Archives par étiquette : langage

[Parution] Hermès 75. Langues romanes : un milliard de locuteurs

Le n° 75 est en librairie

herm_075_l204Langues romanes : un milliard de locuteurs
Sous la direction de Michaël Oustinoff et Louis-Jean Calvet. 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Avec un milliard de locuteurs, les langues romanes, issues du latin, constituent un potentiel impressionnant en termes d’espace communicationnel et conceptuel. Elles représentent un contrepoids à l’extension du « tout-anglais », dont les limites sont désormais connues au sein même du monde anglo-saxon. D’ailleurs, le British Council place parmi les dix plus importantes langues du XXIe siècle l’espagnol, le français, le portugais et l’italien. Les langues romanes, mais aussi slaves ou arabes, représentent un élément indispensable de la diversité culturelle telle qu’elle a été reconnue en 2005 par l’Unesco. Impossible en effet de vivre dans un monde ouvert, interconnecté, sans respecter les identités culturelles, au premier rang desquelles les identités linguistiques. On pense, rêve, crée, dans une langue, le plus souvent maternelle. Sinon, après quelques années de triomphe du globish (si pratique, si moderne), on assistera à la révolte des peuples pour préserver leurs identités culturelles.

Le défi de la mondialisation est au moins autant culturel qu’économique et politique. Le problème n’est pas l’existence d’une langue minimum commune, comme l’est aujourd’hui l’anglais, mais la sauvegarde de toutes les autres, condition de la diversité humaine. Oui à tous les apprentissages linguistiques, à tous les déplacements, à condition de préserver les aires linguistiques. La diversité est la condition de la mondialisation, la standardisation l’antichambre des conflits. Pas de mondialisation pacifique possible donc sans respect de la diversité culturelle. Les langues romanes, sans prétention hégémonique, en sont un élément déterminant, d’autant qu’elles sont mondiales. Elles sont aussi indispensables pour l’Europe, notamment pour éviter de croire que le monolinguisme anglais en simplifierait la construction… Les langues romanes ? L’avant-garde de cet immense chantier politique de la cohabitation culturelle à construire pour essayer de conjuguer paix et mondialisation.

 

Hermès 70-71, Le 20e siècle saisi par la communication

H70La communication est de tous les temps. Pourtant, c’est incontestablement au 20e siècle qu’elle devient omniprésente sur la scène sociale. Souvent confondue avec l’information, elle est l’objet de réductionnisme technique et le support de bien des idéologies. Si certains y voient la promesse d’une libération des individus, d’autres n’y trouvent que rhétorique et instrumentalisation des masses.

Le premier volume est consacré aux « révolutions de l’expression » qui se manifestent tout au long du siècle par des mutations médiatiques radicales. La question des modes de transmission, des supports et des codages y devient centrale, tout comme la place de l’individu, du groupe et l’expression de l’opinion publique. La communication élit domicile dans l’espace public, véritable centre de gravité des sociétés modernes. Enfin, qu’il s’agisse de cinéma ou de musique, de design ou de littérature, les évolutions du champ artistique au 20e siècle offrent une porte d’entrée incomparable pour saisir les tensions et paradoxes de cette révolution de la communication. Pourquoi cette révolution n’est-elle jamais considérée comme légitime ? Pourquoi la communication est-elle omniprésente sans être assumée, centrale et néanmoins marginalisée ?

Le second volume analyse la communication comme une discipline et un objet propre ayant connu, tout au long de cette période, des ruptures et des filiations. À partir de terrains toujours plus vastes et nombreux, ses concepts, écoles de pensée et paradigmes théoriques témoignent de la diversité de ses préoccupations et orientations, mais aussi de problématiques communes et de thématiques récurrentes. Les conflits et controverses qui la traversent attestent de sa vitalité, sans pourtant exclure des impensés en des temps de sur-événementialité médiatique et d’idolâtrie technique.

Appelant une saisie interdisciplinaire, l’étude de la communication est rendue d’autant plus complexe que son objet engage, rencontre et bute sur une inconnue majeure : l’altérité. Diversité culturelle, mondialiH71sation et dynamiques identitaires locales ou globales en sont les marqueurs aujourd’hui évidents. La communication, prise entre injonction sociale et liberté d’expression de chacun, est-elle gage d’une meilleure compréhension de tous ? L’incommunication reste en tout cas son horizon. L’épreuve de l’autre est toujours au risque de soi. C’est sans doute dans cette réalité première que réside, sur fond d’incertitude croissante au 20e siècle, l’enjeu fondamental de la communication.

La rhétorique

la-rhetorique-manuel-maria-carrilhoLa rhétorique
Sous la direction de Manuel Maria Carrilho
CNRS Éditions, 2012

Commande en ligne

La rhétorique, discipline phare de l’Antiquité, est l’art de parler et d’argumenter en public. Cette pratique est tout aussi centrale aujourd’hui. Cet Essentiel présente les nouvelles théories qui la mettent en phase avec notre modernité par les meilleurs spécialistes du domaine. Il offre aussi un glossaire très complet décrivant dans un langage clair les concepts les plus pointus de ces théories. Indispensable pour qui veut comprendre ce qui constitue toujours le coeur de la communication humaine.

Sommaire :

  • Présentation générale – Les métamorphoses de la rhétorique
    Manuel Maria Carrilho
  • Argumentation et anti-rhétorique. Le contenu de la logique classique en France
    Sylvain Auroux
  • Argumentation et logique naturelle. Convaincre et persuader
    Jean-Blaise Grize
  • Des topoï aux stéréotypes : sémantique et rhétorique
    Jean-Claude Anscombre
  • Problématologie et argumentation ou la philosophie à la rencontre du langage
    Michel Meyer
  • Du discours argumenté à l’interaction argumentative
    Rui Alexandre Grácio

Traduire et communiquer à l’heure de la mondialisation

CV-OUSTINOFF-traduireTraduire et communiquer à l’heure de la mondialisation
Michaël Oustinoff, 2011.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Dans quelles langues communiquer à l’heure de la mondialisation ? C’est désormais une question centrale. La politique du tout-anglais est de plus en plus contestée, y compris dans le monde anglophone.
Le plurilinguisme choisi par l’Union européenne, l’Unesco ou l’Inde, présente des avantages économiques et politiques d’autant plus marquants que la défense de la diversité culturelle est un enjeu mondial.

Traduction et mondialisation

traduction-et-mondialisation-michael-oustinoffTraduction et mondialisation
Sous la direction de Michaël Oustinoff
CNRS Éditions, 2011

Commande en ligne

Pas de diversité culturelle sans traduction. La domination du tout-à-l’anglais n’est pas inéluctable.
Partout dans le monde, même en Grande-Bretagne, la mondialisation réclame une politique active de traduction. Celle-ci devient alors une donnée centrale du monde contemporain, un phénomène capital qui ne fait que s’amplifier par le biais des technologies de l’information et de la communication.
Comprendre quels sont, d’une culture à l’autre, les enjeux actuels de la traduction, tel est l’objectif de cet ouvrage clair qui combat avec force les idées reçues.

Sommaire :

    • Présentation générale – La traduction, enjeu central de la mondialisation
      Michaël Oustinoff
    • Intraduisible et mondialisation
      Barbara Cassin
    • La question des langues et de la traduction au coeur des politiques de l’Union européenne
      Leonard Orban
    • Sciences dites « dures » et traduction
      Jean-Marc Lévy-Leblond
    • Diversité culturelle : la mission de la traduction
      Xu Jun
    • La traduction de l’arabe et vers l’arabe à l’heure de la mondialisation
      Foued Laroussi et Ibrahim Albalawi
    • Traduction et plurilinguisme au Burkina Faso
      Lalbila A. Yoda
    • La traduction, passeport pour accéder à l’autre
      Dominique Wolton

L’argumentation

l-argumentation-nicole-d-almeidaL’argumentation
Sous la direction de Nicole D’Almeida
CNRS Éditions, 2011

Commande en ligne

Dans un monde envahi par les slogans et les petites phrases, repenser la place de l’argumentation dans les rapports humains s’impose.
Ce livre, accessible à tous, invite à réexaminer les formes et les enjeux contemporains de cet art oratoire ancien. Retrouver l’intelligence et la vivacité du verbe source d’opinions, de débats, de controverses mais aussi source d’une entente possible, tel est l’objectif de cet ouvrage.
Indispensable pour comprendre nos démocraties.

Sommaire :

  • Présentation générale – Retour à l’argumentation
    Nicole D’Almeida
  • Argumentation, le déficit d’analyse
    Dominique Wolton
  • Théorie de l’argumentation et sciences humaines
    Raymond Boudon
  • Place de l’argumentation en démocratie directe
    Uli Windisch, Patrick Amey, Francis Grétillat
  • L’argument ad hominem en communication politique
    Gilles Gauthier
  • L’argumentation politique au service du conservatisme
    André Gosselin
  • Discourir et argumenter
    Alain Boyer
  • Argumentation et technique de vérité
    Francis Wolff
  • Rhétorique, public et « manipulation »
    Guillaume Soulez

Hermès 58. Les langues de bois

Le n° 58 sera en librairie le 6 janvier 2011


Les langues de bois
Sous la direction de Joanna Nowicki, Michaël Oustinoff et Anne-Marie Chartier

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

La langue de bois est aujourd’hui omniprésente : dans le discours des hommes politiques ou des diplomates, mais aussi au sein des médias, dans le marketing, la publicité, les sciences ou les stratégies de communication des entreprises. Un tel succès mérite qu’on l’analyse en profondeur et sous toutes ses facettes. En effet, il n’y a pas une langue de bois, mais plusieurs : y compris la dernière en date, qui se pare des atours du « parler vrai ».
Ce volume d’Hermès lui est entièrement consacré, dans toute la diversité et la complexité de ses manifestations et de ses enjeux. Le mot est devenu polysémique en français. Mais, à force d’appeler tout langage convenu « langue de bois », on ne peut plus faire la différence entre stéréotype, langue formelle, conformisme, politiquement correct, idéologie…
Les auteurs s’efforcent de montrer les nuances à introduire entre les différentes acceptions de l’expression « langue de bois », depuis l’origine de cette métaphore jusqu’à l’usage actuel. Différents praticiens – journaliste, éditeur, enseignant, spécialiste de communication… – expliquent comment ils décryptent ou même utilisent la langue de bois dans leurs propres milieux professionnels.
La langue de bois n’est pas propre au système totalitaire. Elle existe bel et bien en démocratie et occupe de plus en plus l’espace public. Tout le monde s’en indigne, mais elle est constamment pratiquée, notamment par ceux qui sont en position de pouvoir. C’est bien son paradoxe. Sa spécificité, au-delà de sa fonction de « communication », est in fine de figer l’imagination et de rendre illusoire la liberté d’expression individuelle. C’est pourquoi une démarche critique s’impose à son égard. Ce numéro d’Hermès souhaite ainsi fournir des moyens pour essayer de comprendre ce que les mots veulent cacher.

Hermès 56. Traduction et mondialisation

Le n°56 sera en librairie 24 juin 2010


Traduction et mondialisation (vol. 2) 
Sous la direction de Michaël Oustinoff, Joanna Nowicki et Juremir Machado Da Silva 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Dans un rapport récent (2009), la British Academy met en garde les chercheurs britanniques aussi bien des sciences humaines et sociales que des autres sciences (physique, chimie, biologie, etc.) : ne maîtriser que l’anglais les condamne à être « mondialement connus… seulement en Angleterre ». Ce n’est pas la compétitivité de la recherche qui est seule en jeu : c’est également celle du pays entier. Et ce qui est vrai du Royaume-Uni vaut aussi pour les autres parties du monde.

Le tout-à-l’anglais, naguère présenté comme le nec plus ultra de la modernité, est désormais remis en cause par les anglophones eux-mêmes. C’est là un renversement de perspective spectaculaire, mais qui s’explique aisément à l’heure de la mondialisation. Le plurilinguisme et, par conséquent, la traduction – car on ne saurait apprendre toutes les langues – sont devenus des enjeux vitaux de la communication à l’échelle aussi bien planétaire que locale. La rationalisation est un appauvrissement.

Une telle évolution vient confirmer les analyses du volume précédent (H 49), qui mettait l’accent sur le fait que traduire n’est jamais une opération « neutre », « transparente » ou « à somme nulle » : c’est une recréation. Dans ce second volume, le projecteur est braqué sur la babélisation croissante du monde à laquelle on assiste aujourd’hui et sur ses enjeux, parallèlement au maintien de l’anglais comme langue dominante de la communication mondialisée.

La babélisation est cependant le contraire d’une solution : elle s’effectue en ordre dispersé et accentue l’ignorance de l’Autre. Pour qu’il y ait communication authentique, il faut une volonté politique de l’établir à travers la traduction. Ainsi s’explique la nécessité d’une approche pluridisciplinaire de la traduction. Seule celle-ci est capable de fournir les clés des recontextualisations culturelles et géopolitiques, indispensables pour comprendre la complexité du monde contemporain.

La cohabitation culturelle

la-cohabitation-culturelle-joanna-nowickiLa cohabitation culturelle
Sous la direction de Joanna Nowicki
CNRS Éditions, 2010

Commande en ligne

Pour cohabiter pacifiquement malgré les différences, il faut commencer par appréhender l’altérité, la comprendre sur plusieurs plans : philosophique, culturel, religieux, etc.
Le présent volume veut illustrer ces différents angles d’approche. Il s’attache à décrire les enjeux et les obstacles de la cohabitation culturelle à l’heure de la mondialisation. Si l’on veut lutter contre l’intolérance, il faut comprendre que la cohabitation culturelle est devenue l’enjeu majeur du XXIe siècle.

Sommaire :

  • Présentation générale – La cohabitation culturelle : un enjeu politique
    Joanna Nowicki
  • La culture : le refoulé de l’Europe
    Dominique Wolton
  • La genèse des stéréotypes dans les jeux de l’identité/altérité
    Christiane Villain-Gandossi
  • La relation à l’autre à travers les citoyennetés de l’Europe
    Dominique Schnapper
  • Droit des religions dans une Europe interculturelle
    Francis Messner
  • Repères dans l’histoire de la francophonie
    Stélio Farandjis
  • La place des droits culturels dans la Convention de l’Unesco sur la diversité culturelle
    Laura Anghel
  • Les enjeux du plurilinguisme et de la traduction dans un monde babélisé
    Michaël Oustinoff

Francophonie et mondialisation

Francophonie-mondialisation-Didier-OilloFrancophonie et mondialisation
Sous la direction d’Anne-Marie Laulan et Didier Oillo
CNRS Éditions, 2008

Commande en ligne

La Francophonie est une réalité injustement méconnue, car elle est une chance et un amortisseur de la violence mondiale. Une chance pour la France de combattre la lepénisation des esprits ; pour le Sud de faire entendre sa voix dans la mondialisation ; pour notre planète d’assurer la paix entre les civilisations en préservant la diversité culturelle. Une chance pour créer des solidarités Nord/Sud, Est/Ouest. Un ouvrage qui allie rigueur scientifique et simplicité du style pour permettre à chacun de sortir des idées reçues. La Francophonie n’est pas un reste du passé, mais un défi pour l’avenir et la cohabitation culturelle.

Sommaire :

  • Présentation générale – La Francophonie, fer de lance de la bataille pour la diversité
    des expressions culturelles
    Anne-Marie Laulan, Didier Oillo
  • Aux carrefours de l’histoire
    Dominique Wolton
  • Diversité et droits de l’Homme
    Patrice Meyer-Bisch
  • La diversité culturelle à l’Unesco
    Anne-Marie Laulan
  • Les TIC, alternatives à la mondialisation
    Michel Arnaud
  • L’arbre à palabre domine la forêt électronique
    Alain Kiyindou
  • Quelle science pour quel développement en Afrique ?
    Bonaventure Mvé-Ondo
  • La diversité linguistique : enjeux pour la Francophonie
    Louis-Jean Calvet
  • Un atout pour l’autre mondialisation
    Dominique Wolton

Hermès 49. Traduction et mondialisation

Le n° 49 sera en librairie le 2 janvier 2008


Traduction et mondialisation (vol.1)
Sous la direction de Joanna Nowicki et Michaël Oustinoff 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Un fait est devenu évident: la mondialisation s’accompagne d’un mouvement de traduction sans précédent dans l’histoire de l’humanité. C’est un phénomène capital qui ne fait que s’amplifier par le biais des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Contrairement à une idée reçue, les langues ne sont pas interchangeables, sinon une seule d’entre allas pourrait supplanter toutes les autres en tant que vecteur de communication intégral et universel.

D’ailleurs, l’évolution du monde annonce l’émergeance non d’un modèle « monolingue » (avec l’anglais) ou réduit à une poignée de langues internationales, mais au contraire d’un modèle très largement « multilingue ». Cela a été reconnu officiellement par la communauté des Etats grâce à l’adoption par l’Unesco, le 20 octobre 2005, de la « Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles ». Dans le même temps et paradoxalement, Internet a procuré de nouveaux outils de diffusion à des centaines de langues différentes.

Dans un monde où l’importance de langues en expansion comme l’espagnol, le chinois, l’arabe ou le hindi s’accroît de jour en jour, sans parler de l’essor de certaines langues régionales, les enjeux de la traduction occupent de plus en plus le devant de la scène. Ils ne sont pas uniquement d’ordre linguistique ou technique, mais également d’ordre politique, économique et « civilisationnel ». Les rapports de force, à l’échelon local ou international, n’en sont pas exclus.

C’est à l’analyse de ces différents problématiques que ce numéro de la revue Hermès – largement interdisciplinaire – est consacré. Il s’attache à démontrer que le « transparence » de la traduction n’est qu’une illusion d’optique. Toute traduction s’accompagne en réalité d’un ensemble de transformations qui s’insèrent dans un contexte bien plus vaste que la dimension purement linguistique, en reflétant une autre vision du monde.

Hermès 40. Francophonie et mondialisation

Francophonie et mondialisation
Sous la direction de Tamatoa Brambridge, Hervé Barraquand, Anne-Marie Laulan, Guy Lochard et Didier Oillo

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn.

4° de couverture

La mondialisation est une formidable ouverture, mais aussi un redoutable phénomène de rationalisation économique et de standardisation culturelle. Pour la Francophonie, le risque est la dilution de sa spécificité dans le flot des industries culturelles anglo-saxonnes dominantes. Le marché n’est pas toujours synonyme de respect de la diversité culturelle, surtout pour les pays moins avancés. Mais c’est aussi une chance car la Francophonie est présente sur tous les continents, et constitue un des acteurs essentiels de la diversité culturelle, en faisant cohabiter de multiples traditions tout en se référant aux Droits de l’Homme, à la démocratie et aux objectifs du développement durable.

« Purification ethnique ». Une formule et son histoire

Alice Krieg-Planque, 2003.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

En 1992, la guerre yougoslave a fait surgir une dénomination jusque-là inédite : «purification ethnique» (ainsi que des expressions comme «nettoyage ethnique», «épuration ethnique», «nettoyer ethniquement», «ethniquement pur»…). Avec ce néologisme, les différents acteurs de l’espace public français disposaient d’un terme supplémentaire pour donner aux événements, yougoslaves ou non, un certain cadre. Le sujet de cet ouvrage est de voir comment, au travers de cette formule, a été perçue, collectivement, l’histoire de cette guerre. En étudiant la genèse puis la phase de mise en circulation de la formule dans la presse française, l’auteur révèle certains aspects de la construction de l’information dans les médias.

Langage et Travail. Communication, cognition, action

Anni Borzeix et Béatrice Fraenkel, 2001.

CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Tout travail – de l’ouvrier au cadre dirigeant – se fait, certes, avec des gestes, des savoir-faire, des outils, des technologies mais avec des mots aussi. Cet ouvrage propose un remarquable panorama, tant théorique que méthodologique et empirique, d’un ensemble de recherches sur l’emploi du langage, écrit ou oral, en situation de travail. Mêlant des approches linguistiques, ethnographiques, ergonomiques, ces analyses renouvellent les études du langage.

Hermès 16. Argumentation et rhétorique (vol.2)

Le n°16 sera en librairie le 1er juillet 1995


Argumentation et rhétorique (vol.2)
Sous la direction de Georges Vignaux et Alain Boyer

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

Présentation

Les études de l’argumentation ont – elles conquis leur place au sein des sciences sociales ? Rien n’est moins sûr. Demeurent en effet tout autant une méconnaissance du champ de l’argumentation qu’un certain ostracisme vis- à-vis de l’explication des comportements en termes de raisons ayant une efficience causale. Cela provient de deux types de traditions. La première veut qu’ au-delà des rationalités qu’un sujet se donne, se cache toujours une affectivité qu’il s’agit de débusquer. C’est l’affectivisme de Freud ou de Pareto. La seconde tradition impose que les croyances individuelles soient nécessairement analysées en tant émanations des croyances collectives. C’est le contextualisme de Durkheim.