Archives par étiquette : Bande dessinée

Journée d’étude – Dialogue autour de Bande dessinée et numérique

14 juin 2016 – 9h30-17h – Enssib – Villeurbanne

programme-1Programme et inscriptions en ligne :
www.enssib.fr/JE-bande-dessinee-et-numerique
programme

Entrée libre sur inscription

Adresse de l’événement :
Enssib, amphithéâtre
17-21 bd du 11 novembre 1918 – 69100 Villeurbanne

Contact : Julia Morineau   julia.morineau@enssib.fr

Essentiel d’Hermès « Bande dessinée et numérique », dirigé par Pascal Robert (CNRS éditions, 2016).

Cette journée est organisée dans le cadre du séminaire
« La bande dessinée en question » de Pascal Robert.
On connaît la BD papier. On connaît moins ce que l’on pourrait appeler le mode d’existence numérique de la bande dessinée. Or, cela fait déjà quelque temps que la BD a investi le support numérique. Est-ce pour inventer de nouvelles formes ou pour mieux conserver, paradoxalement, les anciennes ? Quels sont les acteurs en jeu, quel est le rôle des éditeurs, celui des auteurs ? Quels sont les lecteurs de la BD numérique ? Peut-on en faire l’histoire ? Que pensent les créateurs ? Voilà quelques-unes des questions qui nous ont amenés à écrire, collectivement, un livre de synthèse Bande dessinée et numérique, avec ce « et »
qui, justement, marque une volonté de questionner, de problématiser tout en restant accessible. Le livre a le mérite de poser les choses, mais il n’a pas vocation à les épuiser, c’est pourquoi cette journée d’étude voudrait revenir, dans le cadre d’un dialogue entre ses auteurs mais aussi avec les participants, de manière ouverte sur ces questions.

Bande dessinée et numérique

CV_BD_Numerique.inddBande dessinée et numérique
Sous la direction de Pascal Robert
CNRS Éditions, 2016

Commande en ligne

Presse : Lectures/Liens socio

La bande dessinée est née sur papier et peut-être même du papier : depuis les journaux grand public ou spécialisés, les fascicules de petits formats ou les albums cartonnés, jusqu’aux romans graphiques d’aujourd’hui. Mais elle investit également depuis quelques années les supports numériques et se développe sur Internet. Le numérique interpelle la bande dessinée et sans doute la bouscule-t-il quelque peu, car il offre des possibilités que n’autorise pas le papier : introduire du mouvement, du son etc.
Mais alors, est-ce encore véritablement de la bande dessinée ? À l’inverse, la bande dessinée possède une réelle capacité à investir ses supports et à les reconfigurer selon ses propres règles…
Cet Essentiel, illustré par les dessins de Martin Guillaumie, réunit auteurs, acteurs et théoriciens de la bande dessinée. Il fait le point sur la question de la relation entre bande dessinée et numérique pour apporter des réponses et offrir des éléments de réflexion critique.

herossedemandant2Héros se demandant à quel écran il va être mangé – ©Martin Guillaumie, 2016

Sommaire :

  • Présentation générale – La bande dessinée numérique en questions
    Pascal Robert
  • Généalogie de la bande dessinée numérique
    Julien Baudry
  • L’informatisation du processus de production de la bande dessinée
    Julien Baudry – Encadré
  • La bande dessinée numérique vue d’ailleurs
    Julien Baudry et Philippe Paolucci
  • Typologie des bandes dessinées numériques
    Magali Boudissa
  • La BD numérique, entre jeu vidéo et Net Art ?
    Anthony Rageul – Encadré
  • Sémiologie de la bande dessinée numérique
    Julia Bonaccorsi
  • Pour une sociologie des usages et de l’innovation appliquée aux récits innovants
    Julien Falgas
  • La lecture numérique de bandes dessinées. Repères statistiques
    Christophe Evans
  • Le point de vue des auteurs
    Entretiens avec Marc-Antoine Mathieu, Yves Bigerel (Balak), Simon et Olivier Jouvray
  • « L’indifférence au support » : éditeurs versus auteurs ?
    Benoît Berthou

Bande dessinée et lien social

bande-dessinee-et-lien-social-sous-la-direction-d-eric-dacheuxBande dessinée et lien social
Sous la direction d’Éric Dacheux
CNRS Éditions, 2014

Commande en ligne

La bande dessinée est une représentation du monde qui donne à voir notre monde de représentation. C’est un art reconnu par le public et les mondes de la culture. C’est aussi un plaisir né du jeu entre la vision de l’auteur et celle du lecteur. C’est, enfin, un média méconnu : un dispositif sensible créateur de sens et de lien social. Dans cette optique, les textes réunis dans cet Essentiel montrent comment la BD rend compte des interactions politiques et économiques quotidiennes et la façon dont elle prend place dans nos imaginaires. Une invitation à plonger avec délice dans la chair du monde, au rythme des illustrations de Stéphane Heuet.

bd& bdé

© Stéphane Heuet, 2014.

Sommaire :

  • Présentation générale – La bande dessinée, une représentation critique de notre
    monde de représentation
    Éric Dacheux
  • « Si la BD n’existait pas, il faudrait l’inventer »
    Dominique Wolton
    Entretien avec Éric Dacheux
  • Achille Talon et l’archipel de Sanzunron : la monnaie au service de la société ?
    Daniel Goujon
  • Reportage et bande dessinée
    Christophe Dabitch
  • Peut-on être un mythe et avoir une scène de ménage ? Étude en réception d’une planche de la BD « Martin Luther King »
    Éric Agbessi
  • La bande dessinée et le lien social en Afrique
    Hilaire Mbiye Lumbala
  • Le devenir d’un genre littéraire dans la bande dessinée francophone :
    l’exemple de la science-fiction
    Jérôme Dutel
  • Quand la bande dessinée devient dessin animé : « Persepolis »
    Pauline Escande-Gauquié
  • La bande dessinée numérique
    Magali Boudissa
  • La bande dessinée, entre paradoxes et subversion sémiotique
    Pascal Robert
  • Définir ou ne pas définir la BD : telle n’est pas la question !
    Éric Dacheux

Hermès 54. La bande dessinée : art reconnu, média méconnu

Le n° 54 sera en librairie le 27 août 2009


La bande dessinée : art reconnu, média méconnu
Sous la direction d’Eric Dacheux avec la collaboration de Jérôme Dutel et Sandrine Le Pontois. 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

« La bande dessinée est un art, un média, un plaisir. Unart reconnu puisqu’il existe des musées de la BD et que les planches de Bilal ou Hergé s’arrachent à prix d’or dans les galeries d’art. La BD est un média : c’est un support de communication aux caractéristiques techniques spécifiques, une industrie culturelle particulière et une médiation singulière entre des auteurs et des publics. La BD est, enfin, un plaisir : elle produit une « jouissance esthétique » due à la plongée individuelle au coeur d’une oeuvre sensible ; mais c’est aussi un divertissement, une mise à distance d’une réalité sociale souvent difficile.

Ces trois dimensions fondamentales de la bande dessinée permettent d’insister sur un point essentiel : la réception. Effectivement, la BD est un art de l’ellipse qui réclame la participation consciente du lecteur ; un média qui permet au public de fabriquer ses héros ; un plaisir potentiel qui ne devient effectif que dans le cerveau du lecteur. La BD est le révélateur le plus puissant de ce qui constitue l’essence de la communication
humaine : l’écart créateur entre production et réception. C’est en cela qu’elle devrait être un objet central des recherches en communication. Ce qui est encore loin d’être le cas…

Pour ouvrir des pistes scientifiques inédites, ce volume propose des éclairages d’acteurs et de chercheurs, d’experts et de novices. Il se décompose en trois temps : comprendre la BD, offrir un regard communicationnel sur le neuvième art, montrer comment la BD nourrit et reflète le lien social. Toutefois, ce point de vue des sciences de la communication sur la BD ne constitue que la partie visible de l’iceberg. Comme pour la bande dessinée, l’essentiel est sans doute dans ce qui n’est pas dit, dans la créativité et l’imagination du lecteur.

Puisse ce numéro d’Hermès stimuler la réflexion de chacun et donner à tous l’envie d’en savoir plus. »

Éric Dacheux