Archives par étiquette : culture

[Parution] Hermès 75. Langues romanes : un milliard de locuteurs

Le n° 75 est en librairie

herm_075_l204Langues romanes : un milliard de locuteurs
Sous la direction de Michaël Oustinoff et Louis-Jean Calvet. 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Avec un milliard de locuteurs, les langues romanes, issues du latin, constituent un potentiel impressionnant en termes d’espace communicationnel et conceptuel. Elles représentent un contrepoids à l’extension du « tout-anglais », dont les limites sont désormais connues au sein même du monde anglo-saxon. D’ailleurs, le British Council place parmi les dix plus importantes langues du XXIe siècle l’espagnol, le français, le portugais et l’italien. Les langues romanes, mais aussi slaves ou arabes, représentent un élément indispensable de la diversité culturelle telle qu’elle a été reconnue en 2005 par l’Unesco. Impossible en effet de vivre dans un monde ouvert, interconnecté, sans respecter les identités culturelles, au premier rang desquelles les identités linguistiques. On pense, rêve, crée, dans une langue, le plus souvent maternelle. Sinon, après quelques années de triomphe du globish (si pratique, si moderne), on assistera à la révolte des peuples pour préserver leurs identités culturelles.

Le défi de la mondialisation est au moins autant culturel qu’économique et politique. Le problème n’est pas l’existence d’une langue minimum commune, comme l’est aujourd’hui l’anglais, mais la sauvegarde de toutes les autres, condition de la diversité humaine. Oui à tous les apprentissages linguistiques, à tous les déplacements, à condition de préserver les aires linguistiques. La diversité est la condition de la mondialisation, la standardisation l’antichambre des conflits. Pas de mondialisation pacifique possible donc sans respect de la diversité culturelle. Les langues romanes, sans prétention hégémonique, en sont un élément déterminant, d’autant qu’elles sont mondiales. Elles sont aussi indispensables pour l’Europe, notamment pour éviter de croire que le monolinguisme anglais en simplifierait la construction… Les langues romanes ? L’avant-garde de cet immense chantier politique de la cohabitation culturelle à construire pour essayer de conjuguer paix et mondialisation.

 

Hermès 70-71, Le 20e siècle saisi par la communication

H70La communication est de tous les temps. Pourtant, c’est incontestablement au 20e siècle qu’elle devient omniprésente sur la scène sociale. Souvent confondue avec l’information, elle est l’objet de réductionnisme technique et le support de bien des idéologies. Si certains y voient la promesse d’une libération des individus, d’autres n’y trouvent que rhétorique et instrumentalisation des masses.

Le premier volume est consacré aux « révolutions de l’expression » qui se manifestent tout au long du siècle par des mutations médiatiques radicales. La question des modes de transmission, des supports et des codages y devient centrale, tout comme la place de l’individu, du groupe et l’expression de l’opinion publique. La communication élit domicile dans l’espace public, véritable centre de gravité des sociétés modernes. Enfin, qu’il s’agisse de cinéma ou de musique, de design ou de littérature, les évolutions du champ artistique au 20e siècle offrent une porte d’entrée incomparable pour saisir les tensions et paradoxes de cette révolution de la communication. Pourquoi cette révolution n’est-elle jamais considérée comme légitime ? Pourquoi la communication est-elle omniprésente sans être assumée, centrale et néanmoins marginalisée ?

Le second volume analyse la communication comme une discipline et un objet propre ayant connu, tout au long de cette période, des ruptures et des filiations. À partir de terrains toujours plus vastes et nombreux, ses concepts, écoles de pensée et paradigmes théoriques témoignent de la diversité de ses préoccupations et orientations, mais aussi de problématiques communes et de thématiques récurrentes. Les conflits et controverses qui la traversent attestent de sa vitalité, sans pourtant exclure des impensés en des temps de sur-événementialité médiatique et d’idolâtrie technique.

Appelant une saisie interdisciplinaire, l’étude de la communication est rendue d’autant plus complexe que son objet engage, rencontre et bute sur une inconnue majeure : l’altérité. Diversité culturelle, mondialiH71sation et dynamiques identitaires locales ou globales en sont les marqueurs aujourd’hui évidents. La communication, prise entre injonction sociale et liberté d’expression de chacun, est-elle gage d’une meilleure compréhension de tous ? L’incommunication reste en tout cas son horizon. L’épreuve de l’autre est toujours au risque de soi. C’est sans doute dans cette réalité première que réside, sur fond d’incertitude croissante au 20e siècle, l’enjeu fondamental de la communication.

Cultures de l’information

cultures-de-linformationCultures de l’information
Sous la direction de Vincent Liquète
CNRS Éditions, 2014

Commande en ligne

Nous sommes aujourd’hui confrontés à une inflation d’informations que l’essor des techniques d’information et de communication rend disponibles à chacun d’entre nous. Mais qu’en faisons-nous au juste ? Ne faut-il pas posséder des compétences et des savoirs particuliers pour accéder à l’information et apprécier sa valeur ? Ces dernières années, plusieurs courants de pensée se sont intéressés à ce sujet, dont une approche culturelle de l’information nourrie par les Anglo-Saxons : dans quelle mesure l’usager, chercheur d’informations, construit-il une « culture de l’information » partagée par d’autres ? Comment la définir et la caractériser ? Comment la considérer eu égard à la culture scolaire ou à la culture générale ? Les différentes contributions de cet ouvrage entendent donner des éléments de réponse à ces questions au coeur des débats et des analyses scientifiques actuels dans les mondes universitaire, scolaire et social.

Sommaire :

  • Présentation générale – Réflexion historique, culturelle et communicationnelle autour des cultures de l’information
    Vincent Liquète
  • La culture de l’information : ruptures et invariants épistémologiques
    Anne Lehmans
  • Dimensions politiques et scientifiques des techniques de l’information
    Bruno Ollivier et Françoise Thibault
  • La culture générale face à l’information
    Anne Cordier et Vincent Liquète
  • Informer, s’informer en contextes professionnels : une approche par le document technique
    Angèle Stalder et Éric Delamotte
  • Cultures de l’information à l’université : savoirs en jeu, enjeux de savoir
    Alexandre Serres
  • Le champ de l’ information literacy en France à travers les publications scientifiques
    Joumana Boustany
  • La transculture de l’information : vers une posture multiculturelle de l’information
    Monica Mallowan

La diversité culturelle

la-diversite-culturelle-paul-rasseLa diversité culturelle
Sous la direction de Paul Rasse
CNRS Éditions, 2013

Commande en ligne
La mondialisation est aujourd’hui une réalité bien installée, qui emporte hommes, sociétés et cultures. Mais avec quelles conséquences au juste pour la diversité culturelle ? Pour certains, la mondialisation conduirait à l’homogénéisation, à l’effacement des identités locales sous le poids de modèles imposés par les pays riches et par l’essor des moyens de communication. Pour d’autres, notre époque hypermoderne serait caractérisée par la fragmentation et la diversification des formes d’expression qui se développent par métissage, réaffirmation des cultures régionales ou réaction communautariste.
Un ouvrage clair qui fait le point sur la question de la diversité culturelle, les débats et les enjeux qu’elle suscite.

Sommaire :

  • Présentation générale – La diversité des cultures en question
    Paul Rasse
  • Théories de la mondialisation culturelle et internationalisation des médias
    Tristan Mattelart
  • Néstor García Canclini ou la confrontation avec l’impact de la postmodernité et de la mondialisation
    Nancy Morris et Philip R. Schlesinger
  • La « culture populaire » des Cultural Studies
    Jan Baetens
  • Diversité culturelle et construction des identités ultramarines
    Jean-Pierre Doumenge
  • Des nomades connectés : vivre ensemble à distance
    Serge Proulx
  • Communication interculturelle et construction identitaire européenne
    Joanna Nowicki
  • Défendre la diversité culturelle : soubassements économiques et arbitrages politiques
    Joëlle Farchy et Heritiana Ranaivoson
  • « Industries culturelles » : de la critique sociale à l’enjeu politique
    Éric Letonturier
  • Les points clés de la Convention sur la diversité des expressions culturelles
    Michaël Oustinoff
  • Le tout-à-l’anglais est-il inévitable ?
    Michaël Oustinoff
  • Diversité culturelle et inscription à l’Unesco : la longue marche des polyphonies corses
    Françoise Albertini
  • De la diversité à la cohabitation culturelle
    Dominique Wolton

Hermès 65. Le monde Pacifique dans la mondialisation

Le n° 65 sera en librairie le 11 avril 2013


Le monde Pacifique dans la mondialisation
Sous la direction de Renaud Meltz et Dominique Barbe

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Objet, acteur et horizon de la mondialisation, l’océan Pacifique en offre une excellente métaphore. Il incarne la mondialisation en marche. C’est avec son exploration, à partir du XVIIIe siècle, que l’humanité a bouclé le tour de la planète. De nos jours, c’est l’immensité océanienne, avec toute sa diversité, qui conserve à notre monde une complexité encore bien réelle. Il s’agit donc de donner droit à l’altérité, de faire cohabiter toutes les diversités, naturelles, mais également linguistiques et culturelles. L’objet de ce numéro d’Hermès est dès lors de comprendre l’enjeu de la communication et de l’incommunication dans le Pacifique. Il éclaire cette réalité anthropologique : il ne suffit pas que le monde soit traversé d’informations et d’interactions incessantes pour qu’il y ait davantage de communication et de tolérance.

Le Pacifique met en lumière l’ensemble des tensions contradictoires qui sous-tendent la mondialisation. Longtemps isolée, l’Océanie ne s’est pas ouverte de son plein gré. Elle a été mondialisée par la force. Le prosélytisme religieux, le capitalisme marchand et le colonialisme en ont spolié les ressources, acculturé les traditions et dégradé les équilibres naturels. Avec moins de remords que d’embarras, les puissances riveraines en ont fait un terrain d’affrontement et d’expérimentation nucléaire.

Pourtant, le Pacifique n’a pas été assimilé. La puissance des éléments, l’instabilité des milieux, l’isolement permanent n’ont cessé d’opposer leur inertie aux forces extérieures, inspirant aux Océaniens une résistance latente qui nourrit aujourd’hui leur réveil identitaire, comme elle leur sert aussi d’argument promotionnel. Les atolls, les lagons et les arts premiers sont autant d’incitations à la nostalgie du paradis perdu.

Au lieu d’illustrer l’uniformisation des modes de vie, l’océan Pacifique nous invite à une autre mondialisation, opposée aux modèles dominants, une mondialisation du dialogue entre les valeurs, les savoirs et les cultures. Riche de sa diversité, le Pacifique est un des laboratoires de la cohabitations culturelle du XXIe siècle.

Hermès 63. Murs et frontières

Le n° 63 sera en librairie le 27 septembre 2012


Murs et frontières
Sous la direction de Thierry Paquot et Michel Lussault

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Nous vivons en plein paradoxe de la frontière. Depuis la chute du mur de Berlin, l’ ouverture, la libre circulation, le village global passent pour l’ horizon indépassable du progrès, qu’ il soit politique, économique ou culturel. Réseau planétaire, Internet est devenu le symbole de cette idéologie du décloisonnement généralisé. Et pourtant, il n’ y a jamais eu autant de contrôles, de blocages, de censures, de quotas, un peu comme si les frontières étaient des hydres : pour un mur abattu, on en érige deux nouveaux.

C’ est cette contradiction que cherche à cerner ce volume, en s’ attachant à démontrer la polysémie de la frontière, démarcation politique, certes, mais aussi barrière économique et, beaucoup plus insidieux, blocage social et culturel, limitation tacite, interdiction implicite, « mur de verre » impalpable. Or c’ est grâce à cette polyvalence que les frontières perdurent. Elles se reconvertissent, se métamorphosent, glissent d’ un domaine à l’ autre. Les guérites de douaniers peuvent bien disparaître, les préjugés les remplacent, souvent aussi efficaces. Le sexisme, la menace islamique qui a remplacé le « péril jaune » de jadis ou encore l’ idée qu’ il y aurait une culture réservée à l’ élite sont des exemples de ces nouvelles frontières.

Se pose alors la question de fond. Si les frontières persistent, c’ est peut-être moins parce que nous échouons à les abattre que parce que nous en avons besoin. Certes, le mur peut être dépassé, oppressif, immoral : ce ne sont pas les Irlandais, les Palestiniens ou les Coréens qui diront le contraire. Mais il peut être aussi rassurant, protecteur, incubateur. Pourvu qu’ il soit démocratique, consensuel, poreux, il peut servir de garant à la diversité linguistique et culturelle, communautaire ou individuelle. Autrement dit, en termes de communication, tous les murs n’ impliquent pas fermeture, rupture, silence. Il y a des frontières qui servent aussi à se comprendre.

La cohabitation culturelle

la-cohabitation-culturelle-joanna-nowickiLa cohabitation culturelle
Sous la direction de Joanna Nowicki
CNRS Éditions, 2010

Commande en ligne

Pour cohabiter pacifiquement malgré les différences, il faut commencer par appréhender l’altérité, la comprendre sur plusieurs plans : philosophique, culturel, religieux, etc.
Le présent volume veut illustrer ces différents angles d’approche. Il s’attache à décrire les enjeux et les obstacles de la cohabitation culturelle à l’heure de la mondialisation. Si l’on veut lutter contre l’intolérance, il faut comprendre que la cohabitation culturelle est devenue l’enjeu majeur du XXIe siècle.

Sommaire :

  • Présentation générale – La cohabitation culturelle : un enjeu politique
    Joanna Nowicki
  • La culture : le refoulé de l’Europe
    Dominique Wolton
  • La genèse des stéréotypes dans les jeux de l’identité/altérité
    Christiane Villain-Gandossi
  • La relation à l’autre à travers les citoyennetés de l’Europe
    Dominique Schnapper
  • Droit des religions dans une Europe interculturelle
    Francis Messner
  • Repères dans l’histoire de la francophonie
    Stélio Farandjis
  • La place des droits culturels dans la Convention de l’Unesco sur la diversité culturelle
    Laura Anghel
  • Les enjeux du plurilinguisme et de la traduction dans un monde babélisé
    Michaël Oustinoff

Hermès 52. Les guerres de mémoires dans le monde

Le n° 52 sera en librairie le 16 octobre 2008


Les guerres de mémoires dans le monde
Sous la direction de Pascal Blanchard, Marc Ferro et Isabelle Veyrat-Masson

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Le terme de « guerres de mémoires » est omniprésent dans l’actualité. Aux quatre coins du monde, la mémoire, le passé et l’histoire sont devenus des enjeux politiques et médiatiques majeurs. Les usages politiques de l’histoire ne sont cependant pas une nouveauté, ils ont commencé avec l’apparition de l’histoire elle-même. Longtemps le fait des dirigeants, des États, des partis, l’utilisation du passé à des fins politiques et identitaires s’est déplacée aux marges et aux peuples, depuis l’émergence de la mémoire et des mémoires.

Celles-ci sont devenues des espaces de luttes, de reconnaissance, de combats et… de concurrences, dont la violence n’est pas toujours symbolique. Une multitude de médias et supports les portent, les transportent, les modifient, les rendent visibles. Mais comment cela se met-il en oeuvre ?

Ce numéro d’Hermès se propose de faire de ces conflits un sujet d’étude et de décryptage. Pour appréhender ces questions et permettre des comparaisons, sont étudiées des aires géographiques très diverses (de l’Australie à l’Amérique, du Japon à l’Espagne, du Chili à l’Inde…), mais aussi des supports et espaces de médiatisation multiples (les camps, l’école, la presse, le cinéma, les monuments, la loi…) et des temporalités larges. Enfin, trois grandes thématiques mémorielles structurent ce dossier : « Colonisation et esclavage », « La fin des dictatures » et « Shoah, génocides et massacres ». Ces séquences montrent la notion de « modèles » au niveau mondial et national. Ces exemples révèlent en effet des dynamiques nationales (et transnationales) très fortes au sein desquelles la capacité de « communiquer » est un enjeu majeur.

Enfin, ce numéro est appelé à devenir un ouvrage de référence pour quiconque s’intéresse à la communication, à l’histoire, aux mémoires et à leurs enjeux. Comprendre ces stratégies médiatiques et leurs affects politiques, c’est comprendre comment fonctionnent nos sociétés et leur rapport au passé.

Hermès 51. L’épreuve de la diversité culturelle

Le n° 51 sera en librairie le 4 septembre 2008


L’épreuve de la diversité culturelle
Sous la direction de Joanna Nowicki, Michaël Oustinoff et Serge Proulx

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Depuis la chute du mur de Berlin, la « lutte des classes » a-t-elle été remplacée par le « choc des civilisations », ou tout au moins par les conflits culturels ? On peut le penser au regard de phénomènes tels que l’éclatement de l’ex-Yougoslavie, les guerres du Caucase et le retour des fondamentalismes religieux. La « mondialisation » et l’Union européenne, espaces où les cultures entrent désormais en compétition en affirmant leurs différences, ne sont pas épargnées par l’épreuve de la diversité culturelle. Une première solution à l’échelle internationale a été apportée par l’Unesco, et doit également pou- voir se décliner au grès des besoins de nombreux pays qui ont à garantir les conditions du vivre ensemble entre des po- pulations toujours plus diversifiées et hétérogènes. C’est à ces enjeux qu’est consacré ce numéro. D’abord, sont analysées les théories politiques qui ont tenté de conceptualiser la problématique de la diversité culturelle. Puis, sont examinées diverses conventions internationales et solutions juridiques conçues pour anticiper ou résoudre des conflits. Ensuite, sont étudiés plusieurs cas de pays particulièrement intéressants s’agissant de leur modèle de cohabitation culturelle (réussi ou mis en échec). Enfin, sont traitées des questions identitaires qui apparaissent dans le contexte des flux migratoires à l’échelle mondiale.

Hermès 49. Traduction et mondialisation

Le n° 49 sera en librairie le 2 janvier 2008


Traduction et mondialisation (vol.1)
Sous la direction de Joanna Nowicki et Michaël Oustinoff 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Un fait est devenu évident: la mondialisation s’accompagne d’un mouvement de traduction sans précédent dans l’histoire de l’humanité. C’est un phénomène capital qui ne fait que s’amplifier par le biais des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Contrairement à une idée reçue, les langues ne sont pas interchangeables, sinon une seule d’entre allas pourrait supplanter toutes les autres en tant que vecteur de communication intégral et universel.

D’ailleurs, l’évolution du monde annonce l’émergeance non d’un modèle « monolingue » (avec l’anglais) ou réduit à une poignée de langues internationales, mais au contraire d’un modèle très largement « multilingue ». Cela a été reconnu officiellement par la communauté des Etats grâce à l’adoption par l’Unesco, le 20 octobre 2005, de la « Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles ». Dans le même temps et paradoxalement, Internet a procuré de nouveaux outils de diffusion à des centaines de langues différentes.

Dans un monde où l’importance de langues en expansion comme l’espagnol, le chinois, l’arabe ou le hindi s’accroît de jour en jour, sans parler de l’essor de certaines langues régionales, les enjeux de la traduction occupent de plus en plus le devant de la scène. Ils ne sont pas uniquement d’ordre linguistique ou technique, mais également d’ordre politique, économique et « civilisationnel ». Les rapports de force, à l’échelon local ou international, n’en sont pas exclus.

C’est à l’analyse de ces différents problématiques que ce numéro de la revue Hermès – largement interdisciplinaire – est consacré. Il s’attache à démontrer que le « transparence » de la traduction n’est qu’une illusion d’optique. Toute traduction s’accompagne en réalité d’un ensemble de transformations qui s’insèrent dans un contexte bien plus vaste que la dimension purement linguistique, en reflétant une autre vision du monde.

Hermès 42. Peuple, populaire, populisme

Le n°42 sera en librairie le 6 novembre 2005


Peuple, populaire, populisme
Sous la direction de Pascal Durand et Marc Lits

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Paradoxalement, la mondialisation pousse à s’interroger sur des notions encore très présentes : “peuple”, “populaire” et “populisme”. Ces notions recouvrent des attitudes, des jugements, des réalités différentes qui touchent autant les cultures que la politique. Dans une première partie, les auteurs tentent de cerner les figures du “ peuple ” et ses métamorphoses philosophiques, principalement aux XIXème et XXème siècles. Les deuxième et troisième parties abordent d’une part les regards savants sur le “ populaire ”, d’autre part les images, les formes de culture et les clichés que le « populaire » véhicule (ouvrier, Tati, presse people…). La quatrième partie, plus politique, rappelle l’influence encore grande du “ populisme ” en Europe.

Le Régime de la civilité en Egypte. Public et réislamisation

51HMSMNWPHL._SX307_BO1,204,203,200_Le Régime de la civilité en Égypte. Public et réislamisation
Jean-Noël Ferrié, 2004.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Jusqu’à présent, on expliquait ce que les gens faisaient sans s ’intéresser à la construction de leur action, en la limitant à leur engagement dans le collectif. Dans cet esprit, le musulman voyait l ’ensemble de sa conduite fixée par l’islam. L ’auteur critique cette sociologie déterministe. Selon lui, l ’adoption d ’un comportement commun découle, non du choix unanime de tous, mais de la difficulté pour chacun d ’exprimer son désaccord. Jean-Noël Ferrié, analysant de nombreux domaines concrets : alcool, relations sociales, sexualité… appliqués à la société égyptienne, nous dévoile avec une très grande finesse ce qu’il appelle le « régime de la civilité ».

Altérité polynésienne ou les métamorphoses de l’espace-temps

Bernard Rigo, 2004.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Polythéisme, sacré, ancestralité, interdit, don, clivage hommes/femmes… sont autant de notions clés utilisées par le discours savant pour décrire les sociétés traditionnelles. Pour autant ces notions n’ont de sens que rapportées à un questionnement préalable : qu’est-ce qu’une entité divine ? qu’est-ce qui fait la sacralité d’une chose ? quels rapports les ancêtres entretiennent-ils avec leurs descendants ? comment articuler la fécondité féminine aux dieux et aux hommes ? Cet ouvrage propose une réponse polynésienne car il n’y a pas de réponse universelle.

Des médias aux médiations. Communication, culture et hégémonie

Jesús Martín-Barbero, 2002.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Après s’être intéressé à la manière dont l’idéologie impose sa logique de la domination aux moyens de communication, l’auteur considère ici la dimension du conflit entre émetteurs et récepteurs, ses derniers produisant du sens en dehors de ces mêmes moyens massifs. La question de la communication devient ainsi celle de la culture, qui exige que l’on reconsidère tout le processus de la médiation de masse du point de vue de la réception, de la reconnaissance, et de l’appropriation. Ce déplacement de problématique implique une nouvelle vision de la modernité en Amérique latine et des perspectives qu’elle ouvre.

Hermès 32-33. La France et les Outre-mers. L’enjeu multiculturel

La France et les Outre-mers. L’enjeu multicultrel
Sous la direction de Tamatoa Brambridge, Jean-Pierre Doumenge, Bruno Ollivier, Jacky Simonin et Dominique Wolton

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn.

4° de couverture

Les Outre-mers sont une chance pour la France, car ils sont une ouverture sur le monde, à partir des trois aires culturelles des océans Atlantique, Indien et Pacifique. Ils permettent aussi de vivre en direct le défi du multiculturalisme. Pourtant très peu, trop peu s’intéressent et sont fiers de ce que les Outre-mers apportent à la France et à l’Europe. Néanmoins, ils sont révélateurs de la plupart des questions liées à la mondialisation, au multiculturalisme et à la recherche d’autres liens de coopération politique.

Dominique Wolton