techniques appliquer à la mise en réseau des langages documentaires ? Comment former un contre-pouvoir à la puissance classificatoire de Google ?

Face aux technologies du numérique et à la croissance exponentielle des données, des acteurs et des organisations tentent progressivement de contrecarrer les tendances hégémoniques anciennes et nouvelles de mise en ordre du monde, en mettant en avant une activité de classification participative et créative.

Art et science

art-et-science-jean-paul-fourmentrauxArt et science
Sous la direction de Jean-Paul Fourmentraux
CNRS Éditions, 2012

Commande en ligne

Le mariage de l’art et de la science est le fruit d’une liaison complexe. Aujourd’hui même, le dialogue entre la « création scientifique » et la
« recherche artistique » reste l’objet de vives négociations et de finalités contrastées, dont les sciences de l’information et de la communication témoignent amplement : pratiques de l’interdisciplinarité, images négociées, sciences au musée, arts numériques, nouvelles figures de l’auteur, etc.
Cet ouvrage propose, à travers les contributions de chercheurs reconnus et issus de diverses disciplines, une mise en perspective des questions qui ont guidé et orientent encore l’histoire ambivalente des tentatives d’union de l’art et de la science.

Sommaire :

  • Présentation générale – Art et science. L’ère numérique
    Jean-Paul Fourmentraux
  • La science n’est pas l’art
    Jean-Marc Lévy-Leblond
    Entretien avec Jean-Paul Fourmentraux 
  • Les Savanturiers : Essai sur les chercheurs d’art du XXIe siècle
    Élise Aspord
  • Quand l’artiste rencontre le chercheur
    Marion Montaigne
  • Cultures scientifiques et musées d’histoire naturelle en France
    Michel Van-Praët
  • Les espaces de la performance : musées, science et rhétorique de l’objet
    Roger Silverstone
  • Entre art et science, la photographie
    Monique Sicard
  • Théâtre et Sciences. Témoignage sur une expérience originale
    Pierre Bonton
  • Création scientifique et statut d’auteur
    Marie Cornu
  • Art, technique et mouvement social dans la genèse des théories sur la communication
    Jacques Perriault

La Chimie durable, au-delà des promesses…

la-chimie-durable-sous-la-direction-de-laura-maximLa Chimie durable, au-delà des promesses…
Laura Maxim (dir.), 2011.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Face aux controverses sociales autour des risques chimiques pour la santé et pour l’environnement, de nouvelles pratiques de recherche et développement émergent sous des appellations diverses, comme
« chimie durable », « chimie verte » ou « chimie écologique ». Alors qu’un certain nombre d’ouvrages techniques décrivent les principes et des applications de cette nouvelle façon de « faire de la chimie », la littérature néglige ses composantes sociales, politiques, économiques et même (éco-)toxicologiques, qui sont pourtant essentielles dans ce processus d’innovation.

Sciences et médias

sciences-et-medias-sebastien-rouquetteSciences et médias
Sous la direction de Sébastien Rouquette
CNRS Éditions, 2011

Commande en ligne

Quels sont les rapports entres sciences et médias ? À l’heure où l’on s’interroge sur l’impact de la recherche sur l’environnement et la santé, où l’on débat de la sortie ou non du nucléaire, la médiatisation des activités scientifiques prend une importance croissante. Pourquoi ce changement est-il révélateur ? Comment les téléspectateurs perçoivent-ils les émissions scientifiques ? Comment les journalistes choisissent-ils les chercheurs qui vont éclairer les débats publics ? Un livre percutant sur un sujet crucial.

Sommaire :

  • Présentation générale – Sciences et médias : un changement de logique
    Sébastien Rouquette
  • De la vulgarisation à la communication
    Dominique Wolton
  • Le journalisme scientifique à l’heure d’internet : nouveau paradigme, nouveau journalisme
    Sylvestre Huet
  • Les journalistes scientifiques : régulateurs dans un espace d’opinion
    Marie-Noële Sicard
  • Les disciplines scientifiques : le rôle des agences gouvernementales.
    L’exemple de l’agence spatiale japonaise
    Kazuto Suzuki
  • Les chercheurs en sciences sociales. Profits médiatiques et risques académiques
    Caroline Lensing-Hebben
  • Les publics : des réceptions plurielles
    Suzanne de Cheveigné
  • La légitimation par la science : un défi pour la démocratie
    Laurence Monnoyer-Smith

Hermès 57. Sciences.com: libre accès et science ouverte

Le n° 57 sera en librairie le 28 octobre 2010


Sciences.com : libre accès et science ouverte
Sous la direction de Joëlle Farchy, Pascal Froissart et Cécile Méadel

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Confrontée au développement des réseaux électroniques, l’édition scientifique se métamorphose. Nourris au lait d’Internet, les chercheurs tergiversent au moment d’y diffuser leurs productions ; garantes du bien public, les institutions savantes normalisent, s’interrogent, expérimentent. La mutation est profonde et se répercute non seulement dans la circulation des connaissances, mais aussi dans la propriété intellectuelle et la notion d’auteur, ou dans les conditions de publication… En quelques années, la diffusion des savoirs sur Internet (avec notamment le « libre accès ») a changé les termes du débat.

L’édition scientifique était un monde policé et local ; aujourd’hui, c’est un marché global et un théâtre de guerre économique. Il y a de plus en plus de chercheurs, les revues scientifiques se sont multipliées, les budgets explosent et l’idéologie du Publish or Perish domine. En parallèle, des intermédiaires du savoir, tels les sites commerciaux Cairn ou Science Direct, se renforcent et cherchent le meilleur modèle économique et cognitif. Les chercheurs se retrouvent face à une injonction paradoxale : d’une part, éditer dans des revues de plus en plus cotées, étalonnées, hiérarchisées, mais payantes et privées ; d’autre part, rendre public, diffuser au plus grand nombre, mettre en ligne le plus vite possible, librement et sans droit d’accès.

Ce volume d’Hermès s’intéresse, dans une perspective résolument pluridisciplinaire, aux différentes questions que pose cette « science ouverte » avec toutes ses formes de mises à disposition des connaissances produites par des scientifiques : revues gratuites, mise en ligne des publications par les institutions, modèle auteur-payeur, archives en libre accès, bibliothèques numériques ouvertes…

Neutraliser la phénoménologie

Naturaliser-phenomenologie-Jean-PetitotNaturaliser la phénoménologie. Essais sur la phénoménologie contemporaine et les sciences cognitives
Jean Petitot, Francisco J. Varela, Bernard Pachoud et Jean-Michel Roy (dir.), 2002.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Réunissant les meilleurs spécialistes, cet ouvrage tente d’articuler le questionnement philosophique des phénomènes de conscience avec les approches des mécanismes mentaux développées par les sciences cognitives. L’ambition est ici de rendre compte des actes et des contenus mentaux dans les termes de la neurobiologie ou selon des modèles physico-mathématiques, voire informatiques et de resituer les apports de la philosophie « continentale », notamment à la lumière des travaux de Husserl et Merleau-Ponty.

Hermès 21. Sciences et médias

Le n°21 sera en librairie le 1er janvier 1998


Sciences et médias
Sous la direction de Susan de Cheveigné

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

Présentation

Dans une première partie, nous avons voulu examiner de près les textes, la matière médiatique, lorsqu’elle parle de science. Eliséo Véron, partant d’une réflexion sur la place de la science dans la société, distingue clairement les différents types de discours qui circulent dans ou autour de l’institution scientifique. Sophie Moirand, avec les instruments du linguiste, repère les spécificités du discours à propos de science dans les médias. La place de l’image, élément essentiel de ces discours, est abordée par Igor Babou et par Monique Sicard. Enfin, Jacqueline Chervin, analysant les journaux télévisés qui ont traité des anniversaires des premiers pas sur la lune, nous montre comment la matière télévisuelle est reprise et construite.

Hermès 7. Bertrand Russel. De la logique à la politique

Bertrand Russel. De la logique à la politique
Sous la direction de François Clémentz et Anne-Françoise Schmid

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

Présentation

Bertrand Russell (1872-1970) est sans conteste l’un des plus grands philosophes de ce siècle. Remarquable à la fois par son abondance et par son extraordinaire capacité de renouvellement, son œuvre est unanimement reconnue comme le point de départ de la pensée anglo-saxonne contemporaine. Avec Moore, dont il fut l’ami et le condisciple à Cambridge, Russel compte en effet parmi les principaux fondateurs de la tradition analytique, tandis que sa contribution au développement de la logique mathématique n’a probablement d’égale que celle de Frege […].

Hermès 3. Psychologie ordinaire et sciences cognitives

Psychologie ordinaire et sciences cognitives
Sous la direction de Pascal Engel

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

Présentation

Initialement, le terme « cognitif » , a été associé, en psychologie, à un type d’étude du comportement humain qui supposait, en réaction contre le béhaviorisme, que ce comportement est produit par la médiation d’états mentaux « cognitifs » et non pas par de simples renforcements de dispositions physiques observables. Ce que l’on a appelé la « révolution cognitive » en psychologie a précisément consisté à réhabiliter les notions mêmes que la psychologie béhavioriste réputait douteuses, comme celles de représentation mentale, de croyance, de connaissance, de plan ou de but.