Archives par étiquette : Europe

[Parution] Hermès 77. Les incommunications européennes

Les incommunications européennes
Sous la direction de Joanna Nowicki, Luciana Radut-Gaghi et Gilles Rouet. 

Vous pouvez d’ores et déjà commander la version numérique sur Cairn. La version papier est disponible sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

En 1957, le traité de Rome donnait naissance à la Communauté économique européenne. Soixante ans plus tard et après six vagues d’élargissement, l’Union européenne compte désormais 510 millions de citoyens, répartis dans 28 pays. Mais institutions et géographie se superposent sans toujours s’articuler, et les Européens ont souvent des visions différentes du monde, des frontières, de la politique, de leur destin.

Ces situations d’incommunication se produisent parce qu’il existe un fonds commun : l’accord implicite des peuples sur l’existence d’une identité européenne et sur la grandeur du projet. L’europhobie actuelle n’est pas majoritaire et ne remet pas en cause structurellement l’utopie européenne. Trois incommunications coexistent : 1) au sein des 28 ; 2) entre les Européens de l’Ouest et l’Europe centrale et orientale ; 3) entre l’Europe et sa façade sud. Leur examen montre à la fois la distance entre les Européens et ce qui les rapproche.

Pourquoi la plus grande utopie politique, économique, culturelle de l’histoire du monde n’est-elle pas plus valorisée par les Européens eux-mêmes ? Pourquoi, malgré leurs différences, ne sont-ils pas plus fiers du travail accompli et de l’exemple que représente l’Europe pour le reste du monde ? Le projet européen ne signifie pas l’imposition d’un consensus, l’injonction d’une européanité subie. Il implique au contraire l’acceptation de l’autre, sa reconnaissance et la discussion. En un mot, la négociation, qui est au cœur de la communication politique et des objectifs de la revue Hermès. Le présent numéro propose de mieux comprendre ces incommunications européennes, d’en explorer les sources et de contribuer à promouvoir ce modèle de communication si unique dans l’histoire du monde.

Les identités collectives à l’heure de la mondialisation

identitesrougeLes identités collectives à l’heure de la mondialisation
Sous la direction de Bruno Ollivier
CNRS Éditions, 2009

Commande en ligne

Globalisation. Cultures. Immigration. Communautés. Racisme. Discrimination positive… Toutes ces questions renvoient à des identités collectives en crise. Ces problématiques ne sont pas seulement la préoccupation de l’Europe, mais touchent tous les continents, en particulier l’Amérique du Sud. C’est pourquoi cet Essentiel propose les points de vue d’auteurs internationaux sur cette question d’actualité brûlante.

Sommaire :

  • Présentation générale – Les identités collectives : comment comprendre une question politique brûlante ?
    Bruno Ollivier
  • Une perspective européenne sur l’hybridation : éléments de réflexion
    Stuart Hall
  • Modernité mondiale et identités
    Renato Ortiz
  • Identités collectives et images de l’Autre : les pièges de la pensée collectiviste
    Jan Berting
  • Cultures hybrides et stratégies de communication
    Nestor García Canclini
  • Décentrage culturel et palimpsestes d’identité
    Jésus Martin-Barbero
  • Les Outre-mers, une chance pour la France et l’Europe
    Dominique Wolton

 

L’Homme des confins. Pour une anthropologie interculturelle

Joanna Nowicki, 2008.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Le point focal de l’Europe a été, est encore, sa frange occidentale. Objet de désir et de convoitise, il fait les modes et les tendances. Pourtant, à y bien regarder, la partie médiane de l’Europe est depuis des temps immémoriaux un lieu privilégié d’échanges, d’apprentissages, d’ouvertures.
Dans cette histoire mouvementée, s’est développée l’expérience de l’exil, de l’existence plurinationale, celle de Kundera ou de Todorov, celle de Milosz ou de Gombrowicz, où l’on discerne à quel point l’ouverture aux langues et aux cultures de l’autre est une richesse. Par là même la garantie d’une entente et d’une paix durables.

Vaincre l’indifférence. Les associations dans l’espace public européen

vaincreVaincre l’indifférence. Les associations dans l’espace public européen
Éric Dacheux, 2000.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Comment, dans l’Union européenne, vaincre l’indifférence des pouvoirs publics, des multinationales ou de l’opinion publique ? Cet ouvrage décrit et analyse les modes d’intervention publique d’un acteur politique injustement ignoré : les associations. Tout à la fois contre-pouvoir, école de démocratie et force de proposition, les associations mettent en place des actions politiques et une communication publique qui révèlent l’inventivité de la société civile.

Hermès 23-24. La cohabitation culturelle en Europe

Le n°23-24 sera en librairie le 1er juin 1999


La cohabitation culturelle en Europe
Sous la direction d’Eric Dacheux, Annie Daubenton, Jean-Robert Henry, Patrice Meyer-Bisch et Dominique Wolton

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Le terme, modeste, de « cohabitation culturelle » renvoie, en réalité, à l’importance de la dimension communicationnelle dans toute problématique culturelle, puisqu’il souligne l’impossible repli d’une culture sur elle-même, et fait référence à l’incessant travail de décodage et recodage à l’égard des autres cultures. Il s’agit donc ici d’éclairer par quelques exemples la cohabitation culturelle au sein de l’univers des Quinze, et de comprendre comment sont perçues les relations entre l’Union et ses voisins du Sud et de l’Est.

Hermès 19. Voies et impasses de la démocratisation

Le n°19 sera en librairie le 1er novembre 1996


Voies et impasses de la démocratisation
Sous la direction de Patrice Meyer-Bisch et Edward M. Swiderski

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

Présentation

Tracer des frontières n’a d’intérêt, en politique, que pour identifier des réseaux, maillages de voies de passage. Les cartes à redessiner, redistribuer et jouer sont celles qui figurent les instances de la communication. Non pas la communication sans frontières de n’importe quel message, celle qui correspond au grand marché et n’est qu’une des couleurs de ce jeu, mais celle des représentations politiques. Le choc des discontinuités culturelles en Europe met en évidence qu’une démocratisation est un processus continu d’identification des acteurs sociaux en tant que sujets.