Archives mensuelles : avril 2011

Hermès 59. Ces réseaux numériques dits sociaux

Le n° 59 sera en librairie le 28 avril 2011


Ces réseaux numériques dits sociaux
Sous la direction de Thomas Stenger et Alexandre Coutant

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Facebook, MySpace, Twitter, YouTube, Copains d’avant, Viadeo… Deux tiers des internautes seraient déjà séduits par la nébuleuse « médias sociaux ». Le Web participatif, qui recouvre des dispositifs et des usages fort différents, captive décideurs et commentateurs.

En consacrant ce numéro aux « réseaux socionumériques », derniers nés de ces dispositifs, Hermès prolonge et approfondit la critique du numérique menée par la revue et l’Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC).

Chercheurs de divers horizons disciplinaires et professionnels du Web interrogent le phénomène, en procédant non seulement à une analyse des diverses appellations, souvent trompeuses, mais aussi en replaçant ces sites dans l’histoire des réseaux de communication. Les articles mettent en lumière la reproduction d’activités sociales et l’essor de nouvelles formes de relations. Ils soulignent aussi les compétences requises et les risques associés au développement massif des réseaux socionumériques.

Les formes de lien social et de communication, la visibilité de la vie quotidienne, l’effacement des frontières publiques et privées (caractéristiques de ces dispositifs) sont mises en perspective. Une ouverture internationale permet de mieux comprendre la variété des « arts de faire » avec ces plateformes numériques, aussi bien du côté des particuliers que des entreprises. Car il faut bien apprécier les finalités multiples et les stratégies complexes de ces sites, tantôt amis, tantôt faux amis.

Traduire et communiquer à l’heure de la mondialisation

CV-OUSTINOFF-traduireTraduire et communiquer à l’heure de la mondialisation
Michaël Oustinoff, 2011.
CNRS Éditions, coll. « CNRS Communication »

Dans quelles langues communiquer à l’heure de la mondialisation ? C’est désormais une question centrale. La politique du tout-anglais est de plus en plus contestée, y compris dans le monde anglophone.
Le plurilinguisme choisi par l’Union européenne, l’Unesco ou l’Inde, présente des avantages économiques et politiques d’autant plus marquants que la défense de la diversité culturelle est un enjeu mondial.