Archives par étiquette : altérité

[E]réputation. Médiation, calcul, émotion

CV-e-reputation[E]réputation
médiation, calcul, émotion

Camille ALLOING
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »
Mai 2016
ISBN : 978-2-271-09190-1
280 p., 25 euros

Évaluer une entreprise, commenter un produit ou un service, « liker » un message promotionnel… Le Web produit des réputations. Si les organisations quantifient depuis de nombreuses années les opinions pour évaluer leurs réputations, et orienter leur prise de décision, en quoi le Web modifie-t-il ces approches ? Comment les dispositifs numériques calculent-ils, voire fabriquent-ils ce que l’on nomme couramment
l’e-réputation ? Est-elle un nouveau moyen de s’orienter en ligne autant qu’une nouvelle forme d’autorité ?

Dans cet ouvrage, la réputation en ligne est analysée et discutée selon quatre prismes : documentaire (comme un ensemble d’indicateurs), algorithmique (comme un élément de gouvernance des plates-formes web), affectif (comme un élément de nos sociabilités connectées) et managérial (car pour les praticiens la réputation numérique
« se doit » d’être gérée par les organisations).

Camille Alloing est maître de conférences en sciences de l’information-communication à l’IAE de l’Université de Poitiers. Après avoir été consultant et ingénieur R&D dans les domaines du management de l’information et de l’e-réputation, il consacre ses travaux universitaires aux questions des pratiques de consommation de l’information en ligne, spécifiquement sur des terrains organisationnels.

http://cadderep.hypotheses.org/

Hermès 68. L’Autre n’est pas une donnée. Altérités, corps et artefacts

Le n° 68 sera en librairie le 24 avril 2014

L’Autre n’est pas une donnée. Altérités, corps et artefacts
Sous la direction de Franck Renucci, Benoît Le Blanc et Samuel Lepastier

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Au moment où vivant et artificiel convergent, les relations humaines prétendent se simplifier. L’ Autre ne serait qu’une donnée. Pourtant, le problème reste entier : la communication bute toujours sur les difficultés de la rencontre car l’ altérité est constitutive de la communication et de son horizon. Au début est l’ incommunication. Altérités et singularités humaines ouvrent des espaces de négociation, de cohabitation et d’ invention pour chacun : Cogitat ergo est. C’ est dans la rupture et le discontinu que s’ inscrivent l’ émergence du nouveau et, souvent, la communication.

Aujourd’hui, la vision occidentale qui connecte corps et dispositifs en réseaux vise donc à établir une continuité entre cerveau et esprit, tandis que la science biologique produit de nouveaux artefacts. L’ invisible « épaisseur organique » se transforme alors en « surfaces
numériques » objectivables. Un être informationnel apparaît, prétendant tout savoir, tout dire et prédire. De pulsionnel et érotique, le corps devient objet et information, résolvant d’ un coup l’ épreuve et l’ expérience de la communication.
La question traitée ici est celle de l’altérité à l’épreuve d’un être informationnel. Ce numéro d’Hermès ouvre de nouvelles perspectives pour les sciences de la communication.

L’ originalité est de mobiliser et de confronter des disciplines aux fondements parfois incommensurables : sciences cognitives, neurosciences, psychanalyse, sciences humaines et sociales. Loin d’ une communication transparente, sans butée et sans Autre, la rencontre de ces disciplines montre une nouvelle fois que la communication humaine est sans mode d’ emploi. Le corps, la relation à l’ Autre manifestent obstinément des points de résistance. La communication s’invente toujours, au-delà des systèmes, des réseaux, des interactions.

La cohabitation culturelle

la-cohabitation-culturelle-joanna-nowickiLa cohabitation culturelle
Sous la direction de Joanna Nowicki
CNRS Éditions, 2010

Commande en ligne

Pour cohabiter pacifiquement malgré les différences, il faut commencer par appréhender l’altérité, la comprendre sur plusieurs plans : philosophique, culturel, religieux, etc.
Le présent volume veut illustrer ces différents angles d’approche. Il s’attache à décrire les enjeux et les obstacles de la cohabitation culturelle à l’heure de la mondialisation. Si l’on veut lutter contre l’intolérance, il faut comprendre que la cohabitation culturelle est devenue l’enjeu majeur du XXIe siècle.

Sommaire :

  • Présentation générale – La cohabitation culturelle : un enjeu politique
    Joanna Nowicki
  • La culture : le refoulé de l’Europe
    Dominique Wolton
  • La genèse des stéréotypes dans les jeux de l’identité/altérité
    Christiane Villain-Gandossi
  • La relation à l’autre à travers les citoyennetés de l’Europe
    Dominique Schnapper
  • Droit des religions dans une Europe interculturelle
    Francis Messner
  • Repères dans l’histoire de la francophonie
    Stélio Farandjis
  • La place des droits culturels dans la Convention de l’Unesco sur la diversité culturelle
    Laura Anghel
  • Les enjeux du plurilinguisme et de la traduction dans un monde babélisé
    Michaël Oustinoff

Hermès 41. Psychologie sociale et communication

Le n°41 sera en librairie le 2 juin 2005


Psychologie sociale et communication 
Sous la direction de Brigitte Orfali et Ivana Marková 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

L’étude du conflit entre l’individu et la société définit la psychologie sociale. Une définition complémentaire renvoie à l’étude des interactions entre individus, entre individus et groupes, entre groupes au sein des ensembles plus larges que sont la société et la culture. Parler de conflit, c’est d’emblée désigner des lieux dans lesquels s’insèrent ces conflits. La psychologie sociale s’est toujours attachée à l’étude des tensions dans les phénomènes de communication notamment, à l’analyse des processus d’insertion des individus dans leurs divers groupes d’appartenance comme de référence. Elle s’est par ailleurs toujours intéressée aux phénomènes politiques et cognitifs qui sont intrinsèquement liés aux processus de communication.