Archives par étiquette : mondialisation

[Parution] Hermès 75. Langues romanes : un milliard de locuteurs

Le n° 75 est en librairie

herm_075_l204Langues romanes : un milliard de locuteurs
Sous la direction de Michaël Oustinoff et Louis-Jean Calvet. 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Avec un milliard de locuteurs, les langues romanes, issues du latin, constituent un potentiel impressionnant en termes d’espace communicationnel et conceptuel. Elles représentent un contrepoids à l’extension du « tout-anglais », dont les limites sont désormais connues au sein même du monde anglo-saxon. D’ailleurs, le British Council place parmi les dix plus importantes langues du XXIe siècle l’espagnol, le français, le portugais et l’italien. Les langues romanes, mais aussi slaves ou arabes, représentent un élément indispensable de la diversité culturelle telle qu’elle a été reconnue en 2005 par l’Unesco. Impossible en effet de vivre dans un monde ouvert, interconnecté, sans respecter les identités culturelles, au premier rang desquelles les identités linguistiques. On pense, rêve, crée, dans une langue, le plus souvent maternelle. Sinon, après quelques années de triomphe du globish (si pratique, si moderne), on assistera à la révolte des peuples pour préserver leurs identités culturelles.

Le défi de la mondialisation est au moins autant culturel qu’économique et politique. Le problème n’est pas l’existence d’une langue minimum commune, comme l’est aujourd’hui l’anglais, mais la sauvegarde de toutes les autres, condition de la diversité humaine. Oui à tous les apprentissages linguistiques, à tous les déplacements, à condition de préserver les aires linguistiques. La diversité est la condition de la mondialisation, la standardisation l’antichambre des conflits. Pas de mondialisation pacifique possible donc sans respect de la diversité culturelle. Les langues romanes, sans prétention hégémonique, en sont un élément déterminant, d’autant qu’elles sont mondiales. Elles sont aussi indispensables pour l’Europe, notamment pour éviter de croire que le monolinguisme anglais en simplifierait la construction… Les langues romanes ? L’avant-garde de cet immense chantier politique de la cohabitation culturelle à construire pour essayer de conjuguer paix et mondialisation.

 

L’incommunication

l-incommunication-sous-la-direction-de-samuel-lepastierL’incommunication
Sous la direction de Samuel Lepastier
CNRS Éditions, 2013

Commande en ligne

Source de tensions et de conflits, l’incommunication se définit comme l’absence de communication entre deux personnes. Au contraire d’une conception naïve selon laquelle la croissance continue des canaux devrait suffire à dissiper les malentendus, l’incommunication apparaît au coeur de la condition humaine pour être l’horizon de toute communication. Repérée aussi bien dans la vie sociale que dans l’intimité psychique, elle reste encore peu théorisée.
Convoquant, outre les sciences de la communication, la linguistique, la sociologie et la psychanalyse, cet Essentiel vise à combler cette lacune.

Sommaire :

  • Présentation générale – L’incommunication, un concept transdisciplinaire
    Samuel Lepastier
  • La communication troublée chez l’enfant, exemples cliniques
    Laurent Danon-Boileau
  • De la conversation conjugale
    François de Singly
  • La scène de ménage, entre communication et incommunication
    Samuel Lepastier
  • Se retirer dans une société de communication. L’exemple du hikikomori
    Maïa Fansten
  • La « com » à l’épreuve de la communication
    Arnaud Benedetti
  • Victor Klemperer, une résistance à la langue totalitaire
    Laurence Aubry
  • Le symbolisme et la propagande politique
    Serge Tchakhotine (extraits)
  • La langue de l’exil à l’heure du globish et de la mondialisation des flux migratoires
    Michaël Oustinoff
  • L’incommunication : horizon de la communication
    Dominique Wolton
    Entretien avec Samuel Lepastier et Éric Letonturier

Propriété intellectuelle – Géopolitique et mondialisation

propriete-intellectuelle-melanie-dulong-de-rosnayPropriété intellectuelle – Géopolitique et mondialisation
Mélanie Dulong de Rosnay et Hervé Le Crosnier (auteurs)
CNRS Éditions, 2013

Commande en ligne

Quand la mondialisation devient « société de la connaissance », la propriété intellectuelle s’installe au cœur de toutes les activités, de l’agriculture à la production culturelle, en passant par la concurrence industrielle et la recherche universitaire et médicale. L’extension croissante de la propriété intellectuelle entraîne aussi des conséquences pour le domaine public, les communs de la connaissance et le partage des savoirs. Les changements techniques et les rapports de force mondiaux en font également un enjeu géopolitique.
Cet ouvrage veut donner des repères pour comprendre ces évolutions.

Sommaire :

  • Présentation générale – Une géopolitique de la propriété intellectuelle
  • Le domaine public
  • La propriété littéraire et artistique
  • La propriété industrielle
  • Les institutions et négociations internationales
  • L’accès aux savoirs
  • Construire un droit équilibré qui favorise l’expansion et le partage des cultures et des connaissances

Hermès 65. Le monde Pacifique dans la mondialisation

Le n° 65 sera en librairie le 11 avril 2013


Le monde Pacifique dans la mondialisation
Sous la direction de Renaud Meltz et Dominique Barbe

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Objet, acteur et horizon de la mondialisation, l’océan Pacifique en offre une excellente métaphore. Il incarne la mondialisation en marche. C’est avec son exploration, à partir du XVIIIe siècle, que l’humanité a bouclé le tour de la planète. De nos jours, c’est l’immensité océanienne, avec toute sa diversité, qui conserve à notre monde une complexité encore bien réelle. Il s’agit donc de donner droit à l’altérité, de faire cohabiter toutes les diversités, naturelles, mais également linguistiques et culturelles. L’objet de ce numéro d’Hermès est dès lors de comprendre l’enjeu de la communication et de l’incommunication dans le Pacifique. Il éclaire cette réalité anthropologique : il ne suffit pas que le monde soit traversé d’informations et d’interactions incessantes pour qu’il y ait davantage de communication et de tolérance.

Le Pacifique met en lumière l’ensemble des tensions contradictoires qui sous-tendent la mondialisation. Longtemps isolée, l’Océanie ne s’est pas ouverte de son plein gré. Elle a été mondialisée par la force. Le prosélytisme religieux, le capitalisme marchand et le colonialisme en ont spolié les ressources, acculturé les traditions et dégradé les équilibres naturels. Avec moins de remords que d’embarras, les puissances riveraines en ont fait un terrain d’affrontement et d’expérimentation nucléaire.

Pourtant, le Pacifique n’a pas été assimilé. La puissance des éléments, l’instabilité des milieux, l’isolement permanent n’ont cessé d’opposer leur inertie aux forces extérieures, inspirant aux Océaniens une résistance latente qui nourrit aujourd’hui leur réveil identitaire, comme elle leur sert aussi d’argument promotionnel. Les atolls, les lagons et les arts premiers sont autant d’incitations à la nostalgie du paradis perdu.

Au lieu d’illustrer l’uniformisation des modes de vie, l’océan Pacifique nous invite à une autre mondialisation, opposée aux modèles dominants, une mondialisation du dialogue entre les valeurs, les savoirs et les cultures. Riche de sa diversité, le Pacifique est un des laboratoires de la cohabitations culturelle du XXIe siècle.

Anthropologie de l’homme mondialisé. Histoire et concepts

ANTHROPOLOGIE DE L'HOMME MONDIALISƒAnthropologie de l’homme mondialisé.
Histoire et concepts
Christoph Wulf, 2013
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Plaidant pour une approche interdisciplinaire et transnationale de l’anthropologie incluant entre autres sciences, philosophie et histoire, Christoph Wulf étudie toutes les façons dont l’anthropologie a été comprise et pratiquée tout autour du monde et à travers les âges.

Traduire et communiquer à l’heure de la mondialisation

CV-OUSTINOFF-traduireTraduire et communiquer à l’heure de la mondialisation
Michaël Oustinoff, 2011.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Dans quelles langues communiquer à l’heure de la mondialisation ? C’est désormais une question centrale. La politique du tout-anglais est de plus en plus contestée, y compris dans le monde anglophone.
Le plurilinguisme choisi par l’Union européenne, l’Unesco ou l’Inde, présente des avantages économiques et politiques d’autant plus marquants que la défense de la diversité culturelle est un enjeu mondial.

Traduction et mondialisation

traduction-et-mondialisation-michael-oustinoffTraduction et mondialisation
Sous la direction de Michaël Oustinoff
CNRS Éditions, 2011

Commande en ligne

Pas de diversité culturelle sans traduction. La domination du tout-à-l’anglais n’est pas inéluctable.
Partout dans le monde, même en Grande-Bretagne, la mondialisation réclame une politique active de traduction. Celle-ci devient alors une donnée centrale du monde contemporain, un phénomène capital qui ne fait que s’amplifier par le biais des technologies de l’information et de la communication.
Comprendre quels sont, d’une culture à l’autre, les enjeux actuels de la traduction, tel est l’objectif de cet ouvrage clair qui combat avec force les idées reçues.

Sommaire :

    • Présentation générale – La traduction, enjeu central de la mondialisation
      Michaël Oustinoff
    • Intraduisible et mondialisation
      Barbara Cassin
    • La question des langues et de la traduction au coeur des politiques de l’Union européenne
      Leonard Orban
    • Sciences dites « dures » et traduction
      Jean-Marc Lévy-Leblond
    • Diversité culturelle : la mission de la traduction
      Xu Jun
    • La traduction de l’arabe et vers l’arabe à l’heure de la mondialisation
      Foued Laroussi et Ibrahim Albalawi
    • Traduction et plurilinguisme au Burkina Faso
      Lalbila A. Yoda
    • La traduction, passeport pour accéder à l’autre
      Dominique Wolton

La mondialisation de la communication

la-mondialisation-de-la-communication-paul-rasseLa mondialisation de la communication
Sous la direction de Paul Rasse
CNRS Éditions, 2010

Commande en ligne

Comment comprendre la mondialisation de la communication ?
Le projet de cet Essentiel est d’en souligner les étapes les plus significatives et d’esquisser une analyse des bouleversements techniques, culturels et sociaux qui en résultent. Les textes présentés ici ouvrent une réflexion sur la différence entre la révolution technique de la communication et les enjeux sociaux, politiques. Il ne suffit pas que des millions d’informations et d’images circulent pour les hommes se comprennent mieux. La vitesse de l’information rappelle par ailleurs l’importance et la lenteur de la communication humaine et sociale.

Sommaire :

  • Présentation générale – De la Méditerranée aux univers numériques, une brève histoire de la mondialisation de la communication
    Paul Rasse
  • Le Paradis Terrestre, la première vision espagnole des peuples océaniens
    Annie Baert
  • Le portrait mythique de la femme dans le miroir euromarocain
    Mohammed Laamiri et Boussif Ouasti
  • Frontières culturelles : identité et communication en Amérique latine
    Nancy Morris et Philip R. Schlesinger
  • Les médias vecteurs de mondialisation et « d’événementialisation »
    Arnaud Mercier
  • Le cosmopolitisme sous le coup de l’émotion
    Gérôme Truc
  • Les enjeux de la mondialisation de la communication
    Dominique Wolton

Hermès 56. Traduction et mondialisation

Le n°56 sera en librairie 24 juin 2010


Traduction et mondialisation (vol. 2) 
Sous la direction de Michaël Oustinoff, Joanna Nowicki et Juremir Machado Da Silva 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Dans un rapport récent (2009), la British Academy met en garde les chercheurs britanniques aussi bien des sciences humaines et sociales que des autres sciences (physique, chimie, biologie, etc.) : ne maîtriser que l’anglais les condamne à être « mondialement connus… seulement en Angleterre ». Ce n’est pas la compétitivité de la recherche qui est seule en jeu : c’est également celle du pays entier. Et ce qui est vrai du Royaume-Uni vaut aussi pour les autres parties du monde.

Le tout-à-l’anglais, naguère présenté comme le nec plus ultra de la modernité, est désormais remis en cause par les anglophones eux-mêmes. C’est là un renversement de perspective spectaculaire, mais qui s’explique aisément à l’heure de la mondialisation. Le plurilinguisme et, par conséquent, la traduction – car on ne saurait apprendre toutes les langues – sont devenus des enjeux vitaux de la communication à l’échelle aussi bien planétaire que locale. La rationalisation est un appauvrissement.

Une telle évolution vient confirmer les analyses du volume précédent (H 49), qui mettait l’accent sur le fait que traduire n’est jamais une opération « neutre », « transparente » ou « à somme nulle » : c’est une recréation. Dans ce second volume, le projecteur est braqué sur la babélisation croissante du monde à laquelle on assiste aujourd’hui et sur ses enjeux, parallèlement au maintien de l’anglais comme langue dominante de la communication mondialisée.

La babélisation est cependant le contraire d’une solution : elle s’effectue en ordre dispersé et accentue l’ignorance de l’Autre. Pour qu’il y ait communication authentique, il faut une volonté politique de l’établir à travers la traduction. Ainsi s’explique la nécessité d’une approche pluridisciplinaire de la traduction. Seule celle-ci est capable de fournir les clés des recontextualisations culturelles et géopolitiques, indispensables pour comprendre la complexité du monde contemporain.

Les identités collectives à l’heure de la mondialisation

identitesrougeLes identités collectives à l’heure de la mondialisation
Sous la direction de Bruno Ollivier
CNRS Éditions, 2009

Commande en ligne

Globalisation. Cultures. Immigration. Communautés. Racisme. Discrimination positive… Toutes ces questions renvoient à des identités collectives en crise. Ces problématiques ne sont pas seulement la préoccupation de l’Europe, mais touchent tous les continents, en particulier l’Amérique du Sud. C’est pourquoi cet Essentiel propose les points de vue d’auteurs internationaux sur cette question d’actualité brûlante.

Sommaire :

  • Présentation générale – Les identités collectives : comment comprendre une question politique brûlante ?
    Bruno Ollivier
  • Une perspective européenne sur l’hybridation : éléments de réflexion
    Stuart Hall
  • Modernité mondiale et identités
    Renato Ortiz
  • Identités collectives et images de l’Autre : les pièges de la pensée collectiviste
    Jan Berting
  • Cultures hybrides et stratégies de communication
    Nestor García Canclini
  • Décentrage culturel et palimpsestes d’identité
    Jésus Martin-Barbero
  • Les Outre-mers, une chance pour la France et l’Europe
    Dominique Wolton

 

Francophonie et mondialisation

Francophonie-mondialisation-Didier-OilloFrancophonie et mondialisation
Sous la direction d’Anne-Marie Laulan et Didier Oillo
CNRS Éditions, 2008

Commande en ligne

La Francophonie est une réalité injustement méconnue, car elle est une chance et un amortisseur de la violence mondiale. Une chance pour la France de combattre la lepénisation des esprits ; pour le Sud de faire entendre sa voix dans la mondialisation ; pour notre planète d’assurer la paix entre les civilisations en préservant la diversité culturelle. Une chance pour créer des solidarités Nord/Sud, Est/Ouest. Un ouvrage qui allie rigueur scientifique et simplicité du style pour permettre à chacun de sortir des idées reçues. La Francophonie n’est pas un reste du passé, mais un défi pour l’avenir et la cohabitation culturelle.

Sommaire :

  • Présentation générale – La Francophonie, fer de lance de la bataille pour la diversité
    des expressions culturelles
    Anne-Marie Laulan, Didier Oillo
  • Aux carrefours de l’histoire
    Dominique Wolton
  • Diversité et droits de l’Homme
    Patrice Meyer-Bisch
  • La diversité culturelle à l’Unesco
    Anne-Marie Laulan
  • Les TIC, alternatives à la mondialisation
    Michel Arnaud
  • L’arbre à palabre domine la forêt électronique
    Alain Kiyindou
  • Quelle science pour quel développement en Afrique ?
    Bonaventure Mvé-Ondo
  • La diversité linguistique : enjeux pour la Francophonie
    Louis-Jean Calvet
  • Un atout pour l’autre mondialisation
    Dominique Wolton

Hermès 51. L’épreuve de la diversité culturelle

Le n° 51 sera en librairie le 4 septembre 2008


L’épreuve de la diversité culturelle
Sous la direction de Joanna Nowicki, Michaël Oustinoff et Serge Proulx

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Depuis la chute du mur de Berlin, la « lutte des classes » a-t-elle été remplacée par le « choc des civilisations », ou tout au moins par les conflits culturels ? On peut le penser au regard de phénomènes tels que l’éclatement de l’ex-Yougoslavie, les guerres du Caucase et le retour des fondamentalismes religieux. La « mondialisation » et l’Union européenne, espaces où les cultures entrent désormais en compétition en affirmant leurs différences, ne sont pas épargnées par l’épreuve de la diversité culturelle. Une première solution à l’échelle internationale a été apportée par l’Unesco, et doit également pou- voir se décliner au grès des besoins de nombreux pays qui ont à garantir les conditions du vivre ensemble entre des po- pulations toujours plus diversifiées et hétérogènes. C’est à ces enjeux qu’est consacré ce numéro. D’abord, sont analysées les théories politiques qui ont tenté de conceptualiser la problématique de la diversité culturelle. Puis, sont examinées diverses conventions internationales et solutions juridiques conçues pour anticiper ou résoudre des conflits. Ensuite, sont étudiés plusieurs cas de pays particulièrement intéressants s’agissant de leur modèle de cohabitation culturelle (réussi ou mis en échec). Enfin, sont traitées des questions identitaires qui apparaissent dans le contexte des flux migratoires à l’échelle mondiale.

Hermès 49. Traduction et mondialisation

Le n° 49 sera en librairie le 2 janvier 2008


Traduction et mondialisation (vol.1)
Sous la direction de Joanna Nowicki et Michaël Oustinoff 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Un fait est devenu évident: la mondialisation s’accompagne d’un mouvement de traduction sans précédent dans l’histoire de l’humanité. C’est un phénomène capital qui ne fait que s’amplifier par le biais des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Contrairement à une idée reçue, les langues ne sont pas interchangeables, sinon une seule d’entre allas pourrait supplanter toutes les autres en tant que vecteur de communication intégral et universel.

D’ailleurs, l’évolution du monde annonce l’émergeance non d’un modèle « monolingue » (avec l’anglais) ou réduit à une poignée de langues internationales, mais au contraire d’un modèle très largement « multilingue ». Cela a été reconnu officiellement par la communauté des Etats grâce à l’adoption par l’Unesco, le 20 octobre 2005, de la « Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles ». Dans le même temps et paradoxalement, Internet a procuré de nouveaux outils de diffusion à des centaines de langues différentes.

Dans un monde où l’importance de langues en expansion comme l’espagnol, le chinois, l’arabe ou le hindi s’accroît de jour en jour, sans parler de l’essor de certaines langues régionales, les enjeux de la traduction occupent de plus en plus le devant de la scène. Ils ne sont pas uniquement d’ordre linguistique ou technique, mais également d’ordre politique, économique et « civilisationnel ». Les rapports de force, à l’échelon local ou international, n’en sont pas exclus.

C’est à l’analyse de ces différents problématiques que ce numéro de la revue Hermès – largement interdisciplinaire – est consacré. Il s’attache à démontrer que le « transparence » de la traduction n’est qu’une illusion d’optique. Toute traduction s’accompagne en réalité d’un ensemble de transformations qui s’insèrent dans un contexte bien plus vaste que la dimension purement linguistique, en reflétant une autre vision du monde.

Hermès 45. Fractures dans la société de la connaissance

Le n° 45 sera en librairie le 23 novembre 2006


Fractures dans la société de la connaissance
Sous la direction de Didier Oillo et Bonaventure Mvé-Ondo

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

« La Société d’information » ou plus justement la « Société de la connaissance » qui vient de faire l’objet d’un sommet mondial, est fondée sur les réseaux, l’Internet, les moteurs de recherche, la numérisation des grands fonds de la connaissance, les sociétés de distribution d’images et les industries culturelles mondialisées. La « révolution technologique » engendre certes une nouvelle économie avec son cortège d’innovations, mais aussi de nombreuses inégalités sociales. Ce numéro d’Hermès souhaite contribuer à penser autrement la «Société de la connaissance » et à s’interroger sur différents points : les dimensions techniques (libre accès), éducatives (généralisation des cours numérisés libres de droit), sociales ( indépendance de l’éducation), économiques.

Télévisions arabes sur orbite. Un système médiatique en mutation

Televisions-arabes-sur-orbite-Tourya-GuaaybessTélévisions arabes sur orbite.
Un système médiatique en mutation (1960-2004)
Tourna Guaaybess, 2005.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Dès le milieu des années 1990, les télévisions du monde arabe s’engageaient dans une voie résolument novatrice : celle de l’exploitation directe de la technologie du satellite qui rendait caduc le monopole de la diffusion, jusque-là détenu par les États, et permettait une reconfiguration totale de l’espace télévisuel régional. Ainsi, les médias arabes s’inscrivirent-ils – de manière assez soudaine – dans le mouvement de la globalisation de la communication et de l’information. À travers le cas de l’Égypte, l’auteure analyse actions et stratégies déployées par les opérateurs publics, à savoir l’État, pour garder certains pouvoirs sur ce secteur hautement stratégique. Pourtant, comment ne pas voir, dans cette ouverture télévisuelle, la possible émergence d’un espace public dans le monde arabe ?