Archives mensuelles : janvier 2008

Hermès 49. Traduction et mondialisation

Le n° 49 sera en librairie le 2 janvier 2008


Traduction et mondialisation (vol.1)
Sous la direction de Joanna Nowicki et Michaël Oustinoff 

Vous pouvez commander la version numérique sur Cairn et la version papier sur le site de CNRS éditions.

4° de couverture

Un fait est devenu évident: la mondialisation s’accompagne d’un mouvement de traduction sans précédent dans l’histoire de l’humanité. C’est un phénomène capital qui ne fait que s’amplifier par le biais des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Contrairement à une idée reçue, les langues ne sont pas interchangeables, sinon une seule d’entre allas pourrait supplanter toutes les autres en tant que vecteur de communication intégral et universel.

D’ailleurs, l’évolution du monde annonce l’émergeance non d’un modèle « monolingue » (avec l’anglais) ou réduit à une poignée de langues internationales, mais au contraire d’un modèle très largement « multilingue ». Cela a été reconnu officiellement par la communauté des Etats grâce à l’adoption par l’Unesco, le 20 octobre 2005, de la « Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles ». Dans le même temps et paradoxalement, Internet a procuré de nouveaux outils de diffusion à des centaines de langues différentes.

Dans un monde où l’importance de langues en expansion comme l’espagnol, le chinois, l’arabe ou le hindi s’accroît de jour en jour, sans parler de l’essor de certaines langues régionales, les enjeux de la traduction occupent de plus en plus le devant de la scène. Ils ne sont pas uniquement d’ordre linguistique ou technique, mais également d’ordre politique, économique et « civilisationnel ». Les rapports de force, à l’échelon local ou international, n’en sont pas exclus.

C’est à l’analyse de ces différents problématiques que ce numéro de la revue Hermès – largement interdisciplinaire – est consacré. Il s’attache à démontrer que le « transparence » de la traduction n’est qu’une illusion d’optique. Toute traduction s’accompagne en réalité d’un ensemble de transformations qui s’insèrent dans un contexte bien plus vaste que la dimension purement linguistique, en reflétant une autre vision du monde.