Archives mensuelles : août 2009

Les sciences de l’information et de la communication

Les sciences de l’information et de la communication
Sous la direction d’Eric Dacheux
CNRS Éditions, 2009

Commande en ligne 

« Depuis plus de vingt ans, la revue Hermès du CNRS analyse les formidables mutations de la communication. Les Essentiels d’Hermès souhaitent faciliter l’accès de tous à cette recherche
contemporaine. Une volonté de rapprocher communication, savoirs et connaissances.
les sciences de l’information et de la communication »
D.W.

Les sciences de l’information et de la communication ont un objet de recherche : la communication. Elles
remettent en cause des idées reçues comme la manipulation des médias ou la transformation de la société par Internet. Elles possèdent trois traits essentiels : elles pensent ensemble le couple information et communication, ce qui est une spécificité française ; elles s’inscrivent, grâce à cette singularité, dans une recherche mondialisée ; elles ne s’appuient pas sur une discipline ou une méthode unique, mais revendiquent l’utilisation de plusieurs approches. Ce livre, clair et concis, est indispensable pour qui veut
comprendre cette discipline jeune, au coeur des mutations du monde.

Sommaire :

  • Les SIC, approche spécifique d’une recherche en communication mondialisée
    Eric Dacheux
  • La naissance des recherches en communication en France
    Edgar Morin
  • Les enjeux des sciences de la communication vus d’Amérique latine
    Jesús Martin-Barbero
  • Un courant dominant la recherche de la communication : les « Cultural Studies »
    Ien Ang
  • La réinvention de la roue : Critique des « Cultural studies »
    James Curran
  • Les SIC : Essai de définition
    Jean-Baptiste Perret
  • L’apport des sciences de l’information et de la communication
    Dominique Wolton

Sociétés de la connaissance – Fractures et évolutions

Societes-connaissance-Michel-DurampartSociétés de la connaissance – Fractures et évolutions
Sous la direction de Michel Durampart
CNRS Éditions, 2009

Commande en ligne

Le terme « sociétés de la connaissance » est apparu dans les années 1990. Il caractérise une période où chaque pays, à son rythme, voit le savoir, l’information et la communication prendre une place centrale. Parler des fractures et des évolutions et non de révolution, c’est souligner la force des changements sociaux en cours, des rapports de force et des inégalités qui en découlent.
Ce livre envisage le rôle des interactions entre technologies de la communication et mondialisation du savoir. À ce titre, il met en garde contre toute vision trop idéaliste d’une société de la connaissance et propose au lecteur un panorama de la richesse et des enjeux de ce mouvement en marche.

Sommaire :

  • Présentation générale – Une mise en perspective de la société de la connaissance entre évolutions et fractures
    Michel Durampart
  • TIC et pratiques collectives. Nouveaux liens, nouveaux outils
    Claude Henry
  • Propriété intellectuelle et accès public au savoir en ligne
    Michel Arnaud
  • Vulgarisation scientifique : les revues en ligne
    Mônica Macedo-Rouet et Jean-François Rouet avec la participation d’Isaac Epstein et de Pierre Fayard
  • La recherche documentaire informatisée à l’école
    Jérôme Dinet et Jean-Michel Passerault
  • Le modèle souverainiste des communautés en ligne : impératif participatif et
    désacralisation du vote 

    Nicolas Auray
  • Mondialisation de la communication, à la recherche du sens perdu
    Patrick-Yves Badillo et Serge Proulx
  • Internet et maintenant, la société de la connaissance
    Dominique Wolton

Hermès 54. La bande dessinée : art reconnu, média méconnu

Le n° 54 sera en librairie le 27 août 2009


La bande dessinée : art reconnu, média méconnu
Sous la direction d’Eric Dacheux avec la collaboration de Jérôme Dutel et Sandrine Le Pontois. 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

« La bande dessinée est un art, un média, un plaisir. Unart reconnu puisqu’il existe des musées de la BD et que les planches de Bilal ou Hergé s’arrachent à prix d’or dans les galeries d’art. La BD est un média : c’est un support de communication aux caractéristiques techniques spécifiques, une industrie culturelle particulière et une médiation singulière entre des auteurs et des publics. La BD est, enfin, un plaisir : elle produit une « jouissance esthétique » due à la plongée individuelle au coeur d’une oeuvre sensible ; mais c’est aussi un divertissement, une mise à distance d’une réalité sociale souvent difficile.

Ces trois dimensions fondamentales de la bande dessinée permettent d’insister sur un point essentiel : la réception. Effectivement, la BD est un art de l’ellipse qui réclame la participation consciente du lecteur ; un média qui permet au public de fabriquer ses héros ; un plaisir potentiel qui ne devient effectif que dans le cerveau du lecteur. La BD est le révélateur le plus puissant de ce qui constitue l’essence de la communication
humaine : l’écart créateur entre production et réception. C’est en cela qu’elle devrait être un objet central des recherches en communication. Ce qui est encore loin d’être le cas…

Pour ouvrir des pistes scientifiques inédites, ce volume propose des éclairages d’acteurs et de chercheurs, d’experts et de novices. Il se décompose en trois temps : comprendre la BD, offrir un regard communicationnel sur le neuvième art, montrer comment la BD nourrit et reflète le lien social. Toutefois, ce point de vue des sciences de la communication sur la BD ne constitue que la partie visible de l’iceberg. Comme pour la bande dessinée, l’essentiel est sans doute dans ce qui n’est pas dit, dans la créativité et l’imagination du lecteur.

Puisse ce numéro d’Hermès stimuler la réflexion de chacun et donner à tous l’envie d’en savoir plus. »

Éric Dacheux

Populaire et populisme

Populaire-Populisme-Marc-LitsPopulaire et populisme
Sous la direction de Marc Lits
CNRS Éditions, 2009

Commande en ligne

Peuple, populaire, populisme : trois termes au coeur de multiples tensions. Tantôt les politiques se réclament du « peuple » pour légitimer leur action, tantôt les « élites » disqualifient les productions et les usages « populaires ». Quant au populisme, il est unanimement dénoncé. De Rousseau à Le Pen, le peuple est à la fois au coeur du débat politique, et méprisé. Les formes populaires de la culture sont aussi stigmatisées puis célébrées. Cet ouvrage est donc indispensable pour définir clairement des termes très marqués idéologiquement, tout en gardant une grande variété de points de vue.

Sommaire :

  • Présentation générale – Populaire et populisme : entre dénigrement et exaltation
    Marc Lits
  • Un débat vieux de plusieurs siècles
    – Article « Peuple » de l’Encyclopédie
    Louis de Jaucourt
    – Les crimes des foules
    Gabriel Tarde
  • Le peuple des philosophes
    André Akoun
  • Les historiens français et le populaire
    Dominique Kalifa
  • La culture populaire à l’épreuve des débats sociologiques
    Dominique Pasquier
  • Débats et combats autour du populaire en Amérique latine
    Jesús Martín-Barbero
  • Le populisme : essai de définition
    Henri Deleersnijder
  • Le populisme : de la valorisation à la stigmatisation du populaire
    Annie Collovald
  • Votes populaires, votes populistes
    Nonna Mayer

La réception

reception-Cecile-MeadelLa réception
Sous la direction de Cécile Méadel
CNRS Éditions, 2009

Commande en ligne

Au coeur de toute communication, réside le mystère de sa réception : qui reçoit quoi et comment ? Qui influence qui ? Avec quels résultats ? Difficile de répondre à ces questions toujours sujettes à débat. La lecture de textes classiques proposée ici, enrichie de travaux plus récents, met de l’ordre dans ce dédale en montrant que toute approche sur la réception doit situer son objet dans une triple dimension : l’individu ou le collectif, l’influence du média ou celle du consommateur, le rôle du texte ou celui du dispositif. Message bien reçu ?

Sommaire :

  • Présentation générale – Repérages sur la réception et ses multiples paradigmes
    Cécile Méadel
  • Influence et réception chez Gabriel Tarde. Un modèle pour la recherche
    sur l’opinion et la communication
    Elihu Katz
  • Le public et ses problèmes
    John Dewey
  • Lire la réception à travers le modèle des effets limités. Actualité de Lazarsfeld
    Elihu Katz
  • La télévision et le peuple ou le retour de la « populace »
    Jérôme Bourdon
  • Identification au héros et communautés de téléspectateurs :
    la réception de Hélène et les garçons
    Dominique Pasquier
  • Un public actif, un téléspectateur critique
    Sonia Livingstone et Peter Lunt
  • Raconter le public
    Daniel Dayan
  • Encadré : Triomphe du récepteur
    Dominique Wolton