[Parution] Hermès 76. Le renseignement, un monde fermé dans une société ouverte

h76couvLe renseignement, un monde fermé dans une société ouverte Sous la direction de Nicolas Moinet et Franck Bulinge. 

Vous pouvez d’ores et déjà commander la version numérique sur Cairn. La version papier est disponible sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Évoluant entre mythes et réalités, le monde du renseignement intrigue, inquiète ou fait fantasmer. Dans une société ouverte, les services secrets peuvent-ils encore faire l’économie de la communication lorsque l’on sait que ne pas communiquer, c’est déjà communiquer ? De la surveillance planétaire exercée par l’hyperpuissance étasunienne au renseignement dans la sphère privée, en passant par les nouvelles fonctions développées au sein des entreprises (intelligence économique, datamining), le renseignement a évolué et n’est plus seulement un métier de seigneurs destiné à une aristocratie d’État s’adonnant au « grand jeu » du bal des espions. Désormais, c’est toute la société qui est prise dans un système où un nombre croissant d’acteurs deviennent, parfois simultanément, producteurs et consommateurs de renseignements. Accessibles au plus grand nombre, les technologies de l’information et de la communication rendent même certains acteurs privés plus performants que bien des agences d’État…

Plus que jamais indisciplinée, la revue Hermès a fait le pari de questionner ce monde fermé dans une société ouverte. Ce numéro pose ainsi la question de la place du renseignement à une époque où la logique bureaucratique est bouleversée par l’abondance des informations, des interactions et des réseaux. En donnant au renseignement ses lettres de noblesse académique – à l’instar des intelligence studies anglo-saxonnes –, ce numéro fixe des points de repères dans une mutation anthropologique qui n’en est sans doute qu’à ses prémices. Comment parler de société de l’information ou de la connaissance sans réfléchir aux mutations du renseignement, qui redistribuent les rapports entre monde fermé et société ouverte, public et privé, secret et transparence ?

Le Brésil à l’heure de la destitution de Dilma Rousseff

Les deux textes ci-dessous, l’un en anglais et l’autre en français, ont été écrits par deux membres brésiliens du comité de rédaction d’Hermès, Tom Dwyer et Juremir Machado da Silva. Rédigés avant la destitution de la présidente brésilienne, ils reviennent sur les événements qui ont conduit le pouvoir brésilien à cette situation de crise. 

Brazil’s Multiple Crises and the Impeachment of President Dilma Rousseff / a paper by Tom Dwyer

Introduction[1]

After a long period of instability the Brazilian senate has opened impeachment proceedings against suspended President Dilma Rousseff. This move has its background in four distinct, but interconnected, crises: of national populism, leadership, the structure of the representative system and the mechanisms for financing ‘political communication’ in election campaigns.

The impeachment trial is to be conducted, in accordance with the Constitution, by the Senate and under the supervision of the chief justice. The trial’s audiences are to be televised daily, and will be commented upon in the media be it written, televised, broadcast or social media. Judgment day is currently scheduled to occur after the Olympic games, at the end of August. Found guilty by two thirds of senators, she will lose office, should she be found not guilty or should a verdict not be reached within 180 days of her temporasyval from office for trial, she will return to the presidency. Should this occur, the Electoral Court may judge a pending case which is involves the risk of her losing her mandate because of corruption in the electoral process, but in this case her running mate Michel Temer would probably be also be condemned. Should such a judgment be made before the year’s end it would result in fresh direct elections.

temer

Michel Temer. Andressa Anholete/Agence France-Presse — Getty Images

In the meantime, the interim president Michel Temer has appointed a team of orthodox economists, highly respected in the market and whose key members served in the administrations of both Lula and Fernando Henrique Cardoso, this gesture shows that his principle priority is to legitimate his government by redressing the economy. He has also appointed ministers who have strong ties to congress, and has been able to work closely with congress to pass important preliminary economic measures, in spite of PT opposition. However, ongoing corruption investigations forced three members of his ministry to resign in the first month. Many influential persons are currently in jail, and is expected that numerous politicians will be indicted, most probably after impeachment proceedings have run their full course.

Public reaction has been so far quite muted. The hard-core supporters of the PT and a few others continue to call the impeachment process a ‘coup’. The most recent efforts of the PT to call for a general strike and to organize big protests against the interim government fell flat. The public appears to be adopting a wait and see attitude. Temer, who used to have a rejection rating similar to Dilma’s when she held office, is now be seen in more favorable light than she, according to a recent MDA public opinion poll. 33,8% of interviewees approve his personal performance, and 40,4% don’t approve it. Dilma’s performance was positively evaluated by 21,8% and rejected by 73,9% of interviewees. However, should the Car Wash or other investigations involve Temer in any serious affair, his interim government could come to pieces.

National populism and its limits

The 20th century in Latin America has been laced with democratically and to a lesser extent non-democratically elected governments that, in the name of the people, form alliances with the socially marginalized, the working classes, popular movements, fragments of the national bourgeoisie and organic intellectuals to produce change. National populist projects have been typically built around the creation of opportunities or income transfer that permit the improvement of living conditions and perspectives for the disfavored, typically governments sponsor interventions in the marketplace (e.g. agrarian reform, price controls, nationalization of sectors or companies), development initiatives that require investments and eventually public spending is expanded to a level which goes beyond the capacity of the economy sustain. The subsequent disorganization of the economy may result in inflation, reduced growth, product shortages, unemployment and unsustainable government debt.

National populist projects typically conceptualize the society as built around two poles: us and them, the good and the bad, the majority and the minority, the poor and the rich. Discourse frequently uses key symbols of the nation and claims to have a monopoly of representation of the disfavored. Politics and society become polarized. However, economic decline and social polarization feed on each other, and typically lead to a growth in tensions, demonstrations, loss of public support for government and – should reforms not be undertaken or be blocked – a rupture may follow – in the past these were typically coups d’état.

The limits of national populism are now well understood, and as a result a variety of left wing and progressive governments have sought to promote economic growth and social justice at the same time as they adhere to laws of fiscal responsibility and seek economic stability. Chile, Uruguay and Bolivia are contemporary examples. In Brazil, Itamar Franco’s (1992-4) and Fernando Henrique Cardoso’s first government (1995-1998) dominated inflation and brought public spending under control. The beginning of Fernando Henrique Cardoso’s second government (1999-2002) saw the introduction of the macroeconomic tripod of inflation targeting, primary budget surplus and a floating exchange rate and Lula’s (2003-2006) first government continued this policy.

Twentieth century Latin America political life has not been composed of only a struggle between the populist and military governments. Centrist governments were also elected in many countries. In Brazil, Itamar and Cardoso have been mentioned, and we could add Dutra (1946-51) and in a slightly different sense Juscelino Kubitschek (1956-61). Politics becomes the administration of a series of reforms designed to produce progress (e.g. welfare, industrialization, education, public works) and guarantee stability. Life under these centrist governments developed a business-as-usual flavor – reminding one somewhat of post-war Western European political life. In such governments we are far away from the emotions and polemics of populism or the systematic use of violence by military rulers and the negative reactions of the international press to military rule.

All political systems develop means to deliver themselves from political blockages. In parliamentarianism resolution is the least traumatic; if a leader cannot obtain a majority in the house for crucial issues, she resigns. Typically a fresh leader is nominated to form a new majority, should this fail, another potential leader is commissioned to negotiate new alliances, or general elections follow. Regicide resolves blockages in hereditary monarchies. Presidentialist constitutions provide for impeachment.[2] All Latin American countries have presidential and the criteria for impeachment vary by country: disobedience of specific laws, bad performance, perjury, treason or mental incapability.

brazil-crisisBrazil, after having passed through roughly two decades of gradual improvement in the economy, social indicators and progress, is today experiencing its longest and deepest recession since at least the 1930s. GDP shrinkage for 2015-16 is estimated to be around 7-8% (Bloomberg calls it the country’s biggest two year economic contraction in over a century) only surpassed in Latin America by Venezuela. Brazil, the world’s sixth largest economy in 2011, now lies in ninth position. Inflation reached its highest level since 2002 rising to 11% in 2015 (the target is 4.5%!), Reserve Bank interest rates have reached their highest level since August 2006, a primary budget surplus of 1.9% in 2012 turned into a 1.9% deficit in 2015, bankruptcy proceedings are now at their highest historical level, investment grade status first achieved in 2008 was lost in 2015, and business confidence has decreased dramatically over the last four years. A humanitarian tragedy is in course and is projected to worsen: the unemployment rate in the first trimester of 2016 is at its highest level in a decade at 10.9% (its historic low was 4.3% in December 2014), at least 900,000 families have already descended the social class ladder, record numbers of cars, homes and other goods bought on formerly abundant credit are being repossessed.

It is for this combination of negative economic results that undermined Dilma Rousseff’s support among the elite, the press and the public. Notably backing among her own electors has declined rapidly. Today most economists blame her government’s ‘new economic matrix’ – introduced in 2012 – as the origin of this profound crisis, significantly no one claims paternity any more –the matrix has become an orphan. Dilma’s government has not only proved incapable of correcting errors, it is widely seen as having repeated them. The formal charge against her lies at the very heart of the national populist tradition that endorses spending beyond a country’s capacity in the name of promoting the well being of the least fortunate. She is charged with ‘crimes of responsibility’ – specifically with having spent over US $ 15 billion without seeking the necessary congressional approval – however this spending is the tip of the iceberg.

Success in the 2014 elections and a subsequent failure of leadership

President Dilma’s 2014 electoral campaign, developed by marketer João Santana, was very aggressive. Many see Santana as a Midas, capable of electing the unelectable, his company’s site announces his ‘world record’ of seven victories in presidential campaigns since 2006: three times in Brazil, but also in Angola, Venezuela, Dominican Republic and El Salvador. Santana’s perspective in marketing is anchored in a sharp distinction between manipulation, which he rejects, and persuasion. In the second round of the election campaign, the president claimed that she would expand social programs and the economy without cutting spending and without hurting the poor, she also claimed her opponent would cause recession, cut social programs and reduce rights. Her campaign divided Brazil in a binary fashion; ‘us’ (the poor, the workers, those with a heart) and ‘them’ (the rich, the privileged, the heartless). Such a discourse is, as we have seen, compatible with that of Latin American national populism, and built upon the earlier 2010 campaign discourse. An attempt was also made to develop the image of Dilma as a fighter for both democracy and poor-peoples’ rights, as a hero of the Brazilian people, an ex-guerrilla who was tortured by the military regime, a courageous woman who is determined to struggle to the end. She was reelected in the second round of the elections held in October 2014, with a little less than 52% of the valid votes. On the 1st of January 2015, at the beginning of her second government, even if her own Workers’ Party (PT) had only elected 14% of federal deputies and 15% of senators, her situation in congress was relatively comfortable: in the house of representatives she counted on the support of 304 (59%) of 513 deputies and with that of 47 (58%) of 81 senators. Only 17 months were necessary for her to lose the backing of nearly two hundred deputies – she received only 137 (27%) votes in her favor when the house voted to open the impeachment process, and when the Senate followed suit 22 (27%) votes.

So far this article has postulated economic causes of Dilma’s decline, however two key concepts from political science can help us arrive at a deeper understanding of her demise: charisma and leadership. Max Weber’s writings on authority raise many difficulties that charismatic leaders have in finding suitable successors – among which people who might overshadow the leader are not allowed to rise. Lula personally chose Dilma as candidate for his succession: a woman, a super-manager with an eye for detail and a determination to get results, a heterodox economist, a person who suffered zero risk of being personally involved in corruption (importantly she had never held elected political office). Most of these characteristics differentiated Dilma sharply from Lula.

dilma-2

Dilma Rousseff. European Pressphoto Agency

However, in order to govern Brazil, with its highly fragmented political system made up of 35 parties, it is necessary to listen, to negotiate, to understand differences, to reconcile tradition and modernity, to project a vision of the future and also to resort to what the North Americans call ‘pork barrel politics’. This was something that Lula relished (even though he had famously stated that most congressmen were ‘not serious’). Dilma, on the other hand, saw politics as an exercise to be carried out through the mobilization of others at the behest of a highly skilled (and honest) technician. Different to Lula she has little direct relationship to the masses, and no experience of exercising autonomous political leadership.

By leadership I mean the quality of a person who is capable of articulating a coherent worldview that provides an interpretation of the past, an analysis of the present conjuncture and projects a vision of the future. Such a vision needs to be capable of mobilizing not only voters and the public, but also important sectors of traditional and emerging economic elites and, in the Brazilian political system, the majority of those elected to congress. [3]

A visit to any good bookshop in Brazil shows that leadership is a blind spot on the national intellectual agenda. Since redemocratization Brazilian political scientists, historians and journalists have made many important reflections about the structure and change of political and State institutions. However, they have not produced little substantial reflection about this crucial dimension in all presidential systems, and even more so in Brazil, where a highly fragmented parliamentary base requires considerable qualities in order for the leader to develop a convincing view of a common future.

In December of 2014, an IBOPE poll showed that 40% of Brazilians considered Dilma Rousseff’s reelected government good or very good. As Finance Minister she chose an orthodox economist, who had also served in Lula’s first government and earlier in Cardoso’s second government. The minister proposed austerity, including measures that Dilma’s reelection campaign had said her opponent would take if elected. Some social programs were cut back. Earlier, in order to limit damage to her reelection prospects Dilma had controlled electricity and petrol prices, she had also artificially reduced interest rates, the new minister removed such controls. The economic elites and the press welcomed these changes as a sign of a return to economic realism.

In March 2015, a diffuse grouping of non-party social forces mobilized, the demonstrations turned out to be far bigger and more widespread than anyone could have expected. Many demonstrators draped themselves in the national colors, they aimed at a variety of targets denouncing: the divisiveness and the corruption of the PT, the lies that had been so persuasive in Dilma’s election victory and corruption (especially the Petrobras scandal). In addition, they defended the Petrobras (Car Wash) inquiry and its principal judge, and did not attack austerity. Also, a fringe group, whose presence shocked many, called for military intervention. Dilma had lost credibility, and her approval dropped to 13%.

The newly elected congress that went to work in early 2015. Dilma’s own party launched a candidate for the speaker of the house and lost. The elected speaker promoted legislation – often with opposition support – that was hostile to both fiscal responsibility and to Dilma’s reelection platform. Her government’s initiatives only moved through the house with great difficulty. To make things worse, she responded to the shifting pressures, and especially to those from within the PT, by constantly changing her mind, even when this undermined her own Finance minister (he resigned in December 2015). Such behavior, greeted with perplexity in the press and in the society, further contributed to eroding her support in the streets and in the elites. In addition she increasingly became the butt of jokes and memes, which disseminated an increasingly critical view among the majority, but also a compassionate view among followers.

On 13th March 2016, the biggest demonstrations in the nation’s history occurred, they mobilized an estimated three million people and the many unfocused demands of a year earlier had been reduced to one: “Impeach Dilma.” In April 2016 a Datafolha poll showed that impeachment was supported by 61% of the population, and 38% were opposed. The opening of the impeachment process would lead to vice president Michel Temer, taking office as interim president while the Senate tried the president under the supervision of the chief justice. However, 58% of the population polled wished to see Temer distant from power. However, unless both vice president and president were to resign, there is no constitutional provision for fulfilling the population’s wish, and Dilma has repeatedly stressed that she will never resign.

The system of representation and political communication

Brazilian corruption has both historical and conjunctural elements. Its historical roots are frequently referred to by employing the Weberian term ‘patrimonialism’, whereby the country’s largest companies and the government of the day – and their servants – are seen to have lived, since the times of the Monarchy (abolished in 1889), in a relation of interdependence, summed up by Saint Francis of Assis ‘by giving one receives’.

Since Lula’s first government a conjunctural[4] element was introduced by the adaption of a technique that had been used to win majorities in municipal councils – the payment of certain representatives for their voting in a manner favorable to the government. Instead of doing the hard work of convincing members of the government’s parliamentary base that the rationale behind the executive’s projects makes them worthwhile, a system of kickbacks was introduced at the federal level. Called the ‘big monthly allowance’ (mensalão) by politicians, a major scandal broke out around these payments especially after June 2005. It led to the resignation of Lula’s most important minister, as well as the PT’s Treasurer and President. Together with others – in an unprecedented development in the Brazilian justice system – the Supreme Court sentenced these three PT leaders and the former PT speaker of the house to jail in 2012 and all served time.

Many suspected that Lula was behind the mensalão. When it first came to public notice he disappeared, in August 2005 he reemerged playing the role of a leader betrayed by his closest confidents, and saying the PT – which had traditionally strongly defended ethical politics – must excuse itself to the nation. After the convictions of 2012 Lula announced he would demystify the process as a farce. For many PT supporters they were ‘heroes of the Brazilian people’ The rhetoric adopted has evolved and today the PT presents itself as a victim of a perverse system dominated by a reactionary elites that seek to criminalize the PT, the party is being punished having dared to change Brazil in a progressive direction.

The initial stages of the mensalão crisis were quite drawn out, and while unfolding the economy showed signs of vigor, peoples’ lives improved and the president’s popularity rose. For fear of the damage it might self-inflict, the opposition did not press forward its initial demands for impeachment. The remainder of Lula’s first term in office was guaranteed, and reelection for a second term was a consequence.

Under PT led governments Brazil became a different country: slightly less unequal, more inclusive, more responsible, inflation would remain under control, the country was surfing on the Chinese commodities boom and was gradually achieving greater economic and political status in the world. The interests of certain Brazilian entrepreneurs appeared to align with the government’s: huge contracts were offered associated with the football World Cup and the Olympics, Petrobras’s massive deep-sea oil discoveries provided potential investors the chance to build a national supply chain, select corporations received subsidies to become ‘national champions’. Investments and partnerships were proposed by government to both modernize and build airports, ports, railways, football stadiums, highways etc. This new Brazil was projecting itself as providing vast opportunities and optimism grew. For a government communication apparatus built around intense self-praise, the support from overseas, and from new popular and old business elites, as well as a generally positive press coverage, proved more than sufficient to offset the negative impacts policies were inflicting on the industrial economy in both domestic and export markets.

However, the institutional sphere had also changed, significantly it had become easier to investigate and punish corruption. The combined impact of a generational transition and a range of changes – from the 1988 Constitution onwards – had led to the increasing autonomization, independence and investment in organs like the federal police, public prosecutors, audit offices and the judiciary. This first appeared in full view during the Mensalão, and today ‘Car Wash’ is proving to be the most successful anti-corruption investigation in Brazil’s history because both access to information and investigative techniques have improved greatly. For example, Switzerland was much loved by certain powerful Brazilians because of its banking secrets policy, by changing the policy and initiating cooperation with the Brazilian Public Prosecutor’s office it became possible to ‘follow the money’ which became the principle investigation technique for obtaining objective evidence. Information from witnesses also became widely available as new laws that permitted plea-bargaining loosened all but the most powerful tongues. Much has come out in the press and the results have been devastating principally for the PT (but not for Dilma personally), increasingly interim president Temer’s party (PMDB) has been involved and as we saw three ministers were forced to resign during his administration’s first month. Many politicians live in fear of Car Wash and wish it would stop, legally intercepted telephone calls have revealed politicians’ hopes that Temer will do this – however, the autonomization of the operations and the public support for them suggests this is unlikely – and Temer himself has guaranteed he will not intervene.

Some of the most important members of the Brazilian business elite now sleep in prison, either because they refuse to engage in plea bargaining, or because they await their turn. Numerous retired or out-of-office politicians and political nominees are serving jail sentences, others are under house arrest. On the day impeachment proceedings were opened in the house 21 government-allied deputies were under investigation by Car Wash, and four (19%) of these voted in favor the now suspended president. As investigations spread to other areas many more members of the political and employer elites are certain to have problems sleeping at night.

Dilma Rousseff’s reelection campaign, beyond being paid for with legally declared contributions from large companies (who also contributed to opposition candidates), is alleged to have received illegal contributions especially from important public works contractors. The former president of Brazil’s largest multi-national company, Marcelo Odebrecht, has been in prison for a year. Recently he was sentenced to over 19 years in jail for corruption, money laundering and being a member of a criminal organization. Under plea bargaining terms he would typically be obliged to tell all he knows about the illegal and legal payments authorized by his company, a huge fine would be paid and, in return, he would receive an attenuated sentence. The investigators have already accessed coded data from the company’s top secret ‘bribes department’ and found a Caribbean bank owned by the group. While he has so far resisted plea bargaining, the newspapers suggest he is getting ready to testify – this is expected to be devastating.

The costs of political campaigns in Brazil at all levels, whether for the executive or the legislative, are extremely high. Political scientists have sought to understand the institutional bases of this cost structure, and to suggest changes: the size of electoral districts (except for municipal governments these are state-sized which greatly increases the cost of campaigns for state and federal deputies when compared with smaller electoral districts as found in France), the high number of political parties guarantees representativity for many of the different groupings in society, but makes governability very difficult –leading to the use of spurious means to attract support which then feed into future election campaigns. Such questions are analyzed and intensively debated by Brazilian political scientists and politicians. There is general clarity that election campaign financing is destabilizing Brazilian democracy and also the nation’s economy. However, most observers see that reform is likely to be complex and tortuous.

Dilma’s election campaigns officially paid US $ 12 million and US $ 23 million to João Santana for the elections of 2010 and 2014 respectively. A witness has indicated that Odebrecht paid more than US $ 16 million illegally to João Santana for both of Dilma’s campaigns and for that which led to Lula’s second mandate. Santana and his business partner/wife are being held in prison on the same charges as Odebrecht. While most Brazilians appear to strongly support Car Wash, and see it as contributing to making a better country, two questions are on peoples’ lips: where will this all stop and will Lula and Dilma follow in João Santana’s and Marcelo Odebrecht’s footsteps into jail?

Tom Dwyer, Universidade Estadual de Campinas


Pédalage budgétaire : la procédure de destitution de Dilma Rousseff au Brésil / un article de Juremir Machado da Silva

Le Parti des Travailleurs (PT) a été créé en 1980 au Brésil. C’était la fin de la dictature militaire installée au pays en 1964 avec le coup d’État médiatico-civilo-militaire qui a renversé le président João Goulart. Le Parti des Travailleurs a été l’œuvre des plusieurs syndicalistes, des quelques secteurs progressistes de l’Église catholique et d’une poignée d’intellectuels et d’universitaires de gauche. Depuis le début, son grand leader était un ouvrier presque illettré, Luís Inácio da Silva, surnommé Lula. Le PT a traversé les années 1980 comme un petit parti qui prônait l’étique dans la vie publique, des politiques d’inclusion sociale des plus pauvres et la redistribution de la richesse brésilienne concentrée entre les mains d’une élite blanche puissante et avare.

Si on devait résumer le PT des origines, on s’attacherait à un seul mot : éthique. En 1989, quand le Brésil a eu ses premières élections présidentielles directes depuis 1960, Lula, candidat du PT, a créé la surprise, allant au deuxième tour contre un certain Fernando Collor de Mello, candidat d’un petit parti, le Parti de la Reconstruction Nationale (PRN). Collor, gonflé par les médias comme le « chasseur de maharajah », par son combat contre la corruption dans le service public, a été élu président de la République. Il sera écarté de ses fonctions en 1992 par une procédure de destitution (impeachment), accusé de corruption. Lula disputera encore trois élections, étant battu deux fois par Fernando Henrique Cardoso, du Parti de la social-démocratie brésilienne (PSDB), avant de se faire élire président du Brésil en 2002. Il aura droit à un deuxième mandat, réélu en 2006. Puis, en 2010, il fera élire à sa place son bras droit dans la gestion de son gouvernement, Dilma Rousseff.

goulart

João Goulart

Même touché par un scandale de corruption à la fin de son premier gouvernement, une affaire d’achat d’appui politique dans le Congrès National, c’est-à-dire le paiement de sommes régulières pour avoir les votes des certains députés et sénateurs, Lula a réussi à faire un bon gouvernement. Son deuxième mandat, aidé par une situation internationale favorable au Brésil, a été encore meilleur. Il a été considéré comme un des meilleurs présidents de l’histoire du Brésil ou même le meilleur. On peut dire que Getúlio Vargas (1930-1945 et 1951-1954) a fait plus pour le développement et l’industrialisation du pays, mais Vargas a été dictateur entre 1937 et 1945. João Goulart (1961-1964) a essayé aussi des réformes importantes. Mais il n’a pas eu le temps de les mettre en pratique.

Pour gouverner, Lula a passé des alliances avec une partie de la droite. Il a gouverné avec l’appui de certains de ses anciens ennemis de classe, comme l’ancien président de la République José Sarney. Il faut dire que le Brésil pratique ce qu’on nomme « présidentialisme de coalition ». Les gens élisent un président de la République mais ne lui donnent pas une majorité au parlement. Pour gouverner, il faut construire des alliances post-électorales. C’est donnant-donnant. Une myriade de partis – plus de 30 en 2016 – échange leur appui contre des ministères ou des postes dans tous les échelons du pouvoir. La bannière historique du PT, l’éthique, a été oubliée. Mais un ensemble de politiques dites d’inclusion sociale lui a assuré un grand succès, arrachant à la misère des millions des personnes et ouvrant les universités aux plus pauvres, avec la création des nouvelles universités publiques et l’occupation des places dans des universités privées en échange de réductions d’impôts. Les étudiants noirs ont bénéficié des politiques de quotas raciaux, ce qui est encore très contesté par la droite. La « bourse-famille », programme d’aide sociale aux plus défavorisés, a redistribué un petit peu de richesse et a fait de Lula un héros national, un nouveau père des pauvres. Des millions de postes de travail ont été créés en huit ans. Lula a fait surgir une nouvelle classe moyenne, une basse classe moyenne, dite classe C, avec un pouvoir d’achat jamais vu et capable de chauffer le marché intérieur.

Dilma Rousseff, un apparatchik qui n’avait jamais disputé une élection, a été tirée de la poche de Lula comme par un tour de magie. Elle a été présentée comme la « mère du PAC » (Programme de l’Accélération de la Croissance). C’était la femme forte, la gestionnaire, la personne qui vraiment faisait marcher les choses, permettant à Lula de ne faire que de la politique. Le pari s’est révélé payant. Dilma a réussi tant bien que mal son premier mandat. Pour se faire réélire, cependant, avec le pays déjà touché par le changement de la situation internationale, principalement par la baisse des prix des commodities négociées avec les Chinois, et souffrant d’erreurs de gestion dans ses politiques économiques, Dilma a maquillé, avec l’aide de son équipe de marketing, la situation réelle du pays. Après sa victoire électorale de 2014, avec 54 501 118 suffrages (51,64 %) contre 51 141 065 (48,36 %) pour Aécio Neves (PSDB), elle a commencé un tournant dans son gouvernement. L’inflation s’est envolée. Le chômage a pris de la hauteur. Dilma a été obligée de proposer des mesures impopulaires et contraires aux promesses de campagne. Elle a déçu ses électeurs et a été accusée par l’opposition de fraude électorale.

Brésil, pays des ruptures institutionnelles

L’histoire politique du Brésil ne montre pas un grand attachement au respect de l’ordre institutionnel. On pourrait même dire qu’il y a des ruptures ou des tentatives de ruptures institutionnelles en moyenne tous les vingt ans. Quelques ruptures réussies gagnent des noms importants. Le coup d’État militaire qui a chassé l’empereur Pierre II en 1889 et instauré la République est connu comme « proclamation ». Le coup d’état civil-militaire de 1930, qui a mené Getúlio Vargas au pouvoir pour quinze ans, est étiqueté comme « révolution ». En 1937, Vargas a fait un coup d’État à l’intérieur de sa révolution et a implanté sa dictature, l’État Nouveau. En 1945, il a été déposé par ses amis de 1930. En 1950, on a tout fait pour qu’il ne puisse pas être candidat. L’opposition disait que s’il se présentait, il ne pourrait pas être élu ; s’il était élu, il ne pourrait pas prendre possession de son poste ; s’il arrivait à le faire, il devrait être empêché de gouverner. Fustigé par l’opposition, avec son gouvernement accusé de corruption, une « mer de boue », il s’est suicidé au palais le 24 août 1964.

En 1955, le Brésil a souffert trois tentatives d’interruption de l’ordre constitutionnel. Café Filho, vice-président qui a remplacé Vargas au pouvoir, a pris un congé pour de supposées raisons de santé. Carlos Luz, président de la Chambre des Députés (Assemblée Nationale), a pris sa place et a essayé un coup d’État pour empêcher l’arrivée au pouvoir du président élu, Juscelino Kubitschek de Oliveira (JK), pour le mandat suivant (1956-1960). Le ministre de la Guerre, général Henrique Teixeira Lott, a donné un « coup d’État dit de prévention ». Le président du Sénat a fini le mandat en cours comme président de la République en « état de siège ». Le Brésil vivait au coup par coup. En 1961, Jânio Quadros a renoncé moins de sept mois après son arrivée au pouvoir. Les militaires ont essayé d’écarter son vice-président, João Goulart, suspecté d’être communiste. Le pays a frôlé la guerre civile. En 1964, Goulart a été renversé. En 1968, un coup dans le coup a endurci la dictature.

En 1985, Tancedo Neves, un civil, a été élu de façon indirecte. C’était la transition pour la démocratie. Il est mort avant son investiture du pouvoir. Son vice-président, José Sarney, un homme de la dictature, l’a remplacé. C’était un « coup du bien » car, selon les règles du jeu, il devait y avoir de nouvelles élections. Mais on a préféré ne pas provoquer trop de choc aux militaires sortants. Sarney a changé les règles et a prolongé son mandat d’un an. En 1989, 29 ans après l’élection de Jânio Quadros, les Brésiliens ont élu Fernando Collor. Il a été chassé du pouvoir en 1992. Fernando Henrique Cardoso, élu en 1994, a dû supporter plus de 50 demandes de procédures de destitution. Le Parti des Travailleurs criait tout le temps : « Fora FHC » (Dehors FCC). Le 18 mai 1999, le parlement a voté la destitution de Cardoso. Il a gagné par 342 à 100 votes.

En 2001, des professeurs de droit liés au PT continuaient à vouloir l’impeachment de FHC. Là est le problème. Créé sous le drapeau de l’éthique et de la démocratie, le PT s’est fait trop d’ennemis par sa manie de pointer du doigt aux autres et de tout parier sur la déposition de ses adversaires. Tous étaient des corrompus pour le PT. Tout était motif pour demander un impeachment. Cette posture a insufflé du ressentiment et a généré des contradictions. Le PT est devenu partenaire d’hommes politiques qu’il considérait comme des voleurs. Le PT a vu José Dirceu, une de ses figures majeures, ministre puissant au début de l’ère Lula, être condamné pour corruption. Mais le plus grand « crime » du PT a été de gagner quatre élections de suite. L’opposition en a eu assez. Elle n’a pas accepté le résultat de 2014. D’abord, elle a parlé de fraude dans le comptage de votes par les urnes électroniques. Puis elle est allée au Tribunal électoral supérieur dénoncer des abus de pouvoir économique dans la campagne de Dilma Rousseff/Michel Temer. Le jugement n’est pas encore rendu. Il pourra provoquer de nouvelles élections en 2016.

Le pédalage de Dilma

Renverser Dilma Rousseff est devenu le but de l’opposition. Des enquêtes de la Police Fédérale et du Parquet sur blanchiment d’argent et pots-de-vin ont petit à petit découvert une nouvelle mer de boue. Un juge inconnu de Curitiba, au sud du pays, Sérgio Moro, a senti qu’il pouvait mener une copie de l’opération Mains Propres au Brésil. Il a passé une sorte d’accord de coopération avec le réseau Globo, le conglomérat médiatique le plus puissant du pays, et il a commencé à montrer au pays un film d’horreur : l’appropriation de l’argent de Petrobras, l’entreprise brésilienne de pétrole, pour financer des campagnes politiques du PT et de ses principaux alliés, le Parti du Mouvement Démocratique Brésilien (PMDB), de centre, et le Parti Progressiste (PP), de droite. C’était simple : chaque parti nommait les directeurs d’un secteur de Petrobras. Pour signer des contrats avec l’entreprise les géants du bâtiment payaient des pots-de-vin. Une partie rémunérait les opérateurs du système. L’autre allait aux partis pour leurs campagnes. L’argent venait de Petrobras par des contrats surfacturés. Moro a gardé en prison des grands patrons du bâtiment jusqu’à obtenir des aveux en échange de réduction des peines. Une nouveauté au Brésil. L’opinion publique a fait tout de suite de Sérgio Moro un héros moralisateur. La gauche l’accuse d’ignorer toute la corruption de la droite et de mener un procès politique contre Lula, Dilma Rousseff et le Parti des Travailleurs.

dilma-lula

Investiture de Dilma Rousseff, 1er novembre 2011

À défaut d’une accusation plus forte, l’opposition a demandé l’ouverture d’une procédure de destitution de Dilma Rousseff sous l’allégation d’infraction contre la loi nationale du budget. En gros, pour embellir les comptes du gouvernement et se faciliter le chemin pour gagner les élections de 2014, Dilma Rousseff aurait demandé aux banques publiques d’avancer l’argent des programmes sociaux. Pour l’opposition, cela caractérise un emprunt du gouvernement auprès des banques publiques, ce qui est interdit par la loi. L’argent de ce type d’opération doit être transféré d’avance par le Trésor national aux banques publiques, qui font les paiements aux bénéficiaires. Le gouvernement a réagi, montrant que tous les gouvernements précédents, y compris ceux de Lula et de Fernando Henrique Cardoso, avaient fait de même. L’opposition a contre-attaqué, affirmant que cette fois-ci le temps à découvert et les valeurs dues étaient trop élevés par rapport à toute situation antérieure, passant de quelques jours et des millions de réels du passé récent à des milliards de réels et des mois pendant les gouvernements Dilma Rousseff. Le gouvernement s’est défendu, rappelant qu’un président réélu ne peut pas être tenu responsable, selon la Constitution Fédérale, des actions de son mandat antérieur. L’opposition a accusé le gouvernement de continuer le « pédalage » en 2015. La Cour des Comptes de l’Union, d’une façon presque inédite, a recommandé le rejet des comptes du gouvernement de 2014 et a fait savoir que les irrégularités ont continué à être pratiquées en 2015. Mais la Cour des Comptes n’a pas encore présenté son rapport final et il n’y a pas eu son analyse par le Congrès National, dont la Cour des Comptes est organisme d’appui.

Une procédure d’impeachment, au Brésil, pour être acceptée, doit être admise par le président de la Chambre des Députés. Puis, soumise à une commission de 65 députés (sur 513). Le rapport de cette commission, favorable au pas à la destitution, est voté par les 513 députés composant l’Assemblée Nationale. Pour que la procédure avance, 342 votes favorables au départ du premier mandataire de la Nation sont nécessaires. Si cela arrive, la procédure passe au Sénat, qui peut par majorité simple (50 % plus un sur 81 sénateurs) donner suite au procès. Une fois la procédure au Sénat, sous la responsabilité du président de la Cour Constitutionnelle, le jugement est fait. La Constitution détermine que pour destituer un président de la République, il faut un « crime de responsabilité » régulé par une loi de 1950 très vague et ample. Les experts se disputent : le « pédalage budgétaire » est-il un crime de responsabilité selon cette loi de 1950 ?

Rien n’est moins sûr. Comment Dilma Rousseff en est-elle arrivée là ? D’abord, elle a essayé d’empêcher l’élection d’Eduardo Cunha (PMDB), un représentant de Rio de Janeiro, à la présidence de la Chambre des Députés. Un fiasco. Le gouvernement a été largement battu et s’est fait un ennemi mortel. Cunha s’est montré très puissant, contrôlant une large frange des députés moins importants, connus comme le « bas clergé ». Puis l’opération baptisée « Lavage automatique » a commencé à découvrir des cadavres dans les placards de la République. Cunha a été accusé de corruption. On a découvert plusieurs de ses comptes, non déclarés au fisc, en Suisse. Pour éviter de perdre son mandat, il s’est approché de l’opposition au gouvernement. Il donne la tête de Dilma Rousseff pour sauver la sienne. La proposition trouve des intéressés. Au milieu de la crise économique grandissante, Lula est accusé d’avoir reçu des cadeaux – un appartement à la plage et une maison de campagne – d’entreprises du bâtiment qui ont financé des campagnes politiques du PT et toujours eu de gros contrats publics.

Lula a même été conduit de façon coercitive pour être entendu par la Police Fédérale et par le ministère public à l’aéroport de Congonhas, à São Paulo. C’est la commotion sociale. La base du PT était choquée. Pour aggraver la chose, Delcídio Amaral, sénateur du PT, leader du gouvernement au Sénat, a été enregistré essayant de suborner, par une personne interposée, un ancien directeur de Petrobras emprisonné par corruption. Amaral offrait de l’argent et de protection pour la fuite à l’étranger de l’allié devenu encombrant. Mis en prison, le sénateur a craqué. Il a accepté de collaborer avec la justice en échange de la réduction de sa peine. Il a raconté avoir agi par ordre de l’ancien président Lula. Il a dit aussi que Dilma Rousseff connaissait depuis toujours l’opération destinée à piller Petrobras pour financer des partis politiques comme le PT. Toutes les conditions politiques étaient remplies pour déclencher une procédure d’impeachment. S’il manquait quelque chose, elle arriverait.

Dilma Rousseff a décidé de donner un ministère à Lula. L’opposition a dénoncé une opération de sauvetage. Comme ministre, Lula échapperait aux enquêtes de Moro et possiblement à la prison. Il ne pourrait être jugé que par la Cour Suprême. C’est là que le juge Sérgio Moro, dans une décision qui serait blâmée par la Cour Suprême, a décidé de lever le secret des écoutes téléphoniques concernant Lula. Une de ses conversations touchait par ricochet Dilma Rousseff. Elle avertissait Lula de l’envoi par un émissaire de son terme de désignation comme ministre pour être utilisé si nécessaire. L’opposition a vu dans cet avertissement l’aveu d’une opération pour protéger Lula de la police et faire obstruction à a la justice. Était-ce là le crime de responsabilité qui manquait ? Dilma Rousseff a expliqué qui elle parlait d’une chose plus simple : si Lula ne pouvait pas participer à la cérémonie de son investiture au poste de ministre, le document serait déjà signé par lui. Pas convaincant du tout. Un ministre de la Cour Suprême a expédié un ordre provisoire empêchant Lula de prendre son nouveau poste.

Les écoutes téléphoniques n’ont pas été intégrées au procès de destitution de Dilma Rousseff. Mais leurs contenus brûlent encore dans les oreilles des Brésiliens. Impossible d’imaginer un député votant sans penser à ces conversations peu républicaines et très embarrassantes. Le PMDB, parti du vice-président de la République, Michel Temer, et principal allié du PT au gouvernement, a abandonné le bateau. C’était la fin de Dilma Rousseff ? Cela pourtant a ouvert la possibilité de négocier avec d’autres partis moins importants et plus disponibles pour échanger des votes pour des postes dans tous les échelons possibles. Le physiologisme est entré en scène pour essayer de guérir un malade vu déjà comme aux portes de l’enfer.

Le 17 avril 2016, la Chambre des Députés a voté l’autorisation de procédure de destitution de la présidente de la République. Dilma Rousseff a eu, avec les fautes et abstentions, 146 votes. Il en fallait 172. C’était la première partie d’une fin divisée en trois étapes. Puis, Eduardo Cunha a été suspendu de ses fonctions comme député par la Cour Suprême et Delcídio do Amaral a perdu son mandat de sénateur. Le 11 mai 2016, Dilma Rousseff a été écartée du pouvoir (55 votes à 22) par le Sénat. C’était sa deuxième mort politique. Les sénateurs ont maintenant 180 jours pour prendre une décision définitive. Dilma mourra-t-elle une troisième fois ? Pour que cela arrive il faut 54 votes sur 81 sénateurs. Les dés semblent jetés.

Les médias et l’opposition ont réussi un coup parfait : constitutionnel en apparence, sans recours sur le fond devant la cour constitutionnelle, montré en direct à la télévision, avec simulation des droits de défense, même si rien ne pouvait changer, et considéré comme une opération de sauvetage national contre la corruption de la gauche. Communiquer est bien plus qu’informer. Comprendre est plus que connaître. Une critique profonde demande la construction d’un contexte. Pour comprendre, connaître et critiquer le coup d’État brésilien de 2016, le coup plus que parfait, il faut le situer dans l’histoire politique républicaine du Brésil. Il fait partie d’une série où tout change pour revenir de la même façon. Pourquoi les médias ont-ils appuyé la destitution de Dilma Rousseff ? Comment ont-ils fait ? De quels médias s’agissait-il ?

Comme dans d’autres moments de l’histoire du Brésil, par exemple en 1964, les médias se sont mis en marche d’abord par idéologie conservatrice : libéralisme économique réclamant moins d’État et plus de liberté pour les patrons, allègement des lois du travail, réforme de la sécurité sociale et prévalence des négociations entre patrons et travailleurs sur la rigidité des lois ; puis les médias croient avoir accompli leur devoir journalistique de dénonciation de la corruption du gouvernement ; enfin, il y a eu un fort sentiment médiatique contre le Parti des travailleurs, considéré comme porteur d’une idéologie marxiste ou étatiste dépassée. Les médias ont mené campagne contre le gouvernement soit en exagérant les méfaits de celui-ci avec des couvertures-fleuves, soit en minimisant les accusations portées contre l’opposition. Mais il y a eu aussi des éditoriaux demandant le départ de Dilma ou sa destitution.

La compagne médiatique contre Dilma Rousseff et son gouvernement a été menée par les « suspects de toujours » : le puissant réseau Globo, les quotidiens Estado de S. Paulo et Folha de S. Paulo et les hebdomadaires Veja (avec un tirage à plus d’un million d’exemplaires), Época (appartenant à Globo) et IstoÉ. Le quotidien français Libération a bien compris la situation dans un texte publié le 17 avril 2016 : « Cette hostilité s’expliquerait par le fait que les groupes de presse sont aux mains d’une poignée de grandes familles soucieuses de défendre leurs intérêts économiques, soi-disant menacés par la gauche : les Marinho pour l’empire médiatique Globo, les Frias pour la Folha de São Paulo, premier quotidien national, les Civita pour l’hebdomadaire à fort tirage Veja. Ce brûlot de droite abonné aux unes sensationnalistes a fait de Lula l’homme à abattre. Son concurrent Istoé, pour sa part, se lâche contre Dilma Rousseff, accusée de passer ses nerfs sur le mobilier du palais présidentiel… »

Les médias ont réduit Dilma Rousseff au statut de femme arrogante, décervelée, incompétente et à bout de nerfs. Lula a été transformé en homme assoiffé d’argent, ouvert à toutes les magouilles possibles, ivrogne et bavard. Le reste fait partie d’un scénario classique. Un fait en appelle un autre, les classes moyennes commencent à avoir peur, les réseaux sociaux servent de champ de bataille entre les défenseurs du gouvernement et les partisans de la destitution da la présidente. Ce n’était plus qu’une question de temps. Avec une demi-heure soutenue chaque soir au journal national (le 20 heures de Globo), un gouvernement de gauche ne pouvait pas tenir debout.

Comme dans un classique des coups d’État, les médias ont tout fait, des reportages basés sur des sources anonymes et manquant de preuves aux éditoriaux assassins repris un peu partout au pays. L’alliance de Globo avec le Parquet et la police fédérale a permis des scoops à l’heure où il fallait un coup de pied dans la porte du gouvernement. Le pari est gagné. Les médias s’en réjouissent. Ce sont les médias étrangers qui petit à petit racontent la véritable histoire du coup d’État médiatique, constitutionnel et juridique donné au Brésil en avril et mai 2016. L’automne de la démocratie.

Juremir Machado da Silva, Centre National de la Recherche du Brésil (CNPq), Université Pontifícia Universidade Católica do Rio Grande do Sul (PUC-RS)

 

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

 

Morin, E., La Méthode 3. La connaissance de la connaissance, Paris, Seuil, 1986.

Sfez, L., Critique de la communication, Paris, Seuil, 1990.

Silva, Juremir Machado da. 1964, golpe midiático-civil-militar, Porto Alegre : Sulina, 2014.

Wolton, D., Informer n’est pas communiquer, Paris, CNRS Éditions, 2009.

 

Notes

[1] I wish to thank Juremir Machado, Luciana Tatagiba, Bruno Speck and Fernando Bizzarro for their valuable insights.

[2] In the United States, Nixon resigned to avoid an impeachment process, and only two processes have been opened over two centuries. President Clinton lied to the American people about his relationship with Monica Lewinski, but his survival from impeachment has been widely attributed to the strength of the economy at that time. In South America no less than ten presidential mandates have been cut short by impeachment or resignation in recent decades: on one hand Ecuador and Argentina have been the champions of such processes, whereas on the other Chile, Columbia and Uruguay have been spared.

[3] Elsewhere different solutions may be adopted: After losing both the majority in the house and later in the senate, President Barrak Obama governed by decree, regulation and by promoting legislation which met with bi-partisan support. Socialist François Mitterand presided with a conservative majority in the house of deputies – in an arrangement known as ‘cohabitation’.

[4] Large countries involved in chaotic or rapid modernization and development processes produce different organizational and institutional arrangements. Transparency International evaluates corruption in all the BRICS countries negatively.

La communication environnementale

cv_communicationenvironnementaleLa communication environnementale
Sous la direction de Thierry Libaert
CNRS Éditions, 2016

Commande en ligne

Conférences internationales, controverses scientifiques et débats médiatiques… l’environnement est devenu un enjeu de communication global. C’est à l’étude des différentes formes et évolutions de la communication environnementale, de sa naissance dans les années 1990, sous le coup de catastrophes écologiques à répétition, aux grandes déclarations officielles sans lendemain, que s’attache cet ouvrage entièrement inédit. Du
« développement durable » à la « transition écologique », ce nouveau grand récit fédérateur s’intègre désormais dans la démarche marketing des entreprises et dans les politiques des institutions publiques. Il influe sur les positionnements stratégiques des partis politiques et incite à de nouvelles pratiques individuelles. Aux discours de crise axés sur la peur et la responsabilité répond le risque de l’éco-lassitude des uns et de « greenwashing » des autres…

Sommaire :

  • Présentation générale
    Communication et environnement, des approches en transition
    Thierry Libaert
  • Environnement et discours d’influence officiels. L’exemple du Comité économique et social européen
    François Allard-Huver
  • Les partis verts face à la menace de l’éco-lassitude
    Nicolas Baygert et Cédric Hananel
  • Alarmisme et catastrophisme ? Rhétoriques de la peur dans les échanges en ligne relatifs aux changements climatiques
    Baptiste Campion
  • Sémiotique de la communication environnementale
    Andrea Catellani
  • Communication et environnement en entreprise : du faux-semblant au vraisemblable
    Jean-Marie Charpentier
  • L’enjeu environnemental : une chance pour la communication
    Gildas Bonnel
    Encadré
  • « Pensez à éteindre la lumière en sortant ! »
    Mickaël Dupré et Sébastien Meineri
  • Permanences et mutations dans la mise en récit médiatique du changement climatique
    Ferenc Fodor et Valérie Brunetière
  • Communication et changements climatiques : le cas du GIEC
    Jean-Pascal van Ypersele et Bruna Gaino
    Encadré
  • Le renouveau de la conscience environnementale
    Céline Hervé-Bazin
  • Les discours sur l’environnement, entre chiffres froids et récits brûlants
    Béatrice Jalenques-Vigouroux
  • Perception des marques selon leur comportement environnementalement (ir)responsable
    Iskra Herak et Nicolas Kervyn
  • Le greenwashing, contre-indice de maturité de la communication environnementale ?
    Céline Pascual Espuny
  • Le greenwashing : phénomène organisationnel ordinaire, conséquences globales extraordinaires
    Yonnel Poivre-Le Lohé
    Encadré
  • La communication publique environnementale : un enjeu de développement durable pluriel et contingent
    Dominique Bessières
  • Quatre questions à Dominique Wolton
    Entretien avec Thierry Libaert

[Conférence-débat] La communication environnementale – 16 novembre 2016 – INSEEC

logo inseec logo la fabrique écologique logo hermes

À l’occasion de la publication du livre La communication environnementale
(CNRS Éditions, collection « Les Essentiels d’Hermès »),
sous la direction de Thierry Libaert,
La Fabrique Écologique vous invite à rencontrer et à débattre
avec plusieurs auteurs de l’ouvrage

Mercredi 16 novembre 2016
De 18h à 20h
à l’INSEEC | Amphithéâtre José Soubiran
27 avenue Claude Vellefaux
Paris 10ème

Inscription gratuite et obligatoire :
https://lacommunicationenvironnementale.eventbrite.fr

Le débat sera animé par Thierry Libaert
(conseiller au Comité Économique et Social Européen), en présence de
Gildas Bonnel
(président de la Commission Développement durable de l’Association
des Agences Conseil en Communication),
Yonnel Poivre-Le Lohé
(auteur du blog La communication responsable) et de :

Dominique Bessières |UNIVERSITÉ DE RENNES
La communication publique environnementale

François Allard-Huver |ESA ANGERS
Environnement et discours d’influence officiels

Nicolas Baygert|ULB / IHECS
Les partis verts face à la menace de l’éco-lassitude

Andrea Catellani |UCL
Sémiotique de la communication environnementale

Jean-Marie Charpentier |AFCI
Communication et environnement en entreprise :
du faux-semblant au vraisemblable

Le débat se poursuivra autour d’un verre

[Salon de la Revue] – 14-16 octobre 2016

img_2154

La Revue et les Essentiels étaient à l’honneur sur le stand de CNRS Editions à l’occasion du
26° Salon de la revue (Halle des Blancs-Manteaux, 48, rue Vieille-du-Temple, 75004 Paris).

Le titre « Langues romanes : un milliard de locuteurs » a suscité la curiosité et l’intérêt des visiteurs !

 

[Parution] Hermès 75. Langues romanes : un milliard de locuteurs

Le n° 75 est en librairie

herm_075_l204Langues romanes : un milliard de locuteurs
Sous la direction de Michaël Oustinoff et Louis-Jean Calvet. 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

 

4° de couverture

Avec un milliard de locuteurs, les langues romanes, issues du latin, constituent un potentiel impressionnant en termes d’espace communicationnel et conceptuel. Elles représentent un contrepoids à l’extension du « tout-anglais », dont les limites sont désormais connues au sein même du monde anglo-saxon. D’ailleurs, le British Council place parmi les dix plus importantes langues du XXIe siècle l’espagnol, le français, le portugais et l’italien. Les langues romanes, mais aussi slaves ou arabes, représentent un élément indispensable de la diversité culturelle telle qu’elle a été reconnue en 2005 par l’Unesco. Impossible en effet de vivre dans un monde ouvert, interconnecté, sans respecter les identités culturelles, au premier rang desquelles les identités linguistiques. On pense, rêve, crée, dans une langue, le plus souvent maternelle. Sinon, après quelques années de triomphe du globish (si pratique, si moderne), on assistera à la révolte des peuples pour préserver leurs identités culturelles.

Le défi de la mondialisation est au moins autant culturel qu’économique et politique. Le problème n’est pas l’existence d’une langue minimum commune, comme l’est aujourd’hui l’anglais, mais la sauvegarde de toutes les autres, condition de la diversité humaine. Oui à tous les apprentissages linguistiques, à tous les déplacements, à condition de préserver les aires linguistiques. La diversité est la condition de la mondialisation, la standardisation l’antichambre des conflits. Pas de mondialisation pacifique possible donc sans respect de la diversité culturelle. Les langues romanes, sans prétention hégémonique, en sont un élément déterminant, d’autant qu’elles sont mondiales. Elles sont aussi indispensables pour l’Europe, notamment pour éviter de croire que le monolinguisme anglais en simplifierait la construction… Les langues romanes ? L’avant-garde de cet immense chantier politique de la cohabitation culturelle à construire pour essayer de conjuguer paix et mondialisation.

 

[H72] L’artiste, un chercheur pas comme les autres / Programme Colloque RESCAM – 13 et 14 octobre 2016 – Toulouse

À l’occasion du colloque
Le doctorat recherche en création : enjeux épistémologiques et perspectives internationales
qui se tiendra de  9h à 18h le jeudi 13 et la vendredi 14 octobre 2016 
Franck Renucci interviendra autour du numéro Hermès qu’il a co-dirigé :
Colloque RESCAM
Amphi 1- Maison de la Recherche et de la Valorisation
Université Fédérale Midi-Pyrénées – 118 Route de Narbonne
31062 Toulouse Cedex – 9
(Métro Pharmacie, Ligne B)

[Rencontre-débat] Banlieues vues d’ailleurs – 16 septembre 2016

Rencontre-débat
Banlieues vues d’ailleurs
autour de l’ouvrage dirigé par Bernard Wallon
(CNRS Éditions, « Les Essentiels d’Hermès », 2016)

le vendredi 16 septembre 2016, de 16h à 18h

au Centre Wallonie-Bruxelles
Salle de spectacles, 46 rue Quincampoix, 75004 Paris

img_2143

img_2146

 

DOSSIER DE PRESENTATION

Voir d’un pays « éloigné » offre toujours des perspectives nouvelles et conduit à envisager autrement problèmes et solutions.
Cette rencontre fait appel aux regards d’observateurs étrangers généralement peu sollicités dans les travaux et les études sur les banlieues françaises. La banalisation du mot « banlieues » cache en effet des pièges et des maux, mais aussi des opportunités et des réussites que souvent nous ne voyons plus.

Les intervenants réunis ici contribuent à élargir notre réflexion et invitent à comparer pour imaginer différemment le lien social.
16h – Mots d’accueil par Anne Lenoir, directrice du Centre Wallonie-Bruxelles à Paris
Présentation par Bernard Wallon, directeur de l’ouvrage
Banlieues vues d’ailleurs

16h15 – 17h45
Tables rondes animées par Christian Dauriac, journaliste

16h15-17h – Clichés, stéréotypes et représentations
17h-17h45 – Politiques publiques et bonnes pratiques

Grands témoins :
Sylvine Thomassin, Maire de Bondy
Claude Capillon, Maire de Rosny-sous-Bois

Avec la participation de

Marc Berthiaume, responsable des relations politiques et parlementaires, Ambassade du Canada en France
Pascale Bourgaux, journaliste à TV5
Christina Horvath, enseignante-chercheure, université de Bath (sous réserve)
Vibeke Knoop Rachline, correspondante du journal norvégien Aftenposten
Manolo Mylonas, photographe
Ana Navarro Pedro, correspondante du journal portugais El Visão
Eduardo Valenzuelza, sociologue, association Dialogues Citoyens

17h45 – Conclusion par Dominique Wolton, directeur de la revue Hermès

Crise des réfugiés : les limites de la résilience libanaise

(Ce texte a été publié dans le numéro 74 d’Hermès (« La voie des sens », mai 2016), dans la rubrique « Le regard des correspondants étrangers d’Hermès ».)

Il y a eu beaucoup de guerres au Moyen Orient au cours de la deuxième moitié du xxe siècle, la région ayant été une des scènes les plus chaudes de la guerre froide entre les États-Unis d’Amérique et l’Union soviétique. Les deux géants qui s’affrontaient par peuples interposés ont divisé le « monde arabe », le réduisant en zones d’influences antagonistes. Ceci, en plus des dommages matériels et humains, a provoqué des exodes massifs et créé des frontières internes au sein des pays de la région, dispersant plus d’un peuple. Cette politique du clivage qui a créé une inimitié entre les populations de la région a généré aussi un sentiment d’injustice, de rejet et une grande frustration proche de la crise existentialiste. Impressions qui, en s’amplifiant, constituèrent un point de départ de ce que nous allons appeler plus tard « la rupture des civilisations », qui a culminé avec les attaques du 11 septembre 2001 et les guerres occidentales directes sur le sol oriental.

Les offensives américaines sur l’Irak, surtout celle de 2003 cautionnée par l’Organisation des Nations unies, ont provoqué des mouvements de population vers des zones confessionnelles chiites, sunnites et kurdes – ce qui s’inscrit dans le cadre de la politique américaine favorable à la fédération du pays. Cette période a connu aussi un exode massif des citoyens chrétiens fuyant les harcèlements des extrémistes musulmans : en quelques mois, l’Irak s’est littéralement vidé de ses chrétiens autochtones, les chaldéens, sous le nez des soldats américains, comme si leur place n’était plus là, trop peu nombreux pour avoir leur propre canton. Plus d’un million de chaldéens ont alors cherché refuge au Liban et en Syrie en attendant de trouver une voie d’émigration vers l’Occident, constituant les premières vagues de réfugiés de la « guerre contre le terrorisme ». Mais ces réfugiés-là n’ont pas créé de remous, comme s’ils étaient quantité négligeable ou comme si le monde avait fermé l’œil pour éviter tout débat autour de ce dossier gênant. Un responsable des affaires étrangères d’un pays européen m’a même rétorqué à l’époque que : « les mouvements de populations n’existent plus de nos jours, c’est un phénomène d’un autre âge. » Candeur ou hypocrisie ? Nul ne saurait le dire, mais cet épisode dramatique présageait le pire, pas seulement pour l’Orient mais aussi pour l’Occident ; car l’élimination des chrétiens d’Orient n’est, aux yeux des extrémistes, que la première étape d’une stratégie qui vise à « islamiser le monde ». En fait ces chrétiens-là, que l’Occident dédaigne, sont sa soupape de sécurité.

Le pire est vite arrivé avec l’émergence du mouvement terroriste « Daech », qui est né de la guerre du Golfe. Il n’est plus à prouver que ses dirigeants sont le fruit des prisons américaines sur le sol irakien, et ses « sponsors » les alliés des États-Unis soucieux d’enrayer l’expansion chiite en Irak et en Syrie. Toujours est-il que l’évolution de ce monstre a été fulgurante, créant un « califat » moyenâgeux sur un vaste territoire chevauchant les deux pays. Les pratiques sanguinaires de « Daech » et la violence des combats contre l’armée syrienne ont poussé des millions de Syriens à fuir la vague de folie qui déferlait sur eux. Plus de quatre millions de Syriens ont trouvé refuge dans les pays environnants selon les statistiques récentes du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), auxquels il faut ajouter environ huit millions de déplacés internes. En définitive, « c’est plus de la moitié de la population syrienne (22 millions d’habitants) qui a dû fuir à cause du conflit[1] ».

Le Liban a eu la part du lion de cet exode massif, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) estime les réfugiés sur son sol à environ un million huit cent mille personnes[2], et ces chiffres sont voués à la hausse dans le proche avenir. Un chiffre qui fait du pays des cèdres celui qui accuse le « pourcentage de réfugiés le plus élevé du monde[3] » selon Mireille Girard, la représentante du HCR. Le nombre gigantesque des réfugiés syriens au Liban montre l’ampleur du désastre. Ils représentent un peu moins de la moitié des résidents du pays qui compte environ quatre millions d’habitants. Si l’on ajoute à ceux-là, près de six cent mille réfugiés palestiniens et les quelques dizaines de milliers d’Irakiens et d’autres pays arabes, nous sommes devant un phénomène unique en son genre à l’échelle de la planète. Si l’on compare le silence du Liban au tollé général des pays de l’Europe qui compte 300 millions d’habitants, refusant leur « quota » des 160 000 réfugiés, nous pouvons réellement parler d’injustice. Et si l’on observe comment l’Europe a réinstallé ses frontières de peur d’être « envahie » alors qu’elle a interdit au Liban le droit de refuser les masses intarissables de réfugiés, on comprend la frustration et le dégoût des Libanais.

Mais comment ce petit pays fait-il pour rester debout ?

La situation est dramatique et le traumatisme grand, surtout que le Liban n’en est pas à sa première expérience du genre. Le ministre du Tourisme libanais Michel Pharaon le dit clairement : « Dans les années 1970, le Liban a déjà payé le prix de la guerre israélo-palestinienne en devant accueillir des centaines de milliers de réfugiés palestiniens. Nous ne voulons plus payer pour les autres. Pour nous, le problème de ces réfugiés est encore sous contrôle, mais c’est une véritable bombe à retardement. Il nous pose des problèmes en termes d’accès à l’éducation ou à la santé[4]. » Les écoles libanaises – par exemple dans certaines régions à forte majorité de réfugiés comme le Nord et la Bekaa – font une double rotation : les étudiants libanais réguliers sont reçus le matin et les Syriens l’après-midi. Un rythme exténuant pour les équipes administratives et le corps enseignant, mais indispensable pour répondre aux besoins urgents, sans quoi les enfants syriens se retrouveraient sans éducation. De même concernant la santé, où les autorités libanaises assistées par des organisations internationales ont engagé un combat épuisant pour éviter la propagation des épidémies et la résurgence de maladies telles que le choléra et la gale. Ceci sans compter la pollution de l’eau, le squattage de l’électricité et autres problèmes écologiques et socio-économiques.

Mais il n’y a pas que l’éducation et la santé qui posent problème : les Syriens sont partout et vivent dans une précarité dramatique. L’étude récente « d’évaluation de la vulnérabilité des réfugiés syriens[5] » indique que « 70 % des réfugiés syriens vivent avec moins de 3,84 dollars par jour contre 49 % en 2014. Et près de 90 % des réfugiés syriens au Liban sont pris aujourd’hui dans un cercle vicieux de l’endettement[6] ». Ce qui présage du pire car la pauvreté extrême doublée de problèmes sanitaires favorise la délinquance et même la violence. Il est évident que l’accroissement exponentiel du nombre de personnes désespérées va permettre aux groupes terroristes d’y créer un vivier de djihadistes important, ce qui ajoute une couche sécuritaire gravissime, qui affaiblirait l’immunité du pays d’un côté et menacerait le monde d’un autre.

Une résilience mise à l’épreuve

La résilience libanaise est mise à rude épreuve une fois de plus, et le pays ainsi que ses habitants vivent dans l’angoisse d’une dégradation. « La situation au Liban est très critique voire explosive », souligne Roland Lombardi[7], qui ajoute : « Même si le Liban a l’habitude des situations de crise, la seule question qu’on est en droit de se poser est la suivante : combien de temps s’écoulera avant l’étincelle qui enflammera une nouvelle fois le pays[8]? » En observant la situation d’un œil critique ou scientifique, il est vrai que le danger d’éclatement est grand, et l’on arrive même à se demander comment ce pays ne s’est pas encore effondré. En fait, nous n’avons pas encore pu mesurer réellement les limites exactes de la résilience libanaise, et il s’avère que son taux d’élasticité est plus élevé que nous ne le croyons. La solidarité sociétale n’est pas le point fort du Liban, dont le capital social n’est pas très élevé, mais en temps de crise, nous voyons émerger une certaine fraternité dans la diversité, que nous pouvons mettre sur le compte du pluriculturalisme. Le Liban a en fait « une résistance aux chocs et un capital fondé dans l’inter-culturalité dont l’identité peut être un facteur de lien, pourvu qu’il réside dans le fait de forger des petits dénominateurs communs (sujets de société focalisés) qui évitent ou déplacent les fondements d’un affrontement frontal ou total[9] ». C’est dans cette résistance aux chocs que nous retrouvons le vrai secret de l’énergie régénératrice du Liban, mais c’est aussi par ce biais que les tensions extrêmes se créent surtout au niveau des clivages socioreligieux. C’est en définitive la notion de famille qui va combler les lacunes causées par la faiblesse du capital social « Plus on restreint le cercle du groupe et plus le capital social va s’amplifier pour devenir un atout majeur de résilience. Les exemples liés à la guerre du Liban sont nombreux dans lesquels le facteur “famille” a joué un rôle capital, aussi bien à l’intérieur du pays, qui a connu des mouvements de populations importants, qu’à l’étranger au sein de la diaspora libanaise à travers le monde qui a accueilli des milliers de familles et de jeunes, ce qui a permis à la société dans son ensemble de rebondir[10] ». N’oublions pas que le Libanais connaît bien la valeur de la solidarité, qui lui a permis de surmonter des épreuves énormes au cours de son histoire ; il est donc porté naturellement à secourir l’autre.

Sauvegarder le capital économique

Mais au-delà de l’accueil généreux et spontané des réfugiés sur son sol, le Liban risque de voir sa résilience gravement éprouvée, cette fois par la déficience du capital économique, qui est de loin l’un des facteurs les plus importants de sa survie. En effet, « le premier facteur qui a permis la survivance du Liban en proie à une guerre fratricide doublée d’une série d’ingérences politiques et militaires extérieures sur une période relativement longue entre 1975 et 1990, c’est bien évidemment cette capacité de résilience économique qui est considérée par beaucoup d’économistes internationaux comme un miracle inexplicable scientifiquement[11] ». L’économie libanaise encourt actuellement de graves dangers, qui mettent en péril la résilience du pays. En effet, « après quatre années, la résilience du Liban a atteint un point critique ; la croissance économique s’est ralentie, les services publics sont submergés et le chômage est en hausse. Dans un contexte complexe et avec de nombreuses communautés déjà vulnérables avant la crise, la fragile stabilité du Liban requiert un cadre d’assistance intégré qui inclut toutes les communautés affectées[12] ».

Nous faisons face aujourd’hui à une situation de crise aiguë, et il est impératif pour l’Europe d’éviter l’effondrement économique du Liban qui se traduira vite en un chaos favorisant le terrorisme d’un côté et l’exode massif vers l’Europe d’un autre. Comme le dit si bien la directrice d’Amnesty international au Canada, Béatrice Vaugrante : « Il faut un financement adéquat au niveau mondial pour pouvoir répondre à la crise mondiale des réfugiés. C’est nouveau, c’est une crise mondiale qui nécessite une réponse mondiale et qui demande, surtout, beaucoup de solidarité[13]. » Une solidarité mondiale indispensable, pas seulement pour faire face aux dangers liés au terrorisme, mais aussi pour trouver des solutions durables au problème des réfugiés, qui se transformera très rapidement en phénomène explosif à tous les niveaux, socio-culturels et socio-politiques, mais aussi sanitaires et sécuritaires.

Ce n’est pas uniquement du Liban qu’il s’agit. Il faut se rendre à l’évidence : aucune nation n’est trop éloignée ni suffisamment puissante pour éviter ce péril galopant.

Joseph Moukarzel

Université Antonine, Beyrouth

[1] Voir : <www.lefigaro.fr/international/2015/07/09/01003-201 50709ARTFIG00195-le-nombre-de-refugies-syriens-depasse-pour-la-premiere-fois-les-quatre-millions.php>, consulté le 26/02/2016.

[2] Voir : <www.unhcr.fr/pages/4aae621d5d1.html>, consulté le 26/02/2016.

[3] Voir : <reliefweb.int/report/lebanon/70-des-r-fugi-s-syriens-au-liban-vivent-en-dessous-du-seuil-de-pauvret-onu>, consulté le 26/02/2016.

[4] Voir : <www.lefigaro.fr/international/2015/10/18/01003-201 51018ARTFIG00046-les-refugies-syriens-sont-une-bombe-a-retardement-pour-le-liban.php>, consulté le 26/02/2016.

[5] Publiée en décembre 2015 par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) et le programme alimentaire mondial (WFP).

[6] Voir : <fr.annahar.com/article/296401-liban-plus-des-23-des-refugies-syriens-vivent-dans-une-pauvrete-extreme>, consulté le 26/02/2016.

[7] Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste chez JFC-Conseil. Il est par ailleurs docteur en histoire et chercheur associé à l’IREMAM, Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman d’Aix-Marseille Université

[8] Voir : <www.atlantico.fr/decryptage/autre-crise-refugies-syriens-risques-explosion-au-liban-tensions-en-turquie-et-situation-controle-en-jordanie-2337155.html>, consulté le 26/02/2016.

[9] Boutin, E., Moukarzel, J., Amato, S., Gadioi, E. et Durampart, M., « Résilience communautaire : le cas du Liban », Essachess [en ligne], 2013. Voir : <www.essachess.com/index.php/jcs/article/view/287/329>, consulté le 26/02/2016.

[10] Ibid.

[11] Ibid.

[12] Voir : <www.acted.org/fr/liban>, consulté le 26/02/2016.

[13] Voir : <www.lorientlejour.com/article/930631/-si-le-liban-a-pu-accueillir-12-million-de-personnes-il-est-certain-que-les-pays-riches-peuvent-en-accueillir-beaucoup-plus-.html>, consulté le 26/02/2016.

[RADIO] – La tête au carré – Camille Alloing

Le vendredi 1er juillet 2016, Camille Alloing, auteur de l’ouvrage
[E]réputation : médiation, calcul, émotion (CNRS Éditions, mai 2016, coll. « CNRS Communication ») était l’invité de Mathieu Vidard sur France Inter pour l’émission
« La tête au carré » (de 14 à 15h).

Écouter le podcast :
https://www.franceinter.fr/emissions/la-tete-au-carre/la-tete-au-carre-01-juillet-2016

 

Journée d’étude – Dialogue autour de Bande dessinée et numérique

14 juin 2016 – 9h30-17h – Enssib – Villeurbanne

programme-1Programme et inscriptions en ligne :
www.enssib.fr/JE-bande-dessinee-et-numerique
programme

Entrée libre sur inscription

Adresse de l’événement :
Enssib, amphithéâtre
17-21 bd du 11 novembre 1918 – 69100 Villeurbanne

Contact : Julia Morineau   julia.morineau@enssib.fr

Essentiel d’Hermès « Bande dessinée et numérique », dirigé par Pascal Robert (CNRS éditions, 2016).

Cette journée est organisée dans le cadre du séminaire
« La bande dessinée en question » de Pascal Robert.
On connaît la BD papier. On connaît moins ce que l’on pourrait appeler le mode d’existence numérique de la bande dessinée. Or, cela fait déjà quelque temps que la BD a investi le support numérique. Est-ce pour inventer de nouvelles formes ou pour mieux conserver, paradoxalement, les anciennes ? Quels sont les acteurs en jeu, quel est le rôle des éditeurs, celui des auteurs ? Quels sont les lecteurs de la BD numérique ? Peut-on en faire l’histoire ? Que pensent les créateurs ? Voilà quelques-unes des questions qui nous ont amenés à écrire, collectivement, un livre de synthèse Bande dessinée et numérique, avec ce « et »
qui, justement, marque une volonté de questionner, de problématiser tout en restant accessible. Le livre a le mérite de poser les choses, mais il n’a pas vocation à les épuiser, c’est pourquoi cette journée d’étude voudrait revenir, dans le cadre d’un dialogue entre ses auteurs mais aussi avec les participants, de manière ouverte sur ces questions.

[Rencontre] autour de Hermès 72 – 8 juin 2016

 

photo ok1 copie photo ok5 copie

Mercredi 8 juin 2016, de 17h à 18 h 30
Franck Renucci et Jean-Marc Réol, coordonnateurs du numéro,
ont animé une rencontre autour du numéro 72 de la revue Hermès,
« L’artiste, un chercheur pas comme les autres »
à la librairie Gibert Joseph, 26 Boulevard Saint-Michel, 75006 Paris.
Cette rencontre s’est déroulée en présence de Dominique Wolton, directeur de la revue Hermès, Bernard Valade, rédacteur en chef ainsi que Jean-Christophe Paré, chorégraphe et auteur.

 

 

[E]réputation. Médiation, calcul, émotion

CV-e-reputation[E]réputation
médiation, calcul, émotion

Camille ALLOING
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »
Mai 2016
ISBN : 978-2-271-09190-1
280 p., 25 euros

Évaluer une entreprise, commenter un produit ou un service, « liker » un message promotionnel… Le Web produit des réputations. Si les organisations quantifient depuis de nombreuses années les opinions pour évaluer leurs réputations, et orienter leur prise de décision, en quoi le Web modifie-t-il ces approches ? Comment les dispositifs numériques calculent-ils, voire fabriquent-ils ce que l’on nomme couramment
l’e-réputation ? Est-elle un nouveau moyen de s’orienter en ligne autant qu’une nouvelle forme d’autorité ?

Dans cet ouvrage, la réputation en ligne est analysée et discutée selon quatre prismes : documentaire (comme un ensemble d’indicateurs), algorithmique (comme un élément de gouvernance des plates-formes web), affectif (comme un élément de nos sociabilités connectées) et managérial (car pour les praticiens la réputation numérique
« se doit » d’être gérée par les organisations).

Camille Alloing est maître de conférences en sciences de l’information-communication à l’IAE de l’Université de Poitiers. Après avoir été consultant et ingénieur R&D dans les domaines du management de l’information et de l’e-réputation, il consacre ses travaux universitaires aux questions des pratiques de consommation de l’information en ligne, spécifiquement sur des terrains organisationnels.

http://cadderep.hypotheses.org/

[Parution] Hermès 74. La voie des sens

Le n° 74 sera en librairie le 2 juin 2016

09017-Hermes74La voie des sens
Sous la direction de Brigitte Munier et Éric Letonturier

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Que la communication engage les cinq sens tombe sous le sens… Ce n’est hélas pas toujours le cas. En effet, la civilisation occidentale a établi la prédominance de la vue et de l’ouïe, et la dévalorisation du toucher, de l’odorat et du goût, réputés « animaux ». La dictature des écrans et des casques confirme aujourd’hui cette mise en ordre en nous engageant dans des formes de communication de plus en plus désincarnées. Une réaction semble pourtant se produire, avec des initiatives tous azimuts pour valoriser les « sens de l’intime » : ateliers olfactifs, culinaires, œnologiques, thérapies manuelles, etc. Tout se passe comme si notre époque voulait remettre en question la vieille hiérarchie des sens et découvrir de nouvelles façons, plus chaleureuses, d’expérimenter les relations avec autrui et avec le monde.

Par ailleurs, les sciences humaines, la médecine, la biologie et les neurosciences malmènent nos certitudes : la classification de nos sens ne serait qu’un choix culturel parmi d’autres, nous aurions plus de cinq systèmes sensoriels et nos perceptions fonctionneraient d’une façon globale, croisée et multimodale. De ce foisonnement de projets et de recherches, on attendrait une communication plus authentique et ouverte à l’altérité. Las, le besoin de sensualité a beau être exprimé de différentes façons, il échoue souvent face à des angoisses plus profondes. La vulnérabilité de la chair, par exemple, menacée par la maladie et la déchéance, nous terrifie, étouffant le désir de jouissance et refermant l’individu sur lui-même.

Pour rendre justice à ce domaine si complexe, ample et vivant et en dévoiler les multiples facettes, Hermès a choisi d’en diversifier les approches : à côté de contributions universitaires et pluridisciplinaires, on trouvera des témoignages et des récits. L’objet de ce numéro ? Dans une société ouverte et interactive, comment revaloriser les sens, à la hauteur de la difficulté de les vivre, sans céder ni au réductionnisme ni aux fausses évidences du sens commun ?