Archives par étiquette : internet

[E]réputation. Médiation, calcul, émotion

CV-e-reputation[E]réputation
médiation, calcul, émotion

Camille ALLOING
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »
Mai 2016
ISBN : 978-2-271-09190-1
280 p., 25 euros

Évaluer une entreprise, commenter un produit ou un service, « liker » un message promotionnel… Le Web produit des réputations. Si les organisations quantifient depuis de nombreuses années les opinions pour évaluer leurs réputations, et orienter leur prise de décision, en quoi le Web modifie-t-il ces approches ? Comment les dispositifs numériques calculent-ils, voire fabriquent-ils ce que l’on nomme couramment
l’e-réputation ? Est-elle un nouveau moyen de s’orienter en ligne autant qu’une nouvelle forme d’autorité ?

Dans cet ouvrage, la réputation en ligne est analysée et discutée selon quatre prismes : documentaire (comme un ensemble d’indicateurs), algorithmique (comme un élément de gouvernance des plates-formes web), affectif (comme un élément de nos sociabilités connectées) et managérial (car pour les praticiens la réputation numérique
« se doit » d’être gérée par les organisations).

Camille Alloing est maître de conférences en sciences de l’information-communication à l’IAE de l’Université de Poitiers. Après avoir été consultant et ingénieur R&D dans les domaines du management de l’information et de l’e-réputation, il consacre ses travaux universitaires aux questions des pratiques de consommation de l’information en ligne, spécifiquement sur des terrains organisationnels.

http://cadderep.hypotheses.org/

Identités numériques. Expressions et traçabilité

identites-numeriquesIdentités numériques – Expressions et traçabilité
Sous la direction de Jean-Paul Fourmentraux
CNRS Éditions, 2015

Commande en ligne

À l’ère d’Internet, l’expression de nos identités numériques est prise en porte-à-faux. D’un côté, l’invention par les citoyens-internautes de nouvelles modalités d’expression et de revendications identitaires, individuelles et collectives sont susceptibles de renforcer le lien social et l’existence démocratique. D’un autre côté, la propension de contrôle de ces identités à des fins économiques et politiques s’accroît via la captation, la fidélisation et la traçabilité des profils. Répression et surveillance de nos comportements numériques semblent plus que jamais d’actualité.
Comment maîtriser ses identités numériques ? Peut-on être personne sur le réseau ? Peut-on effacer ses traces ? Que faire de tous nos mots de passe et identifiants ? Ce volume des Essentiels d’Hermès propose de mettre en lumière les ressorts et dilemmes de la présence en ligne et de l’« être ensemble », ou autrement dit de la communication à l’ère numérique.

Sommaire :

  • Présentation générale – Identités et liaisons numériques
    Jean-Paul Fourmentraux
  • (Dé)jouer les identités numériques : Net art et médiactivisme
  • L’identité à l’ère des Digital Humanities
    Milad Doueihi
    Entretien avec Jean-Paul Fourmentraux
  • Des techniques de soi ambivalentes
    Alexandre Coutant
  • Philosophie des sites de rencontres
    Marc Parmentier
  • Une figure du double numérique : l’avatar
    Frank Beau
    Entretien avec Oriane Deseilligny
  • L’identité comme stratégie relationnelle
    Dominique Cardon
  • Utilisation des réseaux socionumériques par les jeunes Européens
    Nouveaux résultats sur la vie privée, l’identité et les connexions sociales
    Sonia Livingstone, Giovanna Mascheroni et Maria Francesca Murru
  • Géolocalisation et incertitude
    Jacques Perriault
  • Du signe à la trace : l’information sur mesure
    Louise Merzeau
  • Authentification, identification et tiers de confiance
    Michel Arnaud
  • Économie de l’attention et vie privée
    Emmanuel Kessous et Bénédicte Rey
  • L’homme, un document comme les autres
    Olivier Ertzscheid

Hermès 69. Sexualités

Le n° 69 sera en librairie le 28 août 2014

Sexualités
Sous la direction d’Etienne Armand Amato, Fred Pailler et Valérie Schafer

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

« Deuxième révolution sexuelle », « troisième vague féministe »… La question sexuelle n’est pas close et n’a pas fini d’occuper l’espace public, de s’inviter dans la sphère politique et sociale. En témoignent les affrontements récents en France autour du mariage pour tous, le manifeste des 343 fraudeuses en faveur de la procréation médicalement assistée ou encore les débats parlementaires sur la prostitution et la pénalisation des clients. Enjeu politique, religieux, éthique, économique ou encore culturel, c’est aussi, profondément, une question de communication, privée comme publique, qui, de la sphère la plus intime à l’arène la plus médiatique, engendre échanges, controverses, revendications, normativité et négociations.

C’est la communication dans tous ses états – de la plus ténue et silencieuse à la plus transgressive ou explicite – que les auteurs de ce numéro analysent, pour mieux comprendre non pas la sexualité, mais les sexualités, leur diversité de formes, de manifestations, de pratiques, leur altérité, leur incompréhension ou reconnaissance mutuelles comme leurs ajustements et entrelacements.

Mêlant des approches anthropologiques, sociologiques, historiques, littéraires, dans les domaines des sciences de l’information et de la communication, des études des médias ou de genre, ce numéro est l’occasion de croiser des recherches de terrain, des études de cas et des réflexions plus théoriques autour de ce champ éminemment interdisciplinaire. Au fil des pages se dévoilent la richesse et la diversité des approches communicationnelles des sexualités. Celles-ci permettent de dépasser les binarismes et clivages que l’on peut observer dans l’actualité et de replacer dans la longue durée une question, dont la simplicité de notre titre ne peut pas masquer la complexité des enjeux.

Les réseaux

les-reseaux-eric-letonturierLes réseaux
Sous la direction d’Éric Letonturier
CNRS Éditions, 2012

Commande en ligne

Avec Internet, le mot « réseau » connaît une popularité sans précédent. Pourtant, cette notion existe depuis fort longtemps et dans des domaines variés. Mais quand et où est-elle apparue au juste ? Avec quelles significations ? Et à quelles réalités, à quelles conceptions du monde correspond-elle ? De la biologie à la sociologie en passant, entre autres, par l’histoire des techniques, la philosophie et les arts, le réseau puise dans un imaginaire ancien et s’avère une notion complexe et polysémique. À l’image, de toute évidence, de nos sociétés.

Sommaire :

  • Présentation générale – Réseau : concept « indiscipliné »
    Éric Letonturier
  • Les réseaux en utopie
    Thierry Paquot
  • Les territoires de l’interconnexion en Europe XIXe – XXIe siècles) : de la mystique du réseau aux stratégies de communication
    Christophe Bouneau
  • L’histoire des grands réseaux techniques : les cloisons tombent
    Léonard Laborie
  • Internet, et avant ? (Années 1950/1990)
    Valérie Schafer
  • Le réseau de communication selon Michel Serres
    Extrait de Hermès ou la communication
  • Réseaux informatiques et modèle des graphes petits-mondes
    Benoît Le Blanc
  • Quand l’informatique observe les réseaux
    Alain Lelu
  • Réseau contre appareil
    Vincent Lemieux
  • Les réseaux de sociabilité
    Bernard Valade
  • Corps et réseau : l’exemple du cerveau
    Frédéric Alexandre
  • Les réseaux de production collaborative de connaissances
    Mélanie Dulong de Rosnay
  • Art et Réseau – La (télé)communication créative
    Jean-Paul Fourmentraux
  • Sur quelques particularités des réseaux frontières
    Jacques Perriault
  • Réseaux, altérité et communication
    Dominique Wolton

Hermès 65. Le monde Pacifique dans la mondialisation

Le n° 65 sera en librairie le 11 avril 2013


Le monde Pacifique dans la mondialisation
Sous la direction de Renaud Meltz et Dominique Barbe

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Objet, acteur et horizon de la mondialisation, l’océan Pacifique en offre une excellente métaphore. Il incarne la mondialisation en marche. C’est avec son exploration, à partir du XVIIIe siècle, que l’humanité a bouclé le tour de la planète. De nos jours, c’est l’immensité océanienne, avec toute sa diversité, qui conserve à notre monde une complexité encore bien réelle. Il s’agit donc de donner droit à l’altérité, de faire cohabiter toutes les diversités, naturelles, mais également linguistiques et culturelles. L’objet de ce numéro d’Hermès est dès lors de comprendre l’enjeu de la communication et de l’incommunication dans le Pacifique. Il éclaire cette réalité anthropologique : il ne suffit pas que le monde soit traversé d’informations et d’interactions incessantes pour qu’il y ait davantage de communication et de tolérance.

Le Pacifique met en lumière l’ensemble des tensions contradictoires qui sous-tendent la mondialisation. Longtemps isolée, l’Océanie ne s’est pas ouverte de son plein gré. Elle a été mondialisée par la force. Le prosélytisme religieux, le capitalisme marchand et le colonialisme en ont spolié les ressources, acculturé les traditions et dégradé les équilibres naturels. Avec moins de remords que d’embarras, les puissances riveraines en ont fait un terrain d’affrontement et d’expérimentation nucléaire.

Pourtant, le Pacifique n’a pas été assimilé. La puissance des éléments, l’instabilité des milieux, l’isolement permanent n’ont cessé d’opposer leur inertie aux forces extérieures, inspirant aux Océaniens une résistance latente qui nourrit aujourd’hui leur réveil identitaire, comme elle leur sert aussi d’argument promotionnel. Les atolls, les lagons et les arts premiers sont autant d’incitations à la nostalgie du paradis perdu.

Au lieu d’illustrer l’uniformisation des modes de vie, l’océan Pacifique nous invite à une autre mondialisation, opposée aux modèles dominants, une mondialisation du dialogue entre les valeurs, les savoirs et les cultures. Riche de sa diversité, le Pacifique est un des laboratoires de la cohabitations culturelle du XXIe siècle.

Internet et politique

internet-et-politique-alexandre-coutantInternet et politique
Sous la direction d’Alexandre Coutant
CNRS Éditions, 2012

Commande en ligne

Quels sont les liens entre Internet et politique ? Cet Essentiel s’intéresse à deux aspects. Le premier concerne l’impact d’Internet sur la vie politique : favorise-t- il la participation des citoyens, peut-il instaurer une démocratie plus directe ? Le deuxième porte sur la régulation d’Internet, qui constitue un enjeu politique majeur pour les démocraties.
Ces questions sont traitées avec rigueur par des spécialistes reconnus. Une réponse scientifique claire pour comprendre une évolution complexe.

Sommaire

  • Avant-propos – Communication et démocratie
    Éric Dacheux
  • Présentation générale – La révolution ne sera pas numérisée
    Alexandre Coutant
  • La technique est-elle au service de la démocratie ?
    F. Christopher Arterton
  • Les campagnes électorales sur Internet : une comparaison entre la France et le Québec
    Frédérick Bastien et Fabienne Greffet
  • Les outils informatiques de débat public : le cas de la consultation sur les éoliennes dans le Nord-Pas-de-Calais
    Nicolas Benvegnu
  • Mobilisations informationnelles et web participatif
    Fabien Granjon
  • Le numérique, une question politique
    Jacques Perriault
  • Internet, l’illusion démocratique
    De la « République des ingénieurs » à la gouvernance (1968-2011)
    Valérie Schafer
  • Les contradictions du nouvel espace public médiatisé
    Dominique Wolton

Hermès 61. Les musées au prisme de la communication

Le n° 61 sera en librairie le 24 novembre 2011


Les musées au prisme de la communication
Sous la direction de Paul Rasse et Yves Girault 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Jusqu’aux années 1950, le musée faisait partie des institutions culturelles établies, s’inscrivant dans l’héritage du xixe siècle et la tradition des collectionneurs. Avec la démocratisation et le développement des industries culturelles, la situation a radicalement changé, comme en témoignent le nombre, le rôle et la visibilité de ces établissements. Dépassant les missions de conservation et de connaissance savante, la communication en direction du grand public a remis en jeu la dynamique du musée, pour en faire aujourd’hui une institution phare, rayonnant sur la cité.

Le musée, comme univers symbolique de premier plan, est désormais un prisme où se réfractent les grandes controverses. On y discerne les débats qui animent la culture sur les choix esthétiques, le sens de l’histoire, la mémoire et les processus de patrimonialisation, sur les rapports et les conflits interculturels, comme sur les mutations scientifiques et techniques. Quels sont les enjeux, les dynamiques, les dérives qui sous-tendent cet essor sans précédent ?

Ce numéro de la revue Hermès s’intéresse à ces transformations de l’institution muséale, entre la culture, la politique, la communication, les sciences et la société. Gardant à l’esprit les innovations et succès contemporains que sont, entre autres, le Louvre, le Centre Pompidou, le Muséum national d’Histoire naturelle, le Musée du Quai Branly, la Tate Modern, le MoMA, le Capital Museum de Pékin, le Museo Nacional de Antropología de Mexico, ce dossier propose un panorama pluriel et transversal sur cette institution emblématique. Le musée, fait de culture total, sélectionne, légitime, donne à voir et à savoir au public et multiplie les traces que notre époque léguera aux générations futures.

La neutralité de l’Internet, un enjeu de communication

la-neutralite-de-l-internet-valerie-schafer-et-herve-le-crosnierLa neutralité de l’Internet, un enjeu de communication
Valérie Schafer et Hervé Le Crosnier (auteurs)
Avec la participation de Francesca Musiani

CNRS Éditions, 2011

Commande en ligne

La neutralité de l’internet est un défi démocratique largement méconnu. Derrière une notion en apparence technique, se cachent des questions et des enjeux économiques, politiques et culturels (régulation, gouvernance, égalité d’accès aux données…).
L’objectif de cet ouvrage est de les énoncer dans un langage clair et accessible à tous. Indispensable pour comprendre les débats actuels.

Sommaire :

  • Présentation générale – Le débat sur la neutralité de l’Internet n’est pas neutre
  • Valeurs et imaginaires de l’Internet en question
  • Un peu d’histoire
  • Économie et écologie de l’Internet
  • Gouvernance et neutralité de l’Internet
  • Des frontières politiques pour un réseau mondial
  • Conclusion – Neutralité de l’Internet et démocratie technique

Hermès 59. Ces réseaux numériques dits sociaux

Le n° 59 sera en librairie le 28 avril 2011


Ces réseaux numériques dits sociaux
Sous la direction de Thomas Stenger et Alexandre Coutant

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Facebook, MySpace, Twitter, YouTube, Copains d’avant, Viadeo… Deux tiers des internautes seraient déjà séduits par la nébuleuse « médias sociaux ». Le Web participatif, qui recouvre des dispositifs et des usages fort différents, captive décideurs et commentateurs.

En consacrant ce numéro aux « réseaux socionumériques », derniers nés de ces dispositifs, Hermès prolonge et approfondit la critique du numérique menée par la revue et l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC).

Chercheurs de divers horizons disciplinaires et professionnels du Web interrogent le phénomène, en procédant non seulement à une analyse des diverses appellations, souvent trompeuses, mais aussi en replaçant ces sites dans l’histoire des réseaux de communication. Les articles mettent en lumière la reproduction d’activités sociales et l’essor de nouvelles formes de relations. Ils soulignent aussi les compétences requises et les risques associés au développement massif des réseaux socionumériques.

Les formes de lien social et de communication, la visibilité de la vie quotidienne, l’effacement des frontières publiques et privées (caractéristiques de ces dispositifs) sont mises en perspective. Une ouverture internationale permet de mieux comprendre la variété des « arts de faire » avec ces plateformes numériques, aussi bien du côté des particuliers que des entreprises. Car il faut bien apprécier les finalités multiples et les stratégies complexes de ces sites, tantôt amis, tantôt faux amis.

La Norme numérique. Savoir en ligne et Internet

la-norme-numerique-jacques-perriault-et-cecile-vaguerLa Norme numérique
Savoir en ligne et Internet
Jacques Perriault et Cécile Vaguer (dir.), 2011.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Les échanges sur les réseaux numériques impliquent des règles communes d’organisation des plateformes et des données. Ces conventions, élaborées dans des organisations multilatérales, sont au départ des standards adoptés par des groupes d’utilisateurs. Elles deviennent des normes numériques lorsqu’un large consensus international les retient. Cet ouvrage initie le lecteur profane à cette activité peu connue qu’est la normalisation pour la circulation des savoirs sur Internet.

Hermès 57. Sciences.com: libre accès et science ouverte

Le n° 57 sera en librairie le 28 octobre 2010


Sciences.com : libre accès et science ouverte
Sous la direction de Joëlle Farchy, Pascal Froissart et Cécile Méadel

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Confrontée au développement des réseaux électroniques, l’édition scientifique se métamorphose. Nourris au lait d’Internet, les chercheurs tergiversent au moment d’y diffuser leurs productions ; garantes du bien public, les institutions savantes normalisent, s’interrogent, expérimentent. La mutation est profonde et se répercute non seulement dans la circulation des connaissances, mais aussi dans la propriété intellectuelle et la notion d’auteur, ou dans les conditions de publication… En quelques années, la diffusion des savoirs sur Internet (avec notamment le « libre accès ») a changé les termes du débat.

L’édition scientifique était un monde policé et local ; aujourd’hui, c’est un marché global et un théâtre de guerre économique. Il y a de plus en plus de chercheurs, les revues scientifiques se sont multipliées, les budgets explosent et l’idéologie du Publish or Perish domine. En parallèle, des intermédiaires du savoir, tels les sites commerciaux Cairn ou Science Direct, se renforcent et cherchent le meilleur modèle économique et cognitif. Les chercheurs se retrouvent face à une injonction paradoxale : d’une part, éditer dans des revues de plus en plus cotées, étalonnées, hiérarchisées, mais payantes et privées ; d’autre part, rendre public, diffuser au plus grand nombre, mettre en ligne le plus vite possible, librement et sans droit d’accès.

Ce volume d’Hermès s’intéresse, dans une perspective résolument pluridisciplinaire, aux différentes questions que pose cette « science ouverte » avec toutes ses formes de mises à disposition des connaissances produites par des scientifiques : revues gratuites, mise en ligne des publications par les institutions, modèle auteur-payeur, archives en libre accès, bibliothèques numériques ouvertes…

Arts et Internet

art-et-internet-jean-paul-fourmentrauxArt et Internet
Jean-Paul Fourmentraux, 2010 (2005)
Nouvelle édition revue et augmentée
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Depuis le milieu des années 1990, Internet bouscule les formes de création et de diffusion de l’art contemporain. Dans le même temps, le
« travail artistique », plus collectif et interdisciplinaire, préfigure de nouveaux usages de l’Internet. Cet ouvrage analyse les dynamiques et tensions de cette articulation de la recherche technologique et de l’innovation artistique. Il examine les modalités d’émergence d’un monde de l’art centré sur l’Internet, ainsi que l’institution de nouvelles conventions de travail et d’échange culturel. Quels sont ici les ressorts de la mise en oeuvre d’art ? Que signifie être auteur ? Quelles formes d’exposition et de réception sont imaginées ?

Hermès 55. Société civile et Internet en Chine et Asie orientale

Le n°55 sera en librairie le 7 janvier 2010


Société civile et Internet en Chine et Asie orientale
Sous la direction d’Olivier Arifon, Chang Liu et Eric Sautedé

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Selon les chiffres officiels de Pékin, il y avait 338 millions d’internautes chinois en juillet 2009. Les pays d’Asie orientale deviennent les principaux utilisateurs des technologies de la communication, tout en en étant désormais les concepteurs. Ce numéro d’Hermès explore le rôle des TIC (Internet en particulier) dans le développement de la société civile en divers pays d’Asie orientale : Chine principalement, mais aussi Japon, Corée du Sud, Taïwan et Malaisie. Les dispositifs techniques sont ici envisagés dans leur impact sur les usages sociaux et les rapports de force politiques.

Les technologies du virtuel sont-elles en train de provoquer de nouveaux bouleversements dans les structures sociales des pays d’Extrême-Orient ? Internet va-t-il démocratiser la Chine et permettre d’y contourner la toute-puissance de l’État ? Comment des sociétés pétries de valeurs d’ordre et d’harmonie réagissentelles face au désordre provoqué par des usages individuels ? Les TIC viennent-elles détruire les valeurs communautaires et favoriser une sorte de « libération » de la personne ?

Ce que l’on constate, c’est qu’Internet vient susciter à la fois l’émergence de l’individu et le triomphe de multiples groupes d’appartenance. Au Japon, il est devenu un portail d’entrée vers divers paradis futuristes. En Chine continentale, le pouvoir canalise la violence contestatrice des jeunes générations en les transformant en groupes de pression militant sur le Web pour des causes d’orientation nationaliste. En Corée, une recherche inconsciente du consensus vient parfois transformer Internet en un instrument de création d’un nouvel unanimisme.

Ce numéro d’Hermès nous parle des actions quotidiennes, mais aussi des transformations de longue durée, autour d’une question centrale : l’appropriation innovante des pratiques – par les États ou les citoyens – dessine-t-elle de nouvelles formes de gouvernance ?

Critique de la société de l’information

CritiqueInformationCVRougeCritique de la société de l’information
Sous la direction de Jean-Paul Lafrance
CNRS Éditions, 2010

Commande en ligne

Il faut raison garder. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) offrent de grandes possibilités, recèlent des menaces tout aussi grandes, mais elles n’engendrent pas une nouvelle société. Dans un langage clair, en prenant des exemples concrets, cet Essentiel donne à chacun les moyens de mettre à distance l’idéologie technique ambiante. Ni rejet dénonciateur ni fascination aveugle, cette critique scientifique permet de comprendre les évolutions de notre société.

Sommaire :

  • Présentation générale – Pour une approche critique de la société de l’information
    Jean-Paul Lafrance
  • La fracture numérique, paradoxe de la génération Internet
    Caroline Rizza
  • TIC et nouvelle économie : entre mirages et miracles
    Pascal Petit
  • La communication : de nouveaux concepts pour l’analyse économique
    Alain Rallet
  • Le rôle du citoyen dans la blogosphère
    Dominique Cardon
  • Les réseaux sociaux : les nouveaux outils de la société de l’information
    Jean-Paul Lafrance
  • La nécessité d’adapter Internet à la mondialisation linguistique
    Henri Hudrisier
  • La norme comme instrument d’accès au savoir en ligne
    Jacques Perriault
  • Une société de la communication est plus qu’une société de l’information
    Dominique Wolton

Sociétés de la connaissance – Fractures et évolutions

Societes-connaissance-Michel-DurampartSociétés de la connaissance – Fractures et évolutions
Sous la direction de Michel Durampart
CNRS Éditions, 2009

Commande en ligne

Le terme « sociétés de la connaissance » est apparu dans les années 1990. Il caractérise une période où chaque pays, à son rythme, voit le savoir, l’information et la communication prendre une place centrale. Parler des fractures et des évolutions et non de révolution, c’est souligner la force des changements sociaux en cours, des rapports de force et des inégalités qui en découlent.
Ce livre envisage le rôle des interactions entre technologies de la communication et mondialisation du savoir. À ce titre, il met en garde contre toute vision trop idéaliste d’une société de la connaissance et propose au lecteur un panorama de la richesse et des enjeux de ce mouvement en marche.

Sommaire :

  • Présentation générale – Une mise en perspective de la société de la connaissance entre évolutions et fractures
    Michel Durampart
  • TIC et pratiques collectives. Nouveaux liens, nouveaux outils
    Claude Henry
  • Propriété intellectuelle et accès public au savoir en ligne
    Michel Arnaud
  • Vulgarisation scientifique : les revues en ligne
    Mônica Macedo-Rouet et Jean-François Rouet avec la participation d’Isaac Epstein et de Pierre Fayard
  • La recherche documentaire informatisée à l’école
    Jérôme Dinet et Jean-Michel Passerault
  • Le modèle souverainiste des communautés en ligne : impératif participatif et
    désacralisation du vote 

    Nicolas Auray
  • Mondialisation de la communication, à la recherche du sens perdu
    Patrick-Yves Badillo et Serge Proulx
  • Internet et maintenant, la société de la connaissance
    Dominique Wolton