Archives par étiquette : diversité culturelle

[Parution] Hermès 75. Langues romanes : un milliard de locuteurs

Le n° 75 est en librairie

herm_075_l204Langues romanes : un milliard de locuteurs
Sous la direction de Michaël Oustinoff et Louis-Jean Calvet. 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Avec un milliard de locuteurs, les langues romanes, issues du latin, constituent un potentiel impressionnant en termes d’espace communicationnel et conceptuel. Elles représentent un contrepoids à l’extension du « tout-anglais », dont les limites sont désormais connues au sein même du monde anglo-saxon. D’ailleurs, le British Council place parmi les dix plus importantes langues du XXIe siècle l’espagnol, le français, le portugais et l’italien. Les langues romanes, mais aussi slaves ou arabes, représentent un élément indispensable de la diversité culturelle telle qu’elle a été reconnue en 2005 par l’Unesco. Impossible en effet de vivre dans un monde ouvert, interconnecté, sans respecter les identités culturelles, au premier rang desquelles les identités linguistiques. On pense, rêve, crée, dans une langue, le plus souvent maternelle. Sinon, après quelques années de triomphe du globish (si pratique, si moderne), on assistera à la révolte des peuples pour préserver leurs identités culturelles.

Le défi de la mondialisation est au moins autant culturel qu’économique et politique. Le problème n’est pas l’existence d’une langue minimum commune, comme l’est aujourd’hui l’anglais, mais la sauvegarde de toutes les autres, condition de la diversité humaine. Oui à tous les apprentissages linguistiques, à tous les déplacements, à condition de préserver les aires linguistiques. La diversité est la condition de la mondialisation, la standardisation l’antichambre des conflits. Pas de mondialisation pacifique possible donc sans respect de la diversité culturelle. Les langues romanes, sans prétention hégémonique, en sont un élément déterminant, d’autant qu’elles sont mondiales. Elles sont aussi indispensables pour l’Europe, notamment pour éviter de croire que le monolinguisme anglais en simplifierait la construction… Les langues romanes ? L’avant-garde de cet immense chantier politique de la cohabitation culturelle à construire pour essayer de conjuguer paix et mondialisation.

 

La diversité culturelle

la-diversite-culturelle-paul-rasseLa diversité culturelle
Sous la direction de Paul Rasse
CNRS Éditions, 2013

Commande en ligne
La mondialisation est aujourd’hui une réalité bien installée, qui emporte hommes, sociétés et cultures. Mais avec quelles conséquences au juste pour la diversité culturelle ? Pour certains, la mondialisation conduirait à l’homogénéisation, à l’effacement des identités locales sous le poids de modèles imposés par les pays riches et par l’essor des moyens de communication. Pour d’autres, notre époque hypermoderne serait caractérisée par la fragmentation et la diversification des formes d’expression qui se développent par métissage, réaffirmation des cultures régionales ou réaction communautariste.
Un ouvrage clair qui fait le point sur la question de la diversité culturelle, les débats et les enjeux qu’elle suscite.

Sommaire :

  • Présentation générale – La diversité des cultures en question
    Paul Rasse
  • Théories de la mondialisation culturelle et internationalisation des médias
    Tristan Mattelart
  • Néstor García Canclini ou la confrontation avec l’impact de la postmodernité et de la mondialisation
    Nancy Morris et Philip R. Schlesinger
  • La « culture populaire » des Cultural Studies
    Jan Baetens
  • Diversité culturelle et construction des identités ultramarines
    Jean-Pierre Doumenge
  • Des nomades connectés : vivre ensemble à distance
    Serge Proulx
  • Communication interculturelle et construction identitaire européenne
    Joanna Nowicki
  • Défendre la diversité culturelle : soubassements économiques et arbitrages politiques
    Joëlle Farchy et Heritiana Ranaivoson
  • « Industries culturelles » : de la critique sociale à l’enjeu politique
    Éric Letonturier
  • Les points clés de la Convention sur la diversité des expressions culturelles
    Michaël Oustinoff
  • Le tout-à-l’anglais est-il inévitable ?
    Michaël Oustinoff
  • Diversité culturelle et inscription à l’Unesco : la longue marche des polyphonies corses
    Françoise Albertini
  • De la diversité à la cohabitation culturelle
    Dominique Wolton

Hermès 65. Le monde Pacifique dans la mondialisation

Le n° 65 sera en librairie le 11 avril 2013


Le monde Pacifique dans la mondialisation
Sous la direction de Renaud Meltz et Dominique Barbe

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Objet, acteur et horizon de la mondialisation, l’océan Pacifique en offre une excellente métaphore. Il incarne la mondialisation en marche. C’est avec son exploration, à partir du XVIIIe siècle, que l’humanité a bouclé le tour de la planète. De nos jours, c’est l’immensité océanienne, avec toute sa diversité, qui conserve à notre monde une complexité encore bien réelle. Il s’agit donc de donner droit à l’altérité, de faire cohabiter toutes les diversités, naturelles, mais également linguistiques et culturelles. L’objet de ce numéro d’Hermès est dès lors de comprendre l’enjeu de la communication et de l’incommunication dans le Pacifique. Il éclaire cette réalité anthropologique : il ne suffit pas que le monde soit traversé d’informations et d’interactions incessantes pour qu’il y ait davantage de communication et de tolérance.

Le Pacifique met en lumière l’ensemble des tensions contradictoires qui sous-tendent la mondialisation. Longtemps isolée, l’Océanie ne s’est pas ouverte de son plein gré. Elle a été mondialisée par la force. Le prosélytisme religieux, le capitalisme marchand et le colonialisme en ont spolié les ressources, acculturé les traditions et dégradé les équilibres naturels. Avec moins de remords que d’embarras, les puissances riveraines en ont fait un terrain d’affrontement et d’expérimentation nucléaire.

Pourtant, le Pacifique n’a pas été assimilé. La puissance des éléments, l’instabilité des milieux, l’isolement permanent n’ont cessé d’opposer leur inertie aux forces extérieures, inspirant aux Océaniens une résistance latente qui nourrit aujourd’hui leur réveil identitaire, comme elle leur sert aussi d’argument promotionnel. Les atolls, les lagons et les arts premiers sont autant d’incitations à la nostalgie du paradis perdu.

Au lieu d’illustrer l’uniformisation des modes de vie, l’océan Pacifique nous invite à une autre mondialisation, opposée aux modèles dominants, une mondialisation du dialogue entre les valeurs, les savoirs et les cultures. Riche de sa diversité, le Pacifique est un des laboratoires de la cohabitations culturelle du XXIe siècle.

Traduire et communiquer à l’heure de la mondialisation

CV-OUSTINOFF-traduireTraduire et communiquer à l’heure de la mondialisation
Michaël Oustinoff, 2011.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Dans quelles langues communiquer à l’heure de la mondialisation ? C’est désormais une question centrale. La politique du tout-anglais est de plus en plus contestée, y compris dans le monde anglophone.
Le plurilinguisme choisi par l’Union européenne, l’Unesco ou l’Inde, présente des avantages économiques et politiques d’autant plus marquants que la défense de la diversité culturelle est un enjeu mondial.

Traduction et mondialisation

traduction-et-mondialisation-michael-oustinoffTraduction et mondialisation
Sous la direction de Michaël Oustinoff
CNRS Éditions, 2011

Commande en ligne

Pas de diversité culturelle sans traduction. La domination du tout-à-l’anglais n’est pas inéluctable.
Partout dans le monde, même en Grande-Bretagne, la mondialisation réclame une politique active de traduction. Celle-ci devient alors une donnée centrale du monde contemporain, un phénomène capital qui ne fait que s’amplifier par le biais des technologies de l’information et de la communication.
Comprendre quels sont, d’une culture à l’autre, les enjeux actuels de la traduction, tel est l’objectif de cet ouvrage clair qui combat avec force les idées reçues.

Sommaire :

    • Présentation générale – La traduction, enjeu central de la mondialisation
      Michaël Oustinoff
    • Intraduisible et mondialisation
      Barbara Cassin
    • La question des langues et de la traduction au coeur des politiques de l’Union européenne
      Leonard Orban
    • Sciences dites « dures » et traduction
      Jean-Marc Lévy-Leblond
    • Diversité culturelle : la mission de la traduction
      Xu Jun
    • La traduction de l’arabe et vers l’arabe à l’heure de la mondialisation
      Foued Laroussi et Ibrahim Albalawi
    • Traduction et plurilinguisme au Burkina Faso
      Lalbila A. Yoda
    • La traduction, passeport pour accéder à l’autre
      Dominique Wolton

La cohabitation culturelle

la-cohabitation-culturelle-joanna-nowickiLa cohabitation culturelle
Sous la direction de Joanna Nowicki
CNRS Éditions, 2010

Commande en ligne

Pour cohabiter pacifiquement malgré les différences, il faut commencer par appréhender l’altérité, la comprendre sur plusieurs plans : philosophique, culturel, religieux, etc.
Le présent volume veut illustrer ces différents angles d’approche. Il s’attache à décrire les enjeux et les obstacles de la cohabitation culturelle à l’heure de la mondialisation. Si l’on veut lutter contre l’intolérance, il faut comprendre que la cohabitation culturelle est devenue l’enjeu majeur du XXIe siècle.

Sommaire :

  • Présentation générale – La cohabitation culturelle : un enjeu politique
    Joanna Nowicki
  • La culture : le refoulé de l’Europe
    Dominique Wolton
  • La genèse des stéréotypes dans les jeux de l’identité/altérité
    Christiane Villain-Gandossi
  • La relation à l’autre à travers les citoyennetés de l’Europe
    Dominique Schnapper
  • Droit des religions dans une Europe interculturelle
    Francis Messner
  • Repères dans l’histoire de la francophonie
    Stélio Farandjis
  • La place des droits culturels dans la Convention de l’Unesco sur la diversité culturelle
    Laura Anghel
  • Les enjeux du plurilinguisme et de la traduction dans un monde babélisé
    Michaël Oustinoff

Francophonie et mondialisation

Francophonie-mondialisation-Didier-OilloFrancophonie et mondialisation
Sous la direction d’Anne-Marie Laulan et Didier Oillo
CNRS Éditions, 2008

Commande en ligne

La Francophonie est une réalité injustement méconnue, car elle est une chance et un amortisseur de la violence mondiale. Une chance pour la France de combattre la lepénisation des esprits ; pour le Sud de faire entendre sa voix dans la mondialisation ; pour notre planète d’assurer la paix entre les civilisations en préservant la diversité culturelle. Une chance pour créer des solidarités Nord/Sud, Est/Ouest. Un ouvrage qui allie rigueur scientifique et simplicité du style pour permettre à chacun de sortir des idées reçues. La Francophonie n’est pas un reste du passé, mais un défi pour l’avenir et la cohabitation culturelle.

Sommaire :

  • Présentation générale – La Francophonie, fer de lance de la bataille pour la diversité
    des expressions culturelles
    Anne-Marie Laulan, Didier Oillo
  • Aux carrefours de l’histoire
    Dominique Wolton
  • Diversité et droits de l’Homme
    Patrice Meyer-Bisch
  • La diversité culturelle à l’Unesco
    Anne-Marie Laulan
  • Les TIC, alternatives à la mondialisation
    Michel Arnaud
  • L’arbre à palabre domine la forêt électronique
    Alain Kiyindou
  • Quelle science pour quel développement en Afrique ?
    Bonaventure Mvé-Ondo
  • La diversité linguistique : enjeux pour la Francophonie
    Louis-Jean Calvet
  • Un atout pour l’autre mondialisation
    Dominique Wolton

Hermès 51. L’épreuve de la diversité culturelle

Le n° 51 sera en librairie le 4 septembre 2008


L’épreuve de la diversité culturelle
Sous la direction de Joanna Nowicki, Michaël Oustinoff et Serge Proulx

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Depuis la chute du mur de Berlin, la « lutte des classes » a-t-elle été remplacée par le « choc des civilisations », ou tout au moins par les conflits culturels ? On peut le penser au regard de phénomènes tels que l’éclatement de l’ex-Yougoslavie, les guerres du Caucase et le retour des fondamentalismes religieux. La « mondialisation » et l’Union européenne, espaces où les cultures entrent désormais en compétition en affirmant leurs différences, ne sont pas épargnées par l’épreuve de la diversité culturelle. Une première solution à l’échelle internationale a été apportée par l’Unesco, et doit également pou- voir se décliner au grès des besoins de nombreux pays qui ont à garantir les conditions du vivre ensemble entre des po- pulations toujours plus diversifiées et hétérogènes. C’est à ces enjeux qu’est consacré ce numéro. D’abord, sont analysées les théories politiques qui ont tenté de conceptualiser la problématique de la diversité culturelle. Puis, sont examinées diverses conventions internationales et solutions juridiques conçues pour anticiper ou résoudre des conflits. Ensuite, sont étudiés plusieurs cas de pays particulièrement intéressants s’agissant de leur modèle de cohabitation culturelle (réussi ou mis en échec). Enfin, sont traitées des questions identitaires qui apparaissent dans le contexte des flux migratoires à l’échelle mondiale.

L’Homme des confins. Pour une anthropologie interculturelle

Joanna Nowicki, 2008.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Le point focal de l’Europe a été, est encore, sa frange occidentale. Objet de désir et de convoitise, il fait les modes et les tendances. Pourtant, à y bien regarder, la partie médiane de l’Europe est depuis des temps immémoriaux un lieu privilégié d’échanges, d’apprentissages, d’ouvertures.
Dans cette histoire mouvementée, s’est développée l’expérience de l’exil, de l’existence plurinationale, celle de Kundera ou de Todorov, celle de Milosz ou de Gombrowicz, où l’on discerne à quel point l’ouverture aux langues et aux cultures de l’autre est une richesse. Par là même la garantie d’une entente et d’une paix durables.

Hermès 49. Traduction et mondialisation

Le n° 49 sera en librairie le 2 janvier 2008


Traduction et mondialisation (vol.1)
Sous la direction de Joanna Nowicki et Michaël Oustinoff 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Un fait est devenu évident: la mondialisation s’accompagne d’un mouvement de traduction sans précédent dans l’histoire de l’humanité. C’est un phénomène capital qui ne fait que s’amplifier par le biais des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Contrairement à une idée reçue, les langues ne sont pas interchangeables, sinon une seule d’entre allas pourrait supplanter toutes les autres en tant que vecteur de communication intégral et universel.

D’ailleurs, l’évolution du monde annonce l’émergeance non d’un modèle « monolingue » (avec l’anglais) ou réduit à une poignée de langues internationales, mais au contraire d’un modèle très largement « multilingue ». Cela a été reconnu officiellement par la communauté des Etats grâce à l’adoption par l’Unesco, le 20 octobre 2005, de la « Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles ». Dans le même temps et paradoxalement, Internet a procuré de nouveaux outils de diffusion à des centaines de langues différentes.

Dans un monde où l’importance de langues en expansion comme l’espagnol, le chinois, l’arabe ou le hindi s’accroît de jour en jour, sans parler de l’essor de certaines langues régionales, les enjeux de la traduction occupent de plus en plus le devant de la scène. Ils ne sont pas uniquement d’ordre linguistique ou technique, mais également d’ordre politique, économique et « civilisationnel ». Les rapports de force, à l’échelon local ou international, n’en sont pas exclus.

C’est à l’analyse de ces différents problématiques que ce numéro de la revue Hermès – largement interdisciplinaire – est consacré. Il s’attache à démontrer que le « transparence » de la traduction n’est qu’une illusion d’optique. Toute traduction s’accompagne en réalité d’un ensemble de transformations qui s’insèrent dans un contexte bien plus vaste que la dimension purement linguistique, en reflétant une autre vision du monde.

Hermès 40. Francophonie et mondialisation

Francophonie et mondialisation
Sous la direction de Tamatoa Brambridge, Hervé Barraquand, Anne-Marie Laulan, Guy Lochard et Didier Oillo

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn.

4° de couverture

La mondialisation est une formidable ouverture, mais aussi un redoutable phénomène de rationalisation économique et de standardisation culturelle. Pour la Francophonie, le risque est la dilution de sa spécificité dans le flot des industries culturelles anglo-saxonnes dominantes. Le marché n’est pas toujours synonyme de respect de la diversité culturelle, surtout pour les pays moins avancés. Mais c’est aussi une chance car la Francophonie est présente sur tous les continents, et constitue un des acteurs essentiels de la diversité culturelle, en faisant cohabiter de multiples traditions tout en se référant aux Droits de l’Homme, à la démocratie et aux objectifs du développement durable.

Hermès 32-33. La France et les Outre-mers. L’enjeu multiculturel

La France et les Outre-mers. L’enjeu multicultrel
Sous la direction de Tamatoa Brambridge, Jean-Pierre Doumenge, Bruno Ollivier, Jacky Simonin et Dominique Wolton

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn.

4° de couverture

Les Outre-mers sont une chance pour la France, car ils sont une ouverture sur le monde, à partir des trois aires culturelles des océans Atlantique, Indien et Pacifique. Ils permettent aussi de vivre en direct le défi du multiculturalisme. Pourtant très peu, trop peu s’intéressent et sont fiers de ce que les Outre-mers apportent à la France et à l’Europe. Néanmoins, ils sont révélateurs de la plupart des questions liées à la mondialisation, au multiculturalisme et à la recherche d’autres liens de coopération politique.

Dominique Wolton

Hermès 28. Amérique latine. Cultures et communication

Le n°28 sera en librairie le 3 janvier 2001


Amérique latine. Cultures et communication
Sous la direction de Guy Lochard et Philip R. Schlesinger

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

L’Amérique latine constitue pour la communauté scientifique et européenne une terre encore méconnue. Notamment, lorsqu’on aborde les horizons des changements culturels contemporains. Chercheurs latino-américains, nord-américains et français, par leur dialogue, proposent un paysage scientifique totalement reconfiguré par rapport aux années soixante-dix. Les théories de la dépendance et de l’impérialisme culturel ont laissé place à des positions plus interrogatives sur les rôles du marché et de l’Etat, ainsi que sur le processus de construction des identités culturelles.

Hermès 23-24. La cohabitation culturelle en Europe

Le n°23-24 sera en librairie le 1er juin 1999


La cohabitation culturelle en Europe
Sous la direction d’Eric Dacheux, Annie Daubenton, Jean-Robert Henry, Patrice Meyer-Bisch et Dominique Wolton

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Le terme, modeste, de « cohabitation culturelle » renvoie, en réalité, à l’importance de la dimension communicationnelle dans toute problématique culturelle, puisqu’il souligne l’impossible repli d’une culture sur elle-même, et fait référence à l’incessant travail de décodage et recodage à l’égard des autres cultures. Il s’agit donc ici d’éclairer par quelques exemples la cohabitation culturelle au sein de l’univers des Quinze, et de comprendre comment sont perçues les relations entre l’Union et ses voisins du Sud et de l’Est.

Miroirs maghrébins. Itinéraires de soi et paysages de rencontre

miroirMiroirs maghrébins. Itinéraires de soi et paysages de rencontre
Susan Ossman (dir.), 1998.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Au Maghreb, les genres expressifs participent, de manières diverses, à la mondialisation des cultures. Cet ouvrage tente d’appréhender les dynamiques sociales à l’oeuvre dans l’usage quotidien des médias internationaux.Elaboré à partir d’enquêtes sur le terrain et de travaux historiques, il confirme, qu’au delà duprocessus de « réappropriation culturelle », l’expansion des médias contemporains et celle de moyens d’expression plus traditionnels sont concomitantes. Leurs développements contribuent à la création de nouveaux espaces de sociabilité, mais aussi à l’émergence de réseaux, « territoires de la communication » sans lieux.