Archives par étiquette : lien social

[E]réputation. Médiation, calcul, émotion

CV-e-reputation[E]réputation
médiation, calcul, émotion

Camille ALLOING
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »
Mai 2016
ISBN : 978-2-271-09190-1
280 p., 25 euros

Évaluer une entreprise, commenter un produit ou un service, « liker » un message promotionnel… Le Web produit des réputations. Si les organisations quantifient depuis de nombreuses années les opinions pour évaluer leurs réputations, et orienter leur prise de décision, en quoi le Web modifie-t-il ces approches ? Comment les dispositifs numériques calculent-ils, voire fabriquent-ils ce que l’on nomme couramment
l’e-réputation ? Est-elle un nouveau moyen de s’orienter en ligne autant qu’une nouvelle forme d’autorité ?

Dans cet ouvrage, la réputation en ligne est analysée et discutée selon quatre prismes : documentaire (comme un ensemble d’indicateurs), algorithmique (comme un élément de gouvernance des plates-formes web), affectif (comme un élément de nos sociabilités connectées) et managérial (car pour les praticiens la réputation numérique
« se doit » d’être gérée par les organisations).

Camille Alloing est maître de conférences en sciences de l’information-communication à l’IAE de l’Université de Poitiers. Après avoir été consultant et ingénieur R&D dans les domaines du management de l’information et de l’e-réputation, il consacre ses travaux universitaires aux questions des pratiques de consommation de l’information en ligne, spécifiquement sur des terrains organisationnels.

http://cadderep.hypotheses.org/

Bande dessinée et lien social

bande-dessinee-et-lien-social-sous-la-direction-d-eric-dacheuxBande dessinée et lien social
Sous la direction d’Éric Dacheux
CNRS Éditions, 2014

Commande en ligne

La bande dessinée est une représentation du monde qui donne à voir notre monde de représentation. C’est un art reconnu par le public et les mondes de la culture. C’est aussi un plaisir né du jeu entre la vision de l’auteur et celle du lecteur. C’est, enfin, un média méconnu : un dispositif sensible créateur de sens et de lien social. Dans cette optique, les textes réunis dans cet Essentiel montrent comment la BD rend compte des interactions politiques et économiques quotidiennes et la façon dont elle prend place dans nos imaginaires. Une invitation à plonger avec délice dans la chair du monde, au rythme des illustrations de Stéphane Heuet.

bd& bdé

© Stéphane Heuet, 2014.

Sommaire :

  • Présentation générale – La bande dessinée, une représentation critique de notre
    monde de représentation
    Éric Dacheux
  • « Si la BD n’existait pas, il faudrait l’inventer »
    Dominique Wolton
    Entretien avec Éric Dacheux
  • Achille Talon et l’archipel de Sanzunron : la monnaie au service de la société ?
    Daniel Goujon
  • Reportage et bande dessinée
    Christophe Dabitch
  • Peut-on être un mythe et avoir une scène de ménage ? Étude en réception d’une planche de la BD « Martin Luther King »
    Éric Agbessi
  • La bande dessinée et le lien social en Afrique
    Hilaire Mbiye Lumbala
  • Le devenir d’un genre littéraire dans la bande dessinée francophone :
    l’exemple de la science-fiction
    Jérôme Dutel
  • Quand la bande dessinée devient dessin animé : « Persepolis »
    Pauline Escande-Gauquié
  • La bande dessinée numérique
    Magali Boudissa
  • La bande dessinée, entre paradoxes et subversion sémiotique
    Pascal Robert
  • Définir ou ne pas définir la BD : telle n’est pas la question !
    Éric Dacheux

Hermès 59. Ces réseaux numériques dits sociaux

Le n° 59 sera en librairie le 28 avril 2011


Ces réseaux numériques dits sociaux
Sous la direction de Thomas Stenger et Alexandre Coutant

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Facebook, MySpace, Twitter, YouTube, Copains d’avant, Viadeo… Deux tiers des internautes seraient déjà séduits par la nébuleuse « médias sociaux ». Le Web participatif, qui recouvre des dispositifs et des usages fort différents, captive décideurs et commentateurs.

En consacrant ce numéro aux « réseaux socionumériques », derniers nés de ces dispositifs, Hermès prolonge et approfondit la critique du numérique menée par la revue et l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC).

Chercheurs de divers horizons disciplinaires et professionnels du Web interrogent le phénomène, en procédant non seulement à une analyse des diverses appellations, souvent trompeuses, mais aussi en replaçant ces sites dans l’histoire des réseaux de communication. Les articles mettent en lumière la reproduction d’activités sociales et l’essor de nouvelles formes de relations. Ils soulignent aussi les compétences requises et les risques associés au développement massif des réseaux socionumériques.

Les formes de lien social et de communication, la visibilité de la vie quotidienne, l’effacement des frontières publiques et privées (caractéristiques de ces dispositifs) sont mises en perspective. Une ouverture internationale permet de mieux comprendre la variété des « arts de faire » avec ces plateformes numériques, aussi bien du côté des particuliers que des entreprises. Car il faut bien apprécier les finalités multiples et les stratégies complexes de ces sites, tantôt amis, tantôt faux amis.

Hermès 53. Traçabilité et réseaux

Le n° 53 sera en librairie le 16 avril 2009


Traçabilité et réseaux
Sous la direction de Michel Arnaud et Louise Merzeau

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Utilisateur ou non d’Internet, chaque citoyen est aujourd’hui repérable par les données qu’il laisse, ou que d’autres laissent sur lui, à travers quantité de dispositifs : cartes à puce, courriels, moteurs de recherche, téléphonie, etc. Ces traces emmagasinées par les réseaux constituent un objet scientifique en même temps qu’un enjeu stratégique pour les États comme pour les entreprises.

Les sciences de la communication étudient l’usager à travers ses pratiques, ses représentations et ses statistiques d’audience. Il faut désormais s’intéresser aussi à son « ombre numérique ». L’individu – assimilé à des profils qu’il définit ou qu’on élabore à son insu – voit son identité et sa sociabilité transformées dans le sens d’une indexation généralisée.

Brouillant les frontières entre espaces public et privé, le traçage n’est pas pour autant un dysfonctionnement des réseaux, mais une condition de leur efficacité. Sans cette mobilisation des traces, l’information ne pourrait être ni personnalisée ni interconnectée.

Renforcées par la pression sécuritaire, les tentations de contrôle sont maintenant décuplées (fichiers de police, surveillance au travail, dans la rue, à l’école). Alors que l’opinion publique et les gouvernements commencent à prendre conscience du problème, il faut chercher des modèles alternatifs au libre-échange des données personnelles, pour mettre en place un habeas corpus numérique et normaliser la protection de l’individu.

Afin d’éclairer les ambiguïtés de la situation présente, ce numéro d’Hermès fait appel à des spécialistes des médias et des nouvelles technologies, à des sociologues, des juristes, des économistes, des représentants de la CNIL, et à des professionnels de l’information. La confrontation de ces divers domaines de compétence donne au lecteur des clés pour saisir, sans les simplifier, les enjeux de l’intelligence numérique.

Hermès 45. Fractures dans la société de la connaissance

Le n° 45 sera en librairie le 23 novembre 2006


Fractures dans la société de la connaissance
Sous la direction de Didier Oillo et Bonaventure Mvé-Ondo

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

« La Société d’information » ou plus justement la « Société de la connaissance » qui vient de faire l’objet d’un sommet mondial, est fondée sur les réseaux, l’Internet, les moteurs de recherche, la numérisation des grands fonds de la connaissance, les sociétés de distribution d’images et les industries culturelles mondialisées. La « révolution technologique » engendre certes une nouvelle économie avec son cortège d’innovations, mais aussi de nombreuses inégalités sociales. Ce numéro d’Hermès souhaite contribuer à penser autrement la «Société de la connaissance » et à s’interroger sur différents points : les dimensions techniques (libre accès), éducatives (généralisation des cours numérisés libres de droit), sociales ( indépendance de l’éducation), économiques.

Hermès 36. Economie solidaire et démocratie

Le n°36 sera en librairie le 25 août 2003


Economie solidaire et démocratie
Sous la direction d’Eric Dacheux et Jean-Louis Laville

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Le triomphe du néo-libéralisme, l’introduction de l’euro et l' »alter-mondialisation » le montrent clairement : l’économique et le politique sont dans des interactions étroites qui ne sont pas sans effets sur la configuration de l’espace public. C’est à travers un prisme particulier, celui de l’économie solidaire, que ce volume de la revue HERMÈS rend compte de cette recomposition. Cette perspective originale permet de relier la contestation politique de la « globalisation » actuelle avec des pratiques de citoyenneté visant à démocratiser l’économie.