Archives mensuelles : mai 2017

[Parution] Hermès 77. Les incommunications européennes

Les incommunications européennes
Sous la direction de Joanna Nowicki, Luciana Radut-Gaghi et Gilles Rouet. 

Vous pouvez d’ores et déjà commander la version numérique sur Cairn. La version papier est disponible sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

En 1957, le traité de Rome donnait naissance à la Communauté économique européenne. Soixante ans plus tard et après six vagues d’élargissement, l’Union européenne compte désormais 510 millions de citoyens, répartis dans 28 pays. Mais institutions et géographie se superposent sans toujours s’articuler, et les Européens ont souvent des visions différentes du monde, des frontières, de la politique, de leur destin.

Ces situations d’incommunication se produisent parce qu’il existe un fonds commun : l’accord implicite des peuples sur l’existence d’une identité européenne et sur la grandeur du projet. L’europhobie actuelle n’est pas majoritaire et ne remet pas en cause structurellement l’utopie européenne. Trois incommunications coexistent : 1) au sein des 28 ; 2) entre les Européens de l’Ouest et l’Europe centrale et orientale ; 3) entre l’Europe et sa façade sud. Leur examen montre à la fois la distance entre les Européens et ce qui les rapproche.

Pourquoi la plus grande utopie politique, économique, culturelle de l’histoire du monde n’est-elle pas plus valorisée par les Européens eux-mêmes ? Pourquoi, malgré leurs différences, ne sont-ils pas plus fiers du travail accompli et de l’exemple que représente l’Europe pour le reste du monde ? Le projet européen ne signifie pas l’imposition d’un consensus, l’injonction d’une européanité subie. Il implique au contraire l’acceptation de l’autre, sa reconnaissance et la discussion. En un mot, la négociation, qui est au cœur de la communication politique et des objectifs de la revue Hermès. Le présent numéro propose de mieux comprendre ces incommunications européennes, d’en explorer les sources et de contribuer à promouvoir ce modèle de communication si unique dans l’histoire du monde.

[Parution] Les Essentiels d’Hermès – Guerre, armées et communication

Guerre, armées et communication
Sous la direction d’Éric Letonturier
CNRS Éditions, mai 2017

Commande en ligne

 

Propagande, censure et désinformation d’un côté ; devoir de réserve, secret défense et silence dans les rangs de la « grande muette » d’un autre. Faire la guerre semble condamner la communication des armées à de tels extrêmes. Mais qu’en est-il aujourd’hui, avec l’internet et les réseaux sociaux, l’information continue et les lanceurs d’alerte, et une opinion publique de plus en plus sondée et souveraine ? Parallèlement, la surveillance géopolitique électronique, la numérisation du champ de bataille, l’arrivée des drones, robots et soldats augmentés sur les théâtres d’opérations changent aussi la donne.
Reste que la guerre engage toujours et avant tout des relations entre des hommes sur le terrain. Elle est aussi profondément un acte de communication pour être d’abord un dialogue rompu, un affrontement avec l’altérité. Avec, comme horizon, à l’heure de la montée des nationalismes et la multiplication des revendications identitaires, un risque croissant d’incommunication.

Sommaire

  • Présentation générale
    Guerre et paix : la communication s’engage
    Éric Letonturier
  • Phénomènes de communication en zone de combat
    André Thiéblemont
  • Les « soldats de l’image » au cœur des enjeux de communication de la Défense française
    Bénédicte Chéron
  • L’opinion des Français sur leurs armées
    Barbara Jankowski
  • Guerre et information : l’exemple des lanceurs d’alerte
    Sébastien Schehr
  • Les militaires dans l’espace public numérique
    Michel Sage
  • Le « Killer Robot » est-il l’avenir de l’« Homo Militaris » ?
    Didier Danet
  • Cyberguerre et communication
    Daniel Ventre
  • L’arme de l’information à l’ère du jihad numérique
    François‐Bernard Huyghe
  • La guerre mise au musée et le tourisme de mémoire
    Jean‐Yves Boursier