Archives par étiquette : numérique

[Parution] Bande dessinée et numérique

Collection « Les Essentiels d’Hermès »
Sous la direction de Pascal Robert
CNRS Éditions, 2016, format poche, 8 euros
Commande en ligne

Presse : Lectures/Liens socio

La bande dessinée est née sur papier et peut-être même du papier : depuis les journaux grand public ou spécialisés, les fascicules de petits formats ou les albums cartonnés, jusqu’aux romans graphiques d’aujourd’hui. Mais elle investit également depuis quelques années les supports numériques et se développe sur Internet. Le numérique interpelle la bande dessinée et sans doute la bouscule-t-il quelque peu, car il offre des possibilités que n’autorise pas le papier : introduire du mouvement, du son etc.
Mais alors, est-ce encore véritablement de la bande dessinée ? À l’inverse, la bande dessinée possède une réelle capacité à investir ses supports et à les reconfigurer selon ses propres règles…
Cet Essentiel, illustré par les dessins de Martin Guillaumie, réunit auteurs, acteurs et théoriciens de la bande dessinée. Il fait le point sur la question de la relation entre bande dessinée et numérique pour apporter des réponses et offrir des éléments de réflexion critique.

herossedemandant2Héros se demandant à quel écran il va être mangé – ©Martin Guillaumie, 2016

Sommaire
Présentation générale
La bande dessinée numérique en questions
Pascal Robert
Généalogie de la bande dessinée numérique
Julien Baudry
L’informatisation du processus de production de la bande dessinée
Julien Baudry – Encadré
La bande dessinée numérique vue d’ailleurs
Julien Baudry et Philippe Paolucci
Typologie des bandes dessinées numériques
Magali Boudissa
La BD numérique, entre jeu vidéo et Net Art  ?
Anthony Rageul – Encadré
Sémiologie de la bande dessinée numérique
Julia Bonaccorsi
Pour une sociologie des usages et de l’innovation appliquée aux récits innovants
Julien Falgas
La lecture numérique de bandes dessinées. Repères statistiques
Christophe Evans
Le point de vue des auteurs
Entretiens avec Marc-Antoine Mathieu, Yves Bigerel (Balak), Simon et Olivier Jouvray
« L’indifférence au support » : éditeurs versus  auteurs ?
Benoît Berthou

 

[Parution] Hermès 70-71, Le 20e siècle saisi par la communication

H70La communication est de tous les temps. Pourtant, c’est incontestablement au 20e siècle qu’elle devient omniprésente sur la scène sociale. Souvent confondue avec l’information, elle est l’objet de réductionnisme technique et le support de bien des idéologies. Si certains y voient la promesse d’une libération des individus, d’autres n’y trouvent que rhétorique et instrumentalisation des masses.

Le premier volume est consacré aux « révolutions de l’expression » qui se manifestent tout au long du siècle par des mutations médiatiques radicales. La question des modes de transmission, des supports et des codages y devient centrale, tout comme la place de l’individu, du groupe et l’expression de l’opinion publique. La communication élit domicile dans l’espace public, véritable centre de gravité des sociétés modernes. Enfin, qu’il s’agisse de cinéma ou de musique, de design ou de littérature, les évolutions du champ artistique au 20e siècle offrent une porte d’entrée incomparable pour saisir les tensions et paradoxes de cette révolution de la communication. Pourquoi cette révolution n’est-elle jamais considérée comme légitime ? Pourquoi la communication est-elle omniprésente sans être assumée, centrale et néanmoins marginalisée ?

Le second volume analyse la communication comme une discipline et un objet propre ayant connu, tout au long de cette période, des ruptures et des filiations. À partir de terrains toujours plus vastes et nombreux, ses concepts, écoles de pensée et paradigmes théoriques témoignent de la diversité de ses préoccupations et orientations, mais aussi de problématiques communes et de thématiques récurrentes. Les conflits et controverses qui la traversent attestent de sa vitalité, sans pourtant exclure des impensés en des temps de sur-événementialité médiatique et d’idolâtrie technique.

Appelant une saisie interdisciplinaire, l’étude de la communication est rendue d’autant plus complexe que son objet engage, rencontre et bute sur une inconnue majeure : l’altérité. Diversité culturelle, mondialiH71sation et dynamiques identitaires locales ou globales en sont les marqueurs aujourd’hui évidents. La communication, prise entre injonction sociale et liberté d’expression de chacun, est-elle gage d’une meilleure compréhension de tous ? L’incommunication reste en tout cas son horizon. L’épreuve de l’autre est toujours au risque de soi. C’est sans doute dans cette réalité première que réside, sur fond d’incertitude croissante au 20e siècle, l’enjeu fondamental de la communication.

[Parution] Hermès 57. Sciences.com: libre accès et science ouverte

Le n° 57 sera en librairie le 28 octobre 2010


Sciences.com : libre accès et science ouverte
Sous la direction de Joëlle Farchy, Pascal Froissart et Cécile Méadel

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Confrontée au développement des réseaux électroniques, l’édition scientifique se métamorphose. Nourris au lait d’Internet, les chercheurs tergiversent au moment d’y diffuser leurs productions ; garantes du bien public, les institutions savantes normalisent, s’interrogent, expérimentent. La mutation est profonde et se répercute non seulement dans la circulation des connaissances, mais aussi dans la propriété intellectuelle et la notion d’auteur, ou dans les conditions de publication… En quelques années, la diffusion des savoirs sur Internet (avec notamment le « libre accès ») a changé les termes du débat.

L’édition scientifique était un monde policé et local ; aujourd’hui, c’est un marché global et un théâtre de guerre économique. Il y a de plus en plus de chercheurs, les revues scientifiques se sont multipliées, les budgets explosent et l’idéologie du Publish or Perish domine. En parallèle, des intermédiaires du savoir, tels les sites commerciaux Cairn ou Science Direct, se renforcent et cherchent le meilleur modèle économique et cognitif. Les chercheurs se retrouvent face à une injonction paradoxale : d’une part, éditer dans des revues de plus en plus cotées, étalonnées, hiérarchisées, mais payantes et privées ; d’autre part, rendre public, diffuser au plus grand nombre, mettre en ligne le plus vite possible, librement et sans droit d’accès.

Ce volume d’Hermès s’intéresse, dans une perspective résolument pluridisciplinaire, aux différentes questions que pose cette « science ouverte » avec toutes ses formes de mises à disposition des connaissances produites par des scientifiques : revues gratuites, mise en ligne des publications par les institutions, modèle auteur-payeur, archives en libre accès, bibliothèques numériques ouvertes…